Mort de Stéphane Hessel

Stéphane Hessel, ancien résistant et spécialiste des indignations très sélectives, est mort dans la nuit.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013574 Hessel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mort de Stéphane Hessel

Publié le 27 février 2013
- A +

Stéphane Hessel, ancien résistant et auteur du fascicule Indignez-vous ! , est mort dans la nuit de mardi à mercredi.

Par la rédaction de Contrepoints.

Stéphane Hessel, ancien résistant et diplomate français, auteur du fascicule « Indignez-vous ! », est mort dans la nuit du 26 au 27 février, à 95 ans. Il avait réussi à vendre deux millions d’exemplaires de son petit pamphlet dans lequel il vantait les mérites de l’indignation.

Stéphane Hessel était né en 1917 à Berlin. Il est connu essentiellement pour avoir été résistant, déporté, diplomate, médiateur pour sans-papiers, pro-Palestinien, anti-sioniste, auteur et avait enregistré une vingtaine de poèmes au profit du réseau Éducation sans frontières (RESF).

Si nos pensées vont à sa famille et à ses proches, il nous parait néanmoins utile de rappeler les prises de position pour le moins controversées d’un homme dont le portrait public gagnerait à être nettement nuancé. S’il faut saluer le résistant et l’homme de convictions, qui n’a jamais eu peur de dire ce qu’il pensait, n’oublions pas non plus que, justement, ce qu’il pensait était parfois critiquable.

Saluons à juste titre le Stéphane Hessel résistant au péril de sa vie, défenseur de tous ceux que des régimes privent de liberté ou luttant contre les préjugés sur l’immigration, mais n’oublions pas l’autre face d’un homme pour qui l’indignation était à géométrie très variable et pour qui la liberté de certains était plus importante que celles d’autres. Tout homme privé de sa liberté mérite d’être défendu, pas uniquement ceux dont on partage les idées.

Ses idées furent justement dénoncées dans nos colonnes et ailleurs : en particulier, ses indignations très sélectives au profit uniquement de certains, autant que possible anti-Israéliens ou anti-Américains. Il tint ainsi des propos très polémiques sur le terrorisme palestinien :

Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable, mais il faut reconnaître que lorsque l’on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres, la réaction populaire ne peut pas être QUE non-violente.

De même, obstiné dans une opposition constante à Israël, il alla jusqu’à dire que l’occupation nazie valait mieux que les Israéliens en Palestine :

… la souplesse de la politique d’occupation allemande permettait, à la fin de la guerre encore, une politique culturelle d’ouverture. […] j’affirme ceci : l’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art. Tout cela était terrible. Mais il s’agissait d’une politique d’occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistant le travail si difficile. » (Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 janvier 2011).

Si les Palestiniens méritaient d’être défendus selon lui, il refusa de condamner la dictature cubaine et fut quasiment muet sur les souffrances du peuple syrien. Comme l’écrivait le diplomate Fabio Rafael Fiallo sur Contrepoints :

Il aura fallu attendre novembre 2011, et donc des milliers de morts et de tortures, pour que Stéphane Hessel se décide finalement à condamner la répression en Syrie pendant un évènement public. Et encore, sa tardive prise de position intervient par ricochet, en réponse à une question qui lui fut formulée à Genève lors d’une soirée organisée par l’association « Enfants de Gaza » et dont l’objectif essentiel était de permettre à Hessel de renouveler ses attaques diffamatoires contre Israël.

Nombreux sont ceux qui sont privés des libertés les plus élémentaires dans ce monde, de la Palestine à la Corée du Nord, en passant par Cuba. Hessel n’en défendait que certains et refusait de défendre les autres. Comme l’écrit toujours Fabio Rafael Fiallo :

Silence radio, également, à l’égard du peuple cubain, envers qui la solidarité est une denrée inexistante, car ses souffrances ne cadrent pas avec les visées anti-américaines des donneurs de leçons de morale tout à la gauche acquis. Les habitants de l’île rouge peuvent vivre muselés des décennies durant, un demi-million d’entre eux ayant connu les prisons et les chambres de torture du régime castriste, les dissidents y peuvent crever dans des geôles immondes ou subir des emprisonnements répétés, les morts par grève de la faim peuvent se succéder, sans que cela ne suscite ne serait-ce qu’un début de mobilisation des donneurs de leçons de morale.

Des propos qui font écho à ce qu’écrivait récemment Pierre Assouline, journaliste littéraire :

Vous ne trouverez [dans Indignez-vous] aucune indignation sur la violation des droits de l’Homme en Birmanie, en Chine, en Iran, en Corée du Nord, en Libye, en Tunisie et dans tant d’autres pays car l’indignation de Stéphane Hessel est à géométrie variable.

Sur un autre registre, beaucoup lui reprochèrent de jouer sur les émotions, en appelant à l’indignation permanente, au lieu d’appeler à la raison, à la réflexion. Gilles-William Goldnadel soulignait ainsi les approximations de l’auteur, dont la pensée masquait au final une idéologie de l’indignation permanente qui ne mène à rien. De même, le neurophyschiatre Boris Cyrulnik de dire :

J’ai beaucoup de tendresse, d’admiration, pour Stéphane Hessel avec qui j’ai beaucoup de concordances de vue mais je m’indigne qu’on nous demande de nous indigner parce que l’indignation est le premier temps de l’engagement aveugle. Il faut nous demander de raisonner et non de nous indigner.

Aussi dramatique soit la mort d’un être humain, il convient de ne pas faire d’un homme très polémique un héros de notre temps. La douleur ne doit pas obscurcir notre jugement au point de nous rendre aveugle aux faiblesses de Stéphane Hessel et à ses positions polémiques. Quand la critique des idées d’un homme devient impossible, c’est que l’esprit critique a disparu. Est-ce vraiment ce qu’il aurait souhaité ?

Lire aussi :

(Visited 1 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (111)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (111)
  • Est-ce que c’est utile de taper sur un mort , qui n’a pas que démérité dans sa vie?

    • C’est un exercice difficile en effet, mais je pense que c’est fait avec suffisamment de prudence ici

      • Je comprends la critique des positions disons simplificatrice et radicales d’Hessel. J’ai beaucoup ri en lisant son manifeste. Mais j’ai du mal à trouver le bohnomme antipathique. Il a servi son pays avec honneur , c’est avant tout cela qui à mon avis méritait d’être souligné. Mais après on peut avoir des avis divergent sur la question

        • On peut être très sympathique et causer une catastrophe idéologique.
          Si les méchants étaient tous de sales con le monde serait plus simple.

          Cela dis contrepoints à raison de jeter un pavé dans la mare. Un contre-avis dans la marée d’éloges mièvres ça ne fait pas de mal.

      • Je suis bien d’accord (dommage quand même cette citation de Goldnagel à la fin qui n’était pas nécessaire).

        • La citation est de Cyrulnik, pas de Goldnagel.

          • « Gilles-William Goldnadel soulignait… » il est bien cité, même si ce n’est pas textuellement.
            C’est lui donner beaucoup de crédit que de croire que son style pourrait être confondu avec celui de Cyrulnik (ceci expliquant sans doute cela d’ailleurs).

  • Enfin une bonne nouvelle !
    OK , je sors …

  • Votre texte semble encore plus approximatif que son œuvre.
    Paix à son âme.

    • Totalement d’accord avec Slim, dire que c’est pas bien de condamner la colonisation qu’Israel poursuit en Palestine parce qu’il n’a pas condamné l’ensemble des dictatures dans le monde est assez simpliste …
      Vos critiques sont assez peu argumentées mais bon on en a l’habitude …

      • Relisez l’article, ce n’est pas ce qui est dit.
        L’article est argumenté et sourcé. Quelle source contestez-vous précisément?

    • « Votre texte semble encore plus approximatif que son œuvre. »
      Vous pouvez argumenter et corriger ces ‘approximations’?

  • « Aussi dramatique soit, toujours, la mort d’un être humain »

    Non, c’est la vie.

  • Charentais libéral
    27 février 2013 at 10 h 33 min

    En réponse à son dernier livre, la citation de Nietzsche : « Nul ne ment autant qu’un homme indigné »

  • Heureusement qu’il y a Contrepoints pour que l’on puisse déverser toute sa saleté sur la mort de Stéphane Hessel.

    Alors que tous ces média mainstream cryptocommustiques vont nous bassiner avec les engagements de ce soit-disant grand homme :
    – devenir résistant, un acte à la porté du moindre libéral avec un tant soit peu de conviction ;
    – participer à la rédaction de la charte de droits de l’homme, un simple boulot de secrétaire ;
    – défendre les acquis du CNR : sérieusement vous voudriez que nous autre libéraux, on donne un médaille à un type qui défend la sécu (en déficit chronique depuis 30 ans, mais qui finance largement un système de santé classé numéro 1 par l’OMS et pour un secteur qui représente 12% de PIB contre 18% de PIB aux USA dans un système largement privatisé et classé 37ème par l’OMS) !
    – un juif qui lutte pour le droit des palestiniens : un juda en puissance, ouais !
    – rédacteur d’un bouquin, qui pousse à réfléchir sur le sens de notre société marchande où la financiarisation à outrance ne laisse que peu de place aux valeurs humaines : vous ne voudriez pas qu’on se pose trop de questions sur la sens de la vie, merde, laisser nous bosser, ramasser du pognon, fructifier vos investissements, c’est ça la vraie vie à la fin !

    • Si notre SS est si parfaite pourquoi les frontalier Franco-Suisse préfèrent choisir une assurance maladie privée à 84%. Et pourquoi nos politiques n’acceptent ils pas de la mettre en concurrence, après tout personne n’en voudrait !

    • heureusement qu’il y a Vinsk pour commenter un texte qu’il n’a pas lu.

    • « devenir résistant, »
      Résistant lui ??? il a quitté la France en 1941 et est revenu en 1944. Il se fait arrêté par la Gestapo et dénonce ses camarades en quelques jours. Puis il est interné en Allemagne de Aout 44 à Aout 45…

      « participer à la rédaction de la charte de droits de l’homme »
      ben non justement… Il n’a jamais participé à cela. C’est un mensonge de sa part. Le pire c’est que c’est connu, mais tous les médias se taisent !!!
      Il a seulement été témoin de la signature au Palais de Chaillot à Paris en 1948. Il n’ a pas participé à la rédaction, ni été contributeur ni signataire !!!

    • une belle carrière dans la prostitution t’attend mon ami!

      • C’est qu’on devient subtile dans les insultes ici : c’est joliment tourné.

        Fils de ta mère va ! Au fait elle bien le connait le métier dont tu fais allusion, non ?

        Et vive la délicatesse !

    • Si « Indignez-vous » vous a poussé à réfléchir, c’est que l’exercice devait être nouveau pour vous. C’est une des pires productions littéraires qui ait jamais vu le jour.

      • Vraiment d’accord avec toi.

        Ce livre se tourne contre la Raison de manière générale et est remplie de haine et ne propose aucune idée constructive.

    • jesuisunhommelibre
      27 février 2013 at 14 h 52 min

      « – participer à la rédaction de la charte de droits de l’homme »
      Transformer les « Droits de l’Homme » en un bougli-bougla de droits à ceci et à cela, en contradiction avec les DDH initiaux.

      « – défendre les acquis du CNR » : En fait, ne faire qu’entériner les « acquis sociaux » du gouvernement Pétainiste (Sécurité sociale, retraite par répartition, médecine du travail, comités d’entreprise), soit rien de très glorieux.

      « – rédacteur d’un bouquin, qui pousse à réfléchir  » Et qui met sur le même plan, l’indignation vis à vis du régime nazi et de la politique de Sarkozy (aussi mauvaise soit-elle).

      En bref, quelqu’un qui n’a vécu que dans les ors de la république, au crochet des autres, et qui se permet de donner des leçons.

  • Know thy enemy: Goldnadel et pas Goldnagel

  • J’ai perdu toute sympathie pour lui le jour ou j’ai compris que cet homme était un menteur et un manipulateur quand j’ai vu qu’il n’avait jamais participer à la rédaction de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, contrairement à tout ce qu’il avait dit avant (et il s’en vantait en plus). Son nom n’apparait nulle-part dans la liste des auteurs / contributeurs / signataire.
    Le « Grand Résistant » qui prétend avoir participé à de nombreuses batailles. Et qui en fait était en Angleterre de 1941 à 1944. Il est dépose en mars et arrêté en juillet. Puis il dénonce ces camarades sous la torture (ce que Jean Moulin n’a jamais fait !!!). Il est interné en Allemagne en Aout 44 et réussi à s’échapper en aout 45 (il était affecté au nettoyage du camp, ce qui donne son niveau de « dangerosité » selon les kapos allemands)…

    J’ai compris ce jour là que cet homme était un manipulateur, et j’ai perdu tout sympathie pour lui…
    Je ne vais donc pas pleurer sa mort, et je n’ai aucun aléa moral pour lui cracher dessus… Puisqu’il a craché toute sa vie sur les français et les vrais résistants (mon grand-père en était un, de 1939 à la libération !!!).

    • Daniel, votre propos est indécent et vous discrédite. Même en prêtant foi à votre présentation des choses, il faut vraiment n’avoir aucune idée ou aucune connaissance de ce que sont la torture ou la déportation et être d’une prétention immense pour écrire des imbécilités pareilles:

      «Le « Grand Résistant » qui prétend avoir participé à de nombreuses batailles. Et qui en fait était en Angleterre de 1941 à 1944. Il est dépose en mars et arrêté en juillet. Puis il dénonce ces camarades sous la torture (ce que Jean Moulin n’a jamais fait !!!). Il est interné en Allemagne en Aout 44 et réussi à s’échapper en aout 45 (il était affecté au nettoyage du camp, ce qui donne son niveau de « dangerosité » selon les kapos allemands)…»

      En fonction de l’idéologie dont on se revendiquera, on peut peut-être reprocher à Stéphane Hessel certaines de ses prises de positions, mais je ne pense pas que des libéraux de pacotille comme Daniel, bien installés au chaud derrière leur clavier à pondre, aient le moindre début de légitimité pour donner à Stéphane Hessel des leçons sur ce qu’il aurait dû faire ou ne pas faire pour être un grand résistant.

      • Oups, deux mots sont malencontreusement restés dans le clavier, désolé.
        Il fallait lire « confortablement installés derrière leur clavier à pondre des jugements péremptoires ».

        • Jugements péremptoires…

          Vous en faites beaucoup :
          « il faut vraiment n’avoir aucune idée ou aucune connaissance de ce que sont la torture ou la déportation  »
          Jugement sans fondement de votre part, car n’ayant aucun rapport avec le texte que j’ai écris.

          « être d’une prétention immense pour écrire des imbécilités pareilles: »
          Jugement d’une incongruité totale. En effet, ce que j’ai écris n’ai rien d’autre que la biographie réelle de Hessel. Biographie qu’il a toujours volontairement cachée, manipulée avec l’aide de toute la gauche française et des médias.

          S. Hessel c’est toujours présenté comme un grand résistant. Pourtant il a quitté la France dès le début de 1941 et s’est installé à Londres. Il n’est revenu qu’en Mars 1944, chargé d’une mission de parachutage et de distribution de d’émetteurs radio pour la résistance. Il est capturé en Aout 44 par les allemands et sous la torture il balance tout le réseau.
          Cela n’a rien d’une imbécilité. C’EST LA VRAIE BIOGRAPHIE DE HESSEL. Et elle es disponible sur le net…

          Hessel a toujours revendiqué d’avoir participé à la rédaction de la Déclaration Universelles des Droits de l’Homme. Or c’est totalement faux !!! Là encore « mon imbécilité » est facilement vérifiable sur le net : son nom n’apparait pas dans les listes des signataires / rédacteurs de la DUDH !!!

          Conclusion : La personne ici qui fait des Jugements Péremptoires c’est uniquement vous. Car vous jugez ce que j’ai écris à l’aune de votre vision idéologique du personnage et non pas l’aune d’une vérification de mes propos.

          • Daniel,

            Non vous ne vous contentez pas de décrire « la vraie biographie d’Hessel ». Vous le jugez, de façon péremptoire, vois insinuez qu’il n’aurait pas été un grand résistant sous prétextes qu’il a parlé sous la torture et que sa déportation aurait été, au fond, assez cool. C’est cela que je vous reproche. C’est cela qui est indigne.

            Il faut être d’une incommensurable prétention pour reprocher à quelqu’un d’avoir parlé sous la torture. La très grande majorité des personnes torturées finissent par céder. C’est inévitable. C’est normal. C’est humain.

            Avez-vous la moindre idée de ce qu’est la torture? Avez-vous la moindre connaissance de personnes ayant été torturées? Pensez-vous qu’ils cèdent de gaité de cœur? Pensez-vous que céder sous la torture est une forme de lâcheté? Pensez-vous qu’ils ne sont pas ravagés ensuite pour le restant de leurs jours pour avoir parlé?

            Pensez-vous que vous auriez fait mieux?

            Vous citiez Jean Moulin, mais n’oubliez pas les mots de Malraux lors du transfert de ses cendres au Panthéon: « entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi; et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé ». Malraux exprime parfaitement ce que vous n’avez pas compris, ou ce que vous feignez de ne pas voir.

            Personne ne peut exiger de quelqu’un qu’il ne cède pas sous la torture. Les services secrets partent toujours du principe qu’un agent de leurs agents torturé parlera. Ils sont plus réalistes que vous. Plus humains, aussi. Alors, derrière votre clavier, vous êtes très mal placé pour reprocher à Hessel (ou tout autre) d’avoir parlé.

          • Moussa : « Pensez-vous que vous auriez fait mieux? »
            ———————————
            Oui, je pense que j’aurais fait mieux qu’Hessel, à supposer que j’avais parlé sous la torture, ce qui ne risque pas d’arriver (bah oui, tant qu’on en est dans les suppositions à deux balles comme vous faites…), j’aurais fermé ma gueule APRES au lieu de me faire passer pour un « grand résistant ».

            Vous confirmez donc qu’Hessel n’est qu’une grosse fraude. C’est très con !

        • Je comprend ce que veut dire Daniel. On glorifie Hessel comme étant un grand résistant. Pourtant quand on regarde les faits, il semble qu’il n’ai été qu’un résistant parmi des milliers d’autres et que son « moussage » médiatique ne soit qu’une instrumentalisation politique à des fins démagogiques.

          Mon grand père, personne ne le connait, ni de journaux ni de médias ni d’écrits. Pourtant de ce que je sais de sa vie en fait de lui un sacré contributeurs de nos libertés. Bien plus que certains qui se font mousser sur la scène de leurs écrits médiocres.

          « Les belles actions cachées sont les plus estimables ». Blaise Pascal

    • Un résistant de salon, comme beaucoup dans ce pays. Parce que pour comparer Sarkozy à Hitler, faut vraiment avoir de la merde entre les oreilles.

    • daniel:

      « il reussit a s’echaper du camp en aout 45  » ???????

      je n’ai pas besoin de vous rappeler que l’allemagne a capitulée le 8 mai 45 !

    • Les gens sont jugés à leur mort par le reste du monde pour savoir ce qu’il va en rester dans la mémoire collective.

      Pour ma part, ma mémoire de cette homme vous ferait peur. Lisez indignez-vous et son déversement de haine et de passions irrationnelles + son impacte idéologique sur toute une génération de jeunes altermondialistes anti-libéraux…

  • Bon débarras

  • défenseur à géométrie variable des libertés dans le monde….le schéma de pensée de ce Monsieur me dérangeait; paix à son âme..

  • Paix à son âme mais je me souviens que Jean-Marie le Pen a été condamné pour avoir déclaré que l’occupation allemande en France n’avait pas été « inhumaine » (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/02/16/97001-20120216FILWWW00508-occupation-le-pen-condamne-en-appel.php). Il n’est pas ma tasse de thé (loin s’en faut) mais que n’aurait-pas-t-il subi s’il avait déclaré:  » « … la souplesse de la politique d’occupation allemande permettait, à la fin de la guerre encore, une politique culturelle d’ouverture. (…) j’affirme ceci: l’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art. Tout cela était terrible. Mais il s’agissait d’une politique d’occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistant le travail si difficile. »
    J’apprécie tout particulièrement: « …l’occupation allemande permettait, à la fin de la guerre encore, une politique culturelle d’ouverture…était… une occupation relativement inoffensive…Mais il s’agissait d’une politique d’occupation qui voulait agir positivement…. » Elle se voulait donc positive. De là à en déduire qu’elle n’était pas inhumaine!!!I
    Le gauchisme est à g…

  • twitter_PostScriptum3
    27 février 2013 at 11 h 50 min

    #Hessel a alimenté le populisme et ajouté de la crise à la crise. Grâce à Hessel, l’inculte est culte.

  • On ne tire pas sur une ambulance, (à moins qu’elle a la croix de David dessus, dans certains secteurs) pourquoi tirez sur un corbillard ? Quoi que ! dans certains cas ….

    Enfin, plaignons la famille: avoir déjà de son vivant un tel sénile en son sein, leur vie, n’a pas du être rose, si on ose dire.

  • 2/20. j’ai l’impression de lire le prochain spectacle de dieudonné.

  • Honneur à un vieux monsieur qui a décidé de se battre pour ce qu’il croit juste, même si je ne partage pas ses valeurs et que son bouquin est à chier.

    Dans son combat médiatique, Il s’est battu honnêtement sans appeler à la haine, c’est déjà bien mieux que beaucoup d’autres ici, qui voudraient mettre en prison leurs opposants.

    Honte aux rédacteurs de cet article qui assemblent un pénible cherrypicking pour essayer de faire de cette personne un être « polémique », mettre du « FUD » dans son passé… ce qui est inutile, car les époques qui l’ont formé étaient précisément déjà faites de peur, d’incertitude et de doute.

    A chaque fois qu’on me parle de la guerre, je me pose des questions sur ma capacité à rester intègre face à la peur, à l’incertitude et au doute.

    Pour info, si je lis « Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable, mais il faut reconnaître que lorsque l’on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres, la réaction populaire ne peut pas être QUE non-violente. » : je lis un pur et simple constat. Quand t’envoies des tanks, t’attends pas à des fleurs en retour.

  • En quoi les propos sont polémiques ? Prendre fait et cause pour les palestiniens est plutôt salvateur, surtout venant d’un homme qui a connu la déportation et l’occupation.

    Terminer l’article en citant Gilles-William Goldnadel, auteur sur Atlantico d’édito à vomir, sans aucune objectivité, montre le niveau de ce blog. Nul besoin d’entrer dans une discussion, internet permet les idées extrêmes de proliférer. Bonne chance à vous, vous avez de l’avenir…

    • « Nul besoin d’entrer dans une discussion, internet permet les idées extrêmes de proliférer. »

      Contrepoints, le site sur lequel défendre la mémoire d’un résistant devient une « idée extrême »….

      • défendre un résistant ????????????

        Un article citant Gilles-William Goldnadel, une des pires vomissure que le net peut compter.

        Il est toujours amusant de voir des pseudos rédacteur d’article en allant chercher 2-3 sources pour pondre un article pour se démarquer (de quoi de qui ?, l’article est consensuel au possible), estimer que le vécu de Stéphane Hessel ne justifie pas ses prises de position. L’auteur a-t-il était déporté ? a-t-il était résistant.

        Pourquoi s’offusquer lamentablement sur le silence en Syrie et à Cuba (Islam-communiste, la peur du réac de droite), d’un homme qui voit comme n’importe qui que la bande de Gaza est une prison à ciel ouvert, écrasé par une puissance hostile, basée sur ce qu’il y a de plus stupide, l’idéologie religieuse.

        Stéphane Hessel fait comme la majorité des hommes, prendre une position forte sur une injustice, un peu comme Coluche et les Restos du coeur, quel con de ne pas avoir dénoncé dans le même temps les attentats de l’IRA, une pourriture aussi ce mec au final…raisonnement du même niveau, rédigé en deux étapes :

        – Je tape Stéphane Hessel polémique sur Google, j’extrais 2 citations de mecs un peu connu
        – Et je change les amorces de phrases en collant les citations.

        • Il est clair que Coluche a fait plein de citation sur la douce occupation boche et sur la nécessaire violence du Hamas.

          • J’avais oublié qu’il n’avait pas été résistant, effectivement autant pour moi…

            Violence du Hamas ? Intéressant de ne pas s’offusquer de la répression militaire israélienne sur un peuple démunis mais de trouver honteux que des résistants (car oui une colonisation de force amène l’occupation donc la résistance) utilisent des moyens de défenses.
            Les sabotages, les attentats contre des généraux allemands, les français ont aussi utiliser des méthodes terroristes pour se défendre de l’occupant.

            Le plus drôle dans tout çà, est de voir quoi des mecs de droites, des petits écoliers d’école de commerce, qui ont du voir un chapitre d’histoire sur la résistance et qui ont regardé la liste de Schindler, et pensent avoir ainsi des connaissances suffisantes pour cracher sur un résistant français.

            Il n’y a polémique dans ses propos que pour des ignorants de l’occupation allemande, et des gens favorables à la politique israélienne parce qu’ils se sentent bêtement appartenir, comme les petits de 12 ans dans les cours de récrés qui se rassemblement parce qu’ils sont du même immeuble.

          • « les attentats contre des généraux allemands »

            Oui voilà, toute la différence est là: contre des officiers/soldas allemands. Mais as-tu déjà entendu parler d’actes de résistance consistant à envoyer des roquettes contre des CIVILS allemands? De mettre des bombes dans des bus CIVILS? De placer des bombes dans des marchés ou des centres commerciaux dont le but est de tuer le maximum de CIVILS?

            Et on ne parlera pas des écoles « enseignant » l’antisémitisme primaire à coup de chansons appelant au meurtre de tous les juifs, et destinées aux tout petits. Ça doit être de la « résistance » ça aussi…

      • Mouis, je ne suis pas du tout fan d’Hessel et je trouve l’idée de l’indignation totalement stupide (bouh bouh pas contents ! Indignés !), mais l’article est tout de même un peu faible.

        On ne peut pas forcément dénoncer, se révolter ou s’indigner contre tout, certains préfèrent se concentrer sur tel ou tel point précis, dans son cas il me semble que c’était la politique israélienne. là où il y a effectivement beaucoup à dire.
        Je n’aime pas non plus l’idée manichéenne selon laquelle, si tu critiques Israël, tu soutiens le terrorisme (terrorisme ou résistance, le terme est d’ailleurs au choix, en fonction des points de vues) palestinien, et vice versa.

        Bref, Hessel, c’est simpliste, mais la politique d’Israël (comme dans beaucoup d’autres pays), c’est de la merde.

  • Un petit rayon de soleil dans cette journée nuageuse.

  • Le gourou des bobos nous a quitté mais ils ne sont pas orphelins, il y en a plein d’autres.
    L’indignation est la révolte du lâche.

    • « l’indignation est la révolte du lâche » vous en avez encore bcp des comme ça mini pouce, c’est presque aussi beau que du pine à chier

  • Saint Bobo, et puis c’est tout. Cela dit, paix à son âme.

  • jesuisunhommelibre
    27 février 2013 at 14 h 33 min

    Comme disait Desproges, en apprenant son décès, j’ai repris des nouilles.

  • Franchement je trouve cette article clairement inapproprié. Il aurait mieux valu accorder à Stéphane Hessel un minimum de temps de recueillement avant de vouloir nuancer le personnage, qui plus est avec des arguments frisant le point Godwin.

    • Mais nous savons ! nous sommes l’antithèse de la gauche la vraie, comme celle de la fausse droite, donc nous sommes des fachos, des nazis …. Il faut impérativement malgré tout admirer, lécher les pieds, aduler, vos icônes, vous les grands démocrates, sinon c’est l’insulte assurée. Rassurez-vous, nous savons faire, aussi, mais nous n’allons pas nous mettre à votre niveau, nous valons mieux que cela.

      Ceci, dit tous les médias français, toutes les chaines de télévisions se masturbent sans discontinuer, devant votre vieux sénile défunt, cela ne vous suffit pas ? Il n’y a pas assez de blog de gauche, qui embrayent leurs bonnes paroles, pour en plus nous ennuyer ici ? A moins que vous voudriez nous imposer aux forceps vos idées, suivant vos méthodes habituelles ? Là, cela va être dur. Notre liberté de pensée, nous la gardons, même si elle vous semble vous donner des boutons, ce qui nous ravis.

      • Voilà qui est bien dit. Bon certes l’article est très pauvre et manque beaucoup d’éclaircissements mais n’a rien de diffamateur. Comparé à tout ce qu’on pourrait dire sur cet homme, ça reste très gentil.

        Celui qui se met en avant sur la scène publique doit s’attendre faire réagir les gens. Et notre côté, on sait comment réagir quand on des torchons aussi diffusés qu’ « indignez-vous ».

        L’aura de respect entourant un mort ne doit pas clore le débat sur les idées de cette personnes.

    • Tiens, je me souviens qu’à la radio belge, le jour de la mort de Franco, il y a eu un concours ouvert aux auditeurs pour trouver l’épitaphe la plus drôle ou la plus méchante. Enfin, bon, pour la Gôche, on peut aller directement dans l’ignoble. Ici, on a un article certes critique, mais pas insultant.

      • treve d’insultes, sait-on pourquoi cet homme etait autant anti-sionniste ?
        il etait d’origine juive, non ? mais converti au catholicisme, peut-etre que le problème venait de la ?

    • Accuser de friser le point Godwin, n’est-ce pas justement préférer l’indignation à la discussion et à la réflexion ?

    • le point Godwin est le nouveau point Godwin

  • Hessel ou l’indigne à Sion.
    Ok, je sors.

  • Laurent de Angelis
    27 février 2013 at 22 h 32 min

    Excellent article. Effectivement, en écoutant France Info aujourd’hui, qui confirme être un ramassis de gauchistes, on pouvait croire que S. Hessel était le plus grand esprit du XXème siècle… et du début du XXIème ! Interviewé vedette, je vous le donne en mille… José Bové, naturellement ! Ces médias sont véritablement insupportables.

  • Indignez-vous me semble être l’un des supports idéologique de la mouvance globale anticapitaliste chez tous les jeunes.

    Suivant un argumentation de très bas étage, haine + révolte sans éléments constructifs et faisant d’infâmes amalgames, il se lit en un éclair et donne le sentiments aux jeunes pubères d’intellectualiser tout mouvement passionné de révolte populaire à des fins de justice sociale égalitariste.

    L’impacte et les dégâts de ce petit torchon sont énormes, d’autant plus qu’il est très accessible.

  • Cet individu s’était « fabriqué » un C.V. fort flatteur. Trop peut-être ? Un C.V. dont l’histoire devra nous dire ce qu’il en fut exactement (après enquêtes, avec le recul).
    Où se situe l’exacte position de ses dires et ses actions (celles antérieures à ses « indignations » tardives) ? Si l’on en juge pas les comportements de nombre d’indignés, le message est mal passé dans cette frange du grand public !

    Ceci dit, nous allons encore assister au travers des médias subsidiés (et eux-mêmes abusés?) à un flot de louanges et la compositions d’une apologie … que nul n’a exactement vérifié avant de lancer les fleurs ! La crédulité prend toujours la main sur la réalité des faits …

    • @ The Wolff

      Tout à fait d’accord !

      En fait, un « intellectuel gaucho » …
      Ce sont les plus dangereux !
      Et vous n’avez pas le droit de n’être pas d’accord !

  • Très attristé par la mort de ce grand artiste qui m’avait tellement fait danser avec son tube « Déjeuner en paix ».

  • Extrait de l’absurde suggéré par des quelques apparatchiks gôchistes :
    [ Une pétition est en ligne qui demande l’entrée d’Hessel au Panthéon : si le ridicule tuait, les rédacteurs et les signataires de la pétition ne seraient plus de ce monde. Mais si le ridicule tuait, la France perdrait d’un seul coup l’essentiel de ses prétendues élites. Seul Richard Prasquier, pour l’heure, a osé énoncer quelques critiques, et je rends hommage à son courage.

    J’ai lu dans Le Monde que la mort était un grand projet pour Stéphane Hessel. S’il avait réalisé ce projet plus tôt, il m’arrive de penser en cet instant qu’il aurait au moins fait quelque chose de bien dans sa vie.]

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour http://www.Dreuz.info ]
    La totalité de cet article très pertinent du professeur Millière se lira sur :
    http://www.dreuz.info/2013/02/les-salauds-vont-en-enfer/#respond

  • Il vaut mieux taper maintenant sur Hessel parce que le système est en train de le canoniser.

    Il représentait la ringardise.

    Des communistes ont été déportés par les nationaux-socialistes, des nationaux-socialistes ont été déportés par les communistes… cela suffit-il pour en faire des héros ?

    Enfin, non seulement les idées de Hessel sont criticables mais il a manipulé la réalité au sujet de la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme, de la situation à Gaza.

    Hessel juif ? Oui si l’on en donne une définition raciale. En somme, il est juif autant que les Palestiniens…

  • Des messages évoquent la libération de Hessel des camps allemands en août 1945. Ceux qui étaient encore emprisonnés à ce moment-là étaient ceux qui sont passés des camps nationaux-socialistes aux camps communistes.

    Les libéraux sont généralement antisionistes mais qui en parle ?

  • 80 commentaires, soit largement plus du double de la somme de tous les commentaires des autres « articles » de la page d’accueil…
    Impressionnant.

    Florilège choisi :
    « Enfin une bonne nouvelle ! »
    « Puis il est interné en Allemagne de Aout 44 à Aout 45… »
    « Ceux qui étaient encore emprisonnés à ce moment-là étaient ceux qui sont passés des camps nationaux-socialistes aux camps communistes. »
    « Bon débarras »
    « Un petit rayon de soleil dans cette journée nuageuse. »
    « Comme disait Desproges, en apprenant son décès, j’ai repris des nouilles. »
    « Ceci, dit tous les médias français, toutes les chaines de télévisions se masturbent sans discontinuer, devant votre vieux sénile défunt, cela ne vous suffit pas ? »

    Et le meilleur, à mon avis :
    « Hessel ou l’indigne à Sion. »

    Contrepoints : le nivellement par le haut !

    • T’excite pas Philippulus, on a bien le droit de rigoler un peu. C’est que l’humour de Hollande est rudement contagieux.

      • Je ne suis nullement excité, juste atterré, ce qui est le résultat normal d’un nivellement.

        • Pauvre Philipulus
          que voulez-vous, un vieux bonhomme qui meurt dans son lit à 95 ans, sauf si c’est votre père ou grand-père, ça ne fait pas pleurer les gens. Et quand ce vieux bonhomme est venu donner des leçons de morale alors qu’il a menti sur son rôle dans la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme, on n’a pas envie de s’attendrir surtout quand toute une bande médiatico-politique veut le canoniser subito.
          Si cela vous atterre Philipulus que d’autres n’aient pas envie de se prosterner devant la nouvelle idole, tant pis pour vous.

          La prosternation, c’est le nivellement par le bas.

          • Bon, Florence n’a rien compris..Je réessaye.
            La mort de Stéphane Hessel ni ne m’attriste, ni ne me réjouit et je ne me prosterne devant rien ni personne. Jamais. Je suis juste assez sidéré par le nombre et surtout le niveau des commentaires défouloirs. Car si « les médias se masturbent », que dire de la prose de caniveau ici étalée ?

          • philippulus: « que dire de la prose de caniveau ici étalée ? »
            —————————————————————————

            Pourquoi caniveau ? Hessel avec son moralisme à deux balle et ses explications démagogique et populistes est susceptible de faire énormément de dégâts dans nos sociétés.

            La casse humaine des états en crise et de leurs peuples qui prennent des vessies pour des lanternes grâce à des gens comme lui va être énorme.

            Et on ne parle pas de sa position anti-juif qui ne mérite absolument aucun respect. Ce type s’asseyait joyeusement sur les droits de tout un tas de gens et prônait des idées propre à semer la haine et la discorde.

            Pour finir Contrepoints n’est pas une secte de moralisateur chantants mais un site de ré-information. Le nivellement par le haut c’est celui de la raison pas celui de la courbette devant qui que ce soit et encore moins devant des sales types.

          • @llmryn

            Je crois que philippulus ne parle pas de la teneur de l’article qui n’a elle-même rien d’une prose de caniveau, même si je ne la trouve, personnellement, pas des plus objectives, si tenté qu’on puisse l’être au sujet de Stéphane Hessel.

            Il constate simplement la présence d’une part importante de commentaires qui sont irrespectueux, injurieux et voire même carrément orduriers, qui ne sont ni modérés, ni dénoncés, et font tache sur un site qui se propose de niveler « par le haut ».

    • Et le meilleur, à mon avis :
      « Hessel ou l’indigne à Sion. »

      Bah voyez-vous, moi j’ai trouvé ça drôle et finement trouvé. 🙂
      Comme disait je ne sais plus qui :
      « On peut rire de n’importe quoi, mais pas avec n’importe qui. »
      😉

    • Entièrement d’accord, ces commentaires sont obscènes.
      Contentons-nous des amabilités d’usage réservées à tout grand penseur du gratin parisien : souhaitons-lui une éternité de souffrance en Enfer et que sa charogne soit basardée dans la Seine.

      • Contrepoints : le nivellement par l’égout… ça sonne pas mal en fait, et c’est tellement en accord avec le délicat parfum de votre commentaire qui fait honneur à votre intelligence !

        • +1

          Et encore là, j’ai été doux.

        • VinsK « Contrepoints : le nivellement par l’égout.. »
          ——————————
          Venant d’un mec qui soutient avec un aplomb de camelot qu’Hessel aurait « participé à la rédaction de la charte de droits de l’homme », un menteur vivant qui défend un menteur mort, super crédible quoi…

  • Mais Philipulus, les gens n’ont plus le droit de se défouler ?
    Plus le droit de rigoler ? Plus le droit de dire une connerie ?
    On veut nous béatifier Hessel, nous le panthéoniser, et on n’aurait pas le droit de nous moquer de tant de bêtise ?
    Pour qui vous prenez-vous Philipulus pour venir jauger les gens de haut ?

    Vous voulez prouver votre hauteur de vue à qui ? A vous même ou aux autres ? C’est vous qui êtes au ras des pâquerettes pour supporter que la classe médiatico-politique médiocrissime nous impose leurs idoles.
    Allez Philipulus, comme dirait l’idole de la semaine « prosternez-vous ».

    • Désolé d’intervenir hein dans cette discussion pleine de signifiant, mais je voudrais juste faire remarquer, en faisant abstraction du contexte si possible, que si on a bien le droit de dire une connerie il ne faut pas non plus s’étonner que d’autres remarquent que c’est une connerie.
      Une connerie n’est rien qu’une connerie et aussi toute une connerie. La liberté convoque la responsabilité et la recherche de cohérence.

      • Ouais ropib
        on a le droit de dire une connerie
        on a le droit de dire à l’autre qu’il a dit une connerie
        on a le droit de dire à celui qui a réclamé le droit à dire une connerie qu’on a le droit de lui qu’il a dit une connerie.
        On continue les conneries ?
        C’est qui le plus con ?

        • les plus cons ce sont ceux qui veulent mettre Hessel au Panthéon

        • On en a rien à faire de qui c’est le plus con, les uns comme les autres.
          La question c’est de savoir ce dont on accepte les responsabilités. A partir du moment où on assume son discours on peut trouver mieux que « c’est juste une connerie » comme réponse à quelqu’un qui rentre dans un débat. Il ne faut pas avoir peur de la négociation au moindre risque de rentrer dans un rapport de force.
          Après honnêtement, ça m’est complètement égal.

          • Un rapport de force n’oblige à négocier que si l’on n’est pas serein sur un sujet.

            S’il est difficile d’être serein sur le bien fait de sa mort, on peut l’être sur celui de l’enterrement de ses idées !

          • @Stef75> Ca n’a plus trop de rapport avec les exigences liées à l’exercice de la liberté. Pour autant je ne vois pas comment des rapports de force peuvent exister s’il n’y a aucun objet de négociation. La réalité étant un consensus elle est de toutes façons le résultat d’une négociation, globalement perdue au moment de la naissance, mais c’est une autre histoire, et le pourquoi de l’incomplétude de la modélisation de la réalité aussi.
            Le rapport de force à l’intérieur des espaces de négociations (qui nous préexistent) se construit en même temps que la prise de conscience de la disjonction entre l’altérité et soi-même (et de la proximité asymétrique en faveur de soi-même).
            Si vous voulez dire qu’il n’y a pas de négociation quand on est sûr de l’emporter je vous demanderais sur quoi peut-on bien l’emporter et envers qui s’il n’y a rien à disputer. A l’inverse se désengager ne prouve pas l’absence de négociation : si la preuve du pudding c’est de le manger, ne pas le manger n’est pas la preuve de son inexistence, même si on est déjà rassasié et donc serein. On pourrait même dire qu’une autre preuve du pudding est de le régurgiter, elle est même double.

          • ropib :
            « Je ne vois pas comment des rapports de force peuvent exister s’il n’y a aucun objet de négociation »… Moi non plus !

            « La réalité étant un consensus elle est de toutes façons le résultat d’une négociation ». Pour moi, la réalité est d’abord de vivre l’expérience, elle peut toujours faire l’objet d’un consensus mais à défaut d’expérience.

            « Si vous voulez dire qu’il n’y a pas de négociation quand on est sûr de l’emporter ». En principe oui, et il y a bien quelque chose à disputer si une autre personne a des arguments différents. Dans le cas contraire, non.

            « A l’inverse se désengager ne prouve pas l’absence de négociation ». Pas forcément, mais ça peut l’être. Ne pas manger votre pudding n’est certes pas la preuve de son inexistence, mais ce n’est pas non plus la preuve de son existence, à fortiori déjà rassasié et donc serein.

            Au plaisir…

          • @Steph75> Nous sommes donc d’accord sur l’idée qu’il faut trouver une preuve de l’inexistence du pudding ailleurs que dans le fait de ne pas le manger : 1) le fait que d’autres (ici philippulus) le mangent est un signe (non suffisant) 2) le fait qu’il soit régurgiter par d’autres encore (ici Florence) montre qu’il y a un consensus quelque part sur l’existence d’un pudding quelconque, quand bien même l’un l’aime et l’autre non.
            Ça n’est certes toujours pas suffisant et nous touchons donc la question de l’incomplétude et de la sociabilité de l’essence humaine, sujet que j’essayais et que je continue d’essayer d’éviter. Je n’argumenterais donc pas sur l’efficience de la négation de l’existence des autres, attendu qu’il me semble, au final, que c’est un calcul qui concerne finalement chacun d’entre nous (il me semble qu’il est dépassé par les adultes, mais ce n’est là qu’une opinion qui n’autorise donc aucun jugement de ma part).

            Si il y a objet d’un consensus alors cela entraîne nécessairement l’existence d’un objet de négociation. La difficulté est donc de reconnaître un consensus quand matériellement on ne rencontre personne proposant une représentation différente, dans un second temps lorsqu’on rencontre quelqu’un ayant une représentation différente on rentre de manière mécanique dans un rapport de force qui exige en effet des arguments (plus consistants que « j’ai le droit de dire des conneries » ou « chacun son opinion ») qui peuvent hélas être absents… l’expérience de la mauvaise foi (fréquente mais quand même minoritaire) nous empêche alors le plus souvent le plus souvent de reconnaître que nos certitudes ne sont en fait pas universelles, enfin le caractère minoritaire d’un antagonisme ajouté à un rapport de force largement en notre faveur et notre propre mauvaise foi (relative généralement à un conditionnement social qui nous échappe) nous fait tendre à ne pas reconnaître comme tels une grande partie des espaces de négociation.

            Pour ce qui est de la réalité… à partir du moment où nous n’avons pas les capacités cognitives d’embrasser le monde en entier, ni même l’entièreté de sa projection objectivée par la science, il faut accepter qu’il ne s’agit que d’une modélisation, une modélisation certes mise à l’épreuve de l’empirisme et de la négociation avec les autres (encore une fois en notre défaveur au moment de notre naissance, c’est à dire que nous considérerons un certain nombre de représentations potentiellement arbitraires comme étant objectives, ce qu’on appelle le conditionnement et qui est inévitable et hélas le plus souvent indépassable), alors il s’agit bien d’une modélisation résultante d’un consensus et même dont le processus de construction est continu. Quand bien même nous serions capables de capacités cognitives aussi évoluées dans la solitude dès notre naissance (toutes les expériences montrant le contraire) notre incomplétude persisterait malgré l’expérience (les algorithmes de traitement de l’information sont de plus en plus efficaces avec l’âge, mais notamment dans leur capacité à traiter l’incertitude) : dans l’hypothèse d’une solitude totale non traumatisante (ce qui n’a pas existé) la réalité serait alors l’objet d’un calcul, d’une négociation avec notre niveau et notre capacité d’expérience. Il faut donc un autre mot pour désigner l’objet de la négociation qui aboutit au consensus de la réalité, et je propose, on peut en discuter, celui de « paysage » (le mot de « vérité » étant celui de la foi ou de l’idéologie). A ce titre la science

          • Pardon… à ce titre la science a conscience de ne produire que des modélisations incomplètes. C’est la technique qui fait fi de ces limites et qui manipulent des certitudes, en prenant même la liberté d’y ajouter des simplifications en calculant un taux d’erreur « acceptable »… on revient alors dans l’efficience et dans l’économie, où les négociations, bien que tenues sous silence pour des raisons pratiques, sont multiples et nombreuses.

  • @philippulus

    C’est une tentative désespérée : la majorité des commentateurs ici présents, n’est même pas en capacité de se rendre compte de la contradiction qu’il peut y avoir à revendiquer : « le nivellement par le haut » et déverser une foultitude d’insultes ou d’insanités ordurières dans ces pages.

    • « La connerie est une décontraction de l’intelligence. » Serge Gainsbourg.

    • VinsK: « la majorité des commentateurs ici présents, n’est même pas en capacité de se rendre compte de la contradiction qu’il peut y avoir à revendiquer »
      ———————————————————————————–

      De la part d’un type qui vient de sortir « Contrepoints : le nivellement par l’égout. » la leçon sur les contradictions est hilarante. Tu vois que ça détend, même toi qui est si viscéralement attaché aux bonne manières tu t’y adonne.

      Ceci dis contrepoint n’est pas un club de savoir vivre et « le nivellement par le haut » n’a rien à voir avec des leçons de maintien mais tout à voir avec la raison, l’intelligence et l’information débarrassés des moralismes et des populisme à deux balle sans parler de l’hypocrisie.

  • Il faut rester sérieux, les gars ! D’ailleurs, vous avez vu la tête que faisait Hessel ? Il pouvait dire des horreurs & des bêtises avec douceur & sérieux.

  • Il y a des réactions viscérales face à un phénomène représentatif de l’idéologie actuelle. Certaines blagues m’ont fait rire, d’autres seraient à peine digne d’un membre du gouvernement français.

    Rueff a écrit : « Soyez libéraux, soyez socialistes, mais ne soyez pas menteurs ». Hessel adhère aux mythes communistes & en même temps veut nous faire croire qu’il est pour les droits de l’homme. Dans « Indignez-vous ! », il parle même de l’espoir suscité chez lui par l’éclatement de l’URSS. C’est avec des méthodes comme celles-là que l’on fait perdurer le socialisme. Moi, je suis sur la position de Rueff : si le capitalisme est la pire horreur, osez défendre les réalisations de Lénine, Staline, Mao, Pol Pot, Mengistu… C’est du « socialisme réel », du « socialisme scientifique ». Hessel est le sage utopique.

  • A ceux qui s’étonnent d’un manque de compassion de notre part à l’égard d’Hessel, je me permets de rappeler ce simple axiome d’Ayn Rand : « Pity for the guilty is treason to the innocent »

    • Je ne m’étonne aucunement du « manque de compassion…à l’égard d’Hessel » et en fait je m’en contrefous royalement. Ce qui m’intéressait c’était de voir « la raison, l’intelligence et l’information » en action sur ce sujet. Continuez, avec des amis de votre trempe, les idées libérales n’ont pas besoin d’ennemis. Et c’est bien ainsi.

      • Si vous vous en foutez royalement, pourquoi prenez-vous la peine de le dire…

        Pourquoi y aurait-il de la compassion ? Il a peut-être eu une vie difficile, comme beaucoup de monde. Mourir à 95 ans, c’est bien, j’en connais plein qui ont fait moins et sans subir de guerre !

        Ceci étant, on devrait faire une loi pour interdire aux gens de mourir (après tout ça aurait au moins l’avantage de rester dans le registre de la stupidité de ses idées).

        Rappelez-vous, il y a deux choses dont on peut être sûr : la mort et les impôts.

      • philippulus: « Continuez, avec des amis de votre trempe, les idées libérales n’ont pas besoin d’ennemis. »

        Tu pense qu’un peu de larmichettes et d’hypocrisie sur Hessel feraient avancer la liberté en France ?

        J’aurais tendance moi à penser que coté larmichette et hypocrisie on est déjà bien assez pourvu et que ça ne fait visiblement aucun bien à la liberté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fabio Rafael Fiallo.

[caption id="attachment_271633" align="aligncenter" width="640"] By: Marc Nozell - CC BY 2.0[/caption]

La victoire de Donald Trump a créé un tel tsunami politique au niveau mondial qu’il faudra du temps pour en évaluer les conséquences dans leur intégralité. Et pourtant, l’un des effets collatéraux de cet événement ressort d’ores et déjà d’une manière incontestable. Il s’agit du dommage causé par le résultat des élections américaines au discours et aux perspectives de la gauche radicale des deux côtés de... Poursuivre la lecture

Par Guy Sorman

[caption id="attachment_87160" align="aligncenter" width="660"] Mariano Rajoy (Crédits Partido Popular de Cantabria, licence Creative Commons)[/caption]

 

On parle trop de la Grèce et pas assez de l'Espagne. Le gouvernement grec n'offre à son peuple qu'un choix entre la faillite et le retour à la raison : mais n'en déplaise à la gauche européenne, il n'existe aucun modèle grec alternatif à l'économie de marché et à la bonne gestion de l’État. L'Espagne, en revanche, démontre que l'application des princ... Poursuivre la lecture

Par Gabriel Lacoste.

Salut à toi, héros moderne. Tu crois avoir bâti une société meilleure depuis maintenant plus de cinquante ans au Québec. Tu t'es trouvé un bon boulot dans une salle de classe ou un média et tu racontes à nos enfants ta belle histoire. Ou bien tu travailles pour le gouvernement. Tu te vois comme un de nos sauveurs qui, sautant dans la mêlée, ira aux barricades pour défendre le contrôle de l’État sur notre santé, notre éducation, notre entraide, notre justice et notre portefeuille contre les riches qui veulent s'en e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles