Snake Robot, le nouveau robot zoomorphe impressionnant

Eelum propose aujourd'hui un Snake robot totalement opérationnel, capable d'évoluer dans un environnement encombré, avec un coût de fonctionnement réduit
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Snake Robot, le nouveau robot zoomorphe impressionnant

Publié le 30 avril 2016
- A +

Par Thierry Berthier.

GogDog-Cohrada (et pas Snake Robot)
GogDog-Cohrada(CC BY-NC 2.0)

 

Les sociétés Eelum, Kongsberg Maritime et Statoil se sont associées pour développer une série de robots destinés à l’inspection, la maintenance et la réparation sous-marine. Après plus de dix années de recherche sur des prototypes reproduisant la nage du serpent, Eelum propose aujourd’hui un Snake robot totalement opérationnel, capable d’évoluer dans un environnement encombré, avec un coût de fonctionnement très réduit (bien inférieur à celui des technologies existantes). Ces robots peuvent être installés de manière permanente dans des environnements difficilement accessibles pour réaliser des opérations d’inspection et de maintenance « agiles ».

Un Snake Robot impressionnant

À l’image des robots mules de Boston Dynamics, le snake robot imite si bien le déplacement sous-marin du serpent qu’il entre de fait dans la zone d’admissibilité zoomorphique. Rappelons que la frontière (diffuse) d’admissibilité zoomorphique sépare deux catégories de robots : d’un côté l’ensemble des robots industriels mécanisés, clairement identifiés comme objets / outils et qui ne suscitent pas de sentiment particulier chez l’observateur humain et de l’autre, l’ensemble des robots imitant le comportement de l’homme ou de l’animal à un tel niveau qu’ils provoquent chez lui des réactions d’identification et des sentiments spécifiques.

dessin politique465Avec les robots humanoides, la zone d’Uncanny Valley (Vallée dérangeante) observée chez l’humain est particulièrement marquée (et large) avant d’atteindre l’admissibilité. Dans le cas des robots zoomorphes, cette zone diffuse d’Uncanny Valley semble bien plus réduite, avec une identification à l’animal qui s’impose très rapidement à la perception humaine. Ainsi, on ne perçoit dans la vidéo de démonstration du snake robot que les similarités avec la nage du serpent biologique. Celles et ceux qui n’apprécient pas les serpents éprouvent rapidement le même rejet-réflexe face au snake robot. Notre perception sélective induit une identification réflexe avec le reptile. Un test de « Turing sensitif » serait alors presque passé avec succès …

D’une manière générale, plus les robots zoomorphiques gagnent en ressemblance avec leurs modèles naturels et plus il devient nécessaire d’étudier les effets de perception et d’identification provoqués chez l’homme.

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Mouais, il ne s’engage pas dans les structures, il a peur de se faire des noeuds ?
    A proximité de ces structures la fluidité de sa progression est carrément stoppée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien conduit par Corentin Luce.

Par une glaciale matinée de janvier 1966, le Pr Joseph Weizenbaum, informaticien au MIT (Massachusetts Institute of Technology), vient de marquer l’histoire, même s’il l’ignore encore. Après plusieurs années de conceptions et d’améliorations, le premier chatbot (robot logiciel pouvant dialoguer avec un individu par le biais d'un service de conversations automatisées) de l’histoire est créé. ELIZA, tel est le nom de son programme informatique.

Le chabot fut alors utilisé pour dialoguer par ... Poursuivre la lecture

Par David Evans Bailey[1. PhD Researcher in Virtual Reality, Auckland University of Technology.]. Un article de The Conversation

À sa sortie en 1992, le long-métrage Le Cobaye avait retenu l’attention des spectateurs et est resté depuis ancré dans l’imaginaire collectif. Une bonne partie du film portait sur la réalité virtuelle. On pourrait croire que l’émergence de cette nouvelle technologie, représentée de manière alors un peu effrayante, eût été le centre d’attention. Et non : c’est la scène de sexe virtuel qui avait à l’époque fait... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

Dans le cadre de la lutte engagée pour endiguer la pandémie du coronavirus, de nombreux médias ont relayé l’information de Numerama, pointant l’usage d’un chien robot développé par la société Boston dynamics dans le parc de Bishan-Ang Mo Kio à Singapour (ce chien robot étant également en activité dans le parc de Lee Ah Loo) un « chien » opérationnel et disponible pour un usage commercial depuis 2019.

Des informations corroborées par des médias comme Ein News Singapore, ou un autre journal Singapourien, The... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles