Antoine Blondin, la légende du Tour

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Antoine Blondin, la légende du Tour

Publié le 30 juin 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

antoine_bondin_legende_tourPour faire un bon Tour de France, il faut un parcours bucolique et éreintant : de beaux paysages, comme un contre-la-montre sur le pont de Saint-Nazaire, des campagnes fleuries, des villes vues du ciel, et des cols raides, des faux plats, de terribles descentes, pour creuser les écarts et éliminer les imprudents.

Pour faire un bon Tour de France, il faut des coureurs de talents et de cœur. Ceux de ma génération : Jalabert conquérant le maillot à pois, Virenque au sommet du Ventoux, Jan Ulrich luttant pour ne pas être deuxième.
Pour faire un bon Tour de France, il faut une grande caravane. Les saucissons Cochonou, les mains vertes PMU, les stylos et les fanions jetés à la volée.

Et pour faire un bon Tour de France, il faut de grands journalistes. Jean-Paul Ollivier, qui a commenté le Tour sur France 2 jusqu’en 2014. Il restera le maître de la télévision. Pour la presse, il y a Antoine Blondin. 27 Tours à son actif, et des chroniques pour L’Équipe qui ont forgé la légende du Tour. Blondin, l’autre hussard, avec Roger Nimier, Jacques Laurent et Michel Déon. Toute une génération littéraire, talentueuse, quoiqu’un peu trop portée sur les excès.

Il a fallu trois maîtres d’œuvre pour écrire cette biographie cycliste d’Antoine Blondin. Symbad de Lassus, son petit-fils, Jean Cormier et Jacques Augendre, ses amis, retracent plusieurs facettes cyclistes de l’auteur d’Un singe en hiver. Jean-Paul Ollivier est également de la partie, ainsi que Christian Prudhomme, l’actuel patron du Tour, et Jean-Marie Leblanc, qui l’a longtemps organisé.

Ces 27 Tours, c’est aussi une génération d’histoire de France. Les héros étaient Eddy Merckx et Raymond Poulidor, Jacques Anquetil, Géminiani et Bahamontès. C’est la France des Pieds-Nickelés et du passage de la ruralité à l’urbanité. La nostalgie est forcément présente, comme cet Anquetil en maillot jaune sur la couverture. Mais c’est aussi rappeler que le Tour de France est une des épreuves sportives les plus suivies au monde et que des millions de téléspectateurs la regardent, voyant à travers elle nos paysages, nos villes, notre culture. Quel merveilleux instrument de puissance culturelle !

Ce livre de témoignage trace une biographie originale d’Antoine Blondin, à travers sa passion du Tour. Le livre est agrémenté de nombreuses photographies, d’extraits de chroniques, ainsi que de deux fac-similés qui permettent de découvrir l’écriture presqu’enfantine de Blondin. Ce Tour buissonnier nous dévoile un écrivain à l’humeur vagabonde.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Daniel chaudron
    30 juin 2015 at 17 h 37 min

    « Pour faire un bon Tour de France, il faut une grande caravane. Les saucissons Cochonou,… »
    A mon avis, la pub Cochonou ne va pas durer longtemps, car bientôt contraire aux valeurs de la république…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bertrand Buisson.

Dans un entretien au quotidien Le Progrès, le nouveau maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, s’est ému du passage du Tour de France entre Rhône et Saône ce samedi 12 septembre. Il a accusé la grande boucle d’être une course « polluante et machiste ».

Pourtant, le nouvel édile a promis de faire du vélo la nouvelle reine du transport urbain. Alors pourquoi le maire EELV de Lyon s’en prend-t-il à la plus populaire des courses cyclistes ?

Le bobo contre le beauf

Un début de réponse est justement parce... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Meredith Bragg & Nick Gillespie, depuis les États-Unis. Un article de Reason

Plusieurs mois de campagne médiatique ont fini par faire toucher le fond au plus grand coureur cycliste de tous les temps : la Lance Armstrong Foundation a abandonné le nom de son créateur pour devenir la Livestrong Foundation. Que Lance Armstrong se rassure : ce sera difficile de tomber encore plus bas.

Son histoire est sans pareille, shakespearienne par son étendue et par son ampleur. Un athlète arrogant et fort en gueule a affronté des obstac... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Beaucoup de Français ne s’intéressent au cyclisme que durant le Tour de France, et beaucoup de cyclistes ne s’intéressent à la France que durant le même Tour. Né en 1903, le Tour de France commémore cette année les 100 ans de l’invention du maillot jaune. Une couleur moquée à ses débuts, le jaune étant associé au traître ou au cocu, mais qui, en s’apparentant à l’or, devient le maillot des vainqueurs, des meilleurs et des « forçats du Tour ».

Béatrice Houchard raconte ces années de Tour, en en mêlant l’épo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles