Pourquoi les taxes favorisent rarement les investissements

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi les taxes favorisent rarement les investissements

Publié le 31 mai 2017
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Supposez que vous soyez sur le point de créer votre entreprise. Après une étude approfondie du sujet, vous en arrivez à la conclusion que vous allez devoir investir 100 de votre poche, que cette entreprise devrait, si tout se passe comme prévu, vous permettre de vous payer un dividende de 5 tous les ans pendant les 10 prochaines années et vous estimez que vous pourrez la revendre 110 dans 10 ans. Question : vous investissez ou pas ?

Valeur actuelle nette

Un des critères les plus largement utilisés par celles et ceux qui s’interrogent sur l’opportunité d’investir dans une entreprise (ou n’importe quoi d’autre) est celui de la Valeur Actuelle Nette (VAN). La VAN (V0) d’un projet d’investissement peut s’écrire comme suit :

V0=t=0TFt.(1+k)t

T représente la durée totale, exprimée en années, de cet investissement (laquelle peut être « infinie » ou plutôt indéterminée), les Ft représentent tous les flux de trésorerie liés à cet investissement (négatifs lorsqu’ils sortent de la poche de l’investisseur et positifs lorsque ce sont des profits) et k représente le taux de rendement[1. Techniquement, c’est un taux d’intérêt et pas un taux de rendement mais peu importe.] minimum attendu par l’investisseur. La règle d’utilisation est très simple : si la VAN (V0) est positive, vous investissez ; si elle est négative, vous vous abstenez.

Déterminer le taux de rendement minimum

Dans le cas présent nous avons un seul Ft négatif de 100 à la création de l’entreprise (l’année 0) qui sera suivi de 10 dividendes annuels de 5 auxquels viendront se rajouter, la 10ème et dernière année (T), les 110 du prix de revente de votre entreprise. Reste à déterminer le taux de rendement minimum à partir duquel vous acceptez de prendre le risque de vous lancer dans ce projet (k, le taux d’actualisation). Par hypothèse, nous allons supposer que le taux des obligations d’État à 10 ans est actuellement d’un peu moins de 5% et que vous n’êtes pas trop gourmand : vous vous satisferez d’un taux de 5%.

Notez ici que vous seriez bien mal avisé d’utiliser un taux inférieur à celui des obligations d’État. La raison en est fort simple : si vous investissez vos 100 dans une telle obligation, vous gagnerez du 5% annuel sans prendre le moindre risque et sans travailler. Dans le cadre de la création d’une entreprise, vous utiliserez donc nécessairement un taux plus élevé (et je doute que vous vous contenteriez de 5% mais admettons).

Si vous faites le calcul, vous devriez tomber sur une VAN de l’ordre de 6.14 : vous avez donc tout intérêt à créer cette entreprise.

Le gouvernement intervient

Supposons que le gouvernement décide de prélever une taxe de 10% sur les dividendes de telle sorte que vous ne pourrez plus vous payer que 4.5 par an. Modifiez ce paramètre dans la formule et vous devriez constater que la VAN de votre investissement n’est plus que de 2.28 : ça reste un projet viable mais il est nettement moins attractif qu’avant la taxe.

Supposons maintenant que le gouvernement décide de taxer aussi votre plus-value à la revente à hauteur de 40% (vous ne touchez plus 110 la 10ème année mais 106). Recalculez et vous trouvez une VAN négative (-0.18) ce qui signifie, très concrètement, que votre projet n’est plus économiquement viable[2. Vous utiliseriez mieux votre argent, sans risque et sans effort, en le prêtant à l’État.]. Vous n’avez matériellement aucun intérêt à créer cette entreprise.

Mélenchon à la manœuvre

Dernier exercice : supposons que cette dernière taxe (40% de votre plus-value) ne soit pas encore en vigueur mais que Jean-Luc Mélenchon — qui a une chance sur deux d’être élu — menace de taxer 80% de votre plus-value. En d’autres termes, vous avez une chance sur deux de récupérer vos 110 et une chance sur deux de ne toucher que 102 — ce qui fait (aussi) un prix de revente net d’impôts de 106 en moyenne. Là encore, la VAN est négative : vous n’investissez pas.

De ces trois petits exercices, vous devriez sans peine déduire deux choses très importantes.

Primo, le niveau actuel des impôts sur les dividendes ou les plus-values ne fait pas que pénaliser ceux qui touchent des dividendes ou sont susceptibles de faire des plus-values aujourd’hui, il a un effet direct et presque mécanique sur les investissements : plus ces impôts sont élevés, moins nombreux sont les projets économiquement viables.

Environnement fiscal instable

Deuzio, dans un environnement fiscal instable, même les taxes qui n’existent pas encore sont susceptibles d’avoir le même effet : les investisseurs intègrent cette possibilité dans leurs calculs (de façon beaucoup moins naïve et brutale que ce que nous venons de faire, évidemment).

Vous pouvez maintenant reprendre une activité normale tout en gardant à l’esprit, la prochaine fois qu’on vous proposera de taxer les dividendes ou les plus-values pour favoriser les investissements et la croissance, qu’il y a assez peu de chances pour que ça fonctionne.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Tout cela est exact mais 1 beaucoup d’électeurs ne comprennent pas 2 les politiciens qui comprennent préfèrent des slogans plus porteurs électoralement du type il faut faire payer les riches !

  • Et on s’étonne que l’économie française décline et que le chômage explose? Alors que l’état fait tout pour que cela soit le cas en sabotant l’économie du pays!

  • Il y a bien longtemps, j’ai souscris une assurance-vie pour mes vieux jours. En moyenne, son rendement annuel était à plus moins 4,5%. A l’époque, tout était défiscalisé, et je ne suis même pas sur qu’il y avait déjà de la CSG dessus; son taux d’alors tournait autour de 10%.
    Aujourd’hui, il y a une CSG dessus, à 15,5% qui va augmenter (décision de Mr Macron). Elle est fiscalisée à hauteur de 8% et offre un rendement à 2%. M. Sapin a également fait passer un décret qui autorise ma banque à séquestrer les fonds « en cas de nécessité ».

    J’ai tout liquidé il y a quelques mois et je ne le regrette vraiment pas.

  • Formidable !
    Mais faux.il faut considérer une taxe comme un investissement collectif.une taxe ne diminue pas l’investissement , ce n’est qu’un arbitrage entre l’investissement individuel et collectif.
    De plus ,baisser le rendement d’un investissement permet de concentrer l’investissement sur des entreprises performantes
    Alors, les taxes bonnes ou mauvaises ? Ni l’un ni l’autre ,c’est un choix politique , fallait mieux voter si vous n’avez pas confiance dans l’état,que vous préférez les petites entreprises performantes aux multinationales…celles ci étant privilégiées par de fortes taxations grâce à leurs finances offshores en attirant le investisseurs.
    Quand je dis mieux voter…si vous aviez le choix !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eddie Willers.

Lorsque je discute avec des amis, revient souvient la réflexion que les riches peuvent rester riches parce que l’argent rapporte naturellement. Malheureusement la valeur ne se crée pas par magie, elle résulte de certains mécanismes qu’il est nécessaire de bien appréhender afin de comprendre pourquoi on gagne ou l’on perd de l’argent.

Dans un monde de déflation, l’argent, entendu comme l’épargne, rapporterait puisqu’avec une même quantité de monnaie vous pourriez acheter davantage de biens ou services. Dans un ... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts sur les revenus produisent des distorsions de prix relatifs entre les biens présents et les biens futurs.

Nous avions examiné le cas particulier de l’impôt sur les dividendes et de ce qu’il advient lorsque son taux est très déconnecté de celui de l’... Poursuivre la lecture

Par Xavier Fontanet.

Un jour de marché la semaine dernière en compagnie d’un couple étranger, devant la poste dans une petite ville de province nous tombons sur une porte close portant la mention : « Grève ». Des clients furieux, des mots pas toujours polis à l’égard de notre service public. Je suis moi-même gêné, je me rapproche du couple qui est dans la queue pour comprendre son problème : il a un paquet urgent à envoyer. Je lui conseille de me suivre jusqu’à la ville voisine.

Nous prenons nos voitures et nous nous retrouvons ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles