57% de dépenses publiques en 2013 ?

Selon la Commission européenne, le poids des dépenses publiques françaises devrait continuer à augmenter pour atteindre le niveau historique de 57,0 % en 2013 et en 2014.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dépenses publiques en France : où est la baisse ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

57% de dépenses publiques en 2013 ?

Publié le 27 février 2013
- A +

Selon la Commission européenne, le poids des dépenses publiques françaises devrait continuer à augmenter pour atteindre le niveau historique de 57,0% en 2013 et en 2014. En outre, le déficit public s’élèverait à 3,7% du PIB en 2013 et à 3,9% en 2014. De nouvelles hausses d’impôts devraient voir le jour pour passer sous le seuil de 3,0%.

Selon la Commission, le poids des dépenses publiques dans le PIB devrait continuer à augmenter pour atteindre 57,0% en 2013 et 2014, contre 56,7% prévus à l’automne 2012 (et 55,4% selon Bercy). Ce niveau serait historique :

À politique inchangée, Bruxelles estime le déficit de l’Hexagone à 3,7% du PIB en 2013 et à 3,9% en 2014. Loin d’atteindre le seuil des 3,0%, le déficit public s’en éloignerait même. Une source gouvernementale a contesté les calculs qu’il considère comme incomplets : « le déficit de 3,9% pour 2014 revient en réalité à 3,3% ».

Rappelons que la présentation d’un déficit en pourcentage de PIB est particulièrement trompeuse : le déficit de l’État est en réalité proche des 20,0% de ses recettes.

Bruxelles pourra accepter en juin prochain, lors de la prochaine étape de la nouvelle gouvernance européenne, de retarder d’un an le retour sous les 3,0%. Pour cela, Paris devra s’engager à documenter davantage ses réductions des dépenses et « poursuivre ses réformes » selon Olli Rehn, commissaire aux Affaires économiques. Le gouvernement français semble particulièrement attendu sur sa réforme des retraites.

François Hollande avait ouvert la voie samedi à une nouvelle hausse de la fiscalité, contraire aux engagements de stabilité fiscale de l’exécutif : « C’est d’abord par des économies et subsidiairement par des prélèvements supplémentaires que nous devrons atteindre nos objectifs ».


Source : Les Échos.

(Visited 2 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Formidable développement ce dimanche 19 décembre en politique américaine : le Build Back Better (BBB), 5 trilliards de folles distributions d’argent public aux clientèles démocrates, vaisseau amiral législatif de la présidence Biden, vient d’être officiellement et définitivement coulé par le sénateur démocrate Joe Manchin, qui refuse de cautionner cette orgie de dépenses publiques, la plupart sans motif, dans un contexte désormais inflationniste. Inflation, gestion covid, déroute afghane, absence de résultats, la présidence de Biden menace de... Poursuivre la lecture

Par Adrien Hall. Un article de l'IREF Europe.

Dans une étude récente sur la situation économique de la France, l’OCDE s’inquiète de la dérive de nos finances publiques et invite le gouvernement à engager d’urgence des réformes structurelles.

Le couperet de l’OCDE vient de tomber et il est sans appel. La situation économique française est mauvaise et nos comptes publics sont dans le rouge. L’OCDE s’inquiète de l’augmentation « marquée » de la dette publique pendant la crise covid et nous enjoint de « développer une stratégie de ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Sébastien Laye.

En économie, la seule exactitude qui vaille est celle des chiffres, réalité implacable. Or cet ancrage dans le réel et la statistique sied mal au pouvoir actuel, qui se complait dans la communication à outrance sur des slogans, ou la circonscription de la réalité à une ou deux statistiques favorables.

Pic historique du taux de marge des entreprises

À cet égard, si le gouvernement communique cahin-caha sur les chiffres du chômage (à 8,1 %), plutôt bons mais sans être exceptionnels, et grevés de diverses manipu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles