Prêts chinois : opium de l’Afrique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Roger Sandum - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prêts chinois : opium de l’Afrique

Publié le 28 septembre 2018
- A +

Par Ibrahim Anoba.
Un article de Libre Afrique

Des informations crédibles font état de pourparlers entre le gouvernement zambien et la Chine à propos de la cession à la Chine de la société nationale d’électricité ZESCO. Cette cession fait suite à l’incapacité de la Zambie à rembourser sa dette à la Chine. C’était prévisible puisque les Chinois contrôlent déjà la société de radio télévision du pays (ZNBC).

L’aéroport principal de Lusaka pourrait également être leur prochaine cible. La Zambie est réellement en difficulté. Les autres bénéficiaires africains des prêts chinois se préparent au même sort si jamais ils ne peuvent pas respecter leurs échéances de remboursement.

L’accélération de la dette : un jeu dangereux

La Chine est intelligente et possède une vraie politique en Afrique. Elle a vite compris les besoins de développement du continent africain et utilise une stratégie efficace pour garder l’avenir économique de l’Afrique sous sa tutelle.

L’Afrique possède ce dont la Chine a besoin pour propulser davantage son économie, en particulier le pétrole brut et le cuivre. La meilleure façon d’en assurer l’abondance pour l’avenir est de faire en sorte que les pays producteurs lui soient redevables, ce qu’elle a très bien fait jusqu’à présent. Le jeu est simple : donner discrètement des prêts stupéfiants aux avides dirigeants africains et garder les détails du remboursement à l’abri des regards indiscrets du peuple. Ainsi, si les débiteurs ne sont pas en mesure de rembourser leurs dettes, la Chine saisit leurs hypothèques, qui, comme le monde le voit maintenant, sont constituées principalement d’actifs nationaux. Mais cela ne rend pas complètement compte de la gravité de la situation dans laquelle l’Afrique se trouve.

Les rapports montrent qu’un nombre substantiel de pays africains a contracté des prêts chinois depuis 2000, totalisant 124 Md$ en 2016. La dette ne cesse d’augmenter, et ainsi, l’Afrique n’est que la victime de sa propre stupidé alors même que le monde entier l’avait mise en garde contre l’objectif final de la Chine. Le mois dernier, le Fonds monétaire international (FMI) et les États-Unis (US) ont encore mis en garde les dirigeants africains du risque qui entoure les prêts chinois au cœur de l’Initiative de la « Nouvelle route de la soie » lancée par le Président Xi Jinping en 2013. Enserrés dans leur cupidité, les dirigeants africains ont totalement négligé de lire les clauses des contrats de prêt avant de les signer.

L’avidité des pays d’Afrique

Presque toutes les grandes économies d’Afrique subsaharienne sont aujourd’hui massivement redevables à la Chine. Ce qui est encore pire, c’est que la plupart d’entre elles font face à de médiocres perspectives économiques les prochaines années et qu’elles auront probablement du mal à rembourser leurs dettes. Par exemple, environ 72 % des dettes bilatérales du Kenya, soit 50 Md$, sont dues à la Chine, alors que le pays demande une extension supplémentaire de 3,8 Md$.

Aussi, le Nigéria a récemment accumulé 5 Md$ de prêts de la Chine, et l’Angola doit environ 21,2 Md$ avec une demande de prêt supplémentaire de 4,4 Md$. Quant à l’Afrique du Sud, elle doit bientôt recevoir 14,5 Md$ d’investissements chinois et un autre prêt de 2,5 Md$ pour ESKOM, sa compagnie nationale d’électricité. Des économies plus faibles comme la République démocratique du Congo, le Soudan et l’Éthiopie ont également contracté une dette importante auprès de la Chine.

Le pire est que d’évidence, la majorité de ces pays africains ne pourra pas atteindre les objectifs pour lesquels ces prêts ont été contractés, principalement en raison de la corruption et de la piètre performance économique. Comment les pays débiteurs parviendront-ils à rembourser la Chine sans se retrouver dans la même situation de la Zambie ?

La question n’a pas encore été résolue. Les pays défaillants n’ont aucun espoir d’obtenir des aides internationales comme celle du FMI. Avec l’Initiative multilatérale d’allègement de la dette, plus de 100 Md$ de dette ont déjà été annulés pour 30 pays africains. Dans ce contexte, les États-Unis ont exhorté le FMI à ne renflouer aucun pays débiteur de la Chine.

Quelle alternative à l’endettement ?

Maintenant que le continent est pris au piège de la dette chinoise, les dirigeants africains n’ont d’autre choix que d’écouter les conseils sur l’amélioration de la gouvernance financière et l’élimination de la corruption. L’Union africaine (UA) avait décrié en 2014 que la corruption coûtait 184 Md$ au continent chaque année. Les chiffres ont plus de 3 ans, ce qui, laisse présager d’une réalité encore plus sombre aujourd’hui. Si les pays africains arrivaient à colmater toutes les fuites, ils pourraient générer suffisamment de fonds pour financer une grande partie de leurs besoins de développement.

Par ailleurs, les attentes excessives placées sur les épaules des gouvernements en matière de création d’emplois, d’infrastructures, d’éducation et d’autres besoins, incitent les États à l’endettement. Il est évident que les gouvernements ne peuvent pas fournir tout ce qui est nécessaire pour faire prospérer une économie. En fait, plus cette croyance est forte, plus les dysfonctionnements économiques sont nombreux.

Par exemple, le transport et la production d’électricité, qui représentent la plupart des prêts chinois à l’Afrique, peuvent être efficacement fournis par des investisseurs privés. Les télécommunications qui résolvent de nombreux problèmes sur le continent sont essentiellement gérées par le secteur privé. La privatisation fonctionnera pour d’autres secteurs cruciaux si les États s’attèlent à créer un véritable environnement favorable à des vraies privatisations protégées des manœuvres de copinage qui faussent les règles du jeu.

La Chine a fait connaître ses intentions ; elle veut dominer l’économie mondiale. Ceci est suffisamment clair pour qu’un analyste sérieux puisse le réaliser. Elle connaît les énormes potentialités de l’Afrique et s’efforcera à les utiliser pour mener à bien sa mission, comme l’a fait l’Europe avec le colonialisme.

Sur le web

(Visited 2 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Dans le temps les Arabes vendaient les Noirs et maintenant ce sont les Chinois qui les achètent.

  • La question amusante est : est ce que la Chine va faire comme les pays occidentaux qui passent leur temps à « annuler la dette » (ie accepter de ne pas être remboursé) des pays d’Afrique ?
    J’ai l’impression que les chinois ne sont pas aussi stupides que les occidentaux (la France en tête) et que les dirigeants africains soit n’en ont pas conscience, soit font semblant de ne pas s’en rendre compte !

  • La capitalisme est la seule économie efficace comme le prouve l’histoire, n’en déplaise aux esprits chagrins et collectivistes.
    Seulement voila la plupart des pays d’Afrique ont une culture tribale qui est incompatible avec le capitalisme puisque la propriété privée n’y existe pas.
    Les pays les plus capitalistes comme le Rwanda sont ceux qui s’en sortent le mieux. Ce sont aussi les pays qui ont le plus remis en cause leur culture tribale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Ne jamais oublier Tienanmen

Par Frédéric Mas.

La mémoire de la répression sanglante des étudiants survenue place Tienanmen à Pékin le 4 juin 1989 s’efface doucement. Le pouvoir politique chinois autant que l’opinion publique occidentale semblent y travailler avec ardeur, autant par lâcheté que par intérêt.

L'image du "tank man" est la plus emblématique, mais celle-ci représente l’appétit du Parti communiste chinois pour le pouvoir.

Liberté en Chine: #Tienanmen #chine pic.twitter.com/t2xx2a5hy5

— Eric C. Busque (@dystoman)... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

La politique étrangère contreproductive étatsunienne s’exprime tout à fait dans le cas de Taïwan, qui est un sujet d’extrême sensibilité et importance pour la Chine. Les Chinois ne manquent pas de continuellement le déclarer, et ce au plus haut niveau.

Wang Yi, le ministre des Affaires étrangères, a souligné lors de son échange avec Blinken :

La question de Taïwan est la plus sensible entre la Chine et les États-Unis. Si elle est mal gérée, elle causera des dommages subversifs et globaux aux liens bilaté... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

La relation entre les États-Unis et la Chine est la plus importante relation bilatérale entre nations aujourd’hui. Le monde entier a un intérêt à ce que ces deux grandes puissances entretiennent de bonnes relations, tant au niveau politique, économique, que militaire. Il en va du destin de l’humanité, davantage même que pendant la Guerre froide à cause de l‘importance de l’économie mondiale.

Il n’aura échappé à personne que cette relation s’est sérieusement détériorée ces dernières années. Cependant, l’Occident... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles