L’escroquerie de la retraite par répartition

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’escroquerie de la retraite par répartition

Publié le 29 février 2012
- A +

Accepterions-nous qu’une banque nous oblige à acheter un produit financier pour lequel elle promet un rendement intéressant alors qu’elle est incertaine de pouvoir respecter ses engagements ? Accepterions-nous qu’à notre décès, la banque hérite de nos économies  ? Jamais ! C’est pourtant le principe de la retraite par répartition.

Par Nathalie Elgrably-Levy, de Montréal (Québec).

Le système de retraite québécois, non viable et peu performant, inquiète. Pour trouver des solutions, la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Julie Boulet, a mandaté un comité d’experts pour réfléchir sur l’offre des régimes complémentaires. En revanche, le Régime des rentes du Québec, notre régime de retraite universel administré par l’État, n’est pas remis en question. Pourtant, il est loin d’être irréprochable.

Accepterions-nous qu’une banque nous oblige à acheter un produit financier pour lequel elle promet un rendement intéressant alors qu’elle est incertaine de pouvoir respecter ses engagements ? Accepterions-nous qu’à notre décès, la banque hérite de nos économies  ? Jamais ! C’est néanmoins selon un principe très similaire que fonctionne le Régime des rentes du Québec.

En collaboration avec notre employeur, nous envoyons 10,05  % de notre revenu à la Régie des rentes du Québec (ce taux augmentera de 0,15 % par année pour atteindre 10,80 % en 2017).

On nous dit qu’on épargne pour nos vieux jours alors que les sommes récoltées servent à verser les prestations aux retraités actuels. On nous fait croire que l’argent nous appartient, alors qu’il n’en est rien. Par exemple, quand le cotisant décède, ses contributions sont saisies en tout ou en partie par le Régime. Si le défunt n’a ni conjoint ni enfant mineur, ses cotisations sont entièrement empochées par le régime. Au mieux, les héritiers reçoivent une prestation de décès de 2 500  $.

Pour le commun des mortels, ce mode de fonctionnement répond à la définition d’une escroquerie pyramidale. Pour la classe politique, il assure « l’équité intergénérationnelle !  »

Le Chili en exemple

Le comité se trompe de cible en limitant son analyse aux régimes complémentaires. Il ferait mieux de s’attaquer au cœur du problème, soit le principe même de la retraite par répartition. Il pourrait étudier le système chilien et peut-être même s’en inspirer. Après tout, il a été imité par une trentaine de pays (y compris la Suède !) et est reconnu par le FMI comme étant un modèle.

En 1981, confronté à un système de retraite en faillite, le Chili remplace son régime public par un modèle basé sur des comptes individuels de capitalisation. Aujourd’hui, les travailleurs sont propriétaires de leur compte d’épargne-retraite et peuvent le confier à l’institution de leur choix. Ils déterminent également leurs placements en fonction de leur tolérance au risque et de leurs préférences et, à leur décès, c’est leur famille, et non l’État, qui hérite de l’intégralité du régime. Côté rendement, il est enviable : depuis l’implantation du régime en 1981, la rentabilité annuelle moyenne du fonds principal dépasse 9 %.

L’État québécois a pris en charge nos retraites parce qu’il nous en jugeait incapables. L’expérience montre que c’est lui qui est inapte à garantir notre sécurité financière. Pire encore, il nous impose un système immoral. Il est donc temps de le relever de ses fonctions. Les Québécois n’ont pas à être dépendants de l’État. À l’instar des Chiliens, nous sommes parfaitement capables de gérer un compte d’épargne-retraite. Mais pour cela, notre classe politique doit sortir de son prisme idéologique et rendre aux travailleurs la maîtrise de leurs finances et de leur avenir !

Sur le web

Lire aussi le reste de nos articles sur la retraite par répartion

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Elle était prédestinée à devenir ministre de la solidarité sociale, avec un nom comme boulet.

  • avec la retraite par capitalisation (système américain) on peut perdre sa retraite du jour au lendemain. Ainsi, en cette période de crise, certains américains retraité sont obligés de reprendre le travail à 70, 75 voire 80 ans car ils ont TOUT perdu à cause de ce système (en crise). Je préfère le système par répartition qui est au moins fiable un minimum.

  • Cette journaliste devrait regarder les excellentes conférences de Monsieur Bernard Friot au sujet de la répartition… elle est completement a l’ouest.

    Oser proner la capitalisation apres ce qu’il se passe depuis 2008, il faut vraiment etre bien payé.

    • Ah ouais ? Combien de fonds de pension ont carafé en 2008, pour mémoire ?
      Oser prôner la répartition alors qu’elle a systématiquement fini par ruiner des générations de cotisant, faut vraiment être timbré. Oser s’assurer avec l’Etat quand on sait qu’un Etat peut et va faire faillite, c’est vraiment jouer au gogo.

      • je pense que tu as tort comme souvent:tant que l’etat américain arrivera a maintenir le dow au dessus de 10000 les américains toucheront une retraite.si par malheur le soufflé ponzi retombe….une seule solution equitable,la répartition par points avec quelques aménagements comme en suède

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Selon le journal Les Échos, Emmanuel Macron souhaiterait supprimer les régimes spéciaux de retraite et instaurer une pension minimum à 1000 euros avant la fin de son mandat.

À quelques mois de l’élection présidentielle, le président de la République et candidat à sa propre succession nous fait un best of de son mandat : Macron tour à tour social, sécuritaire et écolo à Marseille, a remis son costume de réformateur ce lundi pour parler des retraites. Pour beaucoup, c’est sur cette réforme mal engagée, qui suscit... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Drones, biométrie, pass sanitaire étendu, surveillance et récolte des données pour prédire et influencer : nous avons l’habitude de faire de la Chine l’origine de la dystopie d’un nouveau genre qui utilise la technologie à des fins de surveillance politique et de contrôle des comportements. Pourtant, le mariage entre socialisme technocratique et surveillance par les machines a été expérimenté bien avant le boum de la révolution numérique des années 2000.

C’est en effet en 1971 au Chili que le gouvernement socia... Poursuivre la lecture

Par Thierry Benne. Un article de l'Iref-Europe

Le rapport écarte le secteur public, mais en l’ignorant, il ne fait que repousser le problème. On reste confondu que tous ces éminents spécialistes aient gobé sans broncher la fable du slogan présidentiel, selon lequel un euro cotisé donne à tous un même droit à retraite.

Le refus absolu et quasi-dogmatique de la capitalisation, même à titre progressif, interpelle alors que la France ne cesse de creuser son retard sur la plupart des nations évoluées, lesquelles augmentent au contra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles