Le sauvetage de l’UE va planter, comme tous les précédents

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le sauvetage de l’UE va planter, comme tous les précédents

Publié le 31 octobre 2011
- A +

Les dirigeants européens n’ont poursuivi qu’une seule politique depuis 2008: renflouement et emprunt, renflouement et emprunt.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

« Il nous faudra un miracle. » C’est ce qu’a écrit le trader de la UBS Kweku Adoboli dans son dernier message sur Facebook juste avant qu’une perte de £ 1,3milliards ne le rattrape. Cette remarque pourrait bien servir de slogan officiel du dernier sommet à Bruxelles.

Comme Adoboli, les dirigeants européens ont doublé la mise et cela afin de conjurer l’inévitable. Eurent-t-ils fait face à la crise de la dette grecque en 2009, le coût total en serait resté aux alentours de €60 milliards. Maintenant on a radié €100 milliards, avec vraiment peu d’espoir de voir résoudre le problème sous-jacent. Ce dernier plan de sauvetage ira dans la même direction que les plans de sauvetage précédents. On verra un sursaut des marchés boursiers à court terme, qui va disparaître aussitôt que les traders se rendront compte que rien n’a fondamentalement changé. La dette grecque s’accroît plus rapidement que l’économie grecque. L’écart de productivité entre l’Allemagne et les pays méditerranéens membres de la zone euro ne s’est pas réduit. Cet écart est aussi dangereux aujourd’hui qu’il l’était hier et surtout dans le cas de la politique monétaire unique qui s’applique à des économies largement divergentes.

Incidemment, ma prédiction du moment précis où on verrait la Grèce en défaut s’est avéré être inexact à un jour prés seulement. De quelque manière que ce soit, effacer la moitié d’une dette est un problème monumental. Ce n’est pas simplement techniquement parlant le rééchelonnement des remboursement d’intérêts, c’est une répudiation pure et simple du passif – et cela se reproduira encore et toujours jusqu’à ce que la Grèce soit autorisée à quitter l’euro.

Les dirigeants européens n’ont poursuivi qu’une seule politique depuis 2008: renflouement et emprunt, renflouement et emprunt. Il ne leur est évidemment pas venu à l’esprit que l’excès d’emprunts provoque avant tout l’effondrement. Il ne leur parait pas étrange de répondre à une crise de la dette en créant plus de dettes. Et ils ne se sentent pas plus déranger par le fait que toutes les folies passées ont, elles aussi, échoué aux vues de leurs objectifs déclarés. De leur point de vue, leur seul problème c’est qu’ils ne dépensent pas assez. Maintenant, ils nous assurent, droit dans les yeux, que l’emprunt de la somme presque inconcevable d’un trillion d’euros va enfin résoudre le problème. Comme Mark Twain l’avait fait remarquer, quand vous ne possédez qu’un marteau, tout problème ressemble à un clou.

Néanmoins, réfléchissez-y. Quelle est la garantie du trillion d’euros? Qui se tient garant d’une telle somme? La réponse théorique, c’est la Banque centrale européenne. Mais la BCE détient déjà tant de créances indésirables provenant des gouvernements de la zone euro qu’on peut déjà la considérer, eu égard aux définitions admises, comme une mauvaise banque. Qui alors soutient la BCE? Les contribuables de la zone euro – y compris les contribuables irlandais, portugais, espagnols, italiens et grecques. Les garants sont eux-mêmes débiteurs. C’est un schéma frauduleux à la Ponzi.

Qu’est-ce que l’UE devrait faire? Deux choses. Premièrement, il faut réduire les dépenses: nous nous trouvons maintenant dans la position absurde où chaque centime que les 27 États membres épargnent sur leurs budgets nationaux se trouve englouti par Bruxelles. Deuxièmement, elle doit superviser le dégroupage ordonnée de l’euro (voir ici).

Tragiquement pour leurs peuples, les dirigeants de la zone euro n’avaliseront pas cette option. C’est bien sûr leur affaire. Ce qui me dépasse complètement, c’est la détermination du gouvernement britannique pour garder la cohésion de la zone euro. Personne ne nie que notre intérêt soit lié à la prospérité de la zone euro: elle représente 40% de nos exportations, et ses membres sont nos alliés et amis. Mais il devient clair maintenant que la prospérité de la zone euro et le maintien de l’euro sont des objectifs contradictoires. Nous sommes, dans les faits, en train de payer le privilège d’appauvrir nos voisins. À quoi diable pensons-nous?

—-
Sur le web
Traduction: JATW pour Contrepoints.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Il faut donc réduire le budget européen.
    On a vu recemment un reportage édifiant sur le pointage des députés européens pour toucher leurs « jetons de présence ». Qu’en pensez vous?

  • Avec Super Mario, la BCE va peut-être imiter la BoE et la FED. A ce propos, on aimerait connaître l’opinion de Mr Hannan sur la politique de sa banque centrale.

  • Et si la dette était finalement monétisée, comme cela commence à se lire sur le net ? L’économie serait inondée de fausse monnaie, les indices boursiers pourraient finalement monter, mais peut être pas aussi vite que l’inflation qui s’inviterait dans la partie.

  • « En France, quel est le problème de fond ? C’est bien évidemment de chercher à colmater le trou financier ; mais c’est aussi, et surtout, le moment de se dire : Pourquoi ? Comment se fait-il que la balance du commerce extérieur français est en déficit depuis 1999, et atteindra 75 milliards d’euros en 2011 ? Comment se fait-il que ce pays paupérisé « décroche » inexorablement avec une industrie mutilée, un enseignement déclassé ? La réponse est simple : la politique laxiste socialiste de l’UMPS pendant 30 ans, avec l’hypocrite Mitterrand et le socialiste de fait Chirac.»

    • Sans oublier le pro-communiste VGE (encore que pro- soit de trop) qui a augmenté les prélèvements obligatoires de 7 points de PIB pendant son mandat.

    • Les politiciens ont fait ce que le peuple exigeait. Tous depuis De Gaulle (ou peut-être Pompidou) n’ont été que girouette au vent. Et le peuple exigeait d’être rasé gratis…

  • Mitterrand c’est 600 Mrds de dettes, Chirac 585 Mrds et Sarkozy 515 Mrds. Le point commun c’est qu’ils sont drogués à la dette. D’ailleurs un politicien, n’a aucune formation pour arriver à cette fonction, enfin, pas exactement, c’est le mensonge permanent qui les anime. Leur principal symbole pour faire croire qu’ils font quelque chose c’est d’animer la dette (parce que ce ne sont pas eux qui la rembourseront) et les taxes (parce que ce ne sont pas eux qui les paient). Aucun souverain dans l’histoire de notre pays n’a créé de richesse, à aucun moment.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Par Franky Bee.

Tout commence lors du débat qui s’est tenu le 28 août dernier entre Rafik Smati et Éric Zemmour.

L’économie ? « Ce n’est pas la priorité », affirmait Zemmour. En face, le président d’Objectif France est tout le contraire de son contradicteur sur ce sujet, à savoir l’un des rares hommes politiques français à avoir développé une véritable réflexion économique dans un monde de hauts fonctionnaires et philosophes, où les projets sur l’économie sont construits à la va-vite à la manière d’un grand bingo des choses cen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles