Et pour le second tour, Contrepoints votera…

Pour le second tour de la présidentielle, objectivement, le suspense est relancé : tout dépendra du comportement des électeurs de Marine Le Pen et François Bayrou. Alors, que voter ?

Pour le second tour de la présidentielle, objectivement, le suspense est relancé : tout dépendra du comportement des électeurs de Marine Le Pen et François Bayrou. Alors, que voter ?

Par PLG, de la rédaction de Contrepoints.

Suite à l’article « Pourquoi Nicolas Sarkozy a perdu ses soutiens libéraux », beaucoup d’entre vous doivent se demander, de Nicolas Sarkozy et François Hollande, qui est le plus libéral ou plutôt, le moins antilibéral.

Soyons clair, Contrepoints gardera une stricte neutralité dans cette campagne. Nous avons déjà expliqué pourquoi, selon nous, Nicolas Sarkozy a perdu majoritairement ses soutiens libéraux. Cela étant, force est de reconnaitre que ce premier tour n’est pas exactement la Bérézina attendue. Certes, c’est la première fois que le Président sortant arrive en deuxième position. Mais c’est aussi la première fois que le Front National arrive si haut, près de 20% selon les différents instituts. Objectivement, le suspense est relancé, tout dépendra du comportement des électeurs de Marine Le Pen et François Bayrou.

Alors, à défaut de donner une consigne de vote, nous pouvons nous risquer à une prévision ô combien prudente, en nous fondant sur les nombreux mails que vous nous avez envoyés. Pour ceux qui sont allés voter, globalement en faveur de Nicolas Sarkozy, sans conviction. La raison est somme toute assez claire : entre deux maux, vous avez choisi le moindre. Voter pour un pas-très-libéral qui promet (fichtre) de diminuer les dépenses publiques (en pourcentage, pas en volume hein !) en augmentant pas trop les impôts et un pas-libéral qui promet de ne pas trop augmenter les impôts en diminuant éventuellement la dépense publique. Rien de réjouissant.

Ce qui est certain, c’est qu’il va falloir s’attendre durant ces deux semaines à une avalanche de discours démagogiques, protecteurs et protectionnistes. Étant donné les scores des différents candidats, Nicolas Sarkozy va devoir en même temps orienter son discours très à droite pour diriger les électeurs de Le Pen vers son nom et non l’abstention, tout en ne faisant pas fuir l’électorat centriste… Attention au claquage.

—-
Lire aussi : pour les derniers indécis, l’excellent comparatif, très complet, des programmes par Xavier Chambolle. À vos bulletins dans deux semaines !

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.