Aides à la presse : le grand camouflage

Depuis 2012, on pouvait lire un tableau partiel des aides à la presse. Depuis 2016, ce tableau a été encore simplifié pour camoufler leur étendue.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aides à la presse : le grand camouflage

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 31 janvier 2017
- A +

En 2012, suite à un décret qui avait déclenché quelques sueurs froides chez les intéressés, sont divulgués les montants des aides publiques aux médias de la presse écrite, titre par titre. Bien évidemment, dès cette parution, les organes concernés n’ont eu de cesse de cacher l’information et de combattre sa publication, la liberté d’information étant un droit inaltérable en France, certes, mais faut pas pousser.

Le lobbying des uns et les cris d’orfraie des autres ont fini par porter leurs fruits puisque la divulgation de ces mêmes chiffres au titre de l’année 2016 a été copieusement caviardée amendée pour que le flou le plus total règne à nouveau sur les prébendes, facilités et autre fiscalité arrangeante qui sont octroyées aux journaux, journalistes et folliculaires divers et variés qui rendent un si précieux service à la vérité, à la démocratie française et (surtout) au système politique français que le monde nous envie moyennement (mais partage aussi, disons-le tout net).

Le résultat publié ici est donc, sans surprise, un champ de mines statistiques où rien ne peut vraiment être comparé aux situations antérieures tant tel ou tel montant n’est pas pris en compte ou pas de la même façon. L’idée générale consiste à camoufler le diamètre pourtant conséquent du tuyau allant directement des caisses du Trésor Public aux différents organes de presse ; force est de constater que cette idée fonctionne, et ce d’autant plus que personne ou presque n’a finalement parlé de ces aides. La presse ne parle pas des ronds qu’elle touche pour faire le magnifique travail qu’on peut observer tous les jours, comme c’est étonnant !

Quand on épluche les chiffres des années passées (cantonnés aux 200 titres de presse les plus aidés), la Cour des comptes trouvait 306 M€ en 2012 dont 69 millions d’aides directes. En 2013, il s’agissait de 288 M€ pour 66 d’aides directes. En 2014, la somme diminuait encore à 226 M€ dont 61 d’aides directes. En 2015, finalement, tous les titres sont à présent évalués, mais, pour « apaiser les débats » (dixit Audrey Azoulay, la ministre de la Culture), il aura été choisi de ne surtout pas intégrer l’aide postale.

Ce choix n’est pas neutre du tout : au prétexte de se concentrer sur les seules aides à la presse et donc de ne pas compter l’aide postale à cette dernière qui va, finalement, dans l’escarcelle de l’opérateur postal, le ministère efface donc 130 M€ de ses petits tableaux, soit 63% des 207 M€ d’aides individuelles, pour ne plus laisser « que » les 77 M€ restant.

Commode.

Commode, parce qu’ainsi, l’aide postale peut bien doubler discrètement, personne n’en saura rien. Après tout, ce n’est pas cher puisque ce n’est pas du tout le lecteur ou l’abonné qui paye, mais l’État, c’est-à-dire tout le monde.

Commode, parce que rapporté au numéro, il n’est plus du tout aisé de savoir ce que le lecteur d’un média comme Le Monde – par exemple – paye effectivement, comparé avec ce qui est payé par tout le monde, lecteur, abonné ou non et simple contribuable qui ne lit jamais la publication en question. Le contribuable a le droit de savoir qu’il paye plusieurs millions d’euros à L’Humanité, mais pas comment, et ce, qu’il soit fervent communiste ou un parfait opposant à cette épave journalistique en faillite depuis des lustres.

Commode enfin, parce qu’un journal qui ne bénéficierait « que » de cette aide postale disparaît alors complètement du tableau récapitulatif. Certes, cela ne concernera pas les grands médias nationaux qui continuent de téter goulûment de la subvention publique, aussi bien du côté postal qu’ailleurs, mais il n’empêche qu’on a encore là la preuve d’une petite bidouille pour cacher une triste réalité.

En somme, depuis la discrétion de violette avec laquelle aura été accueillie la publication des chiffres d’aides à la presse cette année, jusqu’au nouveau mode de calcul de la répartition de ces aides, tout est fait pour que les Français oublient aussi vite que possible qu’ils payent pour l’indigente presse qui les abreuve actuellement : il n’est qu’à regarder la constance qui touche presque à l’obsession avec laquelle les folliculaires de tous les journaux sont actuellement obnubilés par des sujets d’ampleur microscopique alors que les problèmes de crise économique, de crise monétaire, d’une Europe qui se délite et, par dessus-tout, d’un chômage explosif sont autant de sujets qui devraient occuper la première page, bien, bien avant les déclarations fumeuses de Macron, les péripéties financières de Marine Le Pen ou les déboires d’une banalité malheureusement routinière du clan Fillon avec la moralité républicaine.

Mieux : tout est aussi fait pour faire oublier aux Français qu’on ne leur donne absolument pas le choix de leur presse : même lorsqu’ils arrêtent de lire une feuille de chou, l’État intervient coûte que coûte pour la maintenir en vie à coups de millions, ce qui explique la présence beaucoup trop prolongée des naufrages bobos comme Libération par exemple.

Et lorsque la ministre, sur sa lancée, annonce que le soutien de l’État à la presse allait encore augmenter « de 5 M€ pour un montant total de 261,9 M€ s’agissant des aides directes », personne ou presque n’y a fait écho, et – surprenant ! – personne ne semble s’en offusquer, au contraire, de même que personne ne trouve anormal qu’on renforce encore les aides du Fonds stratégique pour le développement de la presse, ou qu’on étende encore « l’aide au pluralisme », cette blague pas drôle qui permet précisément de lutter contre ce dernier au point que tous les journaux français produisent maintenant les mêmes articles en variation sur thème de l’AFP.

Ce dernier dimanche, en rappelant un article paru il y a un an, je notais la sortie toute fraîche du rapport Edelman sur la confiance du public dans les ONG, les politiciens, les médias et les entreprises en remarquant que le résultat était fort cruel pour la France : sans surprise, elle continue de s’éroder à grande vitesse, et notamment pour les médias. A contrario, on ne pourra que noter le regain de confiance enregistré pour les médias « en ligne », ceux qui ne bénéficient que rarement de ces subventions.

Or, sans l’ombre d’un doute, l’un des effets délétères les plus évidents des subventions qui sont octroyées aux médias est de les mettre complètement à l’abri du marché et, par voie de conséquence, de leur lectorat potentiel. Coupés du lien avec leur base la plus large, ces mêmes médias ne peuvent plus comprendre le divorce maintenant achevé avec elle, et qui les conduit inexorablement à leur perte. Leur récente tentative de désigner ce qui est un vrai journal et ce qui n’en est pas (et distribue sans honte de la fake news comme des cacahuètes à l’apéritif) en est un exemple aussi frappant que comique : sentant nettement leur perte d’influence, ils tentent par un mécanisme classique retrouver leur légitimité en désignant les méchants et les affreux, sans amender leur façon de procéder d’une quelconque façon.

Jusqu’à présent, la propagande plus ou moins fine que ces médias distillent n’a pas eu l’effet escompté, au contraire. On peut donc légitimement douter qu’il en ira autrement pour leurs différentes initiatives (comme celle-ci, par exemple) pour redorer leur blason.

En revanche, rassurez-vous : les subventions (i.e. vos sous) continueront à tomber.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Ah! Les belles pompes à phynances comme dirait un canard non subventionné…
    Et avec ça, ils trouvent les moyens d’être déficitaires! Malgré les pubs de Bergé chez les amis…

  • Harry Caude-Mouton
    31 janvier 2017 at 10 h 52 min

    Merci de cette information sur ces produits largement subventionnés hautement toxiques.

    Vous alignez une liste de publications que je boycotte même pour emballer les épluchures.

    Quant à l’utilisation, en substitution, en la cabane au fond du jardin, j’aurais mal au ventre.

  • En fait ces subventions sont données aux propriétaires milliardaires de ces journaux… si cela compense les taxes récoltées , ce n’est pas un gros scandale 🙂

    • 1) Les propriétaires milliardaires sont tous des copains du pouvoir. Pigasse, énarque comme Hollande en est l’exemple le plus frappant
      2) Ces aides sont en plus des allègements de taxes et charges sur les Journaux…
      3) Ces aides sont payées par les taxes des citoyens qui n’ont aucun lien avec les journaux !!!
      Donc tout ceci c’est du Détournement de Fonds Publics !!!

  • A pleurer….
    Suppression de toutes les aides publiques à toutes les entreprises (même les publiques).
    Suppression des tous les impôts/taxes correspondants à ces aides.
    Suppression de tous les postes de fonctionnaires qui servent à récolter les taxes et distribuer les aides !!!

  • Jean-Gilles Mongendre
    31 janvier 2017 at 11 h 40 min

    Ah, les « Décodeurs ». Une des chroniques les plus hilarantes que l’on peut trouver dans ce torchon. Leurs laborieuses tentatives pour expliquer que Hollande n’aurait pas dit « Ça ne coûte rien puisque c’est l’État qui paye » sont pour moi un incontournable, à lire et relire !

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/11/10/ca-ne-coute-rien-c-est-l-etat-qui-paye-histoire-d-une-phrase-que-hollande-n-a-jamais-prononcee_4521283_4355770.html

  • Les gens ont de moins confiance dans les médias… mais leur accordent un crédit aveugle quand ceux-ci dénichent des scandales politiques… Les lecteurs/auditeurs perdraient-ils leur sens critique quand les « informations » confortent leurs préjugés (en l’occurence: ils sont tous pourris).
    La presse subventionnée ne détourne-t-elle pas la révolte populaire vers des boucs émissaires, histoire de moins faire les frais de cette colère?

    • Jean-Gilles Mongendre
      31 janvier 2017 at 11 h 59 min

      Concernant le biais de confirmation que vous soulignez dans le premier paragraphe, il ne date pas d’hier : observez la réaction du public à des articles tapageurs et déconnectés de toute réalité scientifique, concernant les vaccins supposés dangereux ou le prétendu poison dans nos assiettes. Idem pour les vivats qui accompagnent inlassablement les pitoyables exercices d’esbroufe d’Élise Lucet.

  • et les aides indirectes à la poste, où les trouve t’on du coup? Près de 70M en 2015, peu de chance que ça ait baissé en 2016, non?

  • vous remarquerez que les tableaux ne font JAMAIS, dans leur reproduction, les grands totaux. Si on se réfère à 2015, voici le tableau entier : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ressources/Documentation-administrative/Les-200-titres-de-presse-les-plus-aides-en-2014 téléchargeable.

    • A noter que ce tableau fait figurer le Le Figaro en premier…sauf que ne sont pas comptabilisées dans ce tableau les aides perçus par les journaux pour la co-organisation d’évènements culturels…et à ce jeu la, de mémoire, c’est Libération qui termine loin devant tout le monde…

  • Il faut bien des relais pour défendre les politiques de l’état « stratège » sinon qui le ferait 🙂

  • Tenez j’ai trouvé cela pour la presse en 2015… Edifiant !!!
    https://www.spiil.org/20160629/panorama-aides-2015-un-spectaculaire-archaisme
    Plus de108,2 millions d’aides directes …
    Plus 1,313 milliards d’aides indirectes !!!

    • Daniel, incroyable! Ca donne une idée de la dépendance de cette presse vis à vis de l’état… 1.4 milliards d’aides !

  • « …et donc de ne pas compter l’aide postale à cette dernière qui va, finalement, dans l’escarcelle de l’opérateur postal,… »
    Je ne comprends pas. La Poste pratique un tarif réduit pour le transport de la Presse, tarif qui ne couvre pas intégralement le coût de ce transport. L’Etat verse à La Poste de quoi couvrir une partie du reste. Une partie seulement: comme le montre un tableau dans le lien mis par Daniel, La Poste elle-même apporte sa contribution. Elle est donc perdante dans l’affaire.
    Financement par le contribuable et par les clients de La Poste sont autant que les propriétaires des journaux n’ont pas à sortir de leur poche..

    • La poste est majoritairement détenue par l’Etat…donc le contribuable.

      • dubodubondubonsens
        1 février 2017 at 21 h 12 min

        …sauf que La Poste vit de ses revenus (budget en équilibre pour le moment) et ne reçoit pas de subventions de l’état contrairement à d’autres entreprises où l’état est actionnaire majoritaire.

  • Je suis perplexe et écoeuré.

    Donc on file des centaines et des centaines de millions à la presse, millions qui vont directement dans les poches des grands financiers qui s’achètent et se revendent les titres.

    C’est comme ça que mr Drahi, entre autres, rachète les titres et les revend, en n’oubliant surtout pas les rétro-commissions, au plus haut niveau soient-elles?

    C’est quand même bien d’être socialiste, et partager nos pauvres et pitoyables subsides avec ces requins de la politique sociale. On se sent de suite plus grand…

    • Et on peut se demander pourquoi un journaliste peut se penser neutre pour commenter toute politique faite avec de l’argent publique ou vanter le rôle de l’état dans l’économie. On se marre avec la recherche des conflits d’intérêt ou des fakes news*.

      Quand des gens vous expliquent pourquoi ils sont utiles plutôt que ce qu’ils vous offrent pour défendre leur revenu, il y a un problème économique. Un plombier ne vous explique jamais « l’intérêt « du plombier.

      * ce matin une journaliste vérifie les dire d’un gugus qui dit il y a tant de personne MAL logée en france bien sûrconclut que c’est vrai…sans jamais préciser exactement ce qu’est qu’une personne mal logée..
      Un journaliste m’explique commet edf va gérer les millions de véhicules électriques à venir en 2000 je ne sais combien, en évitant qu’ils rechargent leur batterie à 19 heures ( appel depuissance qui peut atteindre 15GW….. c’est simple..il suffit d’avoir d’autres batteries..et de les recharger « intelligemment  » avec des renouvelables car ils sont un peu capricieux et intermittents..et ça doit vous suffire..
      je charge une batterie qui charge une autre batterie
      on peut se demander comment ça entre dans un scenario de baisse de la production éléectrique en 2000 combien.

  • Et si l’on parlait aussi des subventions aux radios et télés… et de cette fameuse AFP !

  • Et encore on ne parle pas des radios et télés. La gabegie doit être énorme pour enfumer les français et … Cela marche très bien

  • Très bonne analyse.
    Il en ressort qu’en traitant à propos de Monsieur Fillon le problème du « détournement de fonds publics », la presse écrite et la télévision publique ont mis le doigt dans ce qui pourrait être pour eux un engrenage fatal.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Julien Plouchart.

Nous avons assisté à une saturation de l’espace médiatique par l’actualité sanitaire dès mars 2020. Cette stratégie politique de la saturation médiatique entraîne une diffusion omniprésente et permanente de l’information littéralement covidifiée. Le paradoxe de la diffusion d’une information concentrée illustre le règne du spectaculaire intégré prédit par Guy Debord dans ses Commentaires sur la société du spectacle.  Cette spectacularisation de l’actualité sanitaire est marquée par l’importance de la visibilité de... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Dans un communiqué en date du 6 septembre 2021, le syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (SPIIL) tire la sonnette d’alarme.

La dépendance accrue des titres de presse témoigne de leur grande fragilité :

En 2021, les aides représentent 23,3 % du chiffre d’affaires du secteur, contre 12,9 % en 2008, soit une augmentation de plus de 10 points en 13 ans.

Le problème central de la défiance

Pour le SPIIL, défendre le pluralisme de presse en le subventionnant est légi... Poursuivre la lecture

Par François Lainée.

En trompe-l’œil, les résultats du vote ont fait apparaître les élus comme des vainqueurs glorieux, voire même des cadors en route pour l’Élysée. Et le pire, c’est que certains d’entre eux semblent y croire vraiment, oubliant qu’ils ne sont en fait que des nains au pouvoir. Après le désastre, le circus politicus continue comme avant ?

21-27 juin : élections régionales et départementales. Les élus en charge des aides sociales, des routes et du transport ferroviaire local, des lycées et collèges, des pompiers e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles