Canada : comment transporter le pétrole ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Puit de pétrole (Crédits : Flcelloguy, GFDL)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Canada : comment transporter le pétrole ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 septembre 2015
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis le Québec.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Puit de pétrole (Crédits : Flcelloguy, GFDL)
Puit de pétrole (Crédits : Flcelloguy, GFDL)

Dans le cadre d’une consultation publique sur le projet d’Oléoduc Énergie Est, l’organisme Équiterre dénonce ce qui serait, à leurs yeux, un « faux » débat entre pipelines et trains.

Un « faux » débat parce « qu’il est faux d’affirmer que si le projet de pipeline Énergie Est est rejeté, le pétrole qui devrait circuler dans le tuyau sera transporté par train »selon Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre.

Pourtant, plus loin dans l’article, ce même Guilbeault dit que la croissance rapide des sables bitumineux « se reflète dans le transport de pétrole par train, qui a connu une croissance de 300 % depuis six ans. Les producteurs auraient donc plus que jamais besoin des projets de pipelines. »

Cherchez l’erreur.

Selon le mémoire d’Équiterre, la quantité de pétrole transportée par train est beaucoup plus faible que celle transportée par pipelines au pays, ce qui est tout à fait vrai. Il serait donc impensable, pour compenser, de faire circuler autant de convois de train au Québec chaque jour vers le Nouveau-Brunswick.

Canada pétrole rené le honzecPeut-être, mais la quantité de pétrole transportée par train, ou par d’autres moyens, va augmenter quand même s’il n’y a pas de pipeline. De combien ? Par quels moyens de transport et à quel coût ? Nul ne le sait, mais ce n’est donc pas un faux débat d’opposer pipelines et transport par train. Le faux débat serait de croire que sans pipeline, la consommation de pétrole des êtres humains va soudainement se mettre à diminuer drastiquement, ou que l’Alberta va cesser de développer son pétrole. Le pétrole va continuer de se rendre aux consommateurs, mais par des moyens de transport plus dangereux. Et aussi plus coûteux, et la facture sera refilée aux citoyens, ce qui constituera en quelque sorte une nouvelle « taxe sur l’essence » – comme s’il n’y en avait pas déjà assez !

Rappelons à cet effet que seulement 12 % des Canadiens sont prêts à faire les sacrifices nécessaires pour se « libérer du pétrole ». Et comme l’a déjà expliqué sur cette tribune mon collègue Youri Chassin, consommer et transporter le pétrole sont deux débats à ne pas confondre.

Par ailleurs, je voudrais être clair : je ne suis pas « contre » le transport de pétrole par train, ou par camion-citerne, ou par bateau. Ce sont là tous des modes relativement sécuritaires de toute façon. Mais relativement parlant, les chiffres ont démontré qu’ils sont moins sûrs que le pipeline.

Sur le web

(Visited 1 times, 1 visits today)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Furfari.

La France — mais aussi l’Union européenne — continue de croire qu’elle est au centre du monde de l’énergie. L’objectif illusoire d’une décarbonation rapide de l’économie du « continent européen » aveugle jusqu’aux banques et les médias.

Dans une logique dont on ne sait si elle frise l’orgueil ou l’aveuglement, les médias européens et français ont titré que la France refuse le soutien au projet gazier Arctic LNG2, alors que Reuters titre plus sobrement « Le projet russe Arctic LNG2 obtient des prêts d’un mont... Poursuivre la lecture

Par Henry Bonner.

Les entreprises pétrolières sous-investissent. Le gaz russe est frappé de sanctions. Les énergies renouvelables concentrent les faveurs du pouvoir. Tout est en place pour une hausse des énergies fossiles que les consommateurs subiront.

À partir de l’année prochaine, les voitures auront toutes un système de limiteur de vitesse.

Le but est de vous inciter à conduire plus lentement et de sauver des vies, prétendent les autorités. Cela concernera-t-il aussi les voitures des cortèges officiels ?

Au Roy... Poursuivre la lecture

Quel modèle de croissance pour demain ? C'est pour répondre à cette question que Philippe Charlez sort ce mois-ci aux éditions Jacques-Marie Laffont L'utopie de la croissance verte. Les lois de la thermodynamique sociale. Philippe Charlez est ingénieur des mines (Faculté polytechnique de Mons, Belgique), docteur en physique et spécialiste de l'énergie internationalement reconnu. Il écrit pour Contrepoints, Atlantico, Valeurs actuelles et Opinion Internationale. Il est expert des questions énergétiques de l'Institut Sapiens.

Votre livre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles