Trump : la fin du rêve américain ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trump : la fin du rêve américain ?

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 31 janvier 2017
- A +

Par Jacques Garello.

rêve américain
Donald Trump By: Michael VadonCC BY 2.0

Donald Trump est devenu le 45e Président des États-Unis d’Amérique. La France n’était pas représentée à la cérémonie d’investiture : l’Élysée a puni le peuple américain, qui a mal voté.

Je partage les craintes qu’inspire un homme nouveau à la tête de la première puissance militaire et économique du monde. Pour autant je ne crois pas que Trump puisse faire exploser la nation américaine, même si le « rêve américain » est en danger.

Le rejet d’une société politique envahissante

Ce ne sont pas seulement les promesses d’isolationnisme et de relance industrielle qui ont fait la victoire de Trump, c’est aussi l’attachement aux principes et aux valeurs des Pères fondateurs qui a poussé la société civile (celle des tea parties) à rejeter une société politique envahissante et immorale et à voter pour le candidat de la rupture avec Washington.

Ce sont ces valeurs qui devraient nous rassurer, et la plus importante d’entre elles est la liberté. Le « rêve américain » a une double face : espoir d’échapper à la misère ou à l’oppression, désir d’épanouir ses talents et ses mérites. Les immigrants ne se contentent pas de fuir l’Europe, l’Amérique Latine, l’Afrique ou l’Asie, ils se préparent à une nouvelle vie où leur ardeur au travail, leur esprit d’innovation et d’entreprise, leurs savoirs, seront reconnus. Ces deux faces sont bien celles de la liberté, qui est absence de coercition et moteur d’épanouissement.

Pourquoi, en dépit de leurs vicissitudes, en dépit de Roosevelt, Carter, Clinton et Obama, les États-Unis demeurent-ils la patrie de la liberté ? Pour trois raisons à mon sens : solidité des institutions politiques, diversité et mobilité du peuple, vigueur intellectuelle et spirituelle.

Solidité des institutions américaines

La plus vieille constitution écrite du monde remonte à 1787. Elle a repris des Anglais et des Hollandais les principes de respect des droits individuels et de limitation du pouvoir politique. Par contraste, la France a confié la défense des droits individuels au pouvoir politique, et trois ans après la Révolution de 1789, c’était la dictature. À l’époque le fédéralisme américain l’a emporté sur le jacobinisme français.

Ensuite, malgré des efforts incessants de Washington, les pouvoirs de chacun des cinquante États membres de l’Union ont survécu : la loi civile et pénale, les modalités électorales, la fiscalité, la réglementation économique diffèrent. La bataille sur la peine de mort, l’avortement, le port des armes n’a pas, à ce jour, été gagnée par Washington.

La Cour Suprême étant gardienne de la Constitution, c’est la bataille autour de sa composition qui est le point stratégique du fédéralisme américain et peut-être la faiblesse du système, mais à ce jour elle n’a pas été gagnée par la Maison Blanche.

Une forte mobilité

La concurrence entre mœurs et institutions politiques offre un choix permanent aux habitants des États-Unis. L’activité économique s’est déplacée des États de la Nouvelle Angleterre vers ceux du Sud et de l’Ouest. On quitte le « Taxaschussets » pour s’installer là où les impôts sont légers, où le marché du travail et le contrat sont plus puissants que le droit du travail créé par la classe politique. Émigrer vers les États-Unis, c’est se préparer à changer plusieurs fois de maison, d’emploi, de relations. C’est choisir entre des sociétés fermées où règne le communautarisme (comme les Mormons de l’Utah) et des sociétés mêlées où cohabitent ethnies et religions.

De ce point de vue, on ne peut ignorer que les États-Unis, réputés paradis du matérialisme, demeurent avec l’Inde le pays le plus religieux du monde. C’est pourquoi les religions à vocation hégémonique y étaient peu représentées, jusqu’à ce que les Panthères noires aient scellé l’alliance entre Noirs et Musulmans : un sous-produit de l’État-Providence, comme l’a magistralement démontré Thomas Sowell. C’est bien là l’un des dangers majeurs qui guettent aujourd’hui les États-Unis : la naissance d’un racisme social. Obamacare a été une de ces tentatives d’aliénation collectiviste : Trump rendra service à la nation en la supprimant.

Des valeurs spirituelles conservées

Enfin et non le moindre, aux valeurs spirituelles conservées aux États-Unis s’ajoutent les valeurs intellectuelles. La vie universitaire américaine est la plus développée au monde. Elle est fondée sur la concurrence, sur le mécénat : les professeurs n’ont pas de position à vie (sauf les « tenures », emplois à vie réservés à quelques éminents prix Nobel), les universités sont autonomes, cohabitent les publiques et les privées, les centres économiques et scientifiques (Chicago en particulier). Comment s’étonner que 80% des brevets soient déposés par des Américains, qui trustent aussi les prix Nobel scientifiques ?

Tout cela crée une culture spécifique, qui forge une nation encore puissante et attractive. Il serait surprenant et dramatique que le rêve américain, rêve de liberté, s’estompe du jour où Donald Trump a prêté serment sur la constitution de Philadelphie.

Sur le web

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Je partage les craintes qu’inspire un homme nouveau à la tête de la première puissance militaire et économique du monde. Pour autant je ne crois pas que Trump puisse faire exploser la nation américaine, même si le « rêve américain » est en danger.
    Je serais intéressé de savoir ce que vous auriez écrit si Hillary Clinton avait été élue à sa place… comme votre analyse rétrospective des 8 années précédentes sous la présidence d’un autre homme nouveau…

    • @ simple citoyen

      Jusqu’à présent, je n’ai « pas peur de D.Trump ». Je ne me fie pas à sa campagne électorale et à ses « saillies » verbales qui comportaient sans doute l’envie de marquer les esprits, ce qui est arrivé: peu de gens ignorent maintenant son nom! (« Qu’on dise du bien ou du mal de moi, tant qu’on en parle! »).

      Il veut sans doute aussi montrer qu’il n’est pas un politique véreux mais un businessman qui a « réussi », en faisant croire qu’on peut diriger les U.S.A. comme le groupe Trump.

      Il existe aussi dans ce pays, des freins qui vont limiter ses pouvoirs et « son bon plaisir ». (Ça a déjà commencé avec l’opposition d’ 1 seul juge à son projet de fermer les frontières.) Sa volonté du mur mexicain pour limiter les « sans-papiers » comme la fermeture commerciale corresponde à son « America First »: ce sont des solutions radicales (« simplistes »?) qui « doivent » traduire ses priorités. (Ça a déjà fonctionné avec l’industrie automobile!)

      Donc « atypique » il est et, comme partout, il aura 100 jours pour tenter de s’imposer, lui et son « programme », et convaincre, de façon plus efficace que la « marinière » de « Montebourg-Armorlux associés ».

      L’avenir n’est pas écrit et les « prévisionnistes » pas fiables!

      On a tort de considérer les USA comme un pays: c’est une nation, sans aucun doute, mais, en France, on a encore du mal à comprendre le système fédéral et ses conséquences: Cette nation n’a rien d’un état concentrant tous les pouvoirs de façon très centralisée! La seule comparaison « valable » serait celle avec une Union Européenne telle que plus désirée par les citoyens que par les politiciens. (Cela s’est encore vu avec la volonté de Fr.Hollande de récupérer l’autorité de la France en Europe pour « franciser » l’autorité européenne, ce qui, économiquement (et fiscalement), ne passera évidemment pas!)

      • Bien évidemment, les USA sont une Nation au sentiment national fort entretenu dès le plus jeune âge. Le respect de la Constitution multiséculaire est appris dès le biberon.
        L’appel à l’immigration pour augmenter considérablement la faible démographie des USA date d’après la seconde guerre anglo-américaine de 1812/1814 durant laquelle la nouvelle capitale, Washington, avait été prise et incendiée par les tuniques rouges. Les américains s’étaient rendu compte qu’il ne faisaient pas le poids face aux grands Etats maritimes européens.

        On a compté qu’entre 1820 et 1996 les EU reçurent 61,208 millions de migrants venus, dans l’ordre d’importance, d’Allemagne (7 millions) d’Italie (5 millions) du Mexique (5 millions dont pas mal d’hab. des territoires mexicains annexés) de GB (5millions) d’Irlande (4,7) du Canada(4,3) de Russie (3,7), d’Autriche Hongrie (3,6), de Suede-Norvège (2,1) etc ..
        Les américains actuels, sauf les nouveaux arrivés, sont tous descendants de ces 61 millions de migrants s’ajoutant aux colons anglo-hollandais d’origine et aux descendants des esclaves amenés par les anglais au départ.
        
Pour éviter que tout ce monde n’importe les conflits européens aux USA, il a fallu bâtir un sentiment national fort pour ces nouveaux citoyens et décider également du choix d’une langue qui fut l’anglais.
        Il est à noter que ces migrants, ceux arrivés un peu avant le déclenchement de la Guerre Civile, furent enrôlées dans les troupes ennemies; il y eut ainsi des irlandais en uniforme bleu (régiment de New York) tandis que d’autres combattaient sous l’uniforme gris (brigade irlandaise de Kelly) https://www.youtube.com/watch?v=O3_1x2mUO64

        Même durant ces circonstances extrêmes, la Constitution de 1787 s’appliqua sans problèmes aussi bien dans l’Union de Lincoln que la Confédération de Jefferson Davis.
        Après la Guerre Civile la conquête et la colonisation de l’Ouest furent menées, les territoires conquis se transformant au fur et à mesure en nouveaux Etats qui copiaient pour leurs institutions les « Vieux Etats » d’origine, les 13 colonies anglaises en rebellion contre leur roi anglais.

        Pour mémoire, le grand’père de Trump, un jeune allemand né dans le royaume de Bavière en 1869, immigré à 16 ans en 1885 et mort à New York de la grippe espagnole en 1918, participa à la dernière vague de cette conquête dans l’Etat de Washington (Seattle), suivant également comme tenancier de saloon-restaurant-hôtel les mineurs de la ruée vers l’or au Yukon et en Colombie Britannique. (faire wiki Friedrich Trump)

        Donc la Constitution américaine, c’est du solide et c’est bien pour cela qu’elle a tenu malgré les vicissitudes du temps.

        • @ Leucate

          Merci pour cette page d’histoire et on voit donc qu’on ne modifie pas la constitution pour un oui ou un non! Chose qui quand ça se fait pour une loi, n’est pas justifié sauf longue réflexion et excellente argumentation (au moins les 2/3 du sénat et de la chambre (ou assemblée nationale).

        • Merci pour cette rapide synthèse 🙂
          Par curiosité, auriez-vous des livres (ou vidéo) à recommander sur l’histoire des États-Unis ?

  • « La France n’était pas représentée à la cérémonie d’investiture : l’Élysée a puni le peuple américain, qui a mal voté. »
    Pouvez vous me citer des représentants d’autres pays (européens entre autre) présents à la cérémonie d’investiture ?
    Du coup, le reste de l’article…

    • @ laurent

      La présence à l’investiture présidentielle se fait exclusivement sur invitation: Fr.Hollande était-il invité? (D’où la présidence d’H.Clinton).

  •  »
    vigueur intellectuelle et spirituelle
     »
    Avec près de la moitié des americains qui pensent que l’ancien testament est un récit historique, je suis tres heureux que l’Europe ne partage pas cette « vigueur intellectuelle et spirituelle ».

    http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/292691/le-creationnisme-une-affaire-d-americains-et-d-albertains
    http://www.gallup.com/poll/155003/Hold-Creationist-View-Human-Origins.aspx?version=print

    nous sommes en pleine décroissance intellectuelle : ou cela va t il nous emmener ?

    • Je modérerais fortement mon bonheur à votre place.

      D’une part c’est 42% (2015) et non 50%, le créationnisme s’éteint doucement (47% en 2007). D’autre part Les USA sont parmi les pays les plus dynamiques au monde dans la recherche et les brevets, y compris dans la recherche sur la préhistoire. (C’est d’ailleurs une anomalie, en général plus les pays sont religieux, moins ils sont développés )

      Je suis un athée ex-militant enragé et amoureux de science et en particulier de l’évolution et de l’histoire, mais même si ça m’arrache un bras de l’avouer, je dois bien reconnaître que savoir ce qui s’est passé il y a des millions d’années n’est pas vital ni pour l’économie ni pour la vie des gens. C’est bien trop loin et « abstrait » pour avoir une réelle importance. (D’ailleurs la plupart des personnes qui croient à l’évolution en ont une image totalement fausse, ils n’y connaissent rien)

      Par contre la croyance dans la liberté, le droit, le mérite et le capitalisme sont eux, vitaux pour ne pas tomber dans l’oppression socialiste. Et là, la France est en queue de peloton avec la Turquie, la Grèce, l’Argentine, l’Espagne. Elle se paie même le luxe d’être le pays au monde qui croit le moins dans le capitalisme.

      Sept des dix candidats a la présidentielle Française sont à deux doigts d’entonner l’internationale comme la plupart des « philosophes » mainstream , pour ma part je trouve cette « vigueur intellectuelle » là bien plus préoccupante.

      • depuis quand la compréhension du monde se résume à l’économie? L’auteur de l’article fait des circonvolutions assez habiles pour noyer le coeur du sujet dsl mais pour l’instant le gouvernement Trump c’est du gros n’importe quoi tant au niveau de l’économie, de la sécurité , de la liberté et des droits à l’intérieur et à l’extérieur des frontières et vraisemblablement il n’a jamais lu aucun bouquin d’histoire ni même de son pays..

        Pas besoin d’être un bobo ou un coco pour s’en rendre compte, part contre je suis assez hilare de la réaction des médias non pas en terme d’inquiétude mais de surprise, ce type allait vouloir faire tout ce qu’il promis à son électorat et ceci dès le début de sa campagne,il a pas été pris au sérieux, les gens critiquait la forme mais ironisait sur le fond c’est le contraire qu »il aurait fallu faire…

        Un bon laboratoire de ce qu’est un gouvernement anti-élite en action.

        D’une part c’est 42% (2015) et non 50%, le créationnisme s’éteint doucement (47% en 2007: heu sa change quoi sinon encore quasiment une bonne moitié qui sont des créationnistes?

        Pour un article concernant Trump et les USA vous arrivez à glisser France, Turquie, Grèce, Argentine, Espagne , élection présidentielle française: assez remarquable comme argumentaire.

        • depuis quand la compréhension du monde se résume à l’économie?

          Ce n’est pas ce qui est écrit.

          Pour l’instant le gouvernement Trump c’est du gros n’importe quoi tant au niveau de l’économie, de la sécurité , de la liberté et des droits

          Après 8 ans de recul des libertés aux USA prétendre que Trump a pu faire autant de dégâts en seulement 15 jours démontre qu’il faudra écouter autre chose qu’un bobo-coco pour avoir une image claire de ce qui se passe.

          Je ne dis pas que Trump est bien, mais chaque fois que vos confrères l’ouvrent c’est pour dire une connerie, un mensonge ou pousser des cris d’horreurs a priori et c’est pareil à chaque élection d’un type de non-gauche.

          Les gens sont lassés de vos hystéries idéologiques, c’est pour cela qu’ils votent quand même brexit ou trump.

          pour un article concernant Trump et les USA vous arrivez à glisser France, Turquie, Grèce, Argentine, Espagne , élection présidentielle française: assez remarquable comme argumentaire

          Ce qui est absolument remarquable c’est que vous êtes totalement passé à côté du principe même du débat avec quelqu’un qui affirme une chose et une personne qui réagit à cette affirmation.

          • mdr quel bobo coco quel, quel confrère lol? Vous hallucinez grave en fait, non je ne passe pas à côté du débat c’est vous qui le tournez à vos fantasmes.

            « Les gens sont lassés de vos hystéries idéologiques, c’est pour cela qu’ils votent quand même brexit ou trump », quelles idéologies? Dsl mais l’invective sans fondement très peu pour moi mais pardon j’oubliais : les gens qui ont voté Trump et pour le Brexit ont milité ardemment pour plus de libre-échange, moins de dépense publique, moins d’instabilité et plus de liberté c’est tellement manifeste…

            Quand au raccourci gauche et coco ça se passe de commentaire tellement c’est gamin… vous avez quel âge mdr? Ca me fait penser au gens qui sont tellement dans le complotisme médiatique qui ne lise que les médias qui vont dans leur sens pour dénigrer tout autre pensée, vous lisez que Contrepoints ou quoi?

            Même au sein du sénat et du congrès il se rendent compte que c’est du gros n’importe quoi en dehors du clivage droite-gauche ou conservateur progressiste.

            Affirmation non étayée: lol pas le temps tellement ça coule à flot: mise en scène de la signature de décrets en mode je fais ce que je dis mais d’une manière tellement synthétique et artificielle, mesure sur l’immigration qui sont contesté en interne par les organes de sécurité intérieure même si pour l’instant tout le monde s’y plie, limogeage pour désaccord politique majeur je veux bien pour trahison à la nation plus fasciste tu meurs, abolition du TPP sans préavis, construction du mur etc etc etc etc etc etc…

            Même les médias américains conservateurs ça que ça va pas durer longtemps cette comedia del arte.

            Le nombres d’articles publiés sur Obama nous disant que c’est la pire catastrophe des USA etc etc etc alors qu’au final les gens votent pire….

            Je me fous de Trump et de sa personne en tant que telle pour moi il est un homme politique désormais et dirigeant du nation je vois juste l’intitulé du décret sur les ressortissants de divers pays et je me demande si je dois en rire ou en pleurer : apparemment les américains ont kiffé les années Bush et en redemande.

            Pas besoin de feuilleter libération, l’obs ou l’huma pour se rendre compte que ce type veut diriger les USA comme ses affaires, sauf que ça n’ a jamais et jamais fonctionner…

            Le mec parle de supprimer Obamacare pour la supprimer ok pour les arguments valables mais pour faire quoi? mieux et moins cher? ah bon et comment?

            Sur l’armement le mec dézingue un programme de l’US Air Force juger trop couteux ok: mais en parallèle il augmente fortement les autres budgets de la défense?

            Elles sont où les réductions d’impôts, enfin sur tout les baisses de dépenses hein parce que baisser les impôts tout les dirigeants sur cette terre l’on promis un jour ou l’autre.

            Et puis les contradictions entre les auditions de son administration et ses positions sur des sujets assez majeurs c’est tellement délicieux….

            Un clown de non gauche ou de non droite reste un clown: Trump, JLM, JMP, Orban et le président Philippin même combat!

            Et encore Trump et sans doute le moins intellectuellement doté de la liste.

            Vous savez ça fait bien longtemps que lisant la presse de tout bord sauf celle ouvertement militante je me forge ma propre opinion: maintenant si vous pensez que tout info qui ne sort pas de Contrepoint ou des médias que vous lisez est propagande vous ne valez pas mieux que les gens que vous prétendez dénoncer. Et puis l’entre-soi intellectuelle quelque soit ses opinion est une forme de propagande…

            • Pas besoin de feuilleter libération, l’obs ou l’huma pour se rendre compte que ce type veut diriger les USA comme ses affaires

              C’est clair, vous vous êtes fait cette opinion si originale tout seul comme un grand.

              les gens qui ont voté Trump et pour le Brexit ont milité ardemment pour plus de libre-échange, moins de dépense publique, moins d’instabilité et plus de liberté c’est tellement manifeste…

              Bon, vous n’avez rien compris à la campagne sur le brexit non plus.

              Trump, JLM, JMP, Orban et le président Philippin même combat!

              Une comparaison dont la finesse est proprement …éblouissante.

              Quand je disais qu’il ne fallait pas compter sur vous pour livrer une analyse pertinente et intéressante des choses, ce n’était pas une figure de style.

        • Votre point de vue n’a aucune valeur car vos affirmations ne sont pas étayées. C’est facile de dire qu’il fait n’importe quoi, mais il faut le démontrer! Pour ma part je ne le trouve pas.

        • Vous me faite bien rire! Un prof de droit comme Obama, nouveau élu sénateur, donc tout aussi inexpérimenté, ou une avocate corrompue comme Hillary, qui n’ont aucune notion d’économie, seraient plus qualifiés pour diriger la première puissance économique du monde? Il me semble que Trump, qui dirige une entreprise de 20.000 personnes avec le succès que l’on sait, est bien qualifié!

      • Harry Caude-Mouton
        1 février 2017 at 9 h 39 min

        S’il est vrai que la plupart des gens se disant évolutionnistes sont plutôt lamarckien que darwinien, avoir présent à l’esprit l’évolution selon Darwin est indispensable au décodage du réel, en économie notamment.

        • Non, pas plus qu’il n’y a besoin de connaître et comprendre la gravité pour qu’elle s’applique à vous.

          D’une part l’évolution ne nous dit pas grand-chose des modalités d’échange au sein d’une espèce sociale. D’autre part un monde « crée » totalement artificiellement pourrait avoir les mêmes principes: échanges, gains, pertes. Comme la gravité, vous n’avez absolument pas besoin de connaître son origine son principe ou son histoire pour que vous en teniez compte.
          En pratique, les Américains sont plus que fonctionnels depuis 2 siècles dans le monde réel comme les Européens de la révolution industrielle et ceci bien avant que les théories darwiniennes soient acceptées.

          En dernier, nous somme d’accord la-dessus, l’image commune qu’on les gens de l’évolution est un truc vague, flou, assez éloignée de la TSE actuelle quand ce n’est pas le timing complet qui est au fraise. Ça ne les rend pas moins intelligent ni apte à comprendre le monde.

    • @ Koriaendre

      Vous avez tout à fait le droit d’être « anti-religieux », cela va de soi. Mais même du temps de Christ, il a souvent parlé « en parabole »: comment peut-on signifier plus clairement que nul ne doit croire l’histoire exemplative racontée mais doit y chercher la teneur du message. tout le monde sait que tout texte dépend de son auteur, et particulièrement en France où la puissance de l’écrit peut prendre des proportion déraisonnables:

      https://www.youtube.com/watch?v=xArpC4AuG1I

      Donc la bible est un récit écrit de la main de l’homme, à ne pas prendre au pied de la lettre.

      Reste (actuellement) l’ignorance de l’origine de la cause/origine/antécédent … du big bang, notion actuellement « indicible » qu’on peut donc nommer comme on veut!

      Et je vous déconseille « le grand horloger », exagérément anthropomorphique!

      • Je suis un pro-science, et j’adore également les mythes fondateurs. A ce titre, j’adore la bible pour ce qu’elle est, un livre formidable sur la construction d’une culture, d’une nation, avec toutes ses contradictions. J’ai églament lu les analyses d’Israel Finkelstein, dans ses campagnes archéologiques.

         »
        ous avez tout à fait le droit d’être « anti-religieux »
         »
        Je ne suis pas anti religieux. Je suis contre ceux qui essayent de laver le cerveau des gamins.

    • C’est de la foi donc cela n’a pas d’importance! Les européens eux rejettent la science pour revenir à l’obscurantisme et la superstition. Le nombre de prix Nobel scientifiques reçus par les USA démontrent leur vigueur intellectuelle.

  • Vous avez une source pour les 80 % de brevets déposés par les « Américains » ?

    Déjà 80 % paraît dantesque, ensuite les « Américains » sont en général des talents venus de l’étranger.

    • Tous les américains, y compris ceux qui viennent d’accéder à la citoyenneté, viennent de tous les pays dans le monde depuis que les anglais, les hollandais (la Nouvelle Amsterdam) les français (la Louisiane cad tout l’ouest américain) et les espagnols (Floride, Texas, Nouveau Mexique, Californie, Nevada, Utah) fondèrent leurs premières colonies dans le Nouveau Monde.
      Les seuls américains « de souche » sont les Peaux Rouges. Et encore ceux-ci sont des migrants descendants de chasseurs de mammouths qui passèrent d’Asie en Amérique en traversant à pieds la Behringie lors de la glaciation du Wurm (Wisconsin aux USA). L’espèce humaine ne s’était pas développée sur les deux continents américains isolés de l’Eurasie et de l’Afrique par la dérive des continents.

      Pour le reste, voir ma contribution précédente.

      Les universités américaines de langue anglaise, créées au XVIII° siècle, sont filles des universités médiévales d’Oxford et de Cambridge, les universités de langue espagnole et portugaise sont filles de Salamanque et de Coïmbre également des universités fondées au XIII° siècle à partir des écoles diocésaines carolingiennes.

      • Leucate ,

         » Les seuls américains « de souche » sont les Peaux Rouges. Et encore ceux-ci sont des migrants descendants de chasseurs de mammouths qui passèrent d’Asie en Amérique en traversant à pieds la Behringie lors de la glaciation du Wurm (Wisconsin aux USA). L’espèce humaine ne s’était pas développée sur les deux continents américains isolés de l’Eurasie et de l’Afrique par la dérive des continents. » »

        Il y a actuellement des recherches aux USA , qui ont pour but de savoir s’il n’y avait pas des populations d’origines précolombiennes , ou Vikings , ou basques ou bretonnes ( vous avez le choix ) qui ne soient pas passé par le détroit de Behring , en venant de l’actuelle Sibérie…

        Il faut être prudent sur les affirmations définitives des scientifiques bien en cours ou ayant le monopole de la parole , toujours à la merci de la chapelle suivante …qui aura des raisonnements aussi catégoriels ( humour)…

    •  » ensuite les « Américains » sont en général des talents venus de l’étranger.  »

      Amusez-vous à prendre un peu au hasard les prix Nobel scientifiques américains vous tomberez dans la plupart des cas sur des citoyens américains ayant pour certain des origines étrangères souvent de leurs parents qui ont immigrés mais qui ont fait leurs études et leurs recherchent dans les universités américaines.

      • Oui les Prix Nobel sont souvent des fils d’immigrés (juifs et aristocrates d’Europe de l’Est ayant fui nazisme et communisme) et bien sûr des WASP.

        Mais ce sont ceux qui sont récompensés pour leurs travaux passés et sont en général très âgés.

        Hors aujourd’hui, c’est de moins en moins le cas :

        http://www.pewresearch.org/fact-tank/2015/06/18/growth-from-asia-drives-surge-in-u-s-foreign-students/

        Foreign students earned just 11.6% of all doctorates conferred by U.S. colleges and universities in the 2012-2013 academic year, but they comprise 56.9% of all doctoral degrees in engineering; 52.5% of all doctorates in computer and information sciences; and half of all doctorates in mathematics and statistics, according to data from the National Center for Education Statistics.

        Trump , Bannon & Co veulent restaurer la société des années 60 ou le mâle WASP était 90 % de la population, où il dominait outrageusement dans tous les domaines et à l’échelle mondiale mais le rapport s’inverse, d’abord quantitativement où la bonne santé ne tient que par la démographie latino-américaine et qualitativement où les scientifiques sont de plus en plus étrangers.

        Baroud d’honneur désespéré, si les Millenials préfèrent enfiler des bières, jouer à GTA, faire la fête et étudier superficiellement le droit, le management, l’anthropologie … il n’y a pas de miracles il faudra faire venir des « talents étrangers » pour faire tourner la boutique.

        Quant aux cols bleus, les robots les remplacent dans beaucoup de secteurs.

        Trump symbole d’une Amérique qui refuse de muter, qui se voit rattrapée et peut-être dépassée et qui renversa la table pour refuser la réalité accentuant par là sa perte !

        A ce propos, curieux de voir l’impact de ce truc là :

        http://www.msn.com/en-in/news/newsindia/h-1b-visa-bill-introduced-in-us-minimum-pay-more-than-doubled/ar-AAmrdMz

        Washington: A legislation has been introduced in the US House of Representatives which among other things calls for more than doubling the minimum salary of H-1B visa holders to $130,000, making it difficult for firms to use the programme to replace American employees with foreign workers, including from India.

    • Cela c’est l’habituelle dénigrement de la gauche sur la science américaine! Au lieu de délirer, donnez vous la peine de consulter le site du Prix Nobel qui donne le CV des récipiendaires avec leur lieu de naissance. 80% sont nés aux USA, les autres sont naturalisés. Donc ce ne sont pas en général des talents étrangers! On peut en dire autant de la France: Marie Curie, Georges Charpak, Gabriel Lippmann, Jules Hoffmann.

  • Harry Caude-Mouton
    1 février 2017 at 9 h 49 min

    Pour une fois qu’il se passe quelque chose de drôle dans la cour des grands.

    J’aime assez le culot des électeurs étasuniens qui ont vraiment élu un Coluche, mâtiné de Tapie avec un zest de Bouygues.

    Les plus belles distractions viennent de la réalité quand elle se donne la liberté factuelle.

    • @HCM: Cela dépend de quelles périodes de leur vie vous constituez la chimère.

    • J’aime assez le culot des électeurs étasuniens qui ont vraiment élu un Coluche, mâtiné de Tapie avec un zest de Bouygues.

      En matière de clown catastrophique Hollande bat des records quand même. Obama (que j’admire, ce type a une classe folle) a réussi l’exploit de doubler la dette déjà catastrophique des États-Unis en seulement 8 ans alors qu’elle avait mis 60 ans pour arriver à ce niveau. C’est fait avec classe, mais à l’arrivée vous l’avez tout entière dans le fondement quand même.

      Trump n’a aucun bilan actuellement et on ne peut pas déduire grand-chose de ses manœuvres pour l’instant. Soit c’est un génie politique qui est en train de violer un establishment qui était en voie de fossilisation parce qu’il porte un vrai projet de décalcification, soit un abruti qui secoue simplement le cocotier sans trop savoir pourquoi.

      On sera fixé dans quelques mois en regardant quelle politique législative et fiscale il poursuit et de quelle manière il renégocie les règles du jeu international. Le torrent de boue obscurantiste des médias français atteignant la cote d’alerte, il faudra vraiment trier et ne regarder que les faits (ou les médias étrangers).

  • A vrai dire, de l’autre cote ce n’était pas mieux. L’épouse Clinton… Bien évidemment les médias occidentaux lui auraient tressé des lauriers a n’en plus finir, mais les résultats auraient pire qu’avec Trump.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn. 

Dix-huit mois après le début de la pandémie, le monde politique n’a toujours pas pris la mesure de l’incertitude dans laquelle nous vivons désormais et de ce qu’elle implique.

Le politologue Dominique Reynié le soulignait récemment :

Il n’est pas rassurant que dans ce climat d’incertitude et de grand chamboulement, on ait l’air d’aller à l’élection présidentielle comme si rien ne se passait […] nous allons déchanter.

La difficulté d’admettre que le monde a changé définitivement est fréquen... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les élections présidentielles américaines de novembre 2020 ont défrayé la chronique par le refus du Président sortant d'admettre sa défaite. Contestation allée jusqu'à une absence de Trump à la passation de pouvoir, une absence inédite depuis largement plus d'un siècle.

[related-post id=384333 mode=ModeSquare]Aujourd'hui encore, certains partisans de Trump et l'ancien Président lui-même continuent à promouvoir ce Big Lie (Le grand mensonge) et tentent de renverser le Président légitimement élu, et ce malgré l... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Pour The Economist, l’année 2020 a été celle du déclin pour les démocraties partout dans le monde. Sur tous les pays étudiés par un rapport commandé par le célèbre journal britannique, 70 % des démocraties ont vu leur situation se dégrader.

Les auteurs se sont concentrés sur deux points en particulier :

- l’impact de la crise covid sur la démocratie et la liberté, qui a abouti à un retrait massif des libertés civiles, à l’exacerbation de l’intolérance et de la censure des opinions... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles