Florence Cassez, nouvelle Jeanne d’Arc ?

Être libérée pour vice de forme sous la pression des présidents français ne fait pas de Florence Cassez une innocente à porter au pinacle.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Florence Cassez, nouvelle Jeanne d’Arc ?

Publié le 31 janvier 2013
- A +

Être libérée pour vice de forme sous la pression des présidents français ne fait pas de Florence Cassez une innocente à porter au pinacle.

Un article de l’Aleps.

Florence Cassez dans sa prison mexicaine

Étiez-vous jeudi dernier après-midi à Roissy pour l’accueillir ? Toute la presse s’y pressait, et tous les présidents exprimaient leur réussite présidentielle. Sarkozy, Hollande : même combat.

Au risque de paraître politiquement et médiatiquement incorrects, nous serions plutôt tentés de dénoncer un déni de justice. Il y a en effet ce qui est incontestable, et ce qui resterait à juger par de vrais tribunaux avec de vrais magistrats.

Ce qui est incontestable, c’est que la libération a été prononcée sous pression politique. Nicolas Sarkozy d’abord et surtout, François Hollande ensuite, se sont faits les champions de la cause Cassez. Réminiscence de Voltaire dans l’affaire Calas ? Toujours est-il que Sarkozy a fait le siège du précédent président mexicain, Felipe Calderon, ami des Américains et classé à droite. En vain, et ce refus a provoqué en 2011 l’annulation de l’année d’amitié France-Mexique. Mais en décembre 2012 Calderon a été battu aux dernières élections, et Enrique Pena Nieto, candidat du « Front révolutionnaire », s’est empressé de modifier la composition de la Cour Suprême en nommant un nouveau juge Alfredo Gutierrez Ortiz Mena.

Ce qui est incontestable c’est que la Cour Suprême s’est prononcée pour la libération en arguant des vices de forme qui ont accompagné l’arrestation de la prévenue, et de la parodie de reconstitution de cette arrestation par la police mexicaine pressée par les journalistes. Mais à aucun moment la Cour n’a innocenté Florence Cassez.

Ce qui resterait à juger, c’est précisément de la culpabilité de la dame. À quatre reprises les tribunaux mexicains l’ont condamnée pour complicité active dans les enlèvements opérés par son compagnon, Israel Vallarta Cisneros, chef de la bande des Zodiaque, qui enlevait et rançonnait. Florence aurait joué les premiers rôles en particulier dans le rapt d’un enfant et de sa mère. Les juges se seraient-ils prononcés sans souci de la vérité et sans respect des droits de la défense ? Les témoins cités ont donné des versions différentes. Mais la plupart ont chargé l’accusée, de sorte que le doute n’a pas effleuré l’esprit des magistrats. Il a en revanche envahi l’esprit des Français, dûment informés par les médias, au point de faire de Florence Cassez une victime et une héroïne.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • La Cour n’a pas a innocenté Florence Cassez. Quelqu’un qui n’est accusé de rien par la justice est réputé innocent.

    Au delà même de son innocence ou pas, dont nous devrions pas parler, elle a été effectivement victime d’une manipulation judiciaire.

    La question de son innocence ou de sa culpabilité est hors sujet, on ne devrait juste pas en parler. C’est malsain de « juger » quelqu’un dans les journaux.

  • Quoi qu’il en soit, la réalité c’est qu’elle a fait 7 ans de tôle à la mexicaine, ce qui est largement plus que ce qu’aurait fait un coupable qui aurait commis en France les mêmes crimes que ceux dont on l’accuse. C’est beaucoup trop pour une innocente, c’est suffisante pour une coupable. Dans les deux cas : rideau.

  • Coupable ou pas , 7 ans c’est beaucoup pour une culpabilité douteuse.
    Dans les deux sens.
    Maintenant la « foire » autour de ce cas m’étonne .
    C’est ça le marketing politique.

  • Largement qu’un coupable en France?
    Oui justement c’est bien ça le problème: la permissivité de la justice française.

    • et la justice mexicaine qui relâche les coupables qui ont les moyens de soudoyer les juges, et la justice mexicaine corrompue, …?
      Vous savez comment elle fonctionne la justice mexicaine ? Non ? Regardez Presunto Culpable (version longue en anglais sous-titrée en français sur YouTube). Regardez aussi Sicario Room 164 (version longue bien sûr). Vous comprendrez comment ça marche au Mexique où 98% des personnes jugées sont envoyées en prison. Où l’ex-petit ami de F. Cassez est en prison depuis 7 ans sans avoir été jugé. Où 3 indiennes de moins d’un mètre 40 ont passé plus de 4 ans en taule pour avoir soi-disant kidnappé 6 policiers… (wonder-women les indiennes !)
      N’empêche que si ça vous tente de visiter les prisons mexicaines, allez-y ! Le Mexique j’y suis arrivé en 1990 et j’en suis revenu en 2012, alors je sais de quoi je parle…

      • Jean: « Vous comprendrez comment ça marche au Mexique où 98% des personnes jugées sont envoyées en prison. »

        C’est pas 126% plutôt dont 98% d’innocents ?

      • Jean , avez-vous été inquiété ? Vous a t-on jeté en prison sans raison ?

  • jesuisunhommelibre
    31 janvier 2013 at 17 h 57 min

    Ce n’est, en tout cas, pas une héroïne.

  • Justice bananière
    31 janvier 2013 at 19 h 43 min

    Elle à été victime d’une justice bananière c’est tout !De la en faire la nouvelle héroïne de « l’été »…Il fallait la rejuger de manière exemplaire ;C’est à dire comme dans un état civilisé sans avoir à recourir à la torture et autres moyens déloyaux et suspicieux.Je rappelle que le Mexique n’a plus de peine de mort ou à perpétuité depuis 1929 pour les crimes de droit communs!Alors les lecons de morale…Je reste poli!

    • le mexique n’applique plus la peine de mort, oui…, si on veut …
      par contre il a ratifié la convention internationale contre la torture, et celle-la il ne la respecte pas.
      Il a signé une convention (de Strasbourg je crois) sur le transfèrement de prisonniers, qu’il n’a pas respectée dans le cas Cassez… Alors…!

  • La Cour Suprême a pour vocation de se prononcer sur la constitutionnalité, pas sur l’innocence ou la culpabilité. Quand le comprendrez-vous ?

  • Les enlevements c’est pas bien. Donc complice ou pas on s’en fout, c’est trop louche de toute façon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien dirigé par Justine Colinet.

Suite à la pandémie, plus précisément suite aux restrictions qui en ont découlé, l'hôtel bruxellois dans lequel Marion travaillait a été contraint de fermer ses portes depuis la fin du mois de décembre 2020. Au mois de mai 2021, la réouverture n'a pas pu avoir lieu. L'hôtel espère désormais pouvoir ouvrir à nouveau en juillet avec, peut-être, le retour d'une activité touristique rentable à Bruxelles.

Sachant qu'elle ne retrouverait pas son activité professionnelle avant cela, Marion a déc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Sous un arbre gigantesque, un homme pleure la tête cachée dans ses mains. Au petit matin du 1er juillet 1520, Fernand Cortés pleure ainsi son rêve perdu. Le conquérant de l’Empire aztèque a vu périr en une nuit la plus grande partie de ses hommes. Durant cette « triste nuit », la Noche Triste, les Espagnols ont fui de façon désastreuse Tenochtitlan, la capitale des Aztèques.

C’était il y a 500 ans, le 30 juin 1520. Cortés, le fondateur oublié du Mexique, le nationalisme mexicain ayant privilégié le my... Poursuivre la lecture

Par Juan Cristóbal Cruz Revueltas[1. Professeur de Philosophie politique à l’université mexicaine autonome de l’État de Morelos. Dernier ouvrage paru : avec Lacorne, Denis, Una democracia frágil: religión, laicidad y clases sociales en los Estados Unidos, Ed. Marcial Pons, Madrid 2017.]. Un article de la revue Conflits

Au-delà du grave problème de santé qu’elle représente, l’épidémie du coronavirus a deux effets majeurs sur le Mexique. Elle donne un coup d’arrêt au projet du président López Obrador et, surtout, met le Mexique sur le ch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles