Démission de Hulot : le lobby écologiste est le plus puissant

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Démission de Hulot : le lobby écologiste est le plus puissant

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 31 août 2018
- A +

Par Michel Gay.

Nicolas Hulot a démissionné avec fracas en stigmatisant les lobbies qui paralysent l’action publique.

Cette « sortie » tonitruante donne l’occasion aux médias de s’associer à sa vertueuse chasse aux groupes de pression en oubliant de signaler que le plus puissant lobby en France est celui des  écologistes politiques. Ce dernier a réussi à faire « croire l’incroyable » aux Français, notamment sur les énergies renouvelables, grâce à une propagande efficace.

Les bons et les mauvais lobbies

Manifestement, comme il existe « des bons et des mauvais chasseurs », il y aurait aussi des bons et des mauvais lobbies.

Les mauvais seraient, bien entendu, les entreprises et les multinationales qui sacrifient l’environnement à leurs intérêts.

Les bons seraient les ONG et les associations qui font pression sur l’État pour qu’il s’engage dans de ruineux et inutiles programmes aux effets incertains, voire franchement néfastes, sur le niveau de vie des Français.

La transition écologique et solidaire, dont Nicolas Hulot avait la charge, est tout simplement une voie sans issue. Il en a tiré les conséquences.

Les prétextes invoqués pour justifier cette démission ne doivent pas tromper. Monsieur Hulot a eu les mains suffisamment libres, quoi qu’il en dise, pour appliquer une politique absurde allant à l’encontre des intérêts de la France et des Français. Il s’est simplement rendu compte de cette absurdité et de son impuissance face aux lois… de la physique.

Du rêve dangereux à la réalité

Professer de « belles » utopies est facile, les confronter à la réalité l’est moins. Il a certainement été cruel pour l’ancien ministre de constater, par exemple, que le fameux « Accord de Paris », obtenu à l’arraché par Laurent Fabius et François Hollande lors de la « COP 21 » en décembre 2015, était vilipendé de tous côtés. Les États-Unis, l’Australie, la Chine et même l’Allemagne, ainsi que des pays ayant lourdement investi dans l’éolien et le photovoltaïque (Espagne, Italie,…) font maintenant machine arrière.

Sa loi phare interdisant, dans l’indifférence générale, tant du côté des médias que de celui des politiques, l’exploration et la production des hydrocarbures, était censée montrer la voie. Elle n’a pas non plus fait d’émules. Il en a pris acte (sans l’avouer).

Il a tout de même décapité sans état d’âme une profession stratégique plus que centenaire, sans avoir pris toutes les dispositions indispensables pour gérer les douloureuses conséquences, humaines et financières. Cette loi laisse sur le carreau des personnels pour lesquels il est difficile d’entrevoir une reconversion. Celle qui leur était suggérée dans les énergies renouvelables est un leurre dramatique, comme l’Allemagne est en train d’en faire l’expérience.

Énergie et idéologie

Confier aux béotiens du ministère de l’Écologie le secteur hautement technique et stratégique de l’énergie relève d’une politique suicidaire.

Nicolas Hulot a pourtant inscrit sa politique dans le cadre de la loi sur la Transition Energétique pour la Croissance Verte, votée en août 2015 par les députés.

En 2014 la France envoyait 304 millions de tonnes de CO2  dans l’atmosphère.

En 2017, ses émissions atteignaient 320 millions de tonnes, soit 16 millions de tonnes supplémentaires.

La puissance éolienne installée, qui était de 11,5 gigawatts (GW) en 2014, a pourtant atteint 18 GW en 2017, alors que, dans le même temps, la puissance photovoltaïque est passée de 5,3 GW à 7,7 GW.

Ce développement de la production d’électricité renouvelable a été financé par une partie d’une taxe prélevée sur les consommations d’électricité (la CSPE).

En 2014, celle-ci atteignait 3 milliards d’euros et s’envolait à plus de 5 milliards d’euros en 2017, avec une prévision de près de 6 milliards d’euros en 2018.

Les Français auront sacrifié près de 20 milliards d’euros sur l’autel écologique sans diminuer leur consommation de combustibles fossiles ! Et celle-ci a même augmenté !

Nucléaire et CO2

Vouloir mettre en difficulté la production nucléaire qui n’a aucun impact négatif sur le climat puisqu’elle n’émet pas de gaz à effet de serre constitue l’erreur fondamentale qui explique l’échec de Nicolas Hulot.

L’ex-ministre a voulu croire les semeurs d’illusions (vous avez dit « lobbies » ?…) qui lui ont affirmé qu’il était possible, en absence de stockage massif de l’électricité, de diminuer à la fois la production nucléaire et les émissions de CO2.

L’exemple allemand est là pour  confirmer cette  impossibilité à l’échelle d’un grand pays comme la France.

Renouveau ?

Le départ de Nicolas Hulot pourrait être l’occasion de décider enfin d’une politique efficace et économique de diminution de nos consommations d’énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole) en remarquant qu’il existe aussi un puissant lobby écologiste qui fait prendre, aux Français, des vessies pour des lanternes sur ces sujets.

Ainsi, il faudrait :

  • Abandonner l’objectif onéreux et inutile de réduction de la part du nucléaire
  • Décréter un moratoire sur le soutien aux nouvelles installations éoliennes et photovoltaïques en attendant la mise au point d’un système de stockage de l’électricité économique et efficace (qui n’arrivera peut-être jamais…)
  • Remplacer l’actuelle incitation de la production de chaleur domestique par le gaz (RT 2012) par des pompes à chaleur, voire par la combustion de la biomasse.
  • Redéployer les finances économisées vers la mobilité électrique.

La disparition (provisoire ?) de Nicolas Hulot de la scène politique ne signera pas l’arrêt de la politique absurde et irréaliste soutenue par les lobbies écologistes focalisés sur la volonté de détruire l’industrie nucléaire. Mais elle permettra peut-être une prise de conscience et un renouveau dans la politique environnementale. Sous un autre ministère.

 

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • imposé sa manière de penser que seul ,lui avait raison.avec son égo surdimensionné : moi je sais et vous, vous êtes des ignorants ..
    le résultat : vous révéler que vous êtes insignifiant .

  • jacques lemiere
    31 août 2018 at 7 h 28 min

    les écologistes ont surtout un soutien du public et des médias qui repose en général sur des idées fausses ou creuses répétées à l’envi.
    au final on se retrouve avec une planète à 7 milliards d’individus où l’abandon du pétrole du gaz du charbon du nucleaire et des engrais de synthèse et des pesticides de synthèse est ardemment souhaité par une majorité de français tandis que les atteintes à l’environnement devront être réduites…

    en général, la mise en application coince un peu ; on se demande pourquoi…

    Ce qui sauve c »est que la culpabilité est curieusement collective…vous pouvez vivre comme les autres, il vous suffit de faire une déclaration d’intention, un constat planétaire concerné et vous pouvez monter dans le wagon des sauveurs de monde. Ce n’est pas un hasard si les figures de proues du mouvement sont des acteurs et des hulots. et ne vous avisez pas de faire remarquer que le train fait marche arrière…

    • « ardemment souhaité par une majorité de français »
      Euh, par leurs dirigeants, qui usent sans gêne de sondages truqués.

  • Faut-il s’en étonner ? l’écologie n’a jamais été autre chose que des taxes et prélèvements nouveaux ou augmentés. L’écologie est devenue un sujet de bobos parisiens qui ont déroulés le tapis rouge aux politiques et médias pour manipuler toute la population alors qu’ils sont les premiers responsables de nombreuses catastrophes car ils continuent à autoriser de nouvelles constructions en zones inondables à grand renfort de digues et de canalisation eu détournement de ruisseaux et rivières. L’écologie n’est qu’une affaire de fric. Hélas cela ne suffisant plus il faut s’attaquer à la nourriture ! Je reste assez stupéfait tout en cherchant les limites aux quelle il faut s’arrêter de prendre la population pour des imbéciles. Ce sont de tels comportements politiques qui ont mis Hitler et d’autres extrémistes au pouvoir, chose qui pourrait bien revenir sous peu.

  • Changer le bourreau n’évite pas la sentence…

  • Ce n’est pas tant le lobby écolo qui est puissant, que le lobby des ENR, en l’occurrence le SER (syndicat des énergies renouvelables), lequel surfe gaiment sur la vague écolo actuelle.

  • excellente définition des écologistes et autres  » environnementaux  » : ce sont des béotiens . A méditer .

    • @ Adio
      Il n’est pas légitime d’assimiler l’écologie, science d’évolution récente qui réunit les sciences naturelles d’avant, sans doute à cause de l’urbanisation importante avec une augmentation de population, l’écologie, quand elle se veut science, n’est en soi, pas politique, les députés écologiques bien!
      Les traiter de Béotiens n’aidera pas votre argumentaire, au contraire!

  • Les écologistes n’ont rien de scientifique, de rationnel. Ils sont dogmatiques jusqu’à la bêtise!
    L’écologie est devenue un argument marketing pour vendre plus cher des produits, pour l’installation de lobbies qui n’ont rien d’écologique.
    Un certain J F Saglio, Corps des mines, directeur du service des préventions et pollutions au Ministère de l’environnement où je travaillais avait l’habitude de dire que l’énergie nucléaire était la ressource la plus propre et la plus efficiente qui soit.

  • Je sais que la marotte de l auteur est le nucleaire, mais l ecologie c est autre chose qu etre betement anti nucleaire (je parle de l ecologie la, pas de EELV qui sont des gauchistes ripolinés en vert). Par ex, l ecologie c est essayer de preserver des zones
    naturelles ou des animaux puissent vivre, ce qui est assez eloigne vous en conviendrez de ce qui passionne l auteur ou EELV (plus actifs sur les migrants que sur la protection des especes animales)

    Quant a la puissance du lobby ecolo, c est a pisser de rire. Ils sont capable de faire des coups mediatiques certes (genre envoyer un drone deguise en superman sur une centrale) mais incapable de peser sur autre chose qu une decision symbolique. Par ex Hulot annonce la fin des voitures a essence pour 2040. Qui le croit serieusement ? en 2035 un autre ministre dira que c est pas possible et la decision sera tout simplement abandonnee…
    Idem pour la COP21 dont parle l auteur. Fabius et Royal se sont gonflé d un texte qui n a aucune force contraignante et dont tout observateur lucide sait qu il ne sera pas appliqué (bon courage pour forcer les chinois a reduire leurs emissions ce qui signifie une croissance economique plus faible et donc emeutes et un risque de renversement de la dictature communiste actuelle).

    PS: en ce qui concerne le nucleaire, le probleme majeur n est pas tant les accidents (mit en avant par les ecolos) que le probleme des dechets (non resolu a ce jour malgre 30 ans de recherche).
    Et je parle pas de l incapacite d areva de construire un EPR (2 sont en chantier et ils ont tous explosé delais et budgets (on est deja a 3 fois plus que prevu quand meme et c est pas fini)

    • « le probleme des dechets (non resolu a ce jour malgre 30 ans de recherche). »
      Voir le lien ci-dessous.
      https://www.contrepoints.org/2018/04/06/313421-dechets-nucleaires-ou-est-le-probleme

      • Votre article ne mentionne aucune solution (CIGEO c est juste enterrer les dechets, autrement dit « cacher la merde sous le tapis comme ca on ne les voit pas ». Enterrer des dechets est probablement la pire des solutions car en cas de probleme, il est difficile voire impossible d intervenir. On a eut un exemple avec des dechets « classiques » en Alsace : https://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2014/02/28/dans-les-sous-sols-de-stocamine-la-bombe-a-retardement-alsacienne_4375300_3208.html

        • « On a eut un exemple avec des dechets « classiques » en Alsace »
          Et ???
          La bombe retarde vraiment. L’article date de 2014 et l’explosion n’a toujours pas eut lieu. Donc, votre exemple n’en est pas un. Il ne démontre rien.
          Avec les escrolos, les problèmes sont toujours certains dans le futur, de préférence quand ils seront morts pour ne pas avoir à avouer qu’ils ont raconté n’importe quoi. « La planète va griller en 2100 si on ne fait rien contre le réchauffement climatique ». « Il n’y aura plus rien à manger quand la population mondiale sera de 10 Mds d’habitants. » « Les énergies renouvelables subviendront aux besoins (lesquels ?) quand les poules auront des dents. » « Tout le monde sera heureux quand il faudra se partager les véhicules. »
          Et pourquoi pas les brosses à dents, et les appartements ? Après tout, les actifs n’occupent pas leur lieu de vie la moitié du temps chaque jour. Toute cette place perdue qui ne sert à rien 12h par jour… On pourrait très bien se partager nos foyers, pour occuper moins de places et faire des économies d’échelle fantastiques !

          • @ AlfredSG
            Le problème n’est pas là! Par contre que M.Gay conforte son article par un article M.Gay est évidemment un procédé ridicule qui le décrédibilise dans sa croisade monomaniaque du tout nucléaire français,actuellement bon marché mais avec EDF en difficulté financière et des centrales nucléaires à l’arrêt définitif non démantelées: pourquoi?

            • Pas du tout.
              L’article du jour de M.Gay porte sur la démission de N.Hulot et du lobby écolo.
              Cdg déplace le sujet et attaque sur le sujet des déchets de l’industrie nucléaire. Si M.Gay a fait un article là-dessus, il est tout à fait légitime de le soumettre à cdg et aux autres lecteurs. Ce n’est en rien une illustration ou un soutient à l’article du jour.

              « EDF en difficulté financière »
              Grâce à la gestion étatique qui demande à EDF de remplir des objectifs politiques et qui privilégie le versement de dividendes à l’Etat plutôt que l’investissement.

              « t des centrales nucléaires à l’arrêt définitif non démantelées: pourquoi? »
              13 réacteurs à l’arrêt et 12 en cours de démantèlement. Ce n’est pas assez pour vous?
              https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mant%C3%A8lement_nucl%C3%A9aire
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_r%C3%A9acteurs_nucl%C3%A9aires_en_France

    • « Par ex Hulot annonce la fin des voitures a essence pour 2040. Qui le croit serieusement ? en 2035 un autre ministre dira que c est pas possible et la decision sera tout simplement abandonnee… »
      En attendant, ces politiques coûtent des milliards d’euros au pays, pour un résultat quasi nul. Mais l’électricité est de plus en plus cher à la consommation et les taxes sur les produits pétroliers font exploser le budget des français.
      Les écolos réussissent parfaitement leur entreprise d’appauvrissement du pays, mais si c’est eux qui tiennent les rênes, ils s’arrangeront pour ne pas être impactés. Une caste de dirigeants seuls à voyager, ne manquant pas de nourriture, ni de confort, quand la population vit en se partageant tout puisqu’il n’y a plus grand chose, ça ne vous rappelle rien?
      Moi si, la nomenclatura de l’union soviétique.

    • Comme si le refus des Chinois de réduire leur croissance était un problème politique ! Comme si nos descendants étaient trop bêtes pour ne pas prendre de précautions, voire pour trouver des utilités, avec les « déchets » nucléaires que nous leur auront laissés ! Comme si la construction d’un EPR en France n’était pas un fromage extraordinaire, dont la disparition à la mise en service ne pouvait que désoler tous nos politiciens !

    • Quel est le taux de radiation idéal, déjà?

      Si on s’accorde sur cette cible, on peut discuter.

    • Contrairement aux autres industries, le nucléaire gère ses déchets. Ce n’est pas le cas de l’industrie chimique par exemple ou le tonnage est beaucoup plus élevé et pour lesquels il n’y a rien à attendre du temps qui passe.
      Pour les EPR, vos informations sont à mettre à jour. Actuellement 5 EPR sont en construction et un 6ème est couplé au réseau électrique Chinois.

  • * réponse : ce lobby occupe place subalterne dans ce Gouvernement et Hulot a fini par s’en rendre compte : https://www.youtube.com/watch?v=4txN1MI1QXk

    • « Quant a la puissance du lobby ecolo, c est a pisser de rire »
      Je ris moins fort quand je reçois mes factures de taxe carbone.
      « Au prix actuel des combustibles fossiles, la facture carbonée du globe s’élève chaque année à environ 3 150 Md$, soit environ 4% du PIB mondial ». (Emilian Robert Vicol).
      Ceci met en évidence la puissance réelle du lobby écolo et le fait que, représentant 3 à 4 % des électeurs il impose quand même à tous les gouvernements européens ses lubies dévastatrices.

    • @ alainet
      Ben oui, N.Hulot a servi comme « populaire » en France pour stimuler les électeurs: classique! Comme politicien, il était nul et ne connaissait pas les règles du jeu donc il a sauté … mais pas le gouvernement ni la présidence! C’est presque un non-événement: seul N.Hulot croyait en N.Hulot! Sa sortie du gouvernement, on l’attendait depuis un moment (en tout cas moi)!

  • « volonté de détruire l’industrie nucléaire »

    Pas spécialement cette industrie, volonté de bloquer tout ce qui tient la route, tout ce qui est essentiel à un pays industriel.

    Linky a pour but avoué de remplacer de l’énergie à la demande du client par l’énergie à la demande du fournisseur, le client devant s’adapter.

    Tous ceux qui votent Macron d’une façon qui n’est pas malgré le fait qu’il soutient Linky DOIVENT accepter et applaudir les pannes électriques à la gare Montparnasse. Ils n’ont qu’à penser à de la « gestion de la demande » électrique.

    • @ corrector
      Que je sache, la panne à Montparnasse n’a rien à voir avec les EnR! Ce genre de faux fait décrébilise votre argumentation!
      En mixant E.Macron, Montaparnasse, les clients et fournisseurs d’électricité, plus aucun lien de cause à effet n’échappe à votre bullshit argumentaire!

      • 1) La panne de Montparnasse vient d’un manque de redondance. Pourquoi ne pas avoir eu les moyens de la mettre en place? Le gaspillage dans d’autres domaines aura pu être évité afin de consacrer plus de moyen à l’infra.

        2) Une panne peut être vu comme une préparation psychologique accidentelle à gérer la pénurie.

        3) Les « EnR » (qui n’en sont pas puisque le renouvelable n’existe pas ou alors il est gratuit) sont intermittentes et donc il faut se préparer aux pénuries.

  • Tout est dit et c’est tellement réaliste et ne relève en rien de l’utopie contrairement à la vision des ayatollah de l’écologie.

  • Le score qu’obtiendrons les listes écolos aux européennes donnera une idée objective de leur réel « Puissance ». Si comme je le pronostique ce score est heureusement très faible, il conviendra que nos politiques en tiennent compte en éliminant « l’Ecologie Politique » de tout Gouvernements. La France ne peut plus se permettre de mettre des abrutis a des postes de décisions stratégiques.
    Une centrale est prévue pour durer 60 ans, il faut entre 5 a 7 ans en moyenne pour la réaliser, c’est quasiment une vie. Des gens qui prétendent tout changer en 5 ans sont des cons extrêmement dangereux, a faire disparaitre des sphères de décisions.

  • La « mobilité électrique » est une bêtise. La fabrication des batteries et des véhicules électriques est excessivement polluante.

  • « Remplacer … par des pompes à chaleur. »
    Si c’est pour éviter les pointes de consommation, c’est un problème puisqu’une PAC à moins de 5°C tirera difficilement de la chaleur de l’air. Et donc, deviendra un simple radiateur avec l’inconvénient de consommer énormément au démarrage.

  • Hulot a démissionné parce qu’il sait depuis longtemps que la politique écologique de la transition énergétique est un non- sens extrêmement dangereux. Et il a compris que s’il veut conserver son aura injustifiée, il n’a plus d’autre choix que de laisser Macron supporter seul la charge de cette escroquerie dont il est l’artisan principal. C’est bien fait pour Macron qui s’est servi de lui. Lequel a bien compris que ce problème va faire un nouveau succès gouvernemental comme celui de NDDL , mais â la puissance 100, et met sérieusement en jeu la fin prématurée de son mandat. L’échec allemand est total et nous ouvert les yeux, sur le fait que celui qui nous attend sera bien pire, car il nous faudra reconstruire immédiatement toute nos moyens de production en thermique à flamme contrairement à l’Allemagne qui les a gardés ,ainsi que la majorité de son nucléaire. Et il faudra tenir compte de la vengeance justifiée du personnel d’EDF, dont l’entreprise électrique classée au niveau international comme la a meilleure du monde a été volontairement méprisée et détruite par l’Europe avec la complaisance de Hollande, sous des prétextes mensongers, lancés par nos gouvernants. Les aveux de cette compréhension ont consisté pour Hulot et Macron et de à renvoyer aux calendes la fermeture pourtant jurée de Fessenheim en décembre…

  • « elle n’émet pas de gaz à effet de serre »

    La vapeur d’eau n’est pas un gaz à effet de serre ? Un peu de sérieux voyons.

    • Elle n’est PAS une source de réchauffement anthropique d’après le GIEC.

      Allez-vous être plus royaliste que le « roi »?

    • Je pense qu’il faut comprendre que la vapeur d’eau émise par les centrales nucléaires est en trop faible quantité (c’est relatif) pour avoir un effet important dans le réchauffement climatique.
      Mais c’est bien un GES.

      A température constante, la quantité de vapeur que peut contenir l’air a une limite. Mais si la température augmente, cette limite augmente aussi, et la quantité atmosphérique de vapeur d’eau également.
      Donc, si le CO2 fait augmenter la température…
      https://www.youtube.com/watch?v=R6eywXdssMw&index=24&list=PL13D818CBAC74DA34&t=0s
      Je ne sais plus à quel moment c’est expliqué, mais la vidéo est accessible à un large public et pas très longue.

      • « et la quantité atmosphérique de vapeur d’eau également. »

        Non. Ne présentez pas une hypothèse comme un fait.

      • Oui, c’est ce qu’on appelle un effet de serre « humide ». La température augmente, ce qui fait que la teneur en vapeur d’eau de l’atmosphère augmente, ce qui augmente la température etc… C’est ce qui est arrivé sur Vénus. Cette rétroaction positive ne sera pas possible sur terre avant 1.3 milliards d’années. Actuellement, la vapeur d’eau émise par l’homme a un effet nul, car en s’éloignant du point d’équilibre de concentration dans l’atmosphère, l’eau se recondense dans les océans.

  • Hulot, ministre parfaitement biodégradable : absolument aucun effet sur l’environnement, ni sur quoi que ce soit d’ailleurs.

    Mais Macron a une autre carte maîtresse dans sa manche : le futur ministre autoproclamé pédophile dès 1975, mais ce n’était qu’une astuce littéraire pour choquer les bourgeois, paraît-il.

    Pas à dire, avec Macron oscillant entre biodégradable et pédophilie (sans oublier la directrice corrompue devenue haut fonctionnaire à titre de récompense ou le Benalla de service se vantant de dissimuler des preuves à la justice), la Ripoublique a passé la vitesse supérieure, en toute décontraction, avec une hontectomie d’une rare efficacité.

    La continuité, c’est maintenant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Armand Paquereau.

Le 2 octobre 2021 sur France 2, Sandrine Rousseau, challenger de la primaire EELV prône un choc de productivité négatif :

Dans l’agriculture, il nous faut plus de main-d’œuvre et moins de technique.

Elle met en avant sa qualité d’économiste pour justifier sa position.

La productivité est-elle négative ?

Si on considère que la productivité n’engendre que des efforts pour améliorer les quantités produites et leur qualité, on peut en effet considérer qu’elle entre en conflit avec le confort du tr... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Richet.

Après l’arrêt politique de la centrale de Fessenheim, le gouvernement a ordonné à EDF d’entamer immédiatement le démantèlement de l’installation pour éviter une tentation de retour en arrière…

Surprise ! Pour la centrale la plus vieille de France, décriée par ceux qu’on appelle écologistes (ce qu’ils ne sont pas au vu des implications de leurs dogmes sur le climat) comme étant vétuste, les composants sont comme neufs !

Pour le réacteur Superphénix, également sacrifié sur l’autel des dogmes écologiste... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Comme vous le savez, le premier tour de la primaire des écologistes a propulsé l’écoféministe radicale Sandrine Rousseau au second tour avec 25,14 % des voix, juste derrière Yannick Jadot qui, avec un score de 27,7 %, souhaite incarner l’écologie dite « de gouvernement ». Les candidats malheureux Batho et Piolle n’ont pas donné de consigne de vote, mais le clan Rousseau, au comble de la joie intersectionnelle grâce à des additions prometteuses, ne s’est pas privé de souligner leur proximité idéologique avec sa ch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles