Le dollar Singapourien au plus haut face à l’euro

dollar Singapourien

Le dollar singapourien est une monnaie particulièrement intéressante pour tout investisseur ou épargnant souhaitant protéger son patrimoine contre des turbulences monétaires à venir sur la zone euro

Le dollar singapourien est une monnaie particulièrement intéressante pour tout investisseur ou épargnant souhaitant protéger son patrimoine contre des turbulences monétaires à venir sur la zone euro.

Par Loïc Abadie.

Pendant que les dirigeants de l’eurozone sont occupés à tenter de soigner un système surendetté en augmentant encore son endettement à coups de « LTRO » et de « pare-feux », sans grande réussite, la Suisse asiatique, c’est à dire Singapour, continue tranquillement d’avancer.

Face à l’euro, le dollar singapourien est au plus haut depuis près de 10 ans et, comme nous le voyons sur ce graphique, après une consolidation de juin 2010 à décembre 2011 sous les 0,60, ce nouveau plus haut a de bonnes chances de marquer le début d’une ascension durable.

Les fondamentaux de l’économie Singapourienne sont en tout cas sans comparaison avec ceux de l’Europe :

Le taux de chômage y est de 2%, et la balance des paiements courants fait apparaître un excédent supérieur à 20% du PIB, ce qui constitue sans doute un record mondial ou presque (les cigales étatistes européennes n’ont pas encore pensé à exiger de Singapour qu’il corrige ce scandaleux « déséquilibre »).

Le PIB par habitant (en parité de pouvoir d’achat) y est parmi les plus élevés du monde (seuls le Qatar et le Luxembourg sont devants).

Le budget de l’État Singapourien est en surplus quasi-constant, et le ratio d’endettement en apparence élevé (autour de 118% du PIB) est en réalité quasiment nul, si on prend en compte le fait que cette dette est une simple réserve que fait l’État singapourien (à partir des excédents qu’il réalise) pour assurer une partie des retraites de ses citoyens, comme le précise cette remarque de la CIA :

note : for Singapore, public debt consists largely of Singapore Government Securities (SGS) issued to assist the Central Provident Fund (CPF), which administers Singapore’s defined contribution pension fund ; special issues of SGS are held by the CPF, and are non-tradeable ; the government has not borrowed to finance deficit expenditures since the 1980s.

Ceux qui souhaitent approfondir le sujet de la dette singapourienne pourront consulter le rapport gouvernemental de juillet 2011. L’absence de toute dépendance vis-à-vis de l’extérieur pour la dette y est clairement mentionnée : « The Singapore Government does not have any external debt ».

Tous ces éléments font que pour moi, le dollar singapourien est une monnaie particulièrement intéressante pour tout investisseur ou épargnant souhaitant protéger son patrimoine contre des turbulences monétaires à venir sur la zone euro, avec comme avantage par rapport au franc suisse d’être beaucoup plus déconnecté du risque systémique pesant sur le système bancaire européen.

Cette devise a gagné du terrain face à l’euro aussi bien pendant la phase de déflation (2008-début 2009) que dans la phase de création monétaire intense qui a suivi, ce qui en fait pour moi à la fois un excellent placement d’attente en cash en cas de retour de conditions déflationnistes (hypothèse restant pour moi d’actualité à court et moyen terme), et une assurance contre un éventuel épisode hyperinflationniste ultérieur.

—-
Publié initialement sur Objectif Éco

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.