Non, le jour de carence n’entraîne pas des absences plus longues

Pills by tr0tt3r(CC BY-SA 2.0)

La statistique n’est pas une science exacte, et elle est sujette à interprétation. C’est ce qu’à fait l’INSEE.

Par Vladimir Vodarevski.

Les mathématiques sont utilisés en économie notamment à travers les statistiques. L’idée est que l’outil mathématique est précis, permettant de démontrer des faits. Or, les statistiques sont largement sujet à interprétation. Il faut prendre la peine de les lire, et non de passer directement aux conclusions de l’article. En voici un exemple à travers le jour de carence dans la fonction publique.

L’INSEE, principal fournisseur de statistiques en France, a publié le 10/11/2017 un article intitulé : « Le jour de carence dans la fonction publique de l’État : moins d’absences courtes, plus d’absences longues ». L’article explique donc que l’introduction d’un jour de carence dans la fonction publique a diminué les absences courtes, et augmenté les absences longues. La plupart du temps ces conclusions sont reprises sans analyse par les médias. Allons plus loin.

Ce qui est étudié

Qu’est-ce qui est étudié ici ? Ce sont les absences pour raison de santé d’abord. Ce ne sont pas les arrêts maladie. La différence est peut-être faible. Mais cela signifie que l’étude n’est pas très appropriée pour étudier l’impact en terme de coût, étant donné que ce sont les arrêts maladie qui représentent un coût supplémentaire pour l’État.

Ensuite, la population choisie est la fonction publique d’État. Il y a trois fonctions publique : d’État, hospitalière, et territoriale. L’étude est donc limitée et ne permet pas de généraliser à l’ensemble de la fonction publique. Ce qui en réduit donc la portée.

Les absences de courte durée

Passons aux statistiques maintenant. Voici les données concernant les absences de courte durée.

Les données sont ici assez claires, et ne prêtent guère à discussion. Il y a une très nette rupture de comportement dans la fonction publique d’État, qui ne se retrouve pas dans le privé, et qui correspond exactement à la période de suppression du jour de carence.

Les absences de longue durée

Passons maintenant aux absences longues. Voici les données.

On remarque un pic des absences logues dans la fonction publique d’État en 2007 et en 2013. Seule cette dernière année couvre la période d’application du jour de carence. Il n’y a pas de pic en 2012. Il n’y a pas de rupture de comportement, puisqu’il semble que les pics se produisaient avant l’instauration du jour de carence. Il peut y avoir des causes diverses, comme une épidémie de grippe un peu forte.

On remarque également une légère augmentation des absences longues dans le privé. Il n’est pas évident de conclure à une corrélation entre le jour de carence et une augmentation des absences de longue durée dans la fonction publique d’État. Pourtant, c’est la conclusion de l’INSEE, sur la base du pic de 2013. Une question d’interprétation.

Ce petit exemple montre à nouveau que la statistique n’est pas une science exacte, et qu’elle est sujette à interprétation. Il faut regarder ce qui est observé, et les résultats eux-mêmes.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.