Pouvait-on prévoir la crise immobilière américaine ?

La crise immobilière américaine n'avait rien d'impossible à prévoir, comme le montre l'exemple d'un discours de Ron Paul sur la bulle immobilière en 2001.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pouvait-on prévoir la crise immobilière américaine ?

Publié le 11 octobre 2010
- A +
Ron Paul, auteur d'un discours prescient sur la crise immobilière américaine
Ron Paul (Image du Congrès américain, libre de droits)

Cet article est une traduction inédite d’un discours de Ron Paul sur la bulle immobilière en 2001. Nous le présentons à nos lecteurs pour éclairer la crise immobilière américaine actuelle.

Congressman Ron Paul

Chambre des représentants des Etats-Unis

16 juillet 2002

« M. le Président, je me lève pour présenter le Free Housing Market Enhancement Act. Cette législation restaure un marché libre dans l’immobilier en abrogeant les privilèges particuliers accordés aux entreprises soutenues par le gouvernement (GSE). Ces entités sont la Federal National Mortgage Association (Fannie), la Federal Home Loan Mortgage Corporation (Freddie) et le National Home Loan Bank Board (HLBB). Selon le bureau budget du Congrès, les GSE du secteur immobilier ont reçu 13.6 milliards de dollars de subventions fédérales indirectes lors de l’année fiscale 2000 uniquement.

Un des principaux privilèges gouvernementaux accordés à ces GSE est une ligne de crédit au Trésor des Etats-Unis. Selon certaines estimations, la ligne de crédit pourrait atteindre plus de 2 milliards de dollars. Cette promesse explicite par le Trésor de renflouer ces GSE en temps de difficultés économiques les aide à attirer des investisseurs prêts à se contenter de rendements plus bas qu’ils ne l’exigeraient en absence de subvention. Ainsi la ligne de crédit fausse l’allocation du capital. Plus important encore, la ligne de crédit est une promesse de la part du gouvernement de s’engager dans un transfert de revenu gigantesque, inconstitutionnel et immoral des travailleurs américains vers les détenteurs de dettes GSE.

Le Free Housing Market Enhancement Act abroge aussi l’octroi explicite de l’autorité légale offerte à la Réserve fédérale d’acheter la dette des GSE immobilières. Les GSE sont les seules institutions avec le Trésor des Etats-Unis à se voir octroyer l’autorité statutaire explicite de monétiser la dette à travers la Réserve fédérale. Cette disposition donne aux GSE une source de liquidité indisponible pour leurs concurrents.

Ironiquement, en transférant le risque d’un défaut généralisé des hypothèques, le gouvernement augmente la probabilité d’un crash douloureux dans le marché immobilier. C’est parce que les privilèges particuliers accordés à Fannie, Freddie et HLBB ont créé des distorsions dans le marché immobilier en leur permettant d’attirer un capital qu’ils ne pourraient pas obtenir dans des conditions de marché pur. Le capital est donc détourné de ses usages les plus productifs vers l’immobilier. Ceci diminue l’efficacité de tout le marché et réduit le niveau de vie de tous les américains.

Néanmoins, malgré les dommages à long terme infligés par l’interférence du gouvernement dans le marché immobilier, les politiques du gouvernement de diversion du capital depuis d’autres secteurs créent une bulle dans l’immobilier à court terme. Comme toutes les bulles artificiellement créées, le boom des prix de l’immobilier ne peut pas durer éternellement. Quand les prix tomberont, les propriétaires seront mis en difficulté tandis que leur capital immobilier sera anéanti. De plus, les détenteurs de dettes hypothécaires subiront également des pertes. Ces pertes seront plus grandes que ce qu’elles auraient été si la politique du gouvernement n’avait pas activement encouragé le sur-investissement dans l’immobilier.

Peut-être la Réserve fédérale peut-elle éviter le règlement de l’addition en achetant de la dette des GSE et en pompant des liquidités dans le marché immobilier, mais cela ne peut retenir l’inévitable chute du marché immobilier pour toujours. En fait, retarder les nécessaires mais douloureuses corrections du marché ne fera qu’aggraver l’inévitable chute. Plus des gens investiront dans le marché, plus les effets sur l’économie seront importants lorsque la bulle éclatera.

Ce n’est pas moins que le président de la Réserve fédérale Alan Greenspan qui a exprimé son inquiétude de voir les subventions gouvernementales accordées aux GSE amener les investisseurs à sous-estimer le risque d’un investissement dans Fannie Mae et Freddie Mac.

M. le Président, il est temps pour le Congrès d’agir afin de supprimer le soutien du contribuable aux GSE immobilières avant que la bulle n’éclate et que les contribuables soient une fois de plus forcés de renflouer les investisseurs induits en erreur par les interférences insensées du gouvernement dans le marché. J’espère ainsi que mes collègues se dresseront en faveur des contribuables et des investisseurs américains en coparrainant le Free Housing Market Enhancement Act. »

Lien vers la transcription originale sur le site RonPaul.com

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fredrik Segerfeldt.

Chers Français,

L’écrivain suédois Vilhelm Moberg a écrit une tétralogie sur l’émigration suédoise vers l’Amérique. Environ un quart de la population a abandonné le petit pays arriéré du nord entre 1870 et 1920. Vous ne feriez jamais une épopée nationale d’une série de romans sur le départ de la France. Votre attachement à sa grandeur est trop importante. Mais nous sommes comme ça. Comme on le verra dans cette lettre, notre arrogance se situe à un autre niveau.

Le quatrième livre de la série de Mob... Poursuivre la lecture

Par Ahmad Salah.

Le retrait précipité des troupes américaines d’Afghanistan a laissé une entaille importante à la réputation de la Maison-Blanche auprès du public américain, au Proche-Orient et dans le monde en général. Washington a été fortement critiqué pour la trahison du gouvernement afghan, qui a ouvert la voie aux talibans pour prendre le pouvoir.

Il est tout à fait naturel que de tels événements aient créé un terrain fertile pour l’incertitude parmi les alliés des États-Unis dans la région. Certains d’entre eux ont commen... Poursuivre la lecture

Par Mitch Menet.

La récente fusillade à l'université de Perm au sud de l’Oural déplace le débat habituel sur le contrôle des armes feu. On passe des gun free zones des tristement célèbres fusillades aux États-Unis à une université russe où les armes sont également parfaitement interdites. Cet événement n’est d’ailleurs pas le premier du genre. Moscou déplore au moins trois fusillades en deux ans qui ont fait les gros titres.

La situation russe 

Dans la fédération russe, le taux d’homicide est en baisse constante depuis 2002 (Pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles