Transformer la Sécu en « jardin à la française » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transformer la Sécu en « jardin à la française » ?

Publié le 22 janvier 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Jardin à la Française au Château de Villandry (Crédits Jean Aernoudts licence GNU GFDL)
Jardin à la Française au Château de Villandry (Crédits Jean Aernoudts licence GNU GFDL)

Faut-il franchir une nouvelle étape dans la transformation de la « sécu » en « jardin à la française »? Ce vieux projet, au fondement des idées de Pierre Laroque, rédacteur des ordonnances de 45 qui ont donné le jour à la Sécurité sociale, revient régulièrement sous les feux de l’actualité. C’est encore le cas en ce moment avec la note du Conseil d’Analyse Économique (CAE) consacrée à la gouvernance de la Sécurité sociale. Elle méritait bien un petit décryptage de ses silences et ses références implicites.

La Sécu et l’horreur du « désordre »

Historiquement (c’est-à-dire avant 1945), la protection sociale en France était extrêmement émiettée. Une kyrielle de caisses de solidarité professionnelle et de mutuelles prenait en charge la retraite et la couverture des soins. Ce spectacle désordonné est au fondement de la Sécurité sociale. L’un des grands objectifs de Laroque et Parodi, lorsqu’ils créent le régime général, consiste à remplacer ce système dispersé par une caisse unique, universelle, qui apporterait à l’œil de l’assuré (et surtout du gouvernant de la Sécurité sociale) le spectacle bien plus réjouissant d’un « jardin à la française », c’est-à-dire d’un tout compact et ordonné.

Depuis 1945, la technostructure française ne cesse de vanter les mérites de ce « jardin » et les bienfaits d’un énorme ensemble qui gèrerait la totalité des assurés dans un immense régime à entrée unique.

Cette obsession explique par exemple la création du RSI, qui a fusionné les quatre caisses existant pour les indépendants. Le cas du RSI est emblématique : la course à l’unité, à la simplification, devait donner de la « lisibilité », de l’efficacité, selon la croyance de la technostructure française aux bienfaits incontestables du « jardin à la française ». Ce qui réjouit l’œil de l’homme est bon pour les plantes. Le fiasco du RSI démontre à foison l’absurdité de ce « jardin à la française » et de ses prétentions. La course vers le régime unique de Sécurité sociale comporte des effets de structure indésirables qui sont autant de chocs à absorber pour les assurés et de causes de rupture entre les assurés et la Sécurité sociale elle-même. Le succès des mouvements de « libérés » vis-à-vis de la Sécurité sociale le prouve.

La résistance française à la Sécu

Intuitivement, beaucoup ont toujours combattu la Sécu (c’est-à-dire le grand régime universel supposé résoudre tous nos problèmes) pour échapper aux risques que représente une grande usine à gaz unique pour le pays. Les premiers résistants à la Sécu, rappelons-le, appartiennent à la CGT qui a farouchement combattu, en 1945, le rattachement des régimes spéciaux au régime général. Ce point d’histoire pourtant évident est régulièrement occulté par l’historiographie officielle de gauche, qui feint de propager la rumeur selon laquelle les résistants, les armes à la main, auraient rempli le vide social français en 1945 par la création d’une Sécurité sociale universelle. En réalité, cette universalité n’a jamais convaincu tous ceux qui bénéficiaient d’un régime spécifique avant 1940. Il suffit de voir avec quelle violence la CGT a combattu, ces dernières années, la suppression des régimes spéciaux pour mesurer l’hypocrisie des équations imaginaires entre résistance à Vichy et Sécurité sociale.

Si cette résistance française à la Sécurité sociale s’explique d’abord par le faible niveau des garanties offertes par le régime général (ce point étant généralement présenté comme une défense des avantages acquis par les régimes spéciaux), la peur d’être « anonymisé » dans une grande machine bureaucratique ne fait que nourrir les angoisses des assurés. Ceux qui disposent de leur « régime » de solidarité professionnelle se disent qu’ils sont mieux pris en compte entre assurés du même univers que par une caisse primaire territoriale qui mélange tout le monde.

Cette résistance naturelle (et vivace depuis 1945) à l’universalité explique pourquoi, encore aujourd’hui, la Sécurité sociale ressemble à un patchwork. La distinction entre retraites du régime général et retraites complémentaires, par exemple, est directement liée à la volonté exprimée par les syndicats de cadres, en 1947, de conserver un régime spécifique les distinguant de la Sécurité sociale universelle.

La Sécu et la technostructure

Ces explications historiques sont incontournables pour comprendre la persistance d’une protection sociale éparpillée en France. En réalité, depuis 1945, le régime universel de Sécurité sociale est imposé par le haut et se heurte à une résistance constante des assurés, qui préfèrent garder leur « système » à eux, plutôt que de se perdre dans la machine compliquée inventée par l’État. Régulièrement, pourtant, la technostructure revient à la charge pour expliquer que cette machine appelée régime général est beaucoup plus ingénieuse, efficace, rentable, agréable, que les régimes ou les organismes défendus par les assurés.

La note du CAE relève de cette habitude quasi-maladive qui ronge notre élite. Elle tente de faire croire que les dépenses de protection sociale en France seraient mieux gérées (et garantiraient mieux l’accès aux soins solidaires, bien entendu) si une grande machine unique se substituait à la multiplicité des acteurs actuels. Le désastre du RSI ne suffit manifestement pas à ouvrir les yeux des rédacteurs de la note sur l’imposture de leur doctrine.

De façon encore une fois révélatrice, d’ailleurs, Antoine Bozio, enseignant de l’université française, et Brigitte Dormont, enseignante de l’université française, suggèrent de fusionner tous les régimes… sauf ceux dont ils dépendent. Il faudra un jour qu’on nous explique pourquoi les ressortissants du RSI, victimes du « jardin à la française », sont si nombreux à vouloir le quitter, et pourquoi ceux qui échappent au régime général se battent tant pour que les autres y soient mais ne proposent jamais de le rejoindre eux-mêmes.

Charité bien ordonnée…

La Sécu, l’idéologie et la réalité

On remarquera au passage que la note du CAE est une superbe expression de l’idéologie hors sol sur laquelle se fonde la théorie de la Sécurité sociale comme jardin à la française. Il paraît que le grand tout qui y est proposé (en pratique, l’étatisation complète de l’assurance-maladie) relève du bon sens économique et de la bonne gestion. Assez curieusement, les auteurs de la note oublient de dire que si la Sécurité sociale ne rembourse pas la totalité des soins aujourd’hui, c’est dans un souci de « mitigation » du risque, c’est-à-dire de maîtrise des dépenses. Manifestement, la façon dont le risque sera géré demain n’inquiète pas les auteurs, alors qu’elle est cruciale pour l’équilibre du système.

On ajoutera que cette note fait l’impasse sur les conséquences économiques concrètes des mesures qu’elle préconise. Que fait-on des salariés actuellement employés par les organismes complémentaires dont la note propose la mise à mort de fait ? Ces questions ne paraissent pas effleurer les auteurs, et le grand désordre (incompatible avec le droit communautaire) auquel nous nous promettons n’est pas abordé ici.

Rappelons que, en Allemagne, les régimes de base de la Sécurité sociale sont en concurrence et que chaque assuré est libre de choisir sa caisse de rattachement. Cette alternative intelligente à la caisse unique n’est malheureusement pas évoquée par nos universitaires.

Sur le web

Retrouvez sur Contrepoints notre dossier spécial sécurité sociale

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • il faudrait déjà en finir avec le terme de sécu, beaucoup trop général, et parler d’assurance maladie, assurance chômage, retraite, allocation logement, allocation familiale,…..de façon bien distincte pour éviter amalgames et confusions.

    Ensuite plusieurs caisses se justifient à condition d’avoir le choix: avec une saine concurrence ce serait l’idéal comme en allemagne.

    Chez nous ce n’est pas le cas, et la raison principale de ne pas mettre tout le monde dans une caisse commune, est la disparition de la poule aux œufs d’or pour les syndicalistes et autres « partenaires » sociaux, qui se partagent des postes et des fonctions juteuses à défaut d’être très honorifiques, d’administrateur d’une des milliers de caisses(ou organismes) existantes.

    De tout façon, à terme avec les carrières multiples, la mondialisation,…., la sécu à la française est condamnée, et sera remplacé progressivement par les mutuelles et autres assurances individuelles privées, au moins pour ce qui ne concerne pas la solidarité des plus démunies.
    Mais comme toujours, nos idéologues font de la résistance

  • Quel journaliste va poser la question a Antoine Bozio et Brigitte Dormont pourquoi ils veulent imposer aux aux autres ce qu’ils ne voudraient pas pour eux et répondre de cette contradiction?

  • Lecteur direct d’ EV sur son blog, j’ai noté une inflexion plus nette de cet auteur en faveur de l’ apparition de caisses d’assurance maladie mises en concurrence. Façon Allemagne ou Suisse. Car s’il pourfendait très bien la SS depuis l’année dernière, il ne semblait proposer en échange qu’un aggiornamento de la SS en vue de corriger ses malfaçons mais en en conservant le principe d’ unicité universelle…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Bernard Kron.

On assiste avec la pandémie à une crise économique et sanitaire que je décris dans le livre Blouses Blanches colère noire (Max Milo éditions). Cette crise va entraîner un bouleversement dont nous sommes loin de mesurer les conséquences à moyen et encore moins à long terme.

Comment va évoluer la société avec cette pandémie ? Un virus ne disparaît jamais, deviendra-t-il banal ou plus agressif ? Il faudra sans doute vivre des années avec le covid. Quels vont être les bouleversements économiques et politiques décle... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'Iref-Europe

Le chef de l’État a martelé ces dernières semaines que nous étions en guerre, non pas face à des hommes certes, mais contre un virus. Or, qui dit guerre dit accroissement des pouvoirs de la puissance publique. Historiquement, la légitimité d’un État se construit en fonction de son pouvoir de protection. En effet, hormis les anarchistes, nul ne conteste que les gouvernants soient alors en première ligne.

Il n’en demeure pas moins que la croissance de l’État lors d’une crise e... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Didier Cozin.

La France sociale et éducative s’est construite à la fin du XIXe siècle sur un ancien axiome hugolien (jadis vérifié) : « ouvrir une école c’est fermer une prison ». Aujourd’hui en France, le paradoxe pourrait être le suivant : nous n’avons jamais eu autant d’écoles et en parallèle nous devons ouvrir toujours plus de prisons.

Le social contre l’éducation

Depuis cinquante ans l'éducation et la formation manquent ou régressent en France. Nos lacunes contemporaines de compétences font plonger toute la société dans... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles