Livrer par drones : les entreprises sont-elles prêtes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Livrer par drones : les entreprises sont-elles prêtes ?

Publié le 30 septembre 2017
- A +

Par Mame Bigué Gningue.
Un article de The Conversation

Les délais de livraison sont passés de 48 heures il y a quelques années, à moins de 24 heures aujourd’hui pour un grand nombre de produits. Désormais, les clients exigent des délais de livraison de plus en plus courts, des produits et services éthiques, plus respectueux de l’environnement et de meilleure qualité.

Ces exigences, couplées à la maîtrise des coûts et des délais de livraison, sont un vrai casse-tête pour les logisticiens, qui agissent dans un environnement mondialisé et très concurrentiel. Mais des stratégies de distribution se développent pour répondre à ce besoin, grâce aux nouvelles technologies.

Des drones pour livrer plus vite

Pour faire face à ces exigences, de grands groupes tels qu’Amazon, UPS, Cdiscount et DHL, ont lancé d’importants projets de recherche sur l’utilisation des drones, afin de livrer leurs produits à leurs clients. Dans le secteur industriel, les drones permettraient de livrer des colis rapidement et de manière peu coûteuse.

Les drones peuvent être contrôlés à l’aide d’une télécommande et peuvent communiquer avec une station au sol via un réseau wifi. Cependant, ils ne peuvent transporter que des colis de faible poids (4kg maximum).

Les drones peuvent aussi permettre d’améliorer la sécurité des entrepôts avec l’aide de caméras de surveillance intégrées. Aussi, les drones peuvent contribuer à la facilitation et à l’optimisation des opérations logistiques internes à l’entreprise, dans la mesure où ils peuvent voler dans un espace 3D, à faible vitesse, et avec un haut degré de précision.

Amazon est une des premières entreprises a avoir expérimenté, en décembre dernier, la livraison de colis par drone, 30 minutes après réception de la commande. UPS a testé en Floride l’utilisation d’un drone posé sur le toit d’un camion pour assurer une livraison, en même temps que le livreur humain, dans un rayon de quelques kilomètres.

Quant à Cdiscount, l’entreprise a récemment testé une livraison de colis par drone en milieu urbain, avec l’autorisation spéciale de la Direction générale de l’Aviation civile. Et les expériences vont s’accélérer au cours des mois à venir.

Mais à ce stade d’expérimentation dans le secteur industriel, il est important de savoir si les managers des entreprises sont vraiment prêts à utiliser les drones dans leurs chaînes logistiques ?

Les managers sont-ils prêts à utiliser les drones ?

Pour répondre à cette question, nous avons mené une étude auprès de vingt entreprises, dans les secteurs agroalimentaire, électronique, médical, et dans la grande distribution. L’échantillon est composé de petites entreprises (10 %), de grandes entreprises (20 %) et de très grandes entreprises (70 %).

Cette répartition est un choix délibéré, car les petites entreprises sont particulièrement confrontées à un manque de ressources pour financer de telles innovations technologiques.

L’étude a montré que 85 % des managers interrogés ont connaissance de l’existence de drones commerciaux. 90 % de ces managers sont conscients de l’impact positif que les drones pourraient avoir sur leurs activités. Les principales raisons évoquées sont synthétisées sur le diagramme ci-dessous.

Les impacts positifs des drones selon les managers interrogés

Les impacts positifs des drones selon les managers interrogés.
Mame Bigué Gningue

Cependant, si ces managers choisissaient d’utiliser les drones pour supporter leurs opérations internes (distribution des matières premières, sécurisation d’entrepôts), 10 % des interrogés pensent que l’utilisation des drones pourrait impacter négativement leurs entreprises. Voici, ci-dessous, les principales raisons qui expliquent leur avis.

Les impacts négatifs des drones selon les managers interrogés

Les impacts négatifs des drones selon les managers interrogés.
Mame Bigué Gningue

La principale préoccupation de ces managers est la sécurité du colis (45 % des réponses). En effet, les drones peuvent présenter des défaillances et une chute pourrait endommager le produit transporté, ce qui imposerait des coûts additionnels d’assurance.

La sécurité des personnes en cas de chute constitue également un vrai souci pour les managers (35 %). Les drones, en eux-mêmes, ne sont pas très sûrs (30 % des managers s’en préoccupent) et peuvent facilement être source de cyberattaques, servir d’armes, et il existe un risque de collisions lié à l’occupation de l’espace aérien.

Les résultats de cette étude ont finalement montré que seulement 40 % des managers interrogés sont prêts à implémenter des drones dans leurs activités logistiques. 60 % des managers interrogés ne sont pas prêts pour des raisons listées ci-dessous.

Les raisons pour lesquelles managers interrogés ne sont pas prêts à utiliser des drones

Le drone et ses contraintes, selon les managers interrogés.
Mame Bigué Gningue

 

Le manque de ressources financières et les risques sécuritaires constituent les plus grandes contraintes pour les managers. Nous retiendrons de cette analyse que, malgré la multiplication des projets de développement dans le secteur industriel, les managers ne sont pas prêts à adopter la livraison par drone dans leurs chaînes logistiques.


The ConversationCette étude a été menée avec Mana Mohan Rajanna, étudiant en Master 2 « Supply Chain Management » à l’École de Management de Normandie, dans le cadre de son mémoire de fin d’études.

Mame Bigué Gningue, Assistant Professor in Supply Chain Management, École de Management de Normandie – UGEI

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Mais les clients ne sont-ils pas ceux qui devraient être interrogés plutôt que les managers ? Si les clients y voient un intérêt, la livraison par drones se développera. S’ils préfèrent qu’un livreur humain sonne à leur porte, ça restera du vaporware publicitaire, les managers se pliant à ce que les clients voudront.
    Par exemple, je ne vois guère d’attrait à me faire livrer par drone, mais je trouverais amusant de louer un drone pour aller me chercher « moi-même » avec ma télécommande mon colis à l’entrepôt du transporteur.

  • Le retour des pigeons voyageurs et des maisons à toit plat….je vois mal un drone frapper à la porte d’un appart au 3 ême étage après avoir pris l’ascenseur….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Felipe Guzman. Un article de The Conversation

Les entreprises sont donc davantage conscientes des bénéfices considérables que représente le fait d’avoir des employés qui communiquent de manière proactive des idées, des opinions ou des suggestions constructives visant à améliorer leur organisation. Dans le jargon du management, on appelle cela le « vocal behaviour » (comportement vocal) des employés.

De nombreuses preuves montrent que ce « vocal behaviour » peut profiter à la fois à l’entreprise et aux employés qui s’y adonn... Poursuivre la lecture

Par Caroline Ruiller, Damien Leduc, Frédérique Chédotel et Sihem Mammar el Hadj. Un article de The Conversation

Le gouvernement a décidé d’assouplir le recours au télétravail depuis le 9 juin 2021 et un nouveau protocole sanitaire s’applique depuis le 1er juillet. Les entreprises doivent désormais créer les conditions d’un retour hybride en suivant deux principes : d’une part la progressivité (il ne faut pas débrancher les dispositifs brutalement) et d’autre part l’adaptabilité (faire du sur-mesure pour chaque situation).

Commen... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Raphael Krivine.

C’est l’été, les beaux jours reviennent sans masque chirurgical en extérieur (enfin pour le moment). Cela va être le temps des lectures entre deux baignades pour ceux qui auront la chance de partir.

Alors pour les passionnés de management qui aiment profiter de leurs vacances pour faire le plein d’inspirations, je vous propose ce cocktail vitaminé et désaltérant de vingt réflexions et pratiques, à base de liberté, d’autonomie, de bottom-up, d’écoute et d’humour avec un zest psy : mon « REX » managérial en qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles