Péter les plombs

Le « chaque groupe d’intérêt pour lui-même, et tous contre le contribuable » nous mènera à la ruine

Au Québec aussi, la remise en cause des coûteux privilèges des uns et des autres ne se fait pas sans casse, comme le montre les événements récents dans la construction.

Un article de David Descoteaux depuis Montréal, Québec

Ça joue dur dans le milieu de la construction. On menace de « casser des jambes ». On catapulte de la merde sur le bureau d’un député. On frappe des travailleurs. Bon, rien ne prouve que les syndicats de la construction sont derrière tous ces gestes. C’est peut-être un pur hasard…

Ces actions sont peu édifiantes. Malheureusement, on risque d’en voir de plus en plus dans les années qui viennent. J’ose croire que la majorité des Québécois possède plus d’intelligence et de savoir-vivre que les taupins sur les chantiers de construction. Mais les syndicats ne sont pas seuls à péter les plombs quand on leur retire un privilège.

Que pensez-vous que feront les commissions scolaires, les syndicats de la fonction publique, les retraités, les policiers, les pompiers, les agriculteurs, les médecins, le lobby patronal, les grandes entreprises, les sociétés d’État, les villes… quand l’État québécois va ranger le sac de bonbons? Quand notre gouvernement atteindra sa limite d’endettement, et ne pourra plus dire oui à tout le monde?

Un jour, ça va arriver. Dans trois ans? Cinq? Quinze? Qui sait. Mais ce jour-là, on va en apprendre beaucoup sur notre « solidarité ». Sur la fibre de notre tissu social. Le bordel de la construction n’est qu’un présage — dans sa plus laide expression, espérons-le — du grand test qui attend notre société.

La grande illusion

« Nous avons tous souffert d’une grande illusion », dit Chuck Reed, maire de San Jose. Cette ville flirte avec la faillite. Avec plus de la moitié de son budget qui sert à payer les régimes de retraite et d’assurance médicale de ses fonctionnaires. « Nous serons tous riches, pensait-on, et nous vivrons éternellement », raconte-t-il dans Boomerang, le dernier livre du journaliste-vedette Michael Lewis.

Une illusion, oui. Mais qui ne se limite pas aux fonctionnaires. C’est un problème culturel, sociétal. Qui transcende le stérile débat gauche-droite. L’auteur le rappelle dans un passage lumineux de son livre, sur la gourmandise des fonctionnaires, policiers et pompiers de plusieurs villes californiennes : « Ce n’est pas un problème du secteur public, ni de gouvernement. C’est un problème avec la société entière. C’est ce qu’on a vu à Wall Street avant la crise financière. C’est un problème de gens qui prennent ce qu’ils peuvent prendre, simplement parce qu’ils le peuvent. Sans égard aux conséquences sociales plus larges. Ce n’est pas une coïncidence si les dettes des États et des villes sont devenues hors de contrôle en même temps que celles des citoyens. Les Américains, des riches aux plus pauvres, ont été conditionnés à s’approprier le plus qu’ils peuvent, sans penser aux conséquences à long terme. » (traduction libre)

La même chose s’est produite ici. Résultat : non seulement un nombre incalculable de groupes d’intérêt dépendent aujourd’hui de l’État — et sortent les griffes sitôt qu’on ose remettre en question leurs privilèges. Mais aussi, une majorité de citoyens refusent qu’on élimine leurs « services ». Tout en refusant d’en payer le véritable coût.

Un grand ménage

Mais l’État n’aura pas le choix. Il devra bientôt réduire ses dépenses, et faire des choix difficiles. Qu’on le veuille ou non.

Ce sera une tâche titanesque. Mais j’essaie de demeurer optimiste. Je mise sur le meilleur de nous-mêmes. Le « chaque groupe d’intérêt pour lui-même, et tous contre le contribuable » nous mènera à la ruine. Il faudra plutôt qu’on se serre les coudes. Sinon, un joyeux bordel nous attend.

Et ça commence par arrêter de jouer aux gorilles sur les chantiers. Les syndicats de la construction ont des arguments valables à avancer? Qu’ils le fassent, et on les écoutera. Après tout, nous sommes une société civilisée. Non?


Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.