François Hollande a son Fouquet’s

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande a son Fouquet’s

Publié le 30 avril 2012
- A +

Qu’il y ait des gens en France capables de dépenser un quart de SMIC pour un déjeuner, tant mieux, car quiconque a déjà fréquenté ce type d’établissement sait à quel point la variable emploi est majeure. Mais pour Sarkozy comme pour Hollande, le problème est que c’est le contribuable qui régale !

Par le Parisien Libéral.

Il y a un truc exaspérant chez nos amis gauchistes, c’est de toujours tout ramener au Fouquet’s et à la soi-disant politique pro-riches de Sarkozy.

Il faudra un jour que les socialo-communistes expliquent un peu ce que Hollande fabrique dans un restaurant comme le Laurent. Lire l’article de Midi Libre « Hollande tente de convaincre BHL autour d’un repas gastronomique à 262 € ».

La carte est éloquente : http://www.le-laurent.com/maj/pdf/Carte_3_avril_2012_SOIR_AVEC_prix.pdf

S’il y a un chose que l’on peut reprocher au Président de la République, ce n’est pas d’avoir fréquenté une cantine de riches mais plutôt un restaurant très cher mais un peu plouc, qui était bien plus connu pour attirer les touristes en goguette sur les Champs que les fins gourmets. (mais les Champs Élysées sont de toutes façons un désert culinaire, n’est ce pas ? ).

Maintenant, qu’il y ait des gens en France capables de dépenser un quart de SMIC sur un déjeuner, tant mieux, car quiconque a déjà fréquenté ce type d’établissement sait à quel point la variable emploi est majeure : il y a un employé pour tout, ce qui change du McDo où, rappel, c’est le client qui porte son plateau jusqu’à la poubelle. Le seul problème, c’est quand l’addition est payée par le contribuable et non pas par le porte-monnaie de notre ultra riche. Donc, que Hollande, Sarkozy et les autres créent des entreprises successful au lieu de vendre leurs politiques keynésiennes et ultra-étatistes, aux frais du contribuable, et nous, les citoyens et contribuables, serons heureux de les voir fréquenter de tels établissements, qui contribuent par ailleurs à faire de la France ce qu’elle est, et dans ce qu’elle a de meilleur.


Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

Le grand magasin La Samaritaine a rouvert ses portes après une rénovation qui a duré près de 15 ans. Ce qui, au premier abord, paraît banal – un grand magasin rénové – a en fait une portée symbolique très importante.

Tandis que certains dénoncent cette célébration de la consommation et du luxe comme une provocation en temps de crise, j’y vois pour ma part un formidable signe d’optimisme dont notre pays a tant besoin.

Le mail est lapidaire. Ce correspondant me fait parvenir un article sur la rénova... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Assa Traoré l’a annoncé fièrement sur sa page Facebook : elle est la nouvelle ambassadrice des chaussures de luxe Louboutin.

Elle a déclaré : « Je suis profondément touchée par le précieux soutien que vous témoignez à une cause aussi importante et universelle que celle de la lutte contre les violences policières. Mon frère Adama Traoré est mort il y a cinq ans entre les mains des gendarmes, à l’âge de 24 ans, le jour de son anniversaire. »

Chère Sabrina, cher Idriss, cher Christian J... Poursuivre la lecture

Par Jean-Jacques Handali.

Dans sa hotte, il a entreposé des vêtements de style, du vin et du champagne, des parfums, des garde-temps, des cosmétiques et plus récemment des diamants… Il ne s’agit pas d’une tournée fabuleuse du Père Noël, mais de la malle de voyage de Bernard Arnault, fondateur et promoteur du leader mondial du luxe : LVMH.

LVMH, genèse d'une épopée

Chaque épopée a sa genèse. Celle de ce polytechnicien débute en 1984, quand il met la main sur les textiles Boussac, en pleine perte de vitesse. Il en garde le joyau ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles