Exonération de charges, reports de dettes : les légumiers sont « aidés »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fruits et légumes CC Flickr Mathieu Thouvenin

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Exonération de charges, reports de dettes : les légumiers sont « aidés »

Publié le 29 septembre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Fruits et légumes CC Flickr  Mathieu Thouvenin

Exonération de charges

Les exploitations maraîchères et arboricultrices bénéficieront à partir de 2015 d’une exonération quasi-totale de charges patronales sur les salaires jusqu’à 1,25 fois le Smic, soit 70 millions d’euros d’économies par an pour les agriculteurs, a annoncé vendredi dernier le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

C’est bien, mais on en revient toujours au même point, lorsque cela va mal, le gouvernement, quel qu’il soit, exonère le secteur de charges sur les salaires. N’est-ce pas là un aveu ? N’est-ce pas là reconnaître que le problème se situe au niveau du coût astronomique de la main d’œuvre en France ? Alors, pourquoi attendre que cela aille mal pour prendre cette mesure ? Il est temps au contraire de revoir le système, de modifier le mode de financement de la protection sociale et de supprimer les charges pour tous les secteurs. Cela évitera de voir des pans entiers de notre économie s’effondrer pour obtenir enfin cette mesure… prise toujours dans la précipitation et sans contrepartie.

Néanmoins, le gouvernement fait de nouveau « cadeau ». Ces mesures s’inscrivent dans l’application du pacte de responsabilité et du crédit d’impôt compétitivité (CICE). L’actuelle exonération de charges pour les saisonniers sera reconduite dans le budget 2015, a également assuré le ministre à la sortie d’une réunion avec toute la filière fruits et légumes.

Les mesures annoncées mercredi dernier élargies à toute la France

Dans sa lancée, Stéphane Le Foll, a également annoncé l’élargissement à toutes les régions des batteries de mesures promises aux légumiers bretons mercredi dernier. Ainsi, le gouvernement va « mobiliser » la Mutualité sociale agricole (MSA) pour qu’elle accorde des reports et allègements de cotisations aux exploitations en difficulté. Le ministre annonce qu’il va – lui-même, de sa petite main – écrire aux banques pour leur demander des reports sur le remboursement des emprunts ou des renégociations de taux pour les prêts, compte tenu que les taux sont au plus bas.

Le contexte du marché des fruits et légumes est catastrophique

Ces annonces sont-elles à la mesure des enjeux ?

Dans la série « vœux pieux », le ministre appelle au patriotisme fruitier et légumier, et plaide notamment pour une « remobilisation de la restauration collective » afin qu’elle utilise plus de produits français.

Il faudra néanmoins résoudre les problèmes structurels et le ministre annonce pour cela des « assises des fruits et légumes » qui seront organisées au printemps 2015 pour trouver des solutions.

Les professionnels sont dubitatifs

Face à la « situation catastrophique », « il fallait redonner une bouffée d’oxygène sur les trésoreries et il faut que cela se fasse très vite », a réagi à sa sortie du ministère Jacques Rouchaussé, président de l’association des Légumes de France, branche de la FNSEA.

« Je reste dubitatif sur la capacité (de la filière) à passer le cap », a de son côté expliqué Luc Barbier, président de la Fédération des producteurs de fruits (FNPF), rappelant par exemple que le nombre de producteurs de pêches/nectarines avait diminué de moitié en 10 ans.

Effondrement des cours face à une récolte abondante, embargo russe, concurrence de l’étranger, en particulier l’Espagne, les indicateurs sont au rouge dans le secteur des fruits et légumes.


Sur le web.

(Visited 1 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • ça nous aurait couter beaucoup moins cher si hollande ne s’était pas mis la russie à dos ; perso j’achete mes fruits , légumes , miel dans des petits magazins sans prétention et qui vendent du local ; parce que dans les grandes surfaces , je n’ai pas constaté une baisse des prix de ces produits là ; et puis je pense qu’il faut aider ces petits commerces si on ne veut pas se retrouver avec uniquement des grandes surfaces ;

  • Merci les débiles de l OTAN

    Enfin retenez le conseil, brulez votre centre d’impôt, les charges baisseront…

  • Mesures à la con. Cela ne fonctionnera pas. Les maraichers ont demandé précisément à ne pas être aidé, mais simplement que l’Etat leur laisse définitivement de quoi vivre de leur travail. Autrement dit qu’on leur foute la paix. Là, l’Etat accorde des aides et des mesures d’urgences. Il n’est pas étonnant que la FNSEA reste dubitative, car ils savent en vérité que ces aides ne restent rien d’autre qu’une épée de Damoclès. On la laisse pendouiller au dessus de leurs têtes, en attendant, mais un jour prochain, le couperet finira de toute façon par retomber. C’est pour ça qu’ils ne veulent pas d’aides, car ils savent que ce n’est que temporaire pour calmer la grogne et mieux revenir en arrière quand ce sera calmé.
    Le gouvernement espère les prendre en étau: pourquoi se permettraient ils de protester alors qu’on leur à accorder tant de généreuses aides? Prenons l’opinion publique à témoin pour faire stopper cet odieux mouvement de privilégiés. Et voilà! Emballez c’est pesé et dans un an on remettra les charges, ne vous inquiétez pas…

  • Il ne vous aura pas échappé non plus que les subventions venant des impôts des consommateurs vont financer la mise à la décharge des fruits et légumes pour éviter une baisse des prix pour les consommateurs : double peine.

    Deviens agriculteur : tu produis sans te soucier du marché, c’est un dû.

  • Le gouvernement va mobiliser la MSA… Il pourrait aussi mobiliser le RSI et tous les bidules sociaux!

  • Légumier : 1) Plat creux, souvent à couvercle, dans lequel on sert des légumes.
    2 ) marchand de légumes, en Belgique

    En français on dit maraîcher.

    Ce serait sympa de ne pas massacrer notre belle langue. Pour cela, il faut éviter de parler et d’écrire comme des journalistes

    • Pas « en français » mais en « France » (prononcer Fraôônce)

      • Pourquoi faudrait-il prononcer Fraôônce ?
        je ne vois ni la vanne ni le rapport avec la langue française.

        Mais si ça vous chante de parler comme un trouduc et d’employer un mot pour un autre, libre à vous de passer pour un con.

        • Explication au con qui n’a rien compris.
          En Belgique, on parle français. Le terme légumier est donc parfaitement valable en français.
          Votre petit couplet de donneur de leçon élitiste n’est rien d’autre que du chauvinisme mal placé. D’où la prononciation de « France » proposé par sdw.

  • Et au nom du « patriotisme social » le ministre va demander aux députés de renoncer aux régimes spéciaux?
    Non! les socialiste ont toujours plein d’idées avec le patriotisme….mais des autres…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Loik Le Floch-Prigent.

La lutte contre les monopoles a hanté des générations, du Parti communiste français à tous les économistes libéraux.

Pour les uns le monopole c’est le mal car il est capitaliste, mais dans le secteur public il représente le bien commun. Pour les autres la concurrence est synonyme d’efficacité, de liberté, de respect du consommateur… et de baisse des prix !

La création de l’Union européenne a été placée sous le signe de la nécessité de la concurrence. Toutes les tentatives de concentration indust... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

La France va mal et ce n’est pas uniquement de la faute du Covid. Depuis plus de vingt années maintenant elle traîne un système d’une lourdeur et d’une inefficacité qui se confirment chaque jour ; et en temps de crise comme celle que nous traversons aujourd’hui, le phénomène s’amplifie.

Après avoir perdu la moitié de sa part dans le PIB, le déclassement industriel du pays s’accélère d’une façon alarmante.

Sur une dizaine de freins que j’ai dénombrés je souhaite aborder en premier lieu celui qui m’a le ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Adélaïde Hecquet. Un article de l'Iref-Europe

Un restaurateur du Doubs est à l’origine d’une vraie rébellion anti-Covid. Stéphane Turillon a lancé son restaurant le 12 octobre 2020, après deux ans de travaux, un demi-million d’euros d’investissement et 25 années de métier. Mais le second confinement a mis une fin brutale à ces efforts, et il a aujourd’hui perdu 400 000 euros.

Il risque la faillite, la perte de son restaurant, de sa maison, de sa voiture. Ce père de trois enfants estime n’avoir plus rien à perdre.

Il o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles