Merkel : défaite, ou victoire tactique ?

Les marchés ne se rendront vite compte qu'il n'y aura pas de versements d'argent aux banques espagnoles avant l'année prochaine...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Merkel : défaite, ou victoire tactique ?

Publié le 30 juin 2012
- A +

Ça ne va pas prendre longtemps avant que les marchés ne se rendent compte qu’il ne va pas y avoir de versements sérieux d’argent aux banques espagnoles avant l’année prochaine, et encore, sous les conditions les plus strictes.

Par Richard North.

Il n’y a pas 24 heures que j’ai écrit ma première réponse au Conseil Européen, pour me retrouver immédiatement fermement contredit par le torrent des médias. Mais maintenant, nous avons un commentateur dans le Spiegel qui revient sur ses réflexions.

Il s’agit de Christian Rickens, chef du département économie au Spiegel Online, qui a passé en revue les idées reçues, et décidé que la « défaite » de Merkel n’en est pas du tout une. C’est bien, décide-t-il, une « victoire tactique ».

Angela Merkel, sourire

Permettre les prêts directement aux banques Espagnoles, affirme-t-il, est une concession raisonnable, puisque ça n’a vraiment aucun sens de prêter de l’argent bon marché à l’Espagne pour sauver ses banques, alors que ça ne ferait qu’augmenter la dette souveraine du pays, et ferait monter les taux d’intérêts que devrait payer Madrid pour émettre de la nouvelle dette.

Mais il relève également ce qui n’était évident que pour ceux qui avaient réellement lu la déclaration, « que l’aide  commencera seulement à couler en direction des banques quand un mécanisme de supervision bancaire européen effectif, sous les auspices de la BCE, aura été mis en place ». Et, écrit Rickens, « ça va prendre du temps ».

Avec une évidente compréhension de la politique, Rickens observe ensuite que Monti et Rajoy sont les alliés de Merkel pour sécuriser les réformes, à tel point qu’ils font face à une forte résistance à la maison. En Italie, cependant, les élections sont prévues pour le printemps prochain. De ce fait, il était vital que Merkel laisse Monti porter un coup ou deux.

De ce fait, la « victoire » de Monti était du théâtre pour les masses, et comme les sots ignorants et crédules qu’ils sont, les journaleux sont tombés dans le panneau, ayant avalé l’hameçon, la ligne et le bouchon. Le parallèle avec le football était l’appât, et ils ont mordu sans que le moindre neurone ne s’allume en eux.

Graduellement, certains commentateurs commencent à réaliser qu’ils se sont fait avoir. Ça ne va pas prendre longtemps avant que les marchés ne se rendent compte qu’il ne va pas y avoir de versements sérieux d’argent aux banques espagnoles avant l’année prochaine, et encore, sous les conditions les plus strictes.

D’autres vont alors réaliser, comme c’est déjà le cas de certains, que les fondamentaux n’ont pas le moins du monde changé, et que les « collègues » ont vendu le passe-partout, en esquivant le fait de pousser des mesures qui auraient exigé un changement des traités.

Ensuite, les marchés vont se réveiller, et nous serons de retour dans la spirale de la mort dont Herman Van Rompuy dit essayer de sortir, sans rien faire de réel pour améliorer la situation.

Au moins, cependant, Merkel peut dormir heureuse sur ses deux oreilles. Elle a son pacte fiscal ratifié au Bundestag, et son MES, par une majorité massive. Sur 604 votants, 493 ont voté pour le MES, 106 contre, et 5 se sont abstenus. À peu d’exceptions près, les partis de sa coalition, CDU/CSU – FDP, et l’opposition SPD – Verts, ont tous voté pour le pacte. Die Linke (équivalent, et inspiration, du FdG en France, NdT) a voté contre.

Avec malice, certains dans l’opposition avaient, plus tôt, appelé à un délai supplémentaire, et les chiffes molles de médias avaient gobé leur propre propagande et cru que Merkel avait vraiment des problèmes.

Avec des Unes comme celle-ci, cependant, les leçons qui nous parviennent avec une clarté absolue, sont que les seuls gens à qui nous avons à faire encore moins confiance qu’aux politiciens sont les journalistes, qui nous relatent leurs faits et gestes. Cette semaine, il ont coulé encore plus bas.

—-

Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

Avec les élections allemandes à la fin de ce mois de septembre, l’ère de la chancelière Merkel va prendre fin. De plus, à partir de janvier 2022 et pour six mois, la France arrive à la tête de l’Union européenne (UE), faisant du président Macron son principal dirigeant.

Néanmoins une récente étude du European Council on Foreign Relations (ECFR) montre qu’Emmanuel Macron est mal parti pour avoir une aura aussi forte qu’Angela Merkel et l’Allemagne en Europe. Une situation qui risque de ne pas changer avec l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Connaissez-vous Jean-de-Dieu Soult ? Ce maréchal d’empire, « premier manœuvrier d’Europe » d’après Napoléon après la victoire d’Austerlitz, dispose également du record de longévité à la tête d’un gouvernement français avec plus de 9 ans à ce poste dont presque 7 de mandat continu.

Sous la Cinquième République, ce record est tenu par Georges Pompidou et ses 6 ans et presque 3 mois, mais difficile de rivaliser avec nos amis allemands. Le 22 novembre prochain, Angela Merkel fêtera sa 16e année de mandat à la ... Poursuivre la lecture

Par Gary Galles. Un article du Mises Institute

Nul ne doit profiter du malheur des autres.

J'ai entendu et lu de telles affirmations à maintes reprises, pratiquement chaque fois qu'il y a une urgence ou une catastrophe quelque part, ou chaque fois qu'une bonne action est considérée par quelqu'un comme essentielle ou quelque chose dont il a "besoin".

C'est pourquoi, lorsque j'ai trouvé cette citation en tête de l'article de Leonard Read intitulé "To Alleviate Misfortune", dans le numéro de novembre 1963 de The Freeman, ell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles