En moyenne, on va se ramasser

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En moyenne, on va se ramasser

Publié le 30 mars 2011
- A +

Dans un discours à Oslo, en Norvège, aujourd’hui, le président de l’UE Herman Van Rompuy a parlé de la situation fondamentalement saine de l’Union européenne. Il utilise comme référence une croissance moyenne de 2%, un déficit budgétaire moyen de 4,5%, et la force de l’euro comme preuve de ce qu’il avance.

Dans son esprit, ce sont là des « faits de base ».

Eh bien, pour notre part, nous pensons que ça vaudrait la peine de lui rappeler la nature de base des moyennes. Si vous avez deux groupes très divergents (le noyau vs. les économies de la périphérie de la zone euro), la moyenne sera quelque part au milieu et ne sera pas très utile. Elle pourrait même bien être trompeuse.

Prenez deux personnes. L’une est à deux doigts de tomber d’une falaise (la Grèce, l’Irlande, le Portugal), et l’autre se trouve à une bonne distance (l’Allemagne, la Finlande, etc.) En moyenne, leur position par rapport au bord de la falaise ne paraitra pas trop mauvaise, mais c’est sans compter sur le fait que l’une des deux est en très mauvaise posture. Maintenant, ajoutez à cette analogie le fait que les deux se trouvent attachés par une corde (la monnaie unique), et la situation n’est clairement pas telle que le laisse entendre van Rompuy et son scénario apaisant des « faits de base ».

Quant à l’euro fort, voilà bien un autre fait trompeur. Il est soutenu par le spectre d’une augmentation imminente des taux de la BCE, qui ferait du tort à bon nombre d’économies de la périphérie de la zone euro, du fait d’un fort endettement du privé et du manque de prêts dans leurs économies, sans même mentionner l’encouragement à un accroissement encore plus poussé du déficit de la balance des paiements courants. Dans notre scénario, ceci introduit une troisième personne (la BCE) qui rogne à petits coups de pioche le bord de la falaise sur lequel se tient la première personne, précipitant ainsi sa chute.

Pour exposer les faits de base d’un système aussi complexe que la zone euro, il faut regarder plus loin que les moyennes.

—-

Repris du blog d’Open Europe.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Tandis qu’Herman se réjouissait bruyamment de la « situation fondamentalement saine de l’Union européenne », le déficit public de la France s’est élevé à 7% du PIB en 2010, la dette publique atteignant, elle, un nouveau record à 81,7% du PIB, a annoncé l’Insee.

    « C’est vraiment un résultat remarquable », a affirmé la ministre de l’Economie Christine Lagarde !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Allemand.

Coup de théâtre au Parlement portugais : la majorité relative socialiste propose un amendement à la loi afin de retirer un avantage fiscal essentiel aux nouveaux candidats à la résidence au Portugal qui les avait convaincus de venir passer leur retraite au pays de Vasco de Gama. Cette mesure a toutes les chances d’être adoptée par le Parlement portugais.

Les retraités français ont été attirés par cette mesure fiscale du Portugal datant 2009 : aux termes de cette mesure, le nouveau résident, dit RNH (résiden... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Une étude très récente du Centre de Politique Européenne, un think tank allemand considéré comme fiable et sérieux, tend à montrer que les Français se seraient appauvris en moyenne de 56 000 euros depuis l’avènement de l'euro.

Les Italiens seraient encore plus pénalisés, avec 73 000 euros perdus par habitant. Tandis que le principal bénéficiaire serait l’Allemagne, avec un gain de 23 000 euros par habitant. Les Pays-Bas seraient l’autre grand gagnant, avec un gain de 21 000 euros par habitant, tandis qu’un p... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Pierre Nikolus.

Notre monnaie unique doit la signature de son acte de naissance à la crainte dans laquelle était le président Mitterrand devant l'émergence à nouveau, de l'imposante grande Allemagne réunifiée, après la chute du mur de Berlin en 1990. Ayant toujours marché à côté de l'histoire, il en vint à imposer diplomatiquement l'euro au chancelier Kohl qui accepta le projet sous réserve que la monnaie européenne soit un euro-mark.

La BCE fut installée à Francfort et mission fondamentale lui fut donnée de veiller à c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles