JO Paris 2024 ou Expo Universelle 2025 : il faudra choisir !

rené le honzec jeux olympiques françois hollande rené le honzec

Il n’est pas certain que vouloir candidater aux Jeux olympiques 2024 et à l’Exposition universelle 2025 soit une si bonne chose que cela.

Par le Parisien libéral

rené le honzec jeux olympiques françois hollande rené le honzec

Jeudi soir, le Président Hollande s’exprimait face aux Français. Pour fêter son mid term catastrophique en termes de popularité, le président de la république avait choisi la chaîne leader en matière d’audience. Apparemment, « En direct avec les Français » a réuni 7,9 millions de téléspectateurs, selon Médiamétrie, soit 29,8% de part de marché.

Et qu’a t-il dit à ces presque 8 millions de Français ? Le blabla habituel : plus d’emplois publics subventionnés, des tablettes aux collégiens, le maintien du CICE, la dénonciation du risque extrémiste, pas de surprises. N’attendant absolument rien de Hollande, ses propos n’ont eu de résonance pour personne. D’ailleurs, il n’a pas convaincu :

Tweet Hollande Télé

Mais à coté des rappels de la politique de Hollande ou des propos de type café du commerce, il y a eu deux annonces : l’Exposition universelle 2025 et les Jeux olympiques 2024. Citons Le Monde : « M. Hollande a conclu son intervention en annonçant que la France allait déposer sa candidature pour l’Exposition universelle de 2025. Et en 2024, « ce serait bien si Paris pouvait accueillir les Jeux olympiques », a-t-il espéré. » On reproche souvent à François Hollande de manquer de cap, de n’avoir aucun leadership, de gérer à la petite semaine, eh bien, il semble que nous devions être bluffés par cette annonce. Vraiment ?

En réalité, il n’est pas certain que vouloir candidater aux Jeux olympiques 2024 et à l’Exposition universelle 2025 soit une si bonne chose que cela. Ces genres de gros événements sont des gouffres financiers qui obligent à construire des installations ad hoc. Les contribuables sont-ils prêts à financer cela ?

Mais, direz-vous, tout le monde était bien en faveur des Jeux Olympiques de Paris 2012 ? Vous auriez raison de rappeler cela, ainsi que l’énorme déception qui avait suivi l’échec face à Londres, mais force est de constater qu’entretemps, les finances publiques ont atteint des déficits vertigineux. En plus, le voile se lève de plus en plus sur les pratiques extravagantes des organismes internationaux type CIO, FIFA et autre UEFA.

Commençons par distinguer les deux projets.

L’Exposition Universelle 2025 est un projet porté par le député-maire (UDI) de Neuilly-sur-Seine, Jean-Christophe Fromantin et le collectif ExpoFrance. L’idée, c’est d’amener en France et dans le Grand Paris, pendant six mois, des représentants de tous les pays du monde et de leur créativité.

Pour le moment, l’équipe de Fromantin en est à la définition du projet. La candidature doit intervenir courant 2016. Au niveau financier, les choses sont donc assez floues, mais Fromantin parle d’un montage obligataire remboursé par le flux de visiteurs attendu. Fromantin affirme que le budget de l’Exposition serait de 3 à 4 milliards d’euros, sans argent public. Mais malgré l’intérêt d’un tel projet, il n’est pas évident qu’il soit mené à terme. En effet, le Delanopolis nous informe du fait qu’une décision du Conseil municipal de Paris vient peut-être de torpiller l’Expo France 2025 ! Eh oui ! Si on n’est pas capable de relier correctement Roissy-Charles-de-Gaulle à Paris, ce n’est peut-être pas la peine d’aller plus loin !

Les Jeux Olympiques, eux, sont un projet d’une tout autre ampleur. Plus concentrés géographiquement, ils coûtent aussi plus cher.

Certes, les JO d’été ne sont pas le gouffre financier et le cauchemar environnemental que peuvent être les Jeux d’hiver. Les Jeux Olympiques de Londres, les plus comparables, ont coûté 11 milliards d’euros, soit 9,3 milliards de livres, au Royaume-Uni. Entre le moment où Londres a vu sa candidature retenue, en 2005, et 2012, le budget a été multiplié par 4, ce qui restait quand même largement inférieur au budget des JO de Pékin (40 milliards de dollars).

En revanche, l’impact en matière de tourisme ne peut pas atteindre celui d’une Expo Universelle. Déjà, les JO se tiennent sur deux semaines (auxquelles s’ajoutent deux semaines pour les jeux paralympiques). Et sur cette période, l’expérience des derniers JO (ainsi que des phases finales de coupes du monde de football) montre que les touristes qui seraient venus dans un pays mais qui ne sont pas intéressés par le sport et les supporters reportent leur séjour. L’effet d’éviction est total.

On ne sait pas pourquoi, au final, Hollande a proposé que la France se porte candidate à l’organisation Jeux Olympiques Paris 2024 et de l’Expo Universelle 2025. Les projets événementiels comme les JO, surtout pour un pays comme la France qui connaît de forts mouvements sociaux, sont certains de générer des manifestations de masse, comme cela s’est produit au Brésil. Construire des installations type Sotchi ou Rio en France actuellement, n’est-ce pas ouvrir un nouveau Sivens ou un nouveau Notre-Dame-des-Landes ?

De plus, en pleine polémique liée à l’arrangement fiscal entre la France et l’UEFA, on réalise que les contribuables et les citoyens acceptent de moins en moins les droits supranationaux dont bénéficient les grosses organisations sportives internationales.

Hollande avait besoin d’annonces. Vu l’enthousiasme que suscite le Président de la République, peut-être contribuera t-il à tuer dans l’œuf deux projets dont, de toutes évidences, il faudra bien étudier la rentabilité. Franchement, quand on voit ce que la Grèce a payé pour avoir voulu organiser à tout prix les JO de 2004, on a de quoi vouloir réfléchir…


Sur le web.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.