Affaires étrangères, de Marie-José Imsand

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Affaires étrangères, de Marie-José Imsand

Publié le 29 juin 2018
- A +

Par Francis Richard.

Cheng He Low est haut délégué des Affaires étrangères de Chine à Paris. Marie-José Imsand dit de lui que [c’est] un bellâtre, l’amant de Duras. Le fait est que c’est un homme couvert de femmes, un Don Juan sans goût pour la simplicité.

Il doit remettre un objet recouvert de plastique à bulles à l’unique descendante de la princesse tibétaine Souen Akar, venue tout exprès de Bruxelles. Cet objet est un petit coffret, en bois de rose, pièce d’une rare élégance, contenant un manuscrit.

Ce manuscrit est le journal de Potala de la princesse Souen, un cahier ancien écrit par une main enfantine. Cheng le sait parce que, sans vergogne, il a transgressé un ordre diplomatique en forçant la serrure du coffret et en se mettant à lire le livre.

Touché par la grâce

Ce livre est-il magique ? En tout cas il déchire le diplomate indélicat : Ce manuscrit m’ouvrait au monde du sentiment, alors que j’étais un homme qui n’y avait prêté aucune attention. Car la jeune fille y témoigne de grandes qualités de cœur…

En tout cas, dès le début de cette lecture, il est touché par la grâce et saisi par le doute sur son ascendance : Était-ce mon imagination qui m’avait convaincu que mes origines devaient être plus élevées que celles de la famille qui m’avait adopté ?

Cheng ne peut qu’être ému par Souen : Tout ce que j’ai appris dans les livres ne m’a jamais donné les raisons d’une existence aux côtés d’une mère sans affection et d’une petite soeur muette. Je ne dois ma survie qu’aux fruits de mon imaginaire.

Cheng, le diplomate chinois, ne peut qu’être troublé quand Souen évoque, en 1951, les menaces d’invasion proférées contre son pays par la Chine, qui effectivement s’emparera de ses richesses en sous-sols en faisant d’innombrables victimes.

La rencontre de Cheng He Low et de Sarah Jacobs, la petite-fille de la princesse Souen, ne peut donc qu’être mémorable. Ils ne peuvent toutefois pas imaginer à quel point elle le sera et infléchira le cours de leur existence, à l’un comme à l’autre…

Marie-José Imsand, Affaires étrangères, 72 pages, BSN Press

Sur le web

(Visited 2 times, 1 visits today)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles