Féret : le classique des vins de Bordeaux est de retour

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bordeaux

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Féret : le classique des vins de Bordeaux est de retour

Publié le 1 décembre 2014
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

BordeauxDe temps en temps, il faut revenir aux classiques : le Féret. Bordeaux et ses vins : première édition en 1850 par Charles Cocks, et la XIXe en 2014, pour le bicentenaire de la maison d’édition créée par Édouard Féret. C’est le seul livre à être régulièrement réédité par la même maison d’édition depuis deux siècles. Un livre conséquent : 1968 pages, 1,89 kilogramme. Le vignoble de Bordeaux y est présenté de façon quasi exhaustive : tous les domaines et les châteaux sont pratiquement référencés, avec des notices plus ou moins longues selon l’importance du domaine. On y apprend ainsi que la plus petite surface est Château Linot, à Saint-Estèphe (0,07 ha), et la plus grande Château La Borne à Massugas (321 ha). On mesure le travail considérable qu’il a fallu déployer pour mettre à ce jour cet ouvrage qui demeure ainsi la référence unique pour la connaissance du vignoble bordelais.

L’amateur peut y trouver tous ses vins favoris, et boire les mots des crus qu’il ne pourra jamais s’offrir. Rêver, en parcourant ces pages, à ce vignoble bimillénaire qui reste la référence de tous les amoureux du vin.

Quelques pépites personnelles glanées dans ce Féret. J’y découvre l’existence d’un vignoble s’appelant La Servitude Volontaire dont le propriétaire est Bernard Magrez. 1,3 ha, 100% merlot et 100% barriques neuves. Voilà le doux nom d’Étienne de La Boétie qui nous revient en mémoire, et les pages de son livre lumineux que l’on peut boire à défaut de le lire. Michel de Montaigne fut à la fois son ami proche et le maire d’une ville de Bordeaux qui sortait à peine du landau anglais. Encore une fois le signe que la littérature et le vin sont profondément unis.

Autre plaisir du Féret : avoir à sa disposition toutes les connaissances nécessaires à la compréhension du vin de Bordeaux. Ce n’est pas un annuaire figé, une photo d’un instant exprimant la vitalité d’un vignoble. C’est un outil indispensable pour tous ceux qui travaillent sur le vin, un livre qui rend Bordeaux et ses vins vivants et actuels.

La première partie étudie la vigne et le vin en Gironde. Elle analyse les terroirs, l’histoire du vignoble et les contraintes juridiques que rencontre le monde du vin. La deuxième partie est la plus dense, la plus courue aussi. C’est le tour d’horizon du vignoble, toutes les appellations sont mentionnées, tous les crus sont étudiés. L’œnotourisme a également une grande part, ainsi que les évolutions des pratiques culturales. La troisième partie est consacrée à la place de Bordeaux. Elle présente les maisons de négoces et la structuration de ces entreprises.

On l’aura compris, pour les amateurs, les cavistes, les œnologues, et tous les professionnels du vin, c’est l’ouvrage indispensable. Qui plus est, il est très bien édité, avec un beau papier ivoire, et une maquette à la fois facile d’usage et agréable à manier.


Sur le web.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Ronsse.

Au lendemain de l’élection, en 2020, de maires issus de l’écologisme dans quelques grandes villes en France, j’avais écrit que ceux-ci avaient rapidement tombé le masque avec quelques sorties dont tout le monde se souvient, qui « contre le Tour de France » (Lyon), qui « contre les sapins de Noël » (Bordeaux), qui « contre les aéroclubs » (Poitiers)…

Ces sorties, dont ils ont essayé par la suite de minimiser la portée, avaient quand même entraîné une baisse de popularité de l’écologisme, les gens commençant enfin... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

La servitude volontaire participe de ces expressions à la fois célèbres et méconnues. Elle est associée au nom d'Étienne de La Boétie, le fameux ami de Montaigne. Le Discours de la servitude volontaire a été publié en 1576.

En ces temps de covidisme - je parle ici de l'affection dégénérative qui affecte le débat public, non de la pandémie provoquée par la Covid-19 -, ce texte vaut d'être rappelé. En effet, si les progrès favorisés par la mondialisation ont permis de mettre au point très rapidement des... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Les vignerons sont frappés par une nouvelle surtaxe à l’export vers les États-Unis. Ils sont victimes collatérales d’une guerre Airbus-Boeing au moment où le confinement les prive de débouchés commerciaux.

Tout commençait bien, il y a presque vingt ans. En 1992, un louable accord entre l’Union européenne et les États-Unis impose des limites aux subventions publiques que peut recevoir le secteur aéronautique des deux côtés de l’Atlantique. Hélas, nous vivons dans un monde cruel…

En 2004, Boeing accuse Ai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles