La mafia en France : « Parrains du sud »

Sans être aussi réputée que l'Italie pour sa mafia, la France n'est pas en reste, notamment dans le Sud - avec l'appui de l’État.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mafia en France : « Parrains du sud »

Publié le 28 février 2013
- A +

Sans être aussi réputée que l’Italie pour sa mafia, la France n’est pas en reste, notamment dans le Sud, où l’État soutient la mafia plus qu’il ne lutte contre elle.

Par Jean-Baptiste Noé.

La mafia n’est pas que l’apanage de l’Italie et de la Sicile, cette dernière est aussi présente en France, et notamment dans le sud. On se souvient du fameux livre de Roberto Saviano sur la Camorra napolitaine, le livre de Christian Lestavel est d’un autre style, mais traite du même sujet : les réseaux mafieux et leur développement.

Christian Lestavel fut un petit voyou vivant de rackets et de trafics. Arrêté et condamné, il a été envoyé en prison par les RG qui l’ont utilisé pour infiltrer les milieux mafieux et les informer des différentes opérations. Il a ainsi pu être très actif dans les années 1990. C’est son récit qui est ici raconté, et à travers lui la cavale de tous les mafieux et gros bonnets du grand banditisme. C’est la mafia sans le côté romantique du Parrain de Coppola, sans l’aspect étouffant et oppressant de Saviano. On entre ici au cœur de la crapulerie, des trafics immobiliers ou d’armes, des vols et des rackets, qui cherchent à contrôler un territoire, à affermir une mainmise.

On se rend compte alors à quel point la mafia se développe en dehors de l’État, mais aussi en s’appuyant sur lui. La mafia ne vit pas à côté de la société, elle a besoin d’elle pour prospérer et opérer son commerce. Elle est ainsi comme le revers négatif de nos sociétés.

La mafia vit comme toute société, c’est-à-dire qu’elle n’existe que grâce à des clients qui achètent sa marchandise et qui la font donc prospérer. Sans client pour la drogue ou le proxénétisme, celle-ci aurait du mal à survivre. Mais en lisant le récit de Christian Lestavel on se rend compte que la notion de survie est assez futile au sein de la mafia.

• Christian Lestavel, Parrains du Sud, Éditions Toucan, 2013, 386 pages – sur Amazon.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Ce livre passe à côté de la mafia la plus terrifiante, celle des partis politiques, surtout du côté de Marseille ou dans le Nord.

  • Il est amusant de noter les similarités entre état et mafia.

    D’ailleurs l’excellent Wikiberal.org est assez disert sur la question:
     » l’État, comme la mafia, est une organisation fortement hiérarchisée, qui impose sa loi sur un territoire et vit du racket des habitants (l’impôt) au bénéfice du pouvoir en place et de ses serviteurs (les fonctionnaires et tous les stipendiés du pouvoir). La démocratie ne change rien à cet état de choses, si ce n’est que les chefs de la mafia changent lors des élections. Que l’État rende des services (les « biens publics ») en échange des impôts ne le rend pas plus légitime et n’abolit pas la violence qui est faite aux citoyens (comme la Mafia, l’État assure le citoyen de sa « protection » en échange du tribut qu’il prélève). « 

  • Comme quoi ca se corse

  • je ne savais pas qu il avait une autre famille en france je me demende quece leur nom . moi je suis Parrain moi g fait la guerre 5 famille

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Éric Martel. Un article de The Conversation

[caption id="attachment_263601" align="aligncenter" width="640"] By: Niranjan - CC BY 2.0[/caption]

Daech est souvent considérée, à l’instar d’Al-Qaeda, comme une organisation usant de tous les moyens à sa disposition dans un but idéologique. Elle serait donc l’héritière des organisations terroristes apparues depuis la Seconde Guerre mondiale.

Pourtant, la mort d’Haji Bakr en 2014, ancien colonel des services secrets irakiens, et la découverte de ses dossiers a mis à nu une ... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Perclus, depuis la Belgique

[caption id="attachment_183233" align="aligncenter" width="640"] mafia credits global panorama (licence creative commons)[/caption]

 

Les grèves de ces derniers jours en Belgique montrent qu’une partie du syndicalisme du plat pays, bien loin de ses prérogatives historiques (importantes et légitimes), est devenue une mafia au sens propre du terme.

Prenons d’abord une définition simple de « mafia » : c’est une organisation criminelle, plus ou moins opaque qui entretient ... Poursuivre la lecture

Par Henri Dumaine.

[caption id="attachment_186985" align="aligncenter" width="640"] SNCF TGV (Crédits : Renaud Chodkowski, licence Creative Commons)[/caption]

 

L’équivalent de 150 années de prison ! Quarante-sept opposants au chantier de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin ont été condamnés, au mois de janvier dernier, à des peines de prison par la cour de Turin pour des heurts violents avec la police italienne en 2011, rapporte le quotidien La Stampa. Cette ligne qui reliera la France et l’Italie, tant pour le tra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles