Contrats santé collectifs obligatoires : une fausse bonne idée

Le gouvernement veut procéder à une remise à plat des contrats de complémentaires santé.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contrats santé collectifs obligatoires : une fausse bonne idée

Publié le 31 mars 2013
- A +

La généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés, qui est prévue par le projet de loi transposant l’accord paritaire sur la sécurisation de l’emploi, va accroître le nombre de contrats collectifs de santé (au niveau des entreprises et des branches professionnelles) au détriment des contrats individuels, bouleversant ainsi le marché des complémentaires santé. C’est un pas de plus vers la collectivisation de la santé, une atteinte supplémentaire à la liberté individuelle.

On se demande bien à qui profite le crime

Cette décision est incompréhensible pour qui raisonne de manière pragmatique :

  • Désormais, les salariés n’auront plus le choix de leur protection santé. Ils seront contraints de souscrire au contrat choisi pour eux par leur entreprise. Même s’ils n’en n’ont pas besoin, même si le contrat en question ne correspond pas à leur besoin !
  • Ce contrat collectif aura un coût. Ce coût, l’entreprise le répercutera forcément sur ses prix de vente, c’est-à-dire qu’au moment où nos dirigeants font semblant de se rendre enfin compte des problèmes de compétitivité de notre économie, on augmente les charges et le coût de production pour des dépenses qui n’ont rien à voir avec l’activité de l’entreprise.
  • Les jeunes paieront plus cher. Le coût d’un contrat collectif se calcule en fonction de la population concernée. Un jeune qui entre dans une entreprise ou une branche professionnelle se trouve dans l’immense majorité des cas dans un environnement plus âgé que lui. Il paiera donc pour le risque des autres et non pour son propre risque. C’est clairement une partie de son pouvoir d’achat qui se trouvera amputé pour payer les cotisation santé de ses collègues plus âgés. Idem, les contrats sont réévalués chaque année en fonction de la sinistralité. Imaginez quelques tires au flan qui font exploser les stats. Les employés vertueux de même collège ou de la même entreprise ou de la même branche verront leurs cotisations augmenter pour couvrir le risque de leurs collègues…

Augmenter la fiscalité sur les contrats collectifs

Mais ce n’est pas cela qui préoccupe le gouvernement. « L’objectif de généralisation de la complémentaire santé conduit à réexaminer les règles régissant ce type de couverture, organisant leur contribution au système de santé et définissant les avantages fiscaux et sociaux qui y sont associés », peut-on lire dans le communiqué ministériel. En clair, les contrats collectifs bénéficient d’avantages fiscaux et sociaux, méchamment qualifiés de « niches fiscales et sociales » par la Cour des Comptes.

Comme toujours, avant d’annoncer la décision qui est très probablement déjà prise, le gouvernement consulte le « comité théodule » ad hoc, à savoir, ici, le « Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance maladie » (Hcaam) qui devra rendre un « rapport » d’ici l’été 2013. Nulle doute que les préconisations iront vers un alignement de la fiscalité sur les contrats individuels, juste histoire d’en augmenter encore un petit peu plus le coût.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Florian Gautier
    31 mars 2013 at 12 h 09 min

    Garrot étatique pour prévenir l’hémorragie éventuelle de départs de la sécu?
    Cela promet de belles « batailles » en perspective.

  • facebook_isabelle.demeocq.90
    31 mars 2013 at 21 h 15 min

    Bon sang, on n’a pas besoin que l’état décide encore pour nous ! En tant que chef d’entreprise, notre intérêt c’est le bien être de nos salariés, et c’est en interne qu’on consulte ses troupes pour prendre cette décision… C’est ca être les enfants de la République : qu’on nous traite en tant que tel ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Thierry Foucart.

Dans un article précédent, j’ai détaillé le financement des complémentaires santé par les assurés : des frais élevés (droits d’entrée, frais de gestion) dans les assurances privées, une cotisation proportionnelle aux salaires dans la plupart des mutuelles. Dans les deux cas, une taxe d’environ 14 %. La gratuité des lunettes et des prothèses auditives est une fumisterie : quoiqu’on dise, c’est l’assuré qui paie, qu’il en ait besoin ou non. Il paie aussi deux fois s’il achète des prothèses non remboursables à 100 % !... Poursuivre la lecture

Par Thierry Foucart.

La loi du 14 juin 2013 impose aux salariés du secteur privé d’adhérer à une complémentaire santé, et à leurs employeurs de financer au moins la moitié de la cotisation de base.

Elle s’inspire d’une enquête effectuée en 2009 par l’Institut de Recherche et de Documentation en Économie de la Santé (IRDES) et a suivi des accords de branche (salariés agricoles, métiers de bouche…) qui mettaient en place les dispositions qu’elle a reprises en les modifiant légèrement.

Pourquoi imposer cette adhésion à une comp... Poursuivre la lecture

Par Eric Verhaeghe.

La protection des données personnelles est un enjeu de libertés publiques largement traité par le règlement général sur la protection des données (RGPD) du 27 avril 2016, directement applicable en droit français. Mais l’Assemblée Nationale discute en ce moment d’un projet de loi qui devrait sur-transposer le texte pour certains, et l’alléger pour d’autres. Comme par hasard, l’essentiel du débat porte sur le secteur sensible des données de santé.[1. Les données à caractère personnel concernant la santé devraient comp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles