Opinion Gravement Manipulable

Les erreurs du mouvement écologiste ont été trop nombreuses pour que nous puissions prendre au sérieux les accusations qu’il profère.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Opinion Gravement Manipulable

Publié le 30 septembre 2012
- A +

Les erreurs et les exagérations du mouvement écologiste ont été trop nombreuses pour que nous puissions prendre au sérieux a priori les accusations qu’il profère.

Par Hadrien Gournay.

Les pêcheurs de poisson de la baie de Minamata au Japon ont été les principales victimes des déversements de l’usine pétrochimique proche.

L’usine pétrochimique de Minamata au Japon, en déversant dans la mer près de quatre cents tonnes de Mercure, a provoqué entre 1949 et 1965 environs neuf cents décès, principalement dans les familles de pêcheurs consommatrices de poisson. L’industrie du tabac a tenté par tous les moyens, entre autre par le financement d’études biaisées, de nier la nocivité de la cigarette pour la santé. Aujourd’hui, le laboratoire pharmaceutique Servier est accusé d’avoir commercialisé un médicament, le Mediator, dont il connaissait les dangers et qui serait à l’origine de la mort d’au moins cinq cents personnes en France.

De manière occasionnelle, un vrai sens moral peut guider des hommes de bonne volonté à la tête d’une entreprise dans leurs décisions stratégiques. Toutefois, les organisations en général, et les entreprises en particulier, sont guidées par des principes d’expansion auxquels aucune tendance sérieuse ne saurait s’opposer, toute initiative contraire ne pouvant être autre chose qu’une exception. La recherche du profit structurant l’existence de l’entreprise capitaliste, sauf crainte de sanctions judiciaires frappant durement ses intérêts, les objectifs d’un autre ordre seront subordonnés à cet objectif premier. Les dirigeants opposés à cette logique seraient rapidement chassés par des hommes moins scrupuleux.

Aussi, il est vain d’attendre d’une entreprise multinationale une communication honnête sur la nocivité de ses produits.

Rat ayant développé un cancer lors d’une expérience visant à comparer la toxicité de maïs génétiquement modifiés et de maïs « conventionnels »

Le chiffre d’affaires de la firme Monsanto, principal producteur mondial d’organismes génétiquement modifiés était de 11,8 milliards de dollars en 2011.

Au vu de tels enjeux, il est clair que toute la communication de Monsanto sur les dangers des OGM, liée aux intérêts qu’elle engage dans ce secteur, ne pourra être que mensongère. Le mensonge de Monsanto sur l’innocuité de ses produits prouvant a contrario leur toxicité, le danger majeur que les OGM présentent pour la santé publique se trouve confirmé.

Une telle considération devant prévaloir sur toutes les autres, nous n’avons pas de raison de limiter des principes de raisonnement aussi fructueux au cas des OGM.

Le chiffre d’affaires mondial lié à la vente de pilule contraceptive serait de deux milliards de dollars. Il serait naïf de croire, alors que de tels intérêts sont décidés à les dissimuler, que nous pourrions en connaitre les dangers réels. Comme dans le cas des OGM, les femmes devraient éviter d’utiliser des pilules contraceptives et le gouvernement les interdire.

Les antibiotiques, dont le produit de la vente représente 30 milliards de dollars dans le monde, sont également concernés.

Au-delà des produits directement ingérés par l’organisme, des domaines bien plus vastes de nos économies tels que la production d’électricité, le bâtiment ou le textile, dont nous ne pouvons douter des dangers au vu des sommes astronomiques gagnées dans ces secteurs d’activité, seront touchés par les conséquences de ce raisonnement.

En définitive, tout ce qui est vendu à la suite d’un échange est mauvais en raison même de l’intérêt qu’on a eu à nous le vendre et il serait plus prudent de vivre uniquement de ce que nous avons produit nous mêmes.

Pourtant, quoique nous soyons si persuadés du cynisme des multinationales, que nous croirions capables, si leur intérêt le commandait, de nous livrer à l’esclavage ou de nous faire croire que le mercure est un simple complément alimentaire, nous continuons de nous vêtir, d’acquérir des maisons et d’y utiliser l’électricité. D’ailleurs, à bien y réfléchir, la multiplication des produits commercialisés n’a-t-elle  augmenté la durée de notre vie et favorisé sa qualité ?

Qu’est-ce qui cloche dans un raisonnement qui aboutit à les condamner tous ?

Il est vrai, si nous partons du principe que la plupart des entreprises se conduisent naturellement avec cynisme, qu’elles auront tendance à cacher les conséquences de leurs produits sur la santé. Pourtant, il est également possible qu’une entreprise, tout aussi accaparée par la recherche du profit, développe un produit sans dommages pour la santé ou du moins dont les dommages ne peuvent être comparés aux avantages qu’il procure. En défendant alors son produit, même si  le souci de la vérité qu’elle aurait foulé au pied en d’autres circonstances n’entre pas dans ses vues, elle défend la vérité. Autrement dit, que le produit soit bon ou mauvais, l’entreprise le défendra. Le discours de l’entreprise sur son produit étant indépendant de la qualité de celui-ci, il ne peut rien nous en apprendre et ne doit donc ni nous rassurer, ni nous inquiéter.

Le paranoïaque ne considère pas les autres hommes comme des individus guidés par leurs intérêts propres et pouvant lui nuire dans cette quête mais conçoit un monde dont lui-même est le centre où les autres existences sont entièrement tendues vers le but de l’épier et de lui nuire. En oubliant la possibilité que l’on puisse suivre par intérêt une activité favorable à autrui, la conception populaire de l’activité marchande est paranoïaque. Alors qu’une multinationale cynique peut parfaitement trouver son compte en livrant à la population un produit qui la serve, la paranoïa populaire raisonne comme si une entreprise intéressée ne pouvait se satisfaire d’engranger des profits en rendant service à ses clients, devait nécessairement tenter de leur nuire, et poursuivait le mal pour le mal.

Si l’on voulait formuler un critère basé sur la parole des personnes prenant position sur la toxicité d’un produit ayant quelques chances de nous aider dans la découverte de la vérité, la prise en compte de la parole des accusateurs serait sans doute une méthode plus pertinente. Ainsi, le taux d’erreur passé d’un accusateur quelconque peut donner une idée de la probabilité de la justesse de sa prochaine accusation.

En l’occurrence, si l’on évalue ses prédictions sur une durée suffisamment longue, le mouvement technophobe moderne, c’est-à-dire le mouvement écologiste, s’est très régulièrement trompé.

Paul R Ehrlich, auteur du livre controversé « The population bomb » aux thèses néo-malthusiennes

Les prévisions de famines liées à la surpopulation propagées par Paul R. Ehrlich ont été démenties. Contrairement aux craintes, les aérosols n’ont pas fait entrer le monde dans une nouvelle ère glaciaire. La fin du pétrole prévue par le club de Rome n’a pas eu lieu. Enfin le DDT provoquait sans doute moins de décès que son interdiction pour les personnes qui n’étaient plus protégées des moustiques vecteurs de maladies mortelles. Les erreurs et les exagérations du mouvement écologiste ont été trop nombreuses pour que nous puissions prendre au sérieux a priori les accusations qu’il profère.

De la même manière, si nous devions choisir entre la version d’un homme se défendant d’avoir été l’auteur d’une agression mais dont la parole n’inspire pas confiance et celle d’un affabulateur ne cessant d’inventer des agressions dont il aurait été victime, nous pourrions partir de l’hypothèse qu’il y a une majorité de chances que le premier n’a rien commis de répréhensible.

L’incapacité des écologistes à prédire correctement correspond à la conjonction de deux faits : un fanatisme anti technologie leur faisant croire que toute innovation est nocive d’une part, le fait que la plupart des innovations présentent des dangers qui, lorsqu’ils existent, sont inférieurs à leurs bienfaits. Si ce dernier phénomène avait été moins fréquent, les écologistes quoique guidés par une démarche tout aussi défectueuse, auraient eu raison plus souvent.

Il a permis l’amélioration considérable du bien-être matériel de l’humanité depuis deux siècles. C’est en cela une excellente nouvelle, peut-être la meilleure que l’humanité ait connue dans l’histoire (sauf pour les personnes ayant des convictions religieuses). Le drame est que l’humanité l’ignore.

Le paysan chinois à travers l’histoire

La conviction productiviste et technophile aura été minoritaire dans l’histoire. Le plus souvent ce ne sont pas les conséquences sur la santé, à une époque où l’existence était si précaire, qui était rejetée mais les bouleversements de l’ordre social que l’innovation entrainait. Lorsque le développement de la science occidentale fit connaitre ses réalisations aux populations d’autres civilisations, les moins lucides crurent possible de les adopter en conservant l’ordre social antérieur. Les autres se partagèrent entre ceux qui préféraient la préservation de l’ordre social et les partisans de la révolution sociale que la recherche de l’innovation technique impliquait. Le nationaliste chinois Sun Yat Sen qui préférait « l’extinction de notre quintessence nationale à l’extinction définitive de notre race » faisait clairement partie du groupe qui acceptait la nécessité des innovations techniques, sociales et politiques étrangères. En son sein, beaucoup  se tournèrent naturellement vers le socialisme qui, dans un processus inconnu, offrait l’illusion de la maitrise et du contrôle.

Néanmoins, le progrès technique, pour des populations souffrant d’une misère radicale, avait pour lui l’évidence de ses bienfaits. Quelque résistance qu’il ait pu rencontrer au cas par cas, tant ses avantages sont visibles lorsque l’on observe ses effets dans leur globalité, il ne pouvait plus être rejeté par principe. Seules les catégories privilégiées pouvaient préférer fondamentalement une stabilité préservant leur prépondérance sociale.

À certains égards, les données du problème sont assez proches dans les sociétés occidentales contemporaines. Nous apprécions le progrès technique en général mais craignons les conséquences des innovations particulières, notamment sanitaires.

Pourtant, si une telle tendance reste majoritaire, un courant propageant un discours critique à l’égard du progrès a su se développer. C’est qu’enfants gâtés de la technologie, nous ne savons plus en goûter les fruits. Toutefois ici, à l’inverse du phénomène décrit plus haut, le rejet global du progrès technique s’oppose à l’acceptation de ses conséquences particulières.

Bien souvent, la décroissance, c’est pour la société, mais pas pour moi !

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Très bonne analyse du comportement humain craignant la nouveauté.
    Il ne faut pas sous-estimer les intérêts financiers de certains  » écologistes » prônant actuellement le développement  » durable ».

    • Les vrais écologistes vous diront que le développement durable est une grosse arnaque.
      Faut pas mélanger les gens.
      Il y a les écologistes ; et il y a les industriels / politiques qui proposent cette opposition : « développement et durable ».

  • Dans un ouvrage nommé :  » l’économie ne ment pas » Guy Sorman montre comment l’idéologie de Trofim Denissovitch Lyssenko, inspirée d’une partie des théories de Jean-Baptiste de Lamarck, déjà rendues obsolètes par Darwin, et parce que celles ci collaient avec le socialisme soviètique, a ruiné l’économie de l’URSS.
    Comme avec l’écologisme politique d’aujourd’hui les idéologies fumeuses retardent les progès techniques et scientifiques porteurs des bienfaits pour l’Humanité.

  • Mais justement, ça n’est pas cause de ça : « Le discours de l’entreprise sur son produit étant indépendant de la qualité de celui-ci, il ne peut rien nous en apprendre et ne doit donc ni nous rassurer, ni nous inquiéter. »

    que les gens sont si méfiants ?
    regardez, il y a quelque, fait très rare, une entreprise a fait son mea culpa: Apple a dit ok, la nouvelle version de l’application maps n’est pas au point, mais nous allons corriger tout ça !

    quelles autres entreprises réagiraient de la sorte ? pratiquement aucunes… et c’est bien triste ! et si un jour par exemple Servier n’excuse auprès de tous, reconnait son erreur ? si un jour Monsanto finit par avouer que c’est une hérésie de faire des procès pour copyright infringement aux paysans voisins de leurs clients et s’excuse ?
    peut être que les gens auraient un peu plus confiance et accepteraient mieux les progrès avec les bras cassés que cela entraine parfois…

    selon moi, c’est juste une question de confiance et les entreprises devraient plus jouer à ce jeu là dans leur communication !

    • « selon moi, c’est juste une question de confiance et les entreprises devraient plus jouer à ce jeu là dans leur communication ! »

      Okay, j’accuse votre entreprise de petit pain d’empoisonner les gens et de détruire la terre, c’est relayé par toutes les unes du pays et vos démentis ou/et les résultats des procès (que vous avez eu tort de faire selon votre raisonnement) eux ne passent jamais qu’en 20eme page quand ils passent.

      Qui détruit la confiance ?

      Comment ce fait il que des gens qui baignent littéralement dans des millions de produits manufacturés et mangent des milliards de tonnes de produits industriel ont une image aussi déplorable de la technologie et des grandes entreprises qui les fait vivre alors qu’ils n’envisagent pas une seconde de cesser cette consommation ?

      La peur fait vendre et même si 100000 entreprises sont correctes le seul truc qui va passer en une c’est 20 type avec une gastro suivi des commentaires fumeux des idéologues de salon sur « le monde moderne ».

      La vache folle, cherchez combien d’articles, combien de mort, la malaria faites la même chose.

      Qui détruit la confiance ?

      • non bien sur dans ces cas là ça ne marche pas…

        mais je ne dis pas que ça résoudrait tout je réponds plus à cette citation du texte et je pense que la communication de l’entreprise doit changer en fonction de la qualité de son produit, qu’elle doit apprendre à assumer ces erreurs et à être moins langue de bois.
        Et je dis que peut être cela améliorerait la confiance que les gens ont envers elles ?

        D’ailleurs au passage les entreprises ne sont pas les seules concernées… si les hommes politiques eux aussi assumaient leurs erreurs (qui sont encore plus nombreuses…), on aurait un peu plus confiance en eux peut être ? ou au mieux ça permettrait un grand ménage dans le tas !

        je suis juste exaspéré par les langues de bois qui nous entourent quotidiennement…

      • juste un petit ajout: ok vos démentis passeront en 20eme page…
        et après ? rien…

        regardez toutes ces grandes entreprises dont on dit du mal, à tort ou à raison, quand on regarde leur situation économique je n’ai pas l’impression que cela les impacte de façon négative…

        • « quand on regarde leur situation économique je n’ai pas l’impression que cela les impacte de façon négative… »

          Parce que leurs clients savent pourquoi ils achètent et que les discours des écolos (en l’occurrence) c’est de la m…. pour gogos.

          « je suis juste exaspéré par les langues de bois qui nous entourent quotidiennement… »

          Dans le monde « du bien » ceux qui vendent du vent ou des trucs indiscutables aucun discours n’est dangereux, ils ont caution morale acquise et même un dérapage attirera des sourires.

          Imaginez un pétrolier qui dis « ok, 12 millions d’oiseaux tués par l’usage de nos produits c’est encore un deal acceptable pour faire vivre des milliards de gens »

          « La nouvelle Renault, 500’000 mammifère écrasés sur les routes »

          « Avec Vesselux verte: Plus que 300’000 batraciens exterminés pour que vous ne fassiez pas ch… avec la vaisselle. »

          Pour les pesticides c’est encore plus simple: avec un peu de connaissances on sait ce qu’on leurs doit et pourquoi on les achète, sans c’est juste des produits pour tuer la vie. Et vous voulez que les types tiennent le genre de discours plus haut ?

          Les ventres ce sont rempli mais les têtes n’ont pas suivie. Y a des choses qu’on ne peut pas dire aux crétins.

  • Paf : « regardez, il y a quelque, fait très rare, une entreprise a fait son mea culpa: Apple a dit ok, la nouvelle version de l’application maps n’est pas au point, mais nous allons corriger tout ça !
    quelles autres entreprises réagiraient de la sorte ? pratiquement aucunes… et c’est bien triste !  »
    ————————————————

    Les entreprises dans le secteur concurrentiel avouent leur tort, sinon, les consommateurs et les concurrents se chargent de le faire savoir. Même Microsoft avait reconnu sans peine que ses premières consoles Xbox souffraient de surchauffe et les échangeaient gratuittement même après l’expiration de la garantie.
    Coca avait changé sa formule suite aux tests de goût qui donnent l’avantage à Pepsi, puis est revenu en arrière suite à la pression des consommateurs, ça lui a coûté des centaines de millions en coût marketing pour rattraper le coup. Les entreprises automobiles rappellent régulièrement des voitures sur un soupçon de problème technique, à des coûts astronomiques. La grande distribution rappelle également des millions de produits le plus souvent inoffensif…

    Le fond de commerce d’une entreprise, ce n’est pas seulement le produit, c’est aussi l’image de marque, et ce d’autant plus qu’elle est une grosse entreprise. Quel intérêt a-t-elle à laisser une impression d’arrogance alors que les gauchistes s’en chargent déjà copieusement à longueur de propagande à l’école et dans les médias ?
    Bref, les entreprises qui avouent leurs erreurs et qui les corrigent rapidement sont plus la règle que l’exception. Les exceptions étant, comme on peut s’en douter, là où il y a monopole ou oligopole.

    • @miniTAX

      « Les entreprises dans le secteur concurrentiel avouent leur tort, sinon, les consommateurs et les concurrents se chargent de le faire savoir »

      D’où l’intérêt d’une veille sanitaire des consommateurs et de toutes les compétences.

      On pourrait aussi cité l’affaire de l’amiante, très symptomatique de ce qu’il ne faut pas faire dans ce domaine.

  • Mais quel tissu de conneries ! Affligeant.

  • Je ne vois pas ce que les écologistes ont à voir avec la quasi-totalité des exemples cités (tabac, Servier, etc.). A moins que vous ne nommiez « écologiste » tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vous.

    Par ailleurs, sur l’affaire du DDT, il est bon de rappeler que les accusations portées suite à son interdiction aux USA sont tout simplement fausses ou révisionnistes (au sens de réécrire l’histoire a posteriori pour accréditer une thèse). L’article, sans détailler le dossier, semble au contraire les faire passer pour une évidence, ce qui constitue sans aucun doute une exagération faisant qu’il est impossible de prendre son argumentation au sérieux, pour reprendre l’idée même de l’auteur.

    • Bat : « Par ailleurs, sur l’affaire du DDT, il est bon de rappeler que les accusations portées suite à son interdiction aux USA sont tout simplement fausses ou révisionnistes »
      ————————————
      Il est bon que vous disiez au moins de quelle « accusation fausse ou révisionniste » il s’agit car pour l’instant, vous ne faites que brasser du vent.
      Mais bon, venant d’un apologiste d’escrologiste et dont le mode de débat consiste à mentir, je ne retiens pas mon souffle.

    • Message particulier au Com’Pol de Contrepoints: je vous saurais gré de retirer ce pseudonyme de « Bat » et de me ré-appeler Baptiste Campion, et surtout de retirer le lien que vous avez inclus dans mon message au départ de « l’affaire du DDT » vers le site Junkscience, que je ne cautionne pas et qui présente cette histoire de manière mensongère.

      Je ne suis pas sûr d’être exaucé, loin de là, mais il serait utile que les lecteurs ne soient pas intoxiqués par vos bidouillages me prêtant des identités et propos qui ne sont pas les miens.

      [Administrateur : les trolls aux pseudos multiples, ils feraient mieux de ne pas trop la ramener.]

  • Même médiapart se permet de démolir cette étude, et, de plus on en apprend sur la façon dont auchan qui l’a financée l’exploite pour sa publicité!
    http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/220912/gilles-eric-seralini-ou-le-cirque-publicitaire

  • Il ne faut pas oublier Edward Goldsmith, Milliardaire Britannique qui utilise toutes ses ressources financières en faveur de la Décroissance, afin de restauré la Société traditionnelle et sa hiérarchie, notamment Aristocratique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute.

Les cercles politiques se lamentent de voir s'éloigner les vagues d'innovation. L'éminent économiste Robert Gordon affirme que l'époque des innovations transformatrices est révolue. Comme Peter Thiel, il est déçu par la nature incrémentale des inventions modernes. La thèse du déclin repose sur l'hypothèse que les innovations révolutionnaires comme la machine à vapeur, l'électricité et le téléphone deviennent excessivement rares. Il a été assez facile de trouver des preuves de cette ob... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Au vu des estimations actuelles, les sociaux-démocrates SPD et les chrétiens-démocrates de la CDU/CSU sont au coude à coude autour de 25 % avec un avantage pour les premiers. Des scores qui vont dans le sens des sondages, malgré un résultat des verts légèrement plus faible que prévu (14,3 % contre 16 % dans les sondages).

En outre, le parti de la gauche radicale Die Linke voit son score divisé par deux par rapport aux précédentes élections (9,2 % en 2017 et 5 % en 2021), rendant très peu probable une coali... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Richet.

CIGEO, situé dans le petit village de Bure, dont il a permis, au passage, la reconstruction, se propose de stocker en profondeur, dans une argile stable depuis plus de 100 millions d’années, les déchets nucléaires de longue vie, mais peu radioactifs (le gros du volume) et les déchets nucléaires vitrifiés (les plus actifs dont le volume est, par définition, petit – 5 g par personne et par an en France).

Pour sa déclaration d’utilité publique, CIGEO passe par un rapporteur de l’État qui organise des réunions ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles