Une longue période de n’importe quoi

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une longue période de n’importe quoi

Publié le 29 novembre 2011
- A +

Une longue période de n’importe quoi

Si l’on en croit la presse et les économistes de l’OCDE, la France serait entrée dans, je cite, « une brève période de récession« . A lire les titres, on ne doutera pas de la récession. Brève, en revanche, …

Eh oui, l’OCDE s’est carrément lâchée sur la pauvre France qui n’en demandait pas tant. Le stagiaire en charge de l’Economie et de ce qui nous reste de Finances, François Baroin, s’est retrouvé un peu tout désarçonné devant les chiffres que l’organisme a balancé comme un tapis de bombe sur sa communication pourtant huilée.

Baroin maîtrise la situation.

Le King-Kong du jour est donc une hypothèse de croissance passant d’un peu plus de 2% à quelque chose comme 0.3%, ce qui ne fait pas lourd quand on a des soucis de tréso, et la « reprise » de 2013, à 1.4%, fait là aussi un peu pitié. Rappelons que l’état français, sous la direction générale de chasseurs-cueilleurs de framboises en milieu hostile, continuera d’enquiller des déficits bien supérieurs à 3% du PIB, déficits ajoutant une bonne grosse louche d’emprunts aux dettes déjà contractées.

Au demeurant, on se demande un peu qui va abonder à ces emprunts tant le marché semble déjà gavé comme une éponge de bar en fin de soirée arrosée. Par défaut, ce ne seront pas les citoyens / consommateurs / moutontribuables dont la tonte méthodique continue tous les jours avec des nouvelles mi-figue mi-coup de pelleteuse sur la figure.

On apprend en effet que le Conseil d’Etat a décidé de suspendre le gel des tarifs du gaz décidé par une poignée de ces chasseurs-cueilleurs décrits plus haut qui étaient manifestement partis un peu vite dans la cambrousse pour ramasser des baies sucrées.

Et en première analyse, il semble que le coup de bambous pour les consommateurs va faire mal puisque les prix auraient dû augmenter « de 8,8 % à 10 % selon les tarifs », ce qui donne une autre dimension au mot « inflation » (ou « pouvoir d’achat », si on aime rire). Le petit graphique suivant en dit aussi long :

Evolution du prix du gaz en France

Au passage, c’est une infographie Le Monde et je sais que c’est mal de faire une copie ainsi, mais tous mes lecteurs français ont déjà largement payé pour cette image réalisée à base de bonne subvention étatique, donc crotte.

Au bilan de ces agitations légalistes et tarifaires, la tribu a faim, très faim, et voilà nos bouffons revenir solidement chargés de trois fraises des bois et deux myrtilles dont une un peu cabossée. On sent que l’hiver va faire très mal. Un cannibalisme festif n’est pas à exclure.

Je vous rappelle ici les mots de l’OCDE : une « brève période de récession ». Plus on avance dans la période en question, plus on en conclut que si elle est effectivement brève, elle risque d’être aussi très très intense.

Et le Conseil d’Etat ne s’arrête pas là puisqu’il en profite pour annuler les arrêtés interdisant le maïs transgénique en France. Zut de crotte, les molécules douteuses et plants monstrueux à base de moussaka géante tueuse vont refaire leur apparition dans les verts pâturages français avec les centaines de morts qu’on peut déjà imaginer…

On frétille d’avance à l’idée que la reprise de l’exploitation des champs OGM va déclencher de nouvelles réactions épidermiques des Saccageurs Volontaires, drivés de loin par un José Bové trop content d’utiliser son immunité diplomatique de député européen à 8000€ par mois pour encourager ses groupies à commettre des actes délictueux histoire de faire parler un peu de lui pendant une période de relatif désert médiatique.

Mais politiquement, tout ceci est de la broutille puisqu’à présent, le débat entre Hollande et les Verts Europécologistes s’est déplacé pour savoir si la France devrait abandonner son droit de veto à l’ONU ou pas (une vraie question qui fait frémir tous les coeurs des Français rien qu’à son évocation), et que notre futur perdant à l’élection présidentielle se tâtouille pour savoir si François Bayrou devrait avoir un petit portefeuille dans son fraisi-gouvernement.

C’est aller un peu vite en besogne surtout qu’il ne faut pas compter sur une amélioration notable de la situation et qu’au rythme inquiétant où vont les choses, il n’est pas à exclure que pour des raisons de troubles sociaux musclés, les élections soient remises aux calendes grecques (sacrés Grecs, toujours là où on ne les attend pas).

Nobody never expects the Spanish Inquisition

Ok, je noircis un peu le tableau, mais si vous vouliez de l’optimisme et de la joie de vivre, vous iriez sur d’autres blogs ; ceux des socialistes par exemple, qui ne tarissent pas d’éloges pour leur candidat (mais si, il y en a) et qui ont compris comment redresser la France comme jamais.

En tout cas, en attendant que le Messie Socialiste nous sauve de la merde socialiste dans laquelle nous barbotons depuis quelques décennies, je peux raisonnablement avancer que la France rentre à présent dans une longue période de n’importe quoi politique.

Bon courage à tous.

Tiens, vous noterez que j'ai réussi à caser mes cueilleurs de baies, les trois François, d'un seul coup, ce qui me fait 500 points et me permet de revenir en deuxième semaine ! Habile, non ?
—-
Sur le web

(Visited 2 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « …voilà nos bouffons revenir solidement chargés de trois fraises des bois et deux myrtilles dont une un peu cabossée. »

    La crise nous coute un bras mais je n’avais jamais piqué autant de fou rire avant de lire tes billets.

    Voilà ce qui manque aux socialo, ils n’ont pas l’effondrement festif !

  • Député européen : au moins 10 500 € nets par mois

    Traitement mensuel : 7 956,87 € bruts par mois. Après déduction de l’impôt européen, il s’établit à 6 200,72 €. Il est ensuite intégralement imposé par les États membres.
    Indemnité de frais généraux : 4 299 € par mois. L’indemnité est réduite de moitié pour les députés qui, sans justification valable, n’assistent pas à la moitié des séances plénières d’une année parlementaire. Un député consciencieux gagnera donc 12 255,87 € bruts par mois.
    http://goo.gl/0KhHP

  • j’aime votre style
    continuez ,ça me fait rire et vos « mauvaises nouvelles » passent mieux ………mais juste un instant !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

L’équilibre mondial des relations entre les nations est sous tendu par une guerre féroce, celle de l’accès à l’énergie, et notamment au gaz. Ce dernier se révèle de plus en plus nécessaire pour le chauffage et la production d’électricité dans une Europe voulant réduire le nucléaire, le charbon, et promouvoir les énergies renouvelables intermittentes.

En ruinant son système électrique par manque de vision stratégique, l'Europe ne mesure pas les conséquences de son impéritie qui conduit à l’augmentation de sa dépendance au gaz, et à son ... Poursuivre la lecture

Par Adrien Hall. Un article de l'IREF Europe.

Dans une étude récente sur la situation économique de la France, l’OCDE s’inquiète de la dérive de nos finances publiques et invite le gouvernement à engager d’urgence des réformes structurelles.

Le couperet de l’OCDE vient de tomber et il est sans appel. La situation économique française est mauvaise et nos comptes publics sont dans le rouge. L’OCDE s’inquiète de l’augmentation « marquée » de la dette publique pendant la crise covid et nous enjoint de « développer une stratégie de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles