Refusons une NSA française

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Refusons une NSA française

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 30 novembre 2013
- A +

nsa-eagleLe PLD s’inquiète de la capacité de moins en moins limitée d’intrusion de l’État dans notre vie privée. Nous comprenons la nécessité de la loi anti-terroriste qui, depuis 1991, permet aux services de renseignement de collecter l’historique de connexions de suspects, le contenu de leurs emails et la géolocalisation de leurs appareils de communication. Mais la loi de programmation militaire prévoit d’étendre ce régime d’exception aux ministères de la Défense, de l’Intérieur… et de l’Économie et des Finances. Le gouvernement pourra dorénavant suivre en toute légalité et archiver nos échanges privés, nos usages sur la toile, nos déplacements.

La mesure sort ces pratiques du contexte judiciaire pour en faire une arme potentiellement politique. L’autorisation ne sera pas accordée par un magistrat mais par le Premier ministre dont la neutralité est plus que contestable. D’autant que les autorités pourront installer des dispositifs d’interception directement sur les équipements des entreprises du Net comme les fournisseurs d’accès, les opérateurs de téléphonie ou les sites Web. Aucune limite n’est fixée à l’arbitraire des dirigeants de l’État sur les citoyens démunis. Nous ne pouvons l’accepter au moment où les populismes se font menaçants dans un environnement national délétère.

L’accès aux échanges personnels et à nos connexions doit rester l’exception, certainement pas devenir la règle. Nous demandons que ce type d’intrusion reste sous l’autorité judiciaire et non pas politique, afin qu’un tel accès à nos vies privées soit motivé et légitime. Nous demandons qu’il ne concerne qu’une liste très étroite de suspects : terrorisme et grand banditisme. Ces garanties sont indispensables si nous voulons qu’Internet ne devienne pas un espace surveillé par les miradors d’États arbitraires.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • 1) ! Attention passage de pommade ! Allez directement en 2) pour mon commentaire

    Cher Aurélien Veron, c’est un plaisir de vous lire sur Contrepoints. Je vous connait comme Président du PLD Je suis très sérieusement déçu par les dangereuses dérives « Solfériniennes » du PS, « Bio Luddistes » de EELV et « Marxistes » du FdG. N’existant plus de Gauche Libérale en France (prise en otage et executé par le PS). Je songe très sérieusement à rallier votre Parti.

    2) Le commentaire…

    Que c’est absoluemment scandaleux. Qu’avec ce projet de lois, il n’y aura pas de séparation de l’executif et du juridique. Que la présomption même d’innocence est remise en cause. Dès lors où nous sommes soupsconnés.
    Le risque de dérive est tellement flagrant que même animé des meilleures intentions (anti terrorisme, grand banditisme…) qu’il est certain qu’un scandale politique éclatera au grand jour.

    Who watch the watchers ?

    Nous avons le droit d’avoir une vie privée, d’avoir des conversations privés et l’Etat serait à même de juger, commenter, accuser ces conversations privés ?

    • « Who Watch the watchers » Quant à utiliser de l’anglais, au moins l’écrire correctement: « Who ‘S watchING the watchers » Merci 😉

      • Cher professeur d’anglais,

        J’ai utilisé le présent simple plutôt que le present progressif sciemment.

        Je regrette aussi que vous n’ayez rien à dire sur le sujet de l’article.
        Ni personne d’autre.

        A croire que la liberté d’avoir une vie privée ne vaut pas d’être défendue comme la liberté d’entreprise.

  • Bonjour,
    Je publie sur mon fb.
    Le gouvernement reste logique avec les fondements idéologiques de plus en plus marqués de la majorité parlementaire : l’état est tout et comprend tout. Quant à vous, minables citoyens, dormez tranquilles car Di… Heu… L’état veille sur vous et SAIT ce qui est bon pour vous…

  • Bon article, mais la suite logique est de rendre visible notre opposition au projet.

    Qu’a prévu le PLD : manif devant l’assemblée nationale, interruption du journal de 20 h, etc …
    Inspirons-nous des pros de la propagande, tel Greenpeace ou José Bové.

    De plus rendre visible les libéraux par une action de défense des « libertés civiles » c’est plus porteur que de dénoncer les privilèges de la fonction publique (même s’il faut les dénoncer)

    Que proposez-vous Aurélien ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par le Minarchiste, depuis Montréal, Québec.

 

Le gouvernement est-il responsable de la création d'Internet ? Pour beaucoup, sans interventionnisme gouvernemental, l’internet n’aurait pas vu le jour.

Qui a créé Internet ? Le gouvernement américain si on l'écoutait !

During my service in the United States Congress, I took the initiative in creating the Internet. Al Gore, 1999 (voir ceci).

En fait, comme plusieurs autres technologies, Internet a d’abord été un projet du département de la défense et son objectif ... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Où s’arrêtera le transfert de la responsabilité parentale sur un tiers ? Ce jeudi, deux associations, E-Enfance et La Voix de l'Enfant, iront devant le tribunal contre les fournisseurs d’accès à internet, jugeant que l’accès aux sites pornographiques est trop facile pour les mineurs.

Ces associations souhaitent faire pression sur les fournisseurs d’accès afin de les obliger à fermer l’accès de leurs clients à des sites pornos.

Un regard sur la date de l'amendement qui a ouvert les hostilités peut laisser... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par François Joslain.

Forbidden Stories et Amnesty International viennent de révéler le Projet Pegasus. Il s'agit d'un logiciel développé par la société israélienne NSO qui permet de pirater n’importe quel téléphone Android ou iPhone. Le téléphone se transforme ainsi en mouchard espionnant son propriétaire. Les victimes se comptent en dizaine de milliers, dont des chefs d’État comme Emmanuel Macron.

Le président Emmanuel Macron réunira jeudi matin un conseil de défense "exceptionnel dédié à l'affaire Pegasus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles