Climathon, semaine 4 : à la face du monde

chat credits wester (licence creative commons)

La plus belle pièce de propagande climatique francophone de cette semaine !

Par Benoît Rittaud.

chat credits wester (licence creative commons)

Comme il l’a déjà dit, le jury est sensible aux petites initiatives locales de propagande climatique. C’est donc avec plaisir qu’il accorde un accessit à Claude Henry, professeur à Sciences Po et à l’université Columbia, pour son tract de propagande article pondéré et subtil publié sur son blog du Huffington Post. Titré en toute sobriété « Climat : au revoir les enfants ? », l’article recycle tous les classiques du genre : le destin de nos enfants, les terribles conséquences de l’inaction, les « plus 5°C », les hordes de réfugiés climatiques futurs… L’auteur conclut ce brillant papier par une autopromotion de bon aloi pour son dernier livre. Sans le prodige de propagande réalisé par le vainqueur de cette semaine, Claude Henry aurait certainement reçu les lauriers du climathon – mais qu’il ne désespère surtout pas : le jury sait aussi récompenser la constance.

Un autre accessit est accordé cette semaine à Yann Arthus-Bertrand, l’un des favoris naturels de la compétition, pour sa suggestion adressée aux jeunes de se désintéresser du problème du financement des retraites au profit de ce que nous savons, évidemment « beaucoup plus important » :

« Pour les jeunes d’aujourd’hui, le changement climatique aura un impact beaucoup plus important que l’évolution du système des retraites. La Conférence climat, à Paris du 30 novembre au 15 décembre 2015, sera cruciale. »

Le vainqueur de la semaine 4

climathon rené le honzec

Comme les fans du climathon le savent, le jury s’inquiétait de récompenser un peu trop souvent des compétiteurs politiquement plutôt à gauche, et en appelait aussi à l’élargissement du concours hors des frontières françaises. Ce double appel a été entendu.

Il n’est pas excessif de dire que la réalisation primée cette semaine effectue une percée. Entendre un compétiteur lier le réchauffement climatique aux attentats en France d’il y a deux semaines faisait partie des secrets espoirs du jury, qu’il n’osait formuler tout haut tant l’exploit semblait exagérément ambitieux.

C’était compter sans cette lumineuse envolée de Klaus Schwab, président du forum économique mondial, à l’occasion de son introduction du président français François Hollande avant son allocution à Davos (c’est ici, à 3’18). Klaus Schwab, donc, notre vainqueur de la semaine, a lancé juste après avoir évoqué les attentats du 7 janvier :

« Enfin, le monde a besoin d’une France qui continuera à défendre un message de liberté, de justice et de paix à travers le monde, comme elle l’a fait toujours. Dans cet esprit, je me réjouis que la France joue un rôle essentiel dans les négociations internationales sur le climat, avec un grand sommet à Paris à la fin de cette année. Et nous sommes fiers d’y contribuer. La meilleure réponse aux extrémistes, c’est de construire un meilleur monde, et pas de la détresse. »

Lutter contre le réchauffement climatique, c’est lutter contre le terrorisme. Qui dit mieux ? Le climathon, en cette semaine 4, vient de se trouver un nouveau compétiteur de grand talent.


Sur le web

Suivre le Climathon.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.