L’éolien va multiplier par deux les factures d’électricité.

En plus de détériorer la nature sans gain positif, l'éolien va fortement faire baisser le pouvoir d'achat des Français.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’éolien va multiplier par deux les factures d’électricité.

Publié le 12 mai 2013
- A +

En plus de détériorer la nature sans gain positif, l’éolien va fortement faire baisser le pouvoir d’achat des Français.

Un article d’Économie Matin via la Fédération Environnement Durable.

Le 17 novembre 2008, le ministre de l’Écologie et du Développement durable faisait signer discrètement par ses services l’arrêté fixant les tarifs d’achat de l’électricité produite à partir de l’énergie éolienne. Cet arrêté était publié près d’un mois plus tard en décembre 2008. Aussitôt, les « professionnels » du secteur faisaient part de leur satisfaction, comme s’ils connaissaient déjà le texte, notamment à travers le syndicat des énergies renouvelables.

Cet arrêté, qui n’avait fait l’objet d’aucun débat, engageait l’État à verser une rente inouïe à des promoteurs privés sans exigence de résultat contractuel, ni contrôle des sociétés soumises à marché public. De très nombreux opérateurs « oublient » de publier leurs comptes selon les obligations légales.

Cadeau supplémentaire prodigieux : les producteurs d’électricité éolienne, ayant déposé une demande complète de contrat d’achat avant la date d’entrée en vigueur du nouvel arrêté, pouvaient eux aussi bénéficier d’un contrat sur la base de cet arrêté sans avoir à déposer une nouvelle demande … !

Certes, ce tarif avait reçu l’avis favorable du Conseil supérieur de l’énergie mais il avait aussi reçu un avis très défavorable du régulateur officiel. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) estimait que les tarifs proposés étaient supérieurs au total des coûts de production évités, et de très loin. Une avocate expérimentée comme Corinne Lepage n’a pas hésité à saisir la Cour de justice de la République après avoir été interpellée d’un doute à propos d’une transaction favorable bien moins importante sous l’autorité d’un ministre.

Cette décision était-elle différente ? La question mérite d’être posée. Le ministre a-t-il été berné ? Quels intérêts souterrains peuvent-ils bien avoir été servis par une mesure aussi exorbitante ? De très nombreux intermédiaires plus ou moins officiels de ce milieu arpentent en permanence les couloirs des assemblées parlementaires.

Transparence Internationale soulignait qu’il n’existe pas de registre de ces « visiteurs du soir », comme dans de nombreux autres pays. Il semblerait que leur « assistance » soit appréciée pour rédiger les projets de textes réglementaires.Est-ce exact ? On a vu certains parlementaires embarrassés pour répondre à des questions sur des textes qu’ils étaient censés avoir produits eux-mêmes.

La commission de régulation de l’énergie (CRE) soulignait que cette décision serait en contradiction avec l’article 10 de la loi du 10 février 2000, qui interdit à tout opérateur d’énergie de s’enrichir au-delà d’un taux raisonnable. La décision du 17 novembre 2008 allait permettre aux promoteurs de l’éolien de réaliser des profits fabuleux sur des productions pourtant obligatoirement achetées par l’État aux frais du contribuable via la CSPE, nouvel impôt supplémentaire, discrètement acquitté sur toutes les factures d’électricité des ménages, et que personne n’a encore remarqué.

Les taux d’intérêt gagnés par les opérateurs grâce à cette manne ne sont pas inférieurs à 11% nets et dépassent souvent les 20%. L’augmentation « minime » de la CSPE finançant ce dispositif atteint 5 ans plus tard au moins 300% et ce n’est pas fini.Les ménages les plus modestes vont devoir se serrer la ceinture pour faire face à des hausses globales de 20% de l’électricité, alors que des financiers profiteront de cette manne pendant 15 ans, si ce dispositif n’est pas réformé rapidement

Sur le web.

—-

À lire : Un jeune aigle coupé en 2 par une éolienne (Attention, choquant)

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • JLB a mis cinq ans a se rendre compte du problème (à ses yeux).

    • Quand le sage montre la lune, l’imbecile regarde le doigt … et le con se moque du doigt de JLB.
      Pro Eole est decidement impayable. Ou deja acheté.

      • JLB, « sage », cela se voit que vous le connaissez peu, lisez ses mails, ils sont publics.

        • @Pro eole: Votre ton sarcastique sans reel argument est public également…

          • J’argumente lorsque cela est nécessaire.
            J’utilise le sarcasme lorsque cela est utile.

            Sur Contrepoints, j’utilise plutôt le sarcasme.

    • Parce que vous le saviez depuis le début?

      • L’évolution, c’est que l’éolien fait baisser de plus en plus la facture d’électricité (EPR 90 éolien 82)

  • Bon ben si le jus augmente trop, je vais faire le pied de grue au pied des éoliennes pour récupérer les aigles scalpés et les bouffer.

  • Voilà le genre d’article qui décrédibilise ce site au demeurant revigorant. Il faut ne rien y connaître pour oser raconter des sottises comme des TRi de 20%. Le tarif de rachat est à peu près égal au coût de production de l’EPR de Flamanville. Sans compter le coût de l’enfouissement des déchets, qui sera sans aucun doute supporté par le budget général, ce qui évite toute comparaison. La réalité est plutôt que le prix, administré de l’électricité est trop bas en France par rapport au prix de revient réel. On ne compte pas non plus le mauvais entretien du réseau, géré par RTE, filiale d’EDF, très endettée, qui retombera sur le cochon de payeur citoyen, soit pas les impôts, soit par les hausse de tarifs quand il faudra renover des milliers de km de lignes à haute tension.

    • Gerldam : « Le tarif de rachat est à peu près égal au coût de production de l’EPR de Flamanville. »
      ——————————-
      Coût de ***production*** ? Faut arrêter de boire mon garçon.

      Gerldam : « La réalité est plutôt que le prix, administré de l’électricité est trop bas en France par rapport au prix de revient réel. »
      ———————————-
      Oui, le prix de vente de l’électricité est tellement bas que ça rapporte chaque année des milliards de bénefs à EDF.
      Très crédible l’escrolo de service !

  • Madame, Monsieur,

    Restants objectif, les chiffres publiés par la CRE montrent que l’éolien est responsable de moins de 1% d’augmentation de la facture entre 2012 et 2017 sachant que la part de production éolienne aura alors beaucoup augmentée. Dès 2025, l’énergie éolienne devrait permettre de réduire la facture d’électricité des français.

    Cdt

  • Voici un petit document sur les EnR: http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

    Quant au rôle présumé du CO2, c’est une hypothèse infondée: http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

    Avec ce dogme du réchauffement Climatique Anthropique, l’UE et les pays membres font n’importe quoi, pour le plus grand malheur du pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises… Delirium Carbonum!….

  • En 2025 ce qui va réduire la facture, c’est la baisse de consommation.

    Le reste c’est du vent, car ça risque de coûter autant que le pétrole, même si cette énergie coûte moins cher.

    • Lafayette : « En 2025 ce qui va réduire la facture, c’est la baisse de consommation. »
      ——————————-
      La consommation d’énergie augmente constamment (même si la consommation de pétrole peut baisser, par substitution), c’est un FAIT.
      La seule manière pour qu’elle baisse, c’est qu’on s’appauvrisse, chose loin d’être hypothétique avec les troglodytes qui nous gouvernent.

      Par contre, la facture baisse, grâce une énergie toujours moins chère ramenée au salaire (il suffit de comparer le litre d’essence ou de kWh qu’on peut se payer avec 1 h de smic). Elle aurait baissé bien plus sans les politiques stupides prônées par les escrologistes pour faire exploser le coût de l’énergie, pour notre bien, bien sûr. On aurait pu avoir le prix du kWh de la Pologne ou le prix du gaz US, sans les moulins à vent ruineux et autres c.nneries durables pour soit-disant « protéger le climat ».

      Ce qui va réduire la facture, c’est la baisse de l’interférence de l’Etat et sa montagne de réglementations et de bureaucratie destinée à préserver des monopoles. C’est vrai tant pour le pain, le téléphone, la bagnole que pour le gaz ou l’électricité.

  • Les appels d’offres pour les usines électriques en mer donnent des fourchettes de prix entre 140 et 230 € du MWh fourni au réseau RTE.
    Ce prix est garanti pendant 20 ans (jusque 2035) avec réévaluation.
    Sur la base de 200 euros du MWh les promoteurs des 12 usines électriques en mer (6000 MW installés) en projet sous appels d’offre de l’état vont empocher au moins 84 milliards d’euros payés par nos factures EDF. Pour rien car on ne réduira pas le nucléaire ni les émissions de C02
    Il est prévu de démonter ces usines au bout de 20 ans à la fin du contrat à prix garanti.(pour justifier une nouvelle arnaque!)
    Je ne trouve aucun écho de ces chiffres dans la presse y aurait-il omerta?
    Tous les articles de presse parlent du montant des investissements prévus par les promoteurs, mais personne ne parle de la facture totale à payer
    Il faudra en plus ajouter le prix du renforcement du réseau RTE.
    Mon opinion: il faut abandonner au maximum l’électricité pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire. Personnellement je pense m’équiper au fuel

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

par h16

Alors qu'en France, tout indiquait que la situation économique, maîtrisée par un gouvernement d'experts, serait résolument d'un calme olympien, survient soudainement un petit accroc au bon goût jupitérien : les prix de l'énergie commencent à montrer des signes d'affolement. Flûte et zut, les mois d'hiver énergivores pourraient coûter plus cher que prévus aux Français et, pire, aux électeurs. Voilà qui pourrait envenimer une campagne présidentielle pourtant placée sous le signe de la joie de vivre dans un pays apaisé.

Le ... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Richet.

Il est grand temps que les discours écologistes évoluent pour prendre enfin conscience que l’urgence climatique est le premier souci à traiter, bien avant les querelles de clocher habituelles.

Or qu’en est-il en termes d'énergie ?

On nous parle de l’énergie perpétuelle du vent ou du soleil sans se préoccuper des conditions dans lesquelles elles sont collectées (qui ne sont pas perpétuelles et qui génèrent des déchets à vie longue) ni même ce qui les remplace en cas d’absence (80 % du temps tout de même en m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles