460.000 retraités assujettis à la CSG passeront (enfin !?) du taux réduit au taux normal

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

460.000 retraités assujettis à la CSG passeront (enfin !?) du taux réduit au taux normal

Publié le 30 septembre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

vieux mangeant des glaces credits rev stan (licence creative commons)

Cette mesure, présentée comme « plus équitable », est fondée sur un nouveau seuil de revenus. Elle vise les retraités qui bénéficiaient jusqu’alors du taux réduit de 3,8% « uniquement grâce à des réductions fiscales ». Ils passeront donc au taux normal de 6,6%.

Dans le même temps, 700.000 personnes concernées par la réduction d’impôt de 2014 bénéficieront d’une baisse de leur taux de CSG.

Selon le dossier de presse des ministères des Finances et des Affaires sociales, « l’objectif est de rendre équitable le calcul de la CSG sur les revenus de remplacement (retraite, chômage) ».

En effet, fait valoir le gouvernement, « le critère actuel permet à des personnes ayant des revenus élevés mais des réductions d’impôts importantes de bénéficier d’un taux de CSG inférieur à celui applicable à des personnes aux revenus plus modestes mais qui n’ont pas de réduction d’impôts ».

La mesure permettra aussi de « limiter les mouvements qui conduisent des centaines de milliers de personnes à passer chaque année du taux réduit au taux plein de CSG et vice versa ».

Selon le dossier de presse, cette mesure sera d’une « neutralité globale » sur les prévisions de recettes de la CSG pour 2015.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Baptiste Vigouroux.

Deux sujets ont été tranchés par le peuple dimanche dernier en Suisse. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les Suisses savent ce qu’ils veulent.

Premier sujet : le mariage pour tous

Tous les cantons sans exception ont dit oui.

De 74 % pour Bâle-Ville, le plus libéral des cantons suisses, jusqu’à un petit 51 % pour Appenzell Rhodes-Intérieures, l’un des plus conservateurs.

Pas un canton ne manque à l’appel, même les plus traditionnels : Uri a voté oui à 58 %, Appenzell Rhode-Extérieure... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Le 4 octobre 1821, Germain Garnier, pardon Germain marquis Garnier, poussait son dernier soupir. En voilà bien un qu'on a complètement oublié aujourd'hui. Mais comme il est mort il y a deux cents ans, voilà l'occasion de le tirer brièvement de la naphtaline. Ce n'est pourtant pas un inconnu dont on chercherait en vain la trace. Ayant eu le bonheur de siéger dans des assemblées parlementaires, il bénéficie d'une notice dans divers dictionnaires et encyclopédies. Il figure par conséquent dans la fameuse encycl... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l'Institut économique Molinari

La capitalisation est parfois présentée comme risquée, alors que la répartition serait une façon plus sûre de financer les retraites. L’actualité nous invite une fois de plus à relativiser cette approche, avec pour 2020 des régimes par répartition à la peine tandis que les capitalisations collectives enregistraient des performances positives. Au-delà de la conjoncture, des pans entiers d’analyse économique soulignent que mixer répartition et capitalisation permet de rédu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles