Infrastructures : une plaie africaine

L'Afrique souffre de problèmes structurels, notamment d'un manque d'infrastructures qui entrave son essor économique et son développement.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Infrastructures : une plaie africaine

Publié le 28 février 2013
- A +

L’Afrique souffre de nombreux problèmes structurels, notamment d’un manque d’infrastructures qui entrave son essor économique et son développement.

Par Oasis Kodila Tedika, depuis Kinshasa, République Démocratique du Congo.
Un article de Libre Afrique.

Entre 2004 et 2012, les économies africaines ont crû en moyenne de 5 % par an. En termes de croissance, c’est la deuxième région au monde la plus rapide après l’Asie en développement depuis quelques années. Au cours des dix premières années du millénaire, six des dix économies à la plus forte croissance du monde (Angola, Nigeria, Ethiopie, Tchad, Mozambique et Rwanda) appartenaient à la région. Et sur huit des dix dernières années, l’Afrique  a connu une croissance supérieure à celle de l’Asie.

Cette croissance devrait impliquer un changement structurel. Or, l’on constate un changement structurel  à des rythmes lents et irréguliers. Par changement structurel, il faut entendre un transfert de la main-d’œuvre et secteurs où la productivité moyenne du travail est faible vers ceux où elle est élevée, en augmentant ainsi la productivité moyenne du travail de toute l’économie. Cette transformation rime aussi avec la diversification et la sophistication des exportations et de la production, l’urbanisation et la transition démographique.

La question est : pourquoi cette lenteur ? À la base, il existe plusieurs obstacles, dont l’enclavement de certains pays, le manque de profondeur des marchés financiers, l’insuffisance d’infrastructures, les défaillances institutionnelles (corruption, réglementation du marché de travail, climat des affaires, problèmes fonciers, etc.).

Concentrons-nous sur le problème des infrastructures. Ce facteur est toujours cité comme l’un des principaux obstacles par le secteur privé, dans toutes les études. Le tableau suivant compare la situation de l’Afrique subsaharienne (ASS) à celle des autres économies à faibles revenus comme elle.

Déficit infrastructurel de l’Afrique [[1. La densité des routes est mesurée en km pour 100 km² de terres arables ; la densité des lignes téléphoniques par millier d’hab. ; la capacité de production d’électricité en mégawatts par million d’hab. et les autres unités d’après celle de la densité, l’accès à Internet sont en % de la population.]] (Source : Yepes, Pierce et Foster, 2008).

Ce déficit notoire au niveau du parc infrastructurel est de nature à poser des sérieux problèmes tant à la production qu’à l’exportation et ne manque pas de freiner l’industrie manufacturière. Selon les données de la Banque mondiale, le coût de l’exportation des biens à partir des pays de l’ASS s’élève à 1974 dollars par conteneur, contre une estimation médiane de 732 dollars pour les pays asiatiques.

La production en subit aussi les conséquences. Prenons le cas de l’électricité. L’Afrique ne consomme, selon les données de l’étude de Eberhard et al. (2008), qu’à peine 10% de l’électricité de ce que l’on trouve ailleurs dans les autres pays en développement similaire, soit juste assez pour alimenter une ampoule de 100 watts par personne pendant 3 heures par jour. Voilà qui est inquiétant pour 48 pays, constitués de 800 millions d’hab., générant, à eux tous, plus au moins la même quantité d’électricité que l’Espagne, un pays de 45 millions d’habitants. Conséquence : plus de 30 pays africains connaissent des pénuries d’énergie et des coupures régulières de courant. D’après l’étude de Foster et Bricerno-Garmendia (2010), pour le compte de la Banque mondiale et l’Agence française de développement, « les entreprises africaines font état d’une perte de 5% de leurs ventes, due à la fréquence des coupures de courant – un pourcentage passant à 20% dans le cas des entreprises du secteur informel, qui ne peuvent se permettre un générateur de secours. Dans l’ensemble, le coût des coupures de courant pour l’économie peut facilement atteindre 1 à 2% du PIB. Une réaction fréquente à cette situation consiste à passer des contrats à court terme de fourniture d’électricité de secours. Ces fournitures atteignent au moins 750 megawatts en ASS,… Avec un coût allant de 0,20 à 0,30 USD le kilowattheure, cette électricité de secours est onéreuse et, pour certains pays, la note peut grimper jusqu’à 4% du PIB. » La conclusion de l’étude de Escribano, Guasch et Pena (2010) est encore saisissante : « les infrastructures constituent une contrainte majeure pour les affaires et font baisser la productivité des entreprises d’environ 40%. »

Ces chiffres sont  déjà effarants, bien que faibles car ils ne prennent guère en compte toutes les conséquences de cet obstacle sur la transformation structurelle et in fine le développement de l’Afrique. Il sied donc d’agir et d’agir vite pour essayer de trouver des solutions :  allocation efficiente des ressources liées aux actifs infrastructurels, réduction de la bureaucratie inutile et non efficace, tarification optimale des services, permanence d’entretien des infrastructures, meilleure réglementation, en insistant sur l’apport du secteur privé , intégration régionale, etc.

Références :

Vivien Foster et Cecilia Briceno-Garmendia  (2010),  « Africa’s Infrastructure – A time for Transformation », publié par la Banque internationale pour la reconstruction et le  développement, (institution du Groupe de la Banque Mondiale), en partenariat avec: Agence française de développement, 2010.

Anton Eberhard, Vivien Foster, Cecilia Briceño-Garmendia, Fatimata Ouedraogo, Daniel Camos, and Maria Shkaratan  (2008): « Underpowered: The State of the Power Sector in Sub-Saharan Africa », publié en tant que section 6 de : Africa Infrastructure Country Diagnostic, publié par la Banque mondiale.

Escribano, Alvaro & Guasch, J. Luis & Pena, Jorge, 2010. « Assessing the impact of infrastructure quality on firm productivity in Africa : cross-country comparisons based on investment climate surveys from 1999 to 2005 »,  Policy Research Working Paper Series5191, The World Bank.


Sur le web.

Note :

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Pour avoir des infrastructures il faut un minimum d’impôt qui rentre non ? qu’en est il en Afrique ?

    • J’imagine que le problème vient aussi de l’instabilité politique de beaucoup de pays africains, qui n’est pas très engageante pour les investisseurs qui disposent de suffisemment de capital; je me trompe?

    • Il faut surtout un environnement juridique qui protège le capital et l’investissement, ou encore moins de bureaucratie et de normes.

  • Bravo pour cet article éclairant.

    Je l’ai cité car il éclaire ceux qui pensent au futur de l’énergie, quand au défi présents.

  • Je reviens du Cameroun, et nous dînions un soir à coté de l’Hôpital de Banca chez notre ami Adonis, médecin. Soudain, coupure de courant comme il arrive fréquemment dans ce pays. Puis quelques instants après, un cri déchirant venant directement de l’hôpital . La lumière revient. En écoutant les cris, nous comprenons qu’un nourrisson de 6 mois est mort, faute d’avoir reçu une perfusion par manque de lumière. Nous avons tous le coeur en miette. Je ne peux de m’empêcher de penser à ces dirigeants camerounais menant grand train quand ses enfants meurent d’injustice ! Cela se serait passé en France, quel scandale ! Mais un petit noir pas de chez nous…

  • Frontières coloniales, nations artificielles, nombreuses ethnies, corruptions, rapacité des grosses sociétés mondiales pour le sous-sol. Mélanger bien le tout et vous obtenez le résultat actuel. Difficile d’en sortir

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Emmanuel Martin.

 

https://youtu.be/16BFQEkTwjI

... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Martin.

En quoi l'échange, la division du travail et la spécialisation constituent des éléments cruciaux pour le développement économique des civilisations. L'intérêt de vivre en société réside précisément dans la possibilité de bénéficier de tous ces éléments : notre niveau de vie serait radicalement plus faible s'ils n'existaient pas.

https://youtu.be/-OqHzTBjPvI

... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Martin.

https://youtu.be/LugYV0B0ZrQ

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles