Ces ministres qui retournent leur veste pour soutenir Macron [Replay]

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces ministres qui retournent leur veste pour soutenir Macron [Replay]

Publié le 31 mars 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Ils sont au gouvernement, ils sont membres du Parti socialiste, ils valident le système de la primaire… et pourtant, ils ne semblent pas se ranger derrière Benoît Hamon, vainqueur de la primaire et désormais candidat officiel du PS à la présidentielle.

Mais qui sont ces ministres qui fuient un candidat élu démocratiquement, pour rejoindre un candidat qui n’est ni membre du PS, ni élu ? Ne sont-ils pas tout simplement en train de chercher à se recaser, faisant fi du choix des électeurs et d’une ligne politique claire ? Ils se tournent vers Macron plutôt que vers le candidat désigné par la primaire, se fiant aux sondages plutôt qu’au vote des électeurs. Curieuse conception de la démocratie, et remise en cause la validité d’une primaire.

Et surtout, quel crédit accorder aux idées politiques quand on voit le grand écart que certains sont capables de faire pour passer d’un candidat à l’autre ?

Ceux qui déclarent leur soutien à Emmanuel Macron

  • Jean-Yves Le Drian

Le ministre de la Défense de François Hollande, depuis le début du quinquennat, semble penser que Benoît Hamon n’est pas le candidat le plus apte à affronter Marine Le Pen. Ce poids lourd du gouvernement pourrait inciter d’autres ministres à le suivre.

  • Barbara Pompili

La secrétaire d’État chargée de la biodiversité a elle aussi fait savoir qu’elle soutiendrait Macron, « vote utile » selon elle, pour contrer Marine Le Pen.

  • Bernard Poignant

Secrétaire d’État aux Sports, il annonce que son soutien à Emmanuel Macron ne doit rien à une négociation : « Le programme d’Emmanuel Macron m’apparaît le plus adapté aux défis qui sont ceux de la France sur tous les sujets et principalement sur le défi économique. »

  • Frédéric Cuvillier

Ancien ministre délégué aux Transports dans le gouvernement Ayrault puis secrétaire d’État chargé des transports, de la mer et de la pêche sous Valls, le maire de Boulogne-sur-Mer a expliqué les raisons de son soutien à Emmanuel Macron dans Le Parisien.

  • Thierry Braillard

Le secrétaire d’État aux Sports a annoncé sur RTL son intention de soutenir Emmanuel Macron.

Ceux qui font le grand écart

Et puis il y a ceux qui font le grand écart, n’hésitant pas à rejoindre Benoît Hamon alors qu’ils ont soutenu… Manuel Valls ! On se demande bien dans quelle partie de son programme ils retrouvent les idées de leur candidat.

Après avoir soutenu Valls, c’est donc vers Benoît Hamon que se porte le choix de Najat Vallaud Belkacem (ministre de l’Éducation nationale), Laurence Rossignol (ministre des Familles, de l’enfance et des droits des femmes), et Ericka Bareigts (ministre des Outre-mer).

De même pour Jean-Vincent Placé (secrétaire d’État chargé de la réforme de l’État). Il avoue d’ailleurs avoir été surpris par la « sincère conversion écologique  » de Benoît Hamon. Et il reconnaît que des divergences demeurent entre eux sur l’Europe et l’économie. Mais est-ce bien important ?

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • d’aprés le parisien , dominique de villepin s’apprêterait à rejoindre macron ;à suivre donc ….

  • Stéphane Boulots
    26 mars 2017 at 14 h 33 min

    Le pédalo sombrant, les rats se refugient sur le radeau de la Méduse.

  • Barbara Pompili
    « vote utile » selon elle, pour contrer Marine Le Pen… Ou plutôt, comme tous les autres, « vote utile » selon moi, pour rester sur les rangs, des fois que… Il va bien lui falloir un gouvernement à EM ?… Parole, engagements, respect des électeurs, honnêteté… ce n’est pas leur fort à tous ces élus qui nous utilisent uniquement à leurs propres fins et méprisent les « sans-dents »…

  • wereonlyinitforthemoney
    26 mars 2017 at 17 h 45 min

    Ça commence à sentir le bon gros libéralisme débridé chez Macron ?

  • Le soutien de « ceux qui font le grand écart » à Hamon n’a pas grand chose de scandaleux par contre : ces gens là soutenaient un candidat pour la primaire, un autre a été choisi, ils se mettent en rang derrière cet autre. C’est ce que la première partie de l’article exige d’un certain nombre de ministres, heureusement que certains tiennent leurs engagement (au-moins sur ce plan là) !

  • Serait ce aussi que l’étiquette socialiste sente enfin ce qu’elle est ?
    Je vous laisse mettre l’adjectif idoine !

    • @ Noumounke

      Ne vous tracassez pas! Il en a été de même à droite, qui a bien failli réunir son bureau élargi à quelques miltants estampillés, pour choisir un autre candidat présidentiel, passant outre la discipline et l’engagement rompu de la logique de la primaire!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Nicoulaud.

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame Le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).

Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du franc

Ça n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le se... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Cet article a été publié une première fois en 2017, il est malheureusement toujours d'actualité.

Alors que Jean-Luc Mélenchon profite d’une belle hausse de sa popularité dans les sondages (certainement due à sa superbe chaîne YouTube), parlons d’une de ses mesures phare : la hausse du SMIC.

Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance est actuellement de 1466,62 euros bruts mensuels. Jean-Luc Mélenchon propose de le faire passer à 1700 euros  bruts dans un premier temps puis nets d’ici la fin de ... Poursuivre la lecture

Pour Pierre Bréchon. Un article de The Conversation

En vertu de leurs connaissances de la sociologie électorale, la plupart des observateurs pensaient qu’Emmanuel Macron ne réussirait pas à conquérir le pouvoir, étant donné sa jeunesse et l’absence d’une force politique importante pour le soutenir. Pourtant, après avoir gagné l’élection présidentielle, il est en passe de dominer très largement les législatives, ce qui lui permettra d’appliquer sa politique.

Le premier tour des élections législatives amplifie les recompositions q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles