Témoignage : paroles d’un retraité qui ne se plaint pas

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Témoignage : paroles d’un retraité qui ne se plaint pas

Publié le 10 octobre 2018
- A +

Par Patrick Aulnas.

« Les Français sont des veaux », avait coutume de dire le général de Gaulle. Il entendait par là qu’ils refusent d’affronter l’adversité ou tout simplement le monde tel qu’il est. Ils se déclarent battus avant d’avoir livré bataille et se plaignent constamment. Ils n’ont pas changé d’un iota et il est bon de le leur dire de temps à autre, en particulier aux retraités, dont le sort n’a jamais été aussi enviable depuis que le monde est monde.

Le formatage médiocre de toute une génération

Je parle sans haine et sans crainte car je fais partie de ces bataillons de retraités qui vivent à la charge des actifs. La plupart d’entre eux ont une telle ignorance des mécanismes des transferts sociaux qu’ils n’ont même pas conscience de représenter une lourde charge pour leurs enfants et petits-enfants. Ils ressassent qu’ils ont travaillé toute leur vie « pour ça ». Pour devenir, donc, des petits rentiers râleurs qui réclament au roi en promenade un petit supplément de pension.

Cette mentalité de courtisan ne grandit pas cette génération qui a bénéficié d’une entrée dans la vie active sans problème du fait du plein emploi et qui a peu connu le chômage. Cette génération, la mienne, née aux alentours de la seconde guerre mondiale, a pourtant commis des fautes impardonnables en portant au pouvoir des hommes qui mettaient la politique au-dessus de tout. La retraite à 60 ans pour tous, les 39 heures puis les 35 heures hebdomadaires de travail, le recrutement de fonctionnaires au-delà de toute raison ont été payés par l’endettement public. Un endettement qui continue à croître et pèsera lourdement sur les enfants et petits-enfants de ces retraités bougons.

En obtenant égoïstement des avantages sociaux coûteux par l’entremise de politiciens cyniques, en particulier Mitterrand, ma génération a choisi la petitesse en s’aveuglant volontairement sur la réalité du monde. Qu’elle vienne aujourd’hui encore quémander médiocrement des avantages supplémentaires n’est que le reflet exact d’un formatage politico-éthique dont elle n’est même pas consciente.

Je pense à mes grands-parents, paysans bretons pauvres nés à la fin du 19e siècle, que j’ai bien connus et qui n’ont jamais demandé à quiconque le moindre centime ne provenant pas de leur travail. Par orgueil, par noblesse d’esprit. Quel contraste avec nos contemporains ! Quelle déchéance !

Le verbe gaullien est aujourd’hui nécessaire

En affirmant face à quelques retraité(e)s qu’il ne faut pas se plaindre, Emmanuel Macron a dit ce que beaucoup pensent sans avoir le courage de l’affirmer. Cette franchise ne changera sans doute pas grand-chose, mais vaut-il mieux toujours descendre au niveau de la tactique politique ? Est-il préférable de penser constamment à sa popularité et à sa réélection ? Faut-il devenir un de ces innombrables professionnels de la politique qu’on ne trouvera jamais arrogant ou même condescendant parce qu’ils feignent constamment l’empathie et sombrent parfois dans la compassion ?

Question de sensibilité. Ces politiciens-là me méprisent. Macron, en parlant cash, me respecte. Il ne me ment pas. Ses paroles correspondent à la vérité économique.

Les commentateurs professionnels pensent en général que le verbe macronien devient trop clivant et nuit à la popularité du Président. Un Président devrait rassembler et non opposer actifs et inactifs. Certes, d’un point de vue politicien, électoraliste à court terme (régionales en 2019, municipales en 2020), il est toujours préférable de caresser l’électeur dans le sens du poil. Mais quel cynisme faut-il accepter pour en arriver là ! Se contenter de segmenter le marché électoral pour offrir à chacun les mensonges dont il rêve, voilà bien la politique qui révulse désormais beaucoup de citoyens.

Il n’est pas interdit de préférer le verbe gaullien à la démagogie mitterrandienne et de le faire savoir. En restant sur les hauteurs, on dispose d’une perspective d’ensemble de la bataille, celle des stratèges. La France ayant tardé pendant plusieurs décennies à se mettre au diapason du monde tel qu’il est, il devient nécessaire de le dire aux Français. Ils n’ont que trop tendance à se comporter en assistés de la puissance publique. Un langage trop soft à l’égard du peuple masque le mépris qu’on lui porte, un peu comme celui de ces enseignants faisant preuve d’une si extrême mansuétude à l’égard de leurs élèves que ceux-ci découvrent trop tard que le savoir se gagne par l’effort.

Dans une économie mondialisée, le niveau de vie, lui aussi, se conquiert. La croissance économique n’arrive pas toute seule par des incantations stériles. Elle résulte de la compétitivité des entreprises et du cadre favorable que les politiciens construisent. C’est bien en favorisant le travail et donc les actifs qu’une société dans son ensemble évolue positivement. Il faut le dire et le répéter, quitte à déplaire. Les politiciens ne sont pas des comédiens. Leur vocation ne devrait pas être de faire rêver ou, pire, d’amuser. Il y a visiblement beaucoup de chemin à parcourir.

 

Voir les commentaires (251)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (251)
  • Comme disait je ne sais qui, votre génération, les retraités actuels, ont été la génération la plus inconséquente et égoïste de l’histoire de l’Humanité. Elle est a dilapidé l’héritage de ses parents, dépensé son propre argent, volé celui de ses enfants et gagé celui de ses petits enfants.
    … mais on vous aime bien tout de même…

    • @ RB83
      Non, je ne suis pas sûr qu’ils soient tous aussi respectables et « aimables ».
      Je le sais: j’en fais partie, de cette queue du baby-boom!
      C’était l’heure de gloire d’un Occident triomphant, une sorte d’âge d’or qui a suivi la libération que nous ont offerte les Américains!
      La fête se termina avec le premier choc pétrolier de 1973.
      Tout cela a eu un coût, évidemment, que la politique a édulcoré par la monnaie et l’inflation cachée (« nouveau franc »: 1958), puis la disparition de l’étalon or!
      Non! Vous êtes trop bon avec les gens de cette époque!

      Alors l’affection filiale, oui!
      L’admiration, pas forcément!

    • « On vous aime bien tout de même…  » ça s’appelle de la dénégation ? Vous les aimez surtout pour leur argent , non ?
      Dilapidé l’héritage de ses parents ? Quel héritage ?
      Dépensé son propre argent ? Eh bien oui, pour eux et pour leurs enfants qu’ils ont tellement gâtés qu’ils sont devenus pourris.
      Quant à leurs petits-enfants (gagés ?), ce sont les grands-parents qui souvent les prennent en charge, financent leurs études, etc.

      • Oui, quel héritage auraient reçu les baby-boomers de leurs parents ruinés par la guerre ? Ce qu’ils possèdent, ils l’ont construit et gagné en partant de rien, par des efforts dont les jeunes aujourd’hui n’ont pas la moindre idée. Des jeunes qui vivent infiniment mieux que les retraités à leur âge, mais qui ne comparent qu’au niveau de vie du retraité d’aujourd’hui. Nous en parlions dans un autre article, à quoi pensez-vous que ressemblaient les conditions de vie pour un jeune X de province sur la Montagne Ste-Geneviève, avant donc 1975 ? Les chambres de 4, les lits et les armoires en ferraille, les WC et les douches au bout du couloir, etc. Si elle a gâté ses enfants, cette génération a aussi aidé ses parents à retrouver un niveau de vie simplement décent, et donné à ses enfants de quoi ne pas passer par les mêmes épreuves. Ils ne se sont pas montrés inconséquents : ils connaissaient les conséquences, que tous semblent vouloir oublier aujourd’hui pour trouver un bouc-émissaire et échapper à leur responsabilité morale de gratitude.

        • Etant né dans les annees 60, il faut remettre les pendule a l heure.
          Oui, les conditions de vie en 75 etaient moins agreable qu en 2018 (enfin pour ceux qui ne doivent pas dromir dans la rue aujourd hui) mais il y avait deja une grande difference : on etait persuade que demain serait mieux qu aujourd hui et que si on travaillait on pouvait ameliorer son sort.
          Aujourd hui, c est nettement plus complique. Qui pense encore que son sort va s ameliorer et que ses enfants vivront mieux que lui ? En 1975, meme si vous aviez aucun diplome vous pouviez esperer faire une carriere. Aujourd hui meme un bac+5 ne vous garanti pas de pas vous retrouver au chomage soit en debut de carriere soit passé 45 ans

          Michel O doit bien se rappeler qu en 75 les retraites etaient des pauvres et si on lui aurait explique qu un jour les retraites feraient des voyage ou bout du monde et vivraient mieux que les actifs qui les finance, le jeune X qu il etait ne l aurait pas cru …

          • Mais à part en France et dans quelques pays en guerre ou bien socialistes, on est toujours persuadé que demain sera mieux et que les enfants vivront mieux que soi ! Même dans les pays nordiques ! Mais il faut reconnaître que les gens y partent plus tard en retraite, et ne sont pas aussi pressés qu’ici de couper les ponts avec leur passé, ni leurs employeurs de couper les ponts avec eux.
            Si les actifs vivent moins bien que nous à leur âge, ce qui reste à démontrer, ce serait d’abord parce que la France ne veut pas reconnaître qu’il faut créer de la richesse plus que la redistribuer, et que les actifs inactifs (actifs au sens économique, mais inactifs de fait) vivent infiniment mieux que ceux d’il y a 30 ou 40 ans, plombant ainsi toute leur génération avec la double peine de la moindre création de richesses et de la redistribution forcée, dans un processus étatique complexe, et d’abord au sein de leur génération, du peu qui est encore créé.

            • IL est quand meme assez clair que la situation des jeunes generations c est degradee.
              « Entre 1980 et 2010, le niveau de vie des jeunes s’est certes amélioré, mais sans commune mesure avec celui des 45-60 ans. « En 1978, les différentes classes d’âge disposaient d’un revenu semblable, alors qu’en 2010, dans la compétition pour l’accès aux biens marchands (immobilier, alimentation, vacances, etc.) la situation des jeunes s’est dégradée, sauf à bénéficier de l’aide de leur parents »
              http://www.observationsociete.fr/ages/jeunes/levolution-du-niveau-de-vie-au-fil-des-generations.html

              si vous me croyez pas faites simplement le calcul suivant. prenez votre premier salaire en sortant de l X et regardez combien de mois il vous fallait pour vous payer un logement (soyez coherent prenez logement a paris si salaire parisien) Faites le meme calcul aujourd hui.

              Et dites vous bien qu un diplomé de l X est deja un cas privilegié. Si vous preniez un bac de 1975 et une license en 2018 vous auriez un ecart encore pire

              • Justement, il me semble bien que si les logements ont autant augmenté, c’est à cause d’une politique publique bien française qui se résume dans la fierté d’édiles que j’ai vus se vanter du nombre de toits plats, donc de logements sociaux dans leur ville. Accessoirement, les comparaisons avec une période où ramener l’inflation à 5% était un objectif quasi-inatteignable sont difficiles, et devraient porter sur le coût salarial pour l’employeur… Oui, j’ai été privilégié, comme mes camarades, parce que nous avons eu des facilités de crédit qui nous ont permis d’acheter des studios, en nous regroupant à plusieurs pour chaque, dès pendant nos études. Le choc pétrolier nous a permis de rembourser en monnaie de singe… Mais le jeune qui n’aurait pas eu cette facilité ou la chance de la voir amplifiée par l’inflation ne s’attendait pas, à l’époque, à être propriétaire de son logement avant que ses enfants ne soient étudiants. La quarantaine, disait-on, c’est la décennie où on achète son logement.
                Enfin, ce que j’en déduis, c’est que la constitution d’un patrimoine était effectivement plus facile qu’aujourd’hui, mais justement, si c’est devenu difficile, c’est d’abord à cause de la charge de la redistribution sur ce qu’on gagne ou plus exactement ce qu’on coûte à son employeur, et celle de la fiscalité sur le patrimoine et sur les méthodes pour le rentabiliser, pas du tout pour payer les retraites des anciens.

              • De plus à l époque nous ne dilapidions pas notre argent pour des Iphone à 1000 euros avec des coûts d abonnements divers élevés (telephone, tv, loisirs chers)

                • Exactement . Même un rsa de nos jours vit mieux qu’un smicard de 1970 . Pour un jeune , maintenant , ne pas avoir d’Iphone ou d e bagnole c être pauvre , un vrai somalien … et ils osent se plaindre … nous on bossait en mobylette … lequel , de nos jours , ferait ce que j’ai eu le courage de faire sans se plaindre ? ( travail de chantier , ensuite livreur de sacs de charbon , puis usine ..) , ils oublient que tous les prix ont bien baissé …même un rsa a une voiture , de nos jours … De plus , pourquoi passent-ils des bacs 5 si c bouché ? Qu’ils passent un bac pro , dans ce cas . Non , il leur faut un emploi bien au chaud , dans un beau bureau chauffé , sur ordi , et pas en dessous de 2000 euros net par mois , évidemment…

          • les retraités qui font des voyages au bout du monde ne sont pas les retraités de ma classe sociale ouvrière . Dans votre milieu peut-être mais pas dans le mien . Ne mettez pas tout le monde dans le même sac !

          • par contre cdg que vos parents retraités vous aident financièrement pour les études ou autres ne semble pas vous gêner…Au nom de la justice sociale avec les jeunes , vous voudriez que vos parents ou grands parents retraités soient vêtus de haillons et tendent la main ? Ce serait vous qui devriez les aider dans ce cas , vous n’y gagneriez rien ! Et s’ils n’ont pas ou moins d’argent , c’est vous aussi qui paierez la maison de retraite plein pot , c ce que vous voulez? Surtout que je suis certain que vous ne cracherez pas sur l’héritage le jour venu et que là vous ne direz plus que c’étaient des nantis devant le notaire …

        • @MichelO

          +1000
          « Responsabilité morale de gratitude »?
          Une idée assez démodé ces temps ci !
          Cette belle expression n’appartient-t-elle pas à un autre temps?
          Un concept en revanche semble bien éternel : celui du bouc-émissaire qu’il faut toujours trouver pour oublier d’assumer les responsabilités que vous avez parfaitement évoquées.

          • Merci, ça me console de mon impression d’être vieux et déphasé.

            • @MichelO

              Être « vieux ou déphasé »n’est pas votre impression,mais celle qu’impose une société dont le concept essentiel se traduit en terme d’efficacité, et d’un engouement pour le culte de la jeunesse en général.
              Pouvoir librement s’émerveiller de notre existence en pensant simplement au caractère improbable de notre naissance, participer le plus possible aux diverses activités dignes d’intérêt et enrichissantes que nous offrent aujourd’hui de nombreux échanges possibles,sont permis toutes catégories d’âge confondues.
              En l’absence de toute volonté ou d’ effort, (des mots que d’aucuns estiment démodés ou incompréhensibles), comment ne pas s’exposer à un éventuel naufrage pouvant survenir à tout âge?
              La notion de jeune et de vieux consiste à comprendre qu’être jeune n’est que la passé composé du vieux,et être vieux n’est à son tour que le futur simple du jeune.
              Cela n’est donc qu’un conjugaison du temps…..sachant que le temps ne fait rien à l’affaire…..(vous connaissez la suite…..)
              Sans oublier l’affirmation de notre regretté et génial Charles Aznavour conscient de son éternelle jeunesse : « Je ne suis pas vieux,je suis âgé,ce n’est pas pareil ! »

              http://www.atlantico.fr/decryptage/mefaits-jeunisme-en-entreprise-rodolphe-delacroix-737113.html

        • Monsieur, je tique sur gratitude. quelle gratitude? de nous avoir laissé une dette abyssale? un Etat qui se fait un plaisir de nous donner l’aumône avec nos propres denier? ou encore pire, la gratitude de n’avoir pas fait assez d’enfant pour porter le coût de votre train de vie? a quoi bon, puisque d’autre paieront a votre place. vous m’écoeurez Monsieur. Vous avez contracté une pyramide de Ponzi et vous envoyez la facture à vos gosses. Votre génération est comme la dernière de Rome, elle riait encore quand les lumière se sont éteintes

          • @Laloc

            Vous ne m’écœurez pas Madame,(ou Mr?),et je comprends très bien votre réaction car je suppose que vous appartenez à une génération qui ignore le sens général, profond et philosophique du mot « GRATITUDE »,puisque des matières nobles comme l’instruction civique ou la philosophie sont devenues ces temps ci bien obsolètes!
            Ce petit préambule étant terminé,sachez Madame, (ou Mr???), que pour notre génération le rire auquel vous faites allusion n’était pas forcément de rigueur!
            Vous semblez oublier que des mots comme « TRAVAIL », »EFFORT », »VOLONTÉ »,avaient tout leur sens ,et il y avait peu de place pour l’assistanat ou la légèreté!
            Débattre par exemple d’une possibilité de salaire minimum universel aurait été particulièrement incongru !!!!
            Mais peut-être allez-vous être surprise en apprenant qu’il existait encore la notion « SACRÉE » des liens familiaux qui allait de soi avec la « GRATITUDE »que vous semblez ignorer ?
            Notre génération n’attend de leçons de morale de personne car nous avons appris très jeunes les bases morales nécessaires pour vivre en société, et geindre en permanence n’a jamais été « notre tasse de thé »!!!
            Vous semblez enfin oublier que notre société n’est heureusement pas totalement égalitaire,ce qui est un autre débat,mais si cela peut vous rassurer le nivellement par le bas des classes moyennes et des retraités
            a commencé depuis quelque temps avec l’instauration de taxes multiples dont les supposées retombées bénéfiques sont loin d’être acquises!
            L’époque présente se distingue par une émergence de l’innovation technologique et n’est donc en rien comparable aux époques antérieures.
            Les secteurs de l’informatique et de l’électronique représentent bien la nouvelle révolution industrielle qu’il est impossible d’ignorer.
            Avant de juger sommairement une génération comme vous le faites,prenez conscience d’un point de vue économique que ce n’est pas en choisissant un bouc émissaire pour vous soulager que vous règlerez vos problèmes de retraite.
            Seuls le travail acharné,la volonté,l’intelligence et la qualification, qui permettent d’accéder aux meilleurs postes,sont vecteurs de réussite.
            il n’y a donc rien de nouveau sous le soleil et notre génération n’a rien inventé dans ce domaine.
            Chacun devant ainsi rester à sa place,n’en déplaise à certains,il serait évidemment irréaliste et hors sujet de jalouser quelque situation que ce soit !!!

            • il s’agit de Monsieur . Me trouvant sur un site libertarien, je me doute bien que vous êtes travailleur et libre. Cependant, c’est bien votre génération qui a fait mai 68. pas la mienne. c’est votre génération qui a voté tous les budgets en déséquilibre depuis les années 70. pas la mienne. c’est votre génération qui a élevé celle de mes parents, et par conséquence la mienne. il est beau et doux de traiter ses enfants et petits enfants de « ptis cons » en oubliant allègrement que vos dettes, et bien c’est eux qui la paient. Vous demandez à ce qu’on travaille plus, mieux, et plus vite. pour que les fruits de notre travail soient transférés…dans vos poches et dans celles de tous les dhimmi de l’Etat-Providence.
              Je ne jalouse pas votre génération. je la plains. vous pleurez sur votre petit sort tout en crachant sur celui de vos enfants et petits enfants. ma génération n’a pas de leçon de travail à recevoir de la votre. Je n’ai pas voté le départ a 60, ni les 40h. ni meme les 35.votre génération l’a fait.
              votre génération n’a connu le chomage de masse que parcequ’elle la créer. Nous le connaissons parceque nous allons le payer.
              gardez bien votre morale pour vous réconforter et vous leurrer. Mais rappelez vous que votre retraite dont vous êtes si fier proviens du travail d’autres. et par ailleurs, me prelever moi, m’empêche de me constituer une retraite bien privée et bien a moi.
              génération de voleur, élevée par des lâches. c’est ce que vous ^êtes. ne vous en déplaise.
              retraite= re-traître.

              • @Laloc

                « me prélever moi,m’empêche de me constituer une retraite privée et bien à moi »?
                Tout dépend du montant de vos revenus mais aussi et surtout de votre train de vie qui ne regardent que vous.
                Les invectives ne sont pas appropriées sur ce site qui est d’un bon niveau, et n’ont jamais fait avancer le schmilblick.
                Les seules retraites par capitalisation qui représentent, à priori, votre unique conception de la solidarité entre les générations, peuvent présenter parfois quelques » légères « déconvenues (C.f. le scandale ENRON).
                Mais ,allez-vous me dire ,il ne s’agit que d’un épiphénomène!
                De grandes crises au 20éme siècle ont ruiné des générations d’épargnants.
                Analysez quelque peu ces faits historiques qui montrent la PRIMAUTÉ des réalités économiques comparés à de simples résultats d’élections qui ne reflètent qu’un ensemble d’opinions.

                https://www.next-finance.net/Enron-ou-l-histoire-d-une-faillite

          • @Laloc

            Relisez l’excellent commentaire de MichelO du 10 Oct 11h 46′,vous comprendrez peut-être mieux la signification du mot « gratitude » qui semble tant vous préoccuper…

            • j’ai très bien lu merci. on dirait que ces retraités d’après guerre n’ont qu’une envie, qu’on souffre autant qu’eux. souffrance? certainement. plan Marshall démesuré, 5% de croissance, et taux de chômage frôlant le zero. ah oui. et pas de dettes. c’est dur. merci d’avoir souffert autant mes chers baby boomers.
              notez cependant que je n’oublie pas que celui qui me prélève c’est bien l’ETAT et non pas le petit grand père de Corrèze. Mais c’est bien ce petit grand père de Corrèze qui vote pour des voleurs qui leur promettent au mieux de ne pas toucher aux retraites, et au pire de les augmenter.

              • @Laloc

                Avant tout ne pas oublier la nécessité de considérer les interrelations générationnelles comme moteur de la croissance pour comprendre l’ origine de notre monde d’aujourd’hui qui n’est en aucune manière apparu comme la génération spontanée mais qui s ‘est construit à longueur d’année depuis la fin de la dernière guerre par le travail des générations qui nous ont précédé et ceux qui naissent actuellement ne peuvent que découvrir la richesse d’un monde en pleine expansion et la valeur de nos institutions qui permettent précisément cette croissance.
                La réflexion évite souvent le manichéisme et les « il n’y a qu’a- faut qu’on » simplistes !

    • Ne voyez-vous pas que le gouvernement cherche à diviser pour mieux régner? Qu’il prépare un conflit de génération? Que l’Etat est le principal responsable des dérives de notre pays, à savoir une classe politique lâche et souvent corrompue? Qui s’est fait élire par des mensonges sur fond de démagogie…
      La politique française est soumise à des pressions internationales depuis 1945, notamment à la volonté hégémonique des Etats-Unis qui est le bras armé du mondialisme politique et qui s’exerce notamment à travers l’UE.
      Alors, les retraités comme les actifs, d’hier et d’aujourd’hui, ont bien peu de pouvoir, la démocratie est un leurre.

    • Pourquoi égoïste ? Elle a posé les bases d’un système qui doit valoir pour tous, pour toutes les générations à venir. Que faîtes-vous, vous pour les générations à venir ?
      PS. Je remarque que le -1 ne fonctionne pas. J’appuie sur -1 et c’est un +1 qui apparaît. Je comprends pourquoi vous parvenez à +8

      • Pourquoi égoïste ?

        Parce qu’elle croit que ce système de retraite immoral fondé sur le pillage du travail des enfants (merci Pétain au passage) est un droit acquis.

  • La « Sécu » est une forme d’asservissement. Ceux qui sont perdant sont les smicards, les pauvres gars qui finissent usés à 65ans sans pouvoir profiter d’une retraite méritée, en ayant eu toute leur vie la moitié de leur salaire amputé pour le bénéfice des autres.
    Les autres, les grands gagnants, sont les ronds de cuirs, gaziers,ratp,,,

    Le tour de passe-passe formidable, c’est de faire passer cette forme d’esclavagisme pour un « modèle social ».

    Une amie va à la CAF pour obtenir des conseils pour améliorer sa petite retraite (environ 500 euros par mois). La fonctionnaire lui explique qu’elle ne peut travailler sans perdre certaines subventions, elle lui conseille de faire du « travail au noir comme tout le monde ».

    Le débat sur les retraites est explosif, il a été repoussé après les élections de Mai prochain.

  • La génération 1968 n’a pas volé ses enfants, elle les a bien au contraire élevés dans le coton, que des droits aucun devoir, enfants gâtés qui s’effarouchent de tout et qui en veulent toujours plus, mal armés pour rivaliser avec le courage de nombre d’immigrés qui se battent pour se faire une place… Le laxisme soixante-huitard n’a pas fini d’affaiblir notre société.

  • J’ai pourtant de plus en plus de mal à associer Macron et langage de vérité.
    En leur demandant de ne plus se plaindre (devant lui), Macron a surtout joué la défausse. Il n’aime pas entendre les doléances, comme tout roitelet qui déteste qu’on lui rappelle que ses promesses n’ont pas été tenues. Il préférerait qu’on le flatte en lui expliquant que tout va bien.
    Son manque de sincérité est patent, puisqu’il manoeuvre aujourd’hui pour enterrer une autre ligne de son programme – le maintien de la retraite à 62 ans – en sortant de son chapeau l' »âge pivot de départ » à 63 ans !
    Macron prend ses concitoyens pour des c.ns. Je comprends, moi, parfaitement les retraités et les proches retraités qui decouvrent au fil de l’eau qu’ils sont les dindons d’une farce qui ne profitera même pas aux actifs, tant la macronie se moque aussi de ceux-ci.

    • « ses promesses n’ont pas été tenues »

      Je n’ai aucune sympathie pour la politique social-démocrate de Macron, mais pour le coup, il est faux de l’accuser de ça.

      Les mesures contre lesquelles les retraités grognent, Macron les avait clairement annoncées durant la campagne. Il fait ce qu’il a dit.

      • Alors vous devriez relire son programme, celui qui a été distribué à « toutes et tous ».
        Les retraités y ont lu ceci : « nous ne toucherons pas à l’âge de départ à la retraite, ni au niveau des pensions ».
        Il avait par ailleurs affirmé : « je ne ferai pas d’économie sur le dos de ceux qui seront à la retraite ; je maintiendrai le niveau de vie des retraités »…

        •  » je maintiendrai le niveau de vie des retraités ». Cette phrase me fait sourire. C’est moi (ainsi que des millions d’actifs) qui maintient le niveau de vie des retraités. Je sais que les retraités n’aiment pas entendre ça, mais nous payons pour vous, et vous avez payez pour la génération d’avant. On attend juste un peu de reconnaissance, et pas que ce soit traité comme un dû. Et de même, lorsque vous étiez actifs, vous pouviez réclamer honnêtement de la reconnaissance à la génération retraitée que vous entreteniez.

          • mais tellement vrai! les retraités et l’Etat se comportent comme des parents alcooliques . ils envoient leurs gamins au charbon et prennent le salaire pour aller boire, et ensuite les battre comme platre. pas merci jacquie et michel!

      • @ Raphaël
        Oui, rendons à César …!
        C’est quand même bien Fr.Mitterrand qui a décrété la semaine des 35 heures et la pension à 60 ans!
        Dans mon pays qui n’est pas du tout le moins riche du monde, on parle de pensionner à 67 ans plutôt qu’à 65 et la semaine fait encore officiellement 40 heures de travail! Peu de pays ont suivi le gugusse à la rose!

        • Non, sous Mitterrand on est passé à 39 h et c’est avec Chirac sous la pression de la Gauche (Aubry en tête) qu’on est passé à 35 h.
          Si mes souvenirs sont bons…

          • Je ne crois pas. Mais inverser la tendance, ce n’était pas la tasse de thé de Chirac.
            Il le préférait en sachets, de chez Audiard de préférence…

      • 120000 ponctionnaires en moins, on les attend.

      • Les avait clairement annoncées?
        https://youtu.be/8jeJfrl2jpA

      • Macron les avait clairement annoncées durant la campagne.

        Toutafé. C’était écrit dans son programme : il allait faire payer les retraités « aisés ». Si les retraités sont assez cons pour voter pour ça, vais pas les plaindre.

  • On a le droit d’apprecier le Président actuel. Cela n’autorise pas à insulter sans argument véritable une génération qui n’a pas eu la possibilité de peser sur les voyous qui ont pris le Pouvoir et l’ont exercé pendant 45 ans.
    Les retraites, ce n’est pas une génération d’ignorants, de rentiers râleurs ou de courtisans, comme l’écrit de façon péremptoire l’auteur de l’article.
    Ce sont des gens qui ont conduit leur vie en travaillant, malgré des decisions gouvernementales aberrantes ou en l’absence de décisions pertinentes, telles que celles prises par des pays voisins il y a un quinzaine d’années.
    Ce n’est pas une génération qui a voté de façon debile pour des gens qui lui promettaient monts et merveilles ; mais une génération dont le vote (notamment sur l’Europe) a été détourné.
    Bref, tout le monde n’est pas courtisan et prêt à flatter le Pouvoir en place, comme le fait l’auteur lui-même.
    Mais il est tellement facile de stigmatiser une population de gens âgés plutôt que de prendre des décisions libérales efficaces, comme la baisse drastique des dépenses publiques !
    On a les idoles qu’on peut. Le veau d’or a bien été adoré ; et je vois que le locataire actuel de l’Elysee l’est aussi.
    Il y a des esprits faibles dans ce pays ; il suffit de découvrir où ils se trouvent.

    • « sans argument véritable »

      Vous êtes visiblement passé à côté de l’argument qui figure pourtant bien dans l’article : on ne peut pas chérir un modèle social sans en supporter les coûts.

      On ne peut pas chérir le modèle-social-français-que-le-monde-entier-nous-envie sans s’intéresser à son financement. Le système de retraite par répartition n’est pas viable. Baisser les pensions ET repousser l’âge de la retraite sont deux décisions inévitables. Inévitables. Ce n’est pas le souhait d’un Macron ou d’un autre. Il n’y aura pas d’autres solutions, tant que l’on voudra défendre bec et ongle ce système par répartition.

      Et, petit info pour vous, le système de retraite n’est pas financé par le budget de l’Etat. Baisser les dépenses publiques, mesure certes indispensable, n’aura pas d’effet sur le montant des pensions.

      • Je plussoie mille fois, on ne peut chérir un modèle social sans en supporter les coûts. Mais a-t-on le droit, en France, de ne pas chérir le modèle social français ? On ne nous en présente aucun autre comme possible, on nous répète qu’il est le meilleur du monde, qu’il prend merveilleusement en charge les plus défavorisés (lesquels sont comme par hasard une durable majorité de l’électorat), etc.
        Donc baisser les pensions, assouplir vers le haut l’âge de la retraite, ET mettre en place d’urgence des alternatives et compléments à la retraite par répartition étatique, oui.

        • @ MichelO
          C’est évident! Comme il est clair que le « modèle social que le monde vous envie » est une « légende urbaine » franco-française et à usage interne!
          Il est vrai que le « système social » s’est bien répandu en Europe et on tente de ne pas laisser les citoyens crever de froid ou de faim! Ça fait partie de notre ADN! Mais la démographie a assez montré, depuis des lustres, que le système ne suffirait pas pour les retraites ni pour la santé. Il fallait donc trouver « des complémentaires »! Vous en avez pour la santé, maintenant obligatoires, pourquoi pas pour la retraite mais librement consenties et fiscalement encouragées?

      • « Et, petit info pour vous, le système de retraite n’est pas financé par le budget de l’Etat. »
        Rien que pour les régimes spéciaux, ça en fait un sacré matelas de fric issu directement de notre poche à tous.

    • Bonjour,

      Pouvez-vous m’expliquer de quelle manière les retraités n’ont pas pu peser sur les « voyous qui ont pris le Pouvoir et l’ont exercé pendant 45 ans » ? Le droit de vote serait-il retiré une fois à le retraite (je précise, c’est du second degré 🙂 )

      Et je rejoins Raphaël, le modèle social de la France est un choix de vie impliquant un certain coût. Ce choix a été fait au travers des différentes élections, en mettant à la tête du pays des personnes comme M. Mitterrand.

      • Et comment préconisez-vous qu’il aurait fallu utiliser le droit de vote pour ne pas se retrouver avec un voyou au pouvoir ?

        • J’ai constamment voté contre l’élection de voyous, connus ou dissimulés. Peine perdue. Car, comme disait le regretté Georges Frèche, « Mon électorat est composé à 90 % de débiles profonds. Donc je leur parle à leur niveau ».

    • une génération qui n’a pas eu la possibilité de peser sur les voyous

      Cette génération n’a jamais été mettre un bulletin dans l’urne. il n’y a jamais eu de président socialiste. Tout ceci est une illusion entretenue par les Elohim et les Illuminati.

      Quand on vote pour des traitres, des renégats et des salauds, on est complice.

      • Vous êtes sur un site libéral. Bien peu de libéraux sont allés voter pour les présidents socialistes et ceux qui l’ont fait s’en repentent sans doute amèrement, ils sont pour la plupart des individus respectables, ne leur faites pas l’injure de les confondre maintenant dans le magma d’une génération Mitterrand.

  • Une bonne partie des retraités rentiers grognons ne pas devenus propriétaires grâce à des aides mais avec leur argent. L’état n’a pas fait son travail lorsqu’il y avait le plein emploi et créé des usines à gaz d’aides diverses ou niches fiscales… Alors oui il y des retraités qui ne sont pas à plaindre et très certainement qu’une majorité dans la rue fait parti de cette catégorie. Mais il y a ceux qui ne demandent rien et subissent pourtant. L’augmentation de la csg n’était absolument pas nécessaire, et il serait plus important de faire une politique de réduction des dépenses qu’une augmentation des recettes… Macron parle cash pour se donner un style et l’auteur semble totalement tombé dans le panneau comme tant d’autres. Macron ne fait que la continuité des politiques faites depuis 40 ans rien de plus… Mais il est dur de voter pour ceux qui parlent vrai ou blanc au pire… (je ne suis pas retraité et je devrai travailler jusqu’à 65 mini pour avoir mon taux plein et ça ne me dérange pas plus que ça)

    • « L’augmentation de la csg n’était absolument pas nécessaire, et il serait plus important de faire une politique de réduction des dépenses qu’une augmentation des recettes. »

      Le système de retraite n’est pas financé par le budget de l’Etat. Baisser les dépenses publiques, mesure certes indispensable, n’aura pas d’effet sur le financement du système par répartition et donc sur le montant des pensions.

      • claude henry de chasne
        10 octobre 2018 at 12 h 42 min

        et pour les fonctionnaires? leurs cotisations ne couvrent que 1/3 de leur pensions

        • Et ?
          Réduire le nombre de fonctionnaires aura un effet immédiat sur la réduction du déficit du budget de l’Etat mais AUCUN effet immédiat sur le financement des retraites.

          • claude henry de chasne
            10 octobre 2018 at 17 h 43 min

            et les retraites des fonctionnaires elles sont payées par qui?
            D’une manière générale si l’etat depense moins il prendra moins , et ceci concernera tout le monde

            • Les retraites des fonctionnaires ACTUELS sont payés par les actifs ACTUELS. Réduire le nombre de fonctionnaires est indispensable pour équilibrer les comptes de l’Etat. Et l’effet sera immédiat. Mais l’effet sur les comptes sociaux sera quasi nulle à court ou moyen terme. Les retraités fonctionnaires actuels ne vont pas disparaitre aussi vite. Et il faudra bien continuer à les payer…

              Vous pourriez me dire : qu’il y aura davantage d’actifs du privé et moins d’actifs du publics et comme les charges sociales du privé sont plus élevées cela financera davantage les caisses de retraite. Mais ce n’est qu’un jeu de bonneteau fiscal ça : un financement par des cotisations sociales se substitue à un financement par l’impôt…

              Au final, une seule chose compte : le nombre d’actifs pour payer le nombre de retraités. On peut prendre le problème par tous les bouts on en reviendra toujours au même souci : il n’y aura pas suffisamment de forces vives pour payer durablement les retraites aux mêmes conditions.

              • claude henry de chasne
                11 octobre 2018 at 7 h 03 min

                il faudra donc bien revoir les avantages des retraites du public, voire les statuts des fonctionnaires non regaliens

                • Le problème, c’est que nos polytocards n’ont pas les burnes nécessaires.
                  Ils tapent donc courageusement dans le tas.

    • maniaco

      Les retraites avaient un taux de CSG inferieur aux actifs. Pourtant c est eux qui consomment le plus de soins medicaux et qui ont creusé les deficits depuis 40 ans (dernier budget a l equilivre c etait sous Giscard !)

      On aurait pu en effet decider de mettre tous le monde au taux de CSG des retraités. Mais là il y aurait fallu faire des economies sur la securite sociale telles que nos retraités auraient hurlé car ils auraient du payer au prix fort leurs soins mediaux (car une prothese de hanche ca coute tres tres cher)

      • Vous gobez tout ce qu’on vous dit. Moi j’ai un doute sur le montant des dépenses des vieux. Parlons aussi des enfants qui ne cotisent pas et dépensent beaucoup, des handicapés, des drogués, etc. Les Vieux, une catégorie stigmatisée… Stigmatisation qui est bien le reflet des mentalités actuelles.

        • Vous savez combien coute un jour dans un hopital ? une operation chirurgicale ? une prothese ou un pacemaker ?

          Comment pouvez vous comparer avec un enfant qui a attrapé un rhume ou meme la rougeole (un antibiotique ca coute quelques euros)

          Je vis dans un pays ou la securite sociale est privee et je peux vous guarantir que plus vous etes vieux plus vous payez … tout a fait logique vu que le risque est plus elevé

          • claude henry de chasne
            10 octobre 2018 at 17 h 44 min

            mais on paye , des mutuelles plein pot

          • Allez dans les hôpitaux vous y verrez plus de jeunes que de vieux, les vieux restent chez eux. Je parle des enfants car il y a des pédiatres dont les cabinets sont pleins, des services pédiatriques dans les hôpitaux, des femmes qui accouchent, des enfants en couveuses, etc; Et vous n’avez pas vu les enfants handicapés dans les institutions (renseignez-vous sur les prix de journée) etc. Ce que je veux dire c’est qu’au début de sa vie la personne humaine est fragile (comme à la fin du reste) et que durant l’enfance elle ne cotise pas à la Sécu. Et les parents trouvent normal que la collectivité prennent en charge la santé de leurs enfants sans rien débourser pour eux. C’est une anomalie.

          • Vous vivez en Suisse. La sécurité sociale est réglée par l’état. La prime est identique pour tous dès 18 ans.
            Pas exactement privée.

          • Il ne faut pas sortir de l’Ena pour comprendre qu’un jeune a évidemment une meilleure santé qu’un vieux . Vous dites des évidences . Je n’ai jamais vu un jeune de 30 ans avec l’Alzheimer , par ex . Cependant , si vous êtes cohérents avec vos propos , vous RENONCEREZ aux soins lorsque – car vous aussi vous vieillissez – vous serez âgé . Vous renoncerez au pacemaker , au traitement du cancer , etc etc , n’est ce pas ? Ou alors vous êtes alchimiste et avez trouvé l’élixir de longue vie , comme Nicolas Flamel et aurez toujours 30 ans ? Ou encore , vous avez décidé de vous suicider quand vous serez vieux et malade , par solidarité avec les jeunes générations de ce futur et ne pas les endetter ? Dans ce cas votre altruisme vous honore !!! Au fait , j’espère pour vous que vous êtes très très riche , car rien qu’une perfusion de chimio c 12 000 euros , et il n’en faut pas qu’une , loin de là . Et vos parents ou grands parents , s’ils sont retraités , ils les ont ? Donc vous souhaitez qu’ils ne se soignent pas et meurent . Quel amour filial !!! et même vous , Qui vous dit que vous n’aurez jamais un cancer ? Vous les avez sur votre compte , les 12000 euros par perf ?

        • De mémoire, 80% des dépenses de la santé au cours de la vie ont lieu au cours des 6 derniers mois de vie, en moyenne…

          • Une bonne raison d’euthanasier tout ça… C’est pas pour rien que la légalisation de l’euthanasie, mort dans la dignité etc sont appréciées par l’État. Si les contributions étaient liées au risque santé, beaucoup de choses changeraient.

  • On devrait confisquer la retraite de ceux qui ont voté Mitterrand, tout est de leur faute.

  • Ridicule , que dire d’autre,on prend vraiment les retraites pour de andouilles en les culpabilisant jour après jour simplement pour récupérer leur pouvoir d’achat et le redistribuer aux gentils salariés..parceque l’état leurs préleve .trop d’argent.le retraité est un actif qu’on a mis au ban de la société ,mieux on l’a mis a la décharge , il ne rapporte plus a l’état…avant qu l’état s’en mêle , chacun se faisait sa retraite , il ne faudrait pas l’oublier…..ouais , ils ont raison de se plaindre leur sort n’est plus de leur responsabilité ,ils sont sans défense et a la merci de l’état et personne pour les défendre !

    • Oui et on perçoit dans la mentalité de certains jeunes actifs de la cupidité et une pointe de sadisme. Ils voudraient prendre à leurs aînés ce qu’ils ont gagné et ils le justifient par toutes sortes de raisonnements de mauvaise foi car ils ne savent pas se projeter dans l’avenir, ils n’ont pas compris qu’un jour eux-mêmes seront vieux (s’ils ne sont pas morts avant).

  • Article qui ne résout rien et prend la défense d’un illusionniste : Mr Macron.
    Les soit disantes réformes faites n’en sont pas (ex : la « réforme » de la SNCF qui ne fait qu’accentuer la dette et ne change rien aux conditions très avantageuses des salariés !) et les français n’ayant pas besoin de leur retraite pour vivre (les « gros riches ») ne peuvent que soutenir Macron et ce qui est écrit dans cette article puisqu’ils s’enrichissent davantage depuis l’élection d’un illusionniste !

  • « Dès lors que la solidarité est obligatoire, elle n’a plus de valeur morale. Et pour ce qui est des retraites, elle ne désigne en fait que le vol d’une génération par une autre »
    Pascal Salin.

    • Laquelle vole l’autre ?

      • Ca dépend si on considère ou pas que la propriété c’est le vol. En tout cas, l’échange qui devrait se faire entre le patrimoine de la génération ancienne et les services apportés par la nouvelle a besoin d’une sérieuse réactivation, il est outrageusement faussé par la conception étatique que tout lui appartiendrait et ne serait que temporairement concédé aux uns ou aux autres.

      • @Hélèbore
        Ma génération vole celle de nos enfants.
        Celle de nos parent a déjà volé la notre.
        Je n’en veux pas à la génération précédente, mais on ne peut continuer pour nos enfants.
        L’article donne des bonnes pistes pour en sortir.
        Vous pouvez lire Pascal Salin également.

        • Personne ne répond à ma question : qu’est devenu l’argent cotisé pendant 50 ans, quand on sait qu’il y a eu des surplus ? Un comble que l’on ne puisse répondre à cette question.

          • Sur quelle planète vivez-vous ? Les comptes sociaux sont structurellement déficitaires. Cela fait près de 20 ans que les dépenses sociales excèdent les recettes. Année après année, ces déficits viennent gonfler la dette sociale. Il y a 20 ans, la dette sociale s’élevait à 30 Mds. C’est 150 Mds aujourd’hui ! Où sont les surplus ? Dans vos rêves sans doute…

            • Je parle des caisses de retraite complémentaire et supplémentaire.

            • claude henry de chasne
              10 octobre 2018 at 12 h 46 min

              ben depuis qu’on se sers des caisses de retraites pour lutter contre la pauvreté .. savez vous que la difference de retraite entre un smicard ayant cotisé 44 ans et une personne n’ayant jamais cotisé touchant le minima social?

              220 euro

              • Et ?
                C’est le principe même de notre modèle social.

                • claude henry de chasne
                  10 octobre 2018 at 17 h 47 min

                  et c’est injuste , point.
                  c’est ce systeme social là que j’ai des difficultés a admettre dans sa globalité, il y a des choses bien mais beaucoup de conneries

                  • Eh oui, le système est profondément injuste. Et il n’est pas viable.
                    Et pourtant quasiment tous les Français soutiennent et sont fiers de leur « modèle social »…

                    • Il n’est pas injuste, il est répugnant.

                    • claude henry de chasne
                      11 octobre 2018 at 7 h 06 min

                      pour le savoir il faudrait les consulter, il se pourrait bien qu’on ait des surprises..
                      affirmer que les français veulent ceci ou cela c’est aller un peu vite n besogne

                    • Sauf que si vous leur détaillez clairement et avec un vocabulaire neutre les principaux traits de ce modèle social, et que vous leur demandez leur avis précis sur chacun de ces points, vous avez des surprises. Ca n’est pas d’aujourd’hui qu’on roule les pilules amères dans suffisamment de sucre pour qu’elles aient bon goût et que les malades y développent une addiction.

                    • Pas vous, pas moi, et pas la plupart des intervenants ici.
                      Maintenant, avec le rabâchage dans les masses-médias (masse=marteau), cela peut bien en donner l’impression.

                • C’est à changer, c’est écart très faible est simplement indécent.

                • tiens , et là , ça vous parait normal par contre ?

            • ça ne vous vient pas à l’esprit que c peut-être parce que ces cotisations ont été affectés sur des postes complètement non prévus pour ça ? Ces déficits , c aussi votre rsa et chômage .C’est votre génération , la fautive . Vous laissez faire !

          • Moi je réponds seulement la question que vous m’avez posé, faut pas mengueuler ?

          • Il a servi payer les retraites cet argent.
            L assurance retraite à la Française est système de Ponzi, comme celui de Madoff, c est exactement pareil à grande échelle.

            Je comprends les vieux, si j’avais une assurance qu on ne peut résilier, dont les termes peuvent changer tout les ans et qui ne tient pas ses promesses une fois que le risque ( la retraite, on assure un risque ) arrive je serai fâché.
            C est normal que l assurance retraite de l état soit obligatoire, dans le cas contraire personne ne la prendrait.

            • « C est normal que l assurance retraite de l état soit obligatoire, dans le cas contraire personne ne la prendrait. »

              Je ne trouve pas ça normal. Si personne ne la prendrait volontairement, c’est donc la preuve que c’est un mauvais système.
              Si un produit ne se vend pas, c’est que c’est un mauvais produit. La solution ne consiste pas à obliger les consommateurs à acheter ce mauvais produit. La solution c’est de laisser la destruction créatrice remplacer le produit…

              • Vous n’avez pas compris le système d’ici. Ici c’est l’état qui fixe les prix et force les ventes. Ici, un produit qui ne plait pas se vend quand même si l’état en a décidé ainsi. Et l’acheteur après avoir payé remercie l’état d’obtenir le produit! Lisez Marx, tout est expliqué.

              • C était ironique.

        • faites pas d’enfants ça vous enlève un poids sur la conscience..

  • Si l’état baissait son train de vie il ne serait pas nécessaire d’augmenter la c.s.g……

    • Le système de retraite n’est pas financé par le budget de l’Etat. Baisser les dépenses publiques, mesure certes indispensable, n’aura pas d’effet sur le financement du système par répartition et donc sur le montant des pensions.

      Je constate que, même parmi les commentateurs de Contrepoints, beaucoup sont dans le déni et s’illusionnent que baisser le train de vie de l’Etat suffirait pour sauver le système de retraite par répartition qu’ils chérissent. Eh bien non.

      • Salaire réel et on se débrouille, passage à la capitalisation et puis voila. On peut assurer une transition avec une taxe pour assurer de beaux jours à nos vieux, mais il faut faire vite.
        C est simpliste je sais.

        • Non, ce n’est pas simpliste, c’est bien ce qu’il faudrait faire.
          Mais ce ne sera jamais fait, car les Français chérissent leur modèle social-que-le-monde-entier-nous-envie. Et après chialent quand ils constatent que le niveau de pension baisse ou que l’âge de départ à la retraire est repoussé…

          • On pourrait commencer par retirer tout avantage fiscal et toute subvention publique aux médias et aux corps intermédiaires. Ca ne coûterait rien, et ça ne pourrait pas faire de mal pour le reste.

          • Les français chérissent la DDH de 1789 de inspiration libéral ( il faut lire son préambule ) et ils construisent une société collectiviste conforme à la DDHC d inspiration marxiste. On applique celle de 48. Chacun réclame son petit dû, son petit privilèges, son petit droit à emmerder l’autre, à faire valoir sa petite personne et ses intérêts au travers de la loi.
            On se vole tous les un les autres. Qui organise cela ?

      • @ Raphaël
        Je ne mets pas en cause votre constatation exacte, mais croire que la sécurité sociale ne représente pas aussi un monument administratif coûteux serait naïf, et, de plus, c’est une sorte d’état dans l’état de non élus!

      • Les retraites des fonctionnaires font partie du budget de l’Etat.
        Les autres retraites font partie des dépenses publiques au sens large, celles dont le déficit doit être limité à 3% etc.

        • Non désolé, les comptes sociaux n’apparaissent pas dans le budget de l’Etat.

          • Pour être clair, le financement des prestations sociales n’est pas assuré par le budget voté lors de la loi de finance annuelle.
            Quand on parle généralement de résorber les déficits budgétaires en réduisant la dépense publique, ça ne tient même pas compte de la situation des comptes sociaux, en grand déséquilibre.

            Pour rappel, notre beau modèle social est essentiellement financé :
            – par des cotisations sur le travail (et une part de CSG), c’est-à-dire que ce sont les actifs actuels qui paient la pension des retraités actuels
            – et par de la dette sociale, c’est-à-dire que ce sont les enfants des actifs actuels qui supporteront cette part du financement des retraités actuels.

            Le système étant structurellement déficitaire, cela signifie qu’il n’est pas financièrement viable.

          • Raphael, verifiez votre information.
            La « dépense publique » ne se limite pas aux dépenses de l’Etat. Elle recouvre l’ensemble des dépenses de l’Eta + collectivités locales + Sécurité sociale + retraites complementaires AGIRC/ARRCO (cf http://www.financespubliques.fr/glossaire/terme/agirc_arrco/).
            Donc les pensions de retraite sont bien des depenses publiques (y compris les complementaires). Il n’y a que les retraites supplémentaires et Les assurances vie qui ne remtrent pas dans cette categorie.

            • Reprenez le début de ce fil de réponses. Je répondais à quelqu’un qui disait que pour résoudre le problème il fallait « baisser le train de vie de l’Etat ». Le train de vie de l’Etat correspond au budget de l’Etat. Les comptes sociaux sont distincts de ceux-ci. Ce n’est pas en réduisant le déficit budgétaire que vous améliorez les comptes sociaux.

              Allez vérifier ces définitions pour vous en convaincre : « déficit budgétaire », « déficit des comptes sociaux », « déficit public »

      • claude henry de chasne
        10 octobre 2018 at 12 h 47 min

        oui si les caisses agirc et aarco n’étaient pas obligées d’abonder les déficits de la retraite d’etat

  • un retraité qui touche 800 euros par mois à quand même le droit de se plaindre ; comment vivre décemment avec une somme aussi ridicule quand on connait le coup de la vie ? macron et cie ne savent même pas le prix d’un kilo de patate …..

    • Il y a certes de retraites qui vivent chichement mais ils sont quand meme tres peu nombreux : il y a nettement plus d enfants vivant dans la pauvrete que de vieux .

      J ai dans ma famille un retraité qui a meme pas 500 € de pension. Comme c est quelqu un plein d humour, il nous fait de temps en temps le cout du retraité misereux, ce qui nous fait tous rire car ces 500 € c est son budget PMU.
      La personne avait un grand sens des affaires et gagne en restant chez lui grace a ses divers placements plus que moi en travaillant tout en ayant aucun frais

      • Et ça ne vous donne pas envie de l’imiter pour vous trouver à votre tour à son âge dans la même situation ?

      • Ce vieux, avec 500 euros a-t-il vraiment travaillé ? Dîtes-nous tout !

        • @MichelO

          J ai pas a me plaindre de ma situation personnelle mais j atteindrai jamais son niveau financier car prosperer dans un pays qui fait +5% par an est plus facile que quand le pays fait +1. Sans compter la part de chance (pour vendre son affaire a un pigeon qui croyait que les JO allait faire couler de l or partout, il faut qu il y ait des JO)

          @Helebore
          Oui, il a travaille et beaucoup. Si vous ne faites rien meme en Periode de prosperite, vous n allez pas aller tres loin

    • Parmi les retraités qui ont « travaillé » toute leur vie et touchent ces pensions trop faibles… il y a beaucoup de conjoints collaborateurs ( femmes d’artisan ou d’agriculteurs) … le systeme pourtant généreux calcule en fonction de droits acquis par des cotisations… pas de pension = pas de cotisation…

    • @véra

      « le droit de se plaindre »

      Visiblement, le droit de se plaindre a confirmé son exemplaire efficacité sur les dernières décennies…

      A un moment, pour réparer, pour rattraper toutes ces années d’errance à se plaindre de manière stérile, il faudra que quelqu’un paye. D’ailleurs, c’est déjà le cas malgré le quantity easing et l’endettement. Par exemple, si soudainement il était décidé d’adopter un fonctionnement libéral dans ce pays, il faudrait en supporter le coût pour le mettre en place. A savoir rembourser/effacer toutes les aberrations passées. Et ce ne sont pas les « responsables mais pas coupables » qui paieront. Mais de véritables personnes ayant une définition correcte de la responsabilité. Il y aura alors une véritable légitimité à se plaindre.

      Donc se plaindre pour réclamer plus d’état ou plus d’argent par l’état, bof.
      Se plaindre que le système socialiste actuel n’est pas à la hauteur et qu’il faudrait trouver un autre fonctionnement, oui.

  • Je ne me suis pas permis d’aller jusqu’au bout de votre commentaire singulier. Mais avant de prendre votre retraite d’autres ont profité de votre activité. Je ne vous connais pas et rien ne dit que vous êtes vraiment retraité. Je ne pense pas que le général en traitant les français de veaux avait les mêmes pensés que vous. Moi je peux penser qu’il voulait dire que  » c’est seulement devant l’abattoir, donc acculé que le francais se révolte ». Et nous n’en sommes pas loin. Trouvez vous normal qu’une infime partie de la population détient près de 80% de la richesse ? Richesse qui continue à s’accroître à la sueur des travailleurs. Regardez au tour de vous, ouvrez les yeux. Retraité peut-être, mais alors grand privilégier .

    • claude henry de chasne
      10 octobre 2018 at 12 h 49 min

      si la richesse ne se créait que par la sueur des travailleurs … il n’y aurait pas de tiers monde

      • Pouvez vous s’il vous plait développer? L’argument m intéresse, je ne suis pas certain de l’avoir correctement compris.

        • claude henry de chasne
          10 octobre 2018 at 17 h 06 min

          un poste de travail se définit avec 3 critères
          un capital (machines bureaux pub etc)
          Un savoir faire (compétence ,motivation)
          Un environnement , et des clients
          si l’environnement est favorable , on trouve un capital,
          si on trouve un capital et une compétence on fabrique un produit
          si on a des clients,
          Avec ces revenus on paye le capital , les salaires et l’etat ( en général), la recherche et les futurs investissements
          Voila comment çà marche
          si le produit élaboré nécessite 80% de compétences et 20% de capital, aucun probleme , nulle part sur la planete, tout le monde bosse ( un ordi une chaise un cagibi)

          si le produit nécessite 80% de capital , et 20% de savoir faire alors ce produit sera élaboré dans les pays a bas coût et importé , car trop cher a fabriquer en france, (une fois qu’on a payé les salaires et l’etat , on ne peut pas payer l’investissement)
          sans baisser les revenus de l’etat et la protection sociale pas d’évolution de l’emploi ,autre qu’artificielle, et pesant sur la dette

        • Oui merci je sais comme ça fonctionne.
          Les produits sont créés à la sueur des patrons mais aussi des travailleurs et les apporteurs de capitaux ( qui prennent des risques, parfois ils perdent ) et ç’est aussi c est du travail. Mon bémol : La richesse est crée au moment de l’échange pas avant.
          Mais c est le lien avec le tiers monde qui pour moi n existe presqu’en plus ( ce sont nos concurrents ) que je comprenais pas. Je crois que nous sommes d’accord.

          • ce sont nos concurrents nos et partenaires.

          • claude henry de chasne
            11 octobre 2018 at 7 h 16 min

            oui , en effet ce sont nos concurrents, et pour longtemps si on considère les différences de salaires et d’avantages sociaux ..
            Mais ce ne sont pas les seuls , en europe nous avons également des concurrents,issus eux , d’une difference de niveau fiscal et de prelevement obligatoires..
            ce qui rend la depense publique et la protection sociale directement responsable de notre taux de chomage , et par extension des problèmes de caisse de retraite qui manquent de cotisants..
            voila le lien sui semble manquer a certains intervenants

  • Les retraites, dont ‘bénéficient’ les retraités actuels, éminemment favorisés selon l’auteur, a été institué selon un système (la répartition) sciemment vicié dès le départ, puisque reposant sur un modèle instable : « les actifs s[er]ont [toujours] plus nombreux que les inactifs (retraités) ». Cette pyramide de Ponzi s’effondre peu à peu, aggravée en outre par l’existence d’une injustice criante : à peu près un quart des retraités (les fonctionnaires) en sont exclus (pensionnés qu’ils sont par l’état, c’est-à-dire par les con-tribuables, dont les autres retraités).
    Ce choix initial (politique) de la répartition n’a pas non plus incité à « économiser pour ses vieux jours »… grande est la responsabilité de ceux qui ont inventé la retraite par répartition, plus grande encore ceux qui ont institué les « pensions de retraite » pour les fonctionnaires, créant une inégalité qui nous retombe sur la tête…

    • Ponzi en 1920, Stavisky en 1934, tous précédaient la mise en place du système de retraite français en 1946, basé sur le même principe; avec un avantage :
      les participants ne peuvent réclamer leur dû que plusieurs décennies plus tard, laissant le temps aux organisateurs de l’escroquerie de se mettre à l’abris.
      C’est donc en connaissance de cause que l’état a abusé des français…

      • Ce ne sont que les éternelles promesses de la Lune par la gauche française!

        • @ Virgile
          Non, pas du tout! C’est un système qui se retrouve un peu partout et n’est qu’un pari sur l’avenir! L’argent que vous déposez à la banque va sans doute doucement dévaluer! Pas pour la banque qui l’a prêté, elle, +/- 8X, en touchant évidemment les intérêts de ces emprunts. Ce système n’est donc pas moins malhonnête mais aussi légal!

          • Si c’était un investissement ( un pari sur l’avenir donc ) je n investirai jamais une boite gèrée par les syndicats et l État.

            • Ce n est pas un investissement. Les cotisations des actifs servent à payer les retraites.
              C est un pari sur la génération à venir, un pari obligatoire de plus.

              • Ca peut être vu comme un investissement obligatoire. Le rendement est l’évolution de PIB x (taux de prélèvement des cotisation retraites). Si le PIB augmente pas de problème, sinon c’est le taux de prélèvement qu’il faut augmenter. L’état fait tout pour que ce produit augmente. Bien évidemment comme toujours, quand il y a un bonne croissance, on ne diminue pas les prélèvements, et on augmente quand ça va mal. Si le PIB décroit ou que l’on rentre dans la partie négative de la courbe de Laffer, ce sera la catastrophe.

                • Yep! C’est un investissement que vous ne fêriez tout de même pas si vous aviez le choix. J’appelle ça une très mauvaise affaire au mieux, un arnaque si je considère que c est un système de Ponzi, ce qui semble bien être le cas.

                  • claude henry de chasne
                    11 octobre 2018 at 7 h 22 min

                    en effet , mais ce n’est pas le seul systeme de Ponzi identifiable..
                    la sécurité sociale dont les remboursements diminuent au fil de la généralisation, alors qu’on devrait accumuler un « capital santé »
                    Et en général les taxes traitant d’un futur  » envisageable » mais pas certain , comme toutes les taxes « écologiques » qui finissent dans le tonneau des danaïdes

      • La plupart de ceux qui avaient eu recours à la capitalisation se sont retrouvés ruinés en 45. Il n’était pas illogique de les prendre en charge alors par la répartition, et ça n’est pas tant l’état qui a abusé les Français que les collectivistes qui ont clamé que la répartition ne devait pas être un artifice temporaire, mais une protection permanente contre le grand capital et ses maux.

        • Je suis d’accord qu’il ne faut pas charger Vichy pour la répartition, car il n’était sans doute pas possible de faire autrement à ce moment. Le problème est que rien n’a était fait ensuite pour rembourser cette « dette générationnelle » après, au contraire elle a été creusée encore plus.

          • claude henry de chasne
            11 octobre 2018 at 7 h 33 min

            A la libération la france avait perdu la guerre , ben oui..
            Le Le CNR (comité national de la resistance)charge un Comité général d’étude de prendre la suite du Comité d’experts créé par Jean Moulin et de préparer une plate-forme politique pour la France d’après la Libération.
            des pans entiers de la gestion publique ont été confiés aux communistes.
            « plan complet de sécurité sociale » c’est-à-dire une Sécurité sociale pour tous prévoyant remboursements des frais médicaux et indemnités de chômage ;
            retraites étendues à toutes les catégories de salariés (les commerçants en resteront exclus) ;
            « retour à la nation » des grandes entreprises exploitées par l’occupant, en particulier Renault, la SNCF, Air France, de grandes banques, sans pour autant rompre avec le capitalisme (compromis majeur avec le programme du PCF qui cédait ainsi, au moins provisoirement, sur un principe) ;
            subvention d’un programme culturel ;
            indépendance de la presse des capitaux des grandes industries ;

            Voila d’ou est venu le « mur de berlin » a la française.. qui meme après la chute du communisme , protège et nourrit l’administration française..
            Il faudra bien que ce mur tombe un jour , et je crains que la france soit inscrite dans un trend a la grecque et doivent un jour voir son « Systeme social que tout le monde nous envie » imploser comme l’ex urss

    • @ JPC1941
      Le taux français de natalité par femme est de 1,8, me semble-t-il: c’est donc insuffisant pour renouveler la génération parentale, homme + femme!
      D’autre part, les états n’inventent rien! Bien avant 1947, il existait déjà des systèmes de solidarité ouvrière ou bourgeoise qu’on connait encore dans les coopératives de toute sorte!
      Tout humain a 2 faces: une est individualiste, l’autre est grégaire pour ne pas dire sociale! Sans cela, aucun échange, mariage, naissance, entreprise, commerce etc…
      La pension des fonctionnaire sans caisse de pension est évidemment risquée pour le payeur!

      • claude henry de chasne
        10 octobre 2018 at 17 h 55 min

        compte tenu des progres technologiques , la valeur ne se crée plus par le nombre de travailleurs ,mais par la qualité de ceux ci..
        la politique nataliste de ce pays adossée a la nullité de l’enseignement fabrique en continu des candidats a l’assistance
        assistance qui a un coût , que payent aujourd’hui les retraités pour alimenter la consommation qui est sensée tirer la croissance
        bravo les « visions » de la gauche appliquées a un monde concurentiel

    • entièrement d’accord, je ne pense pas non plus que les retraités soient les ennemis comme souvent dit sur ce site, c’est le système qui à la base est tronqué …et puis pour en rajouter une couche, nombre de retraités ne sont pas issus de l’Etat et ont rudement payé leur retraite (dans le privé notamment)…force est de constater qu’il a peu de jeunes qui ont commencé à 16 voir 14 ans, à bosser toute leur vie à 40h ou plus par semaine et dans des conditions bien plus pénibles que maintenant.

  • « Responsables mais pas coupables »
    En fait même pas responsables, nada, walou, quet’schi, peau d’balle…
    « Faire des erreurs et accuser les autres, c’est ça faire de la politique  »

    Les gens aujourd’hui à la retraite et aussi ceux qui espèrent un jour la toucher, ont été abusés par les politiques qui leur ont fait croire qu’il était plus efficace de vivre des acomptes prélevés sur le futur que des plus maigres, mais bien plus sures rentes du passé…

  • Bravo pour cet article. Ca change des articles larmoyant sur le pauvre retraité spolié alors que globalement leur niveau de vie est superieur aux actifs.

    J ajouterai a l article, que si les retraites actuels voyaient plus loin que le bout de leur nez, ils eviteraient d exiger plus d impots pour les actifs afin de financer leurs soins medicaux et pensions. Car a force d exiger plus, ils vont finir par generer un ras le bol chez les taxés. Et si cela arrive, ils perdront tout

    PS: il est en effet triste de constater que la plupart des retraités ne se rendent meme pas compte que demander d augmenter leur pensions revient a demander d appauvrir leurs petit enfants. Tout comme ils ne se rendent pas compte qu ils sont bien mieux lotis que les retraites des autres pays d europe (cf http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-3173.pdf)

    • Ah non, vous n’allez pas vous aussi nous faire le coup de ce qui vient en plus pour les uns ne viendrait pas de la bonne gestion de la création de richesses, mais de la spoliation des autres !

      • @ MichelO
        C’est pourtant ce qui se passe pour les fonctionnaires puisqu’il n’y a pas de « caisse-trésor » derrière, qui, bien gérée, peut facilement rapporter plus que l’inflation!

        • Pour les fonctionnaires, il suffit d’en diminuer le nombre. On augmente ainsi la création de richesses, et à terme on diminue le nombre de retraites à la charge des systèmes étatiques. Gain sur les deux tableaux !

      • Quel coup ?
        Il y a la spoliation légale et il à y la création de richesse, ce n est pas la même chose.
        La richesse une fois crée est prélevée et redistribuée par l’état en fonction de ses intérêt électoralistes. Et à chaque alternance, on recommence.

    • Parmi les actifs il faut comptabiliser les chômeurs. Eh bien que tous les chômeurs travaillent et ils cotiseront.
      Les retraités demandent la revalorisation de leur pension selon un principe qui avait été établi (indexation). Vous oubliez une chose fondamentale c’est que le principe des retraites vaut pour tous c’est-à-dire aussi pour les génération à venir. Les retraités actuels veulent aussi que vous, quand vous serez âgé, puissiez vivre décemment et à la mesure de votre temps de travail et des cotisations que vous aurez versées.
      En ce moment que faîtes-vous ? Etes-vous au chômage ? En congé ? En RTT (ce que les Anciens n’ont pas connue).
      Bref il faudrait cesser de reluquer le porte-monnaie des retraités et aller bosser pour se gagner sa retraite.

      • c’est clair et c’est un peu malsain pour les libéraux de constamment critiquer les retraités, sur une sorte d’idée jalouse du bien d’autrui.

      • « il faudrait cesser de reluquer le porte-monnaie des retraités et aller bosser pour se gagner sa retraite »

        Visiblement, vous ne voulez pas comprendre comment fonctionne le système français de retraite.
        Dans ce modèle social que vous défendez tant, on ne bosse pas pour se payer sa retraite, on bosse pour payer la retraite des autres.

        Or, il n’y a plus suffisamment d’actifs (actifs occupés comme chômeurs) pour financer les retraites dans les mêmes conditions que par le passé. Cela fait donc une vingtaine d’années que les comptes sont dans le rouge (et toutes les projections démographiques montrent que la situation va empirer). L’accumulation des déficits des comptes sociaux conduit à une explosion de la dette sociale. Le système n’est pas viable financièrement. Il n’y a que trois solutions possibles :
        – augmenter les charges sociales
        – baisser le montant des pensions
        – repousser l’âge de départ à la retraite

        Donc quand vous dites « le principe des retraites vaut pour tous c’est-à-dire aussi pour les génération à venir » c’est faux. On sait d’ores et déjà que les générations à venir ne pourront pas bénéficier du même niveau de pension et d’une même durée de retraite.

        • Il y a quand même aussi une quatrième solution : augmenter la productivité des actifs, en réduisant le nombre de chômeurs, en faisant sauter les 35 heures, en réduisant les charges de complexité qui pèsent sur le travail. C’est même, à mon avis, la seule solution qui donnerait la marge de manoeuvre nécessaire à un basculement vers un système plus adapté.

      • « Les retraités actuels veulent aussi que vous, quand vous serez âgé, puissiez vivre décemment et à la mesure de votre temps de travail et des cotisations que vous aurez versées ». Je pense que le gros problème, c’est que nous les actifs on n’y croit plus. On pense être le derniers de la chaine de Ponzi et donc payer tout pour les autres sans rien avoir. On essaye juste de limiter la casse.

    • claude henry de chasne
      10 octobre 2018 at 12 h 52 min

      que les actifs d’aujourd’hui travaillent 40h , avec 4 semaines de congé , comme leurs ainés et il n’y aura plus de probleme

      • et que les retraités partent a 65 et aient le bon gout de mourir a 70 comme leurs ainés et il n y aurait pas de probleme

        Moi aussi je peux demander aux autres de se serrer la ceinture 😉

        PS: le retraite actuel a quand meme eut les 5 semaines de congé (1981) et profite des 35 h qui ont plus de 10 ans

        • claude henry de chasne
          10 octobre 2018 at 17 h 11 min

          tant qu’on aura des gens sous qualifiés , sous motivés ,branchés priorité loisirs , il gagneront des clopinettes , les retraités eux peuvent délocaliser leurs achats, leurs loisirs , leur medecine etc…

        • Oui, et il a été au chômage lui aussi.

      • et si c’est déjà le cas ?

        • Si c’est déjà le cas, c’est que vous êtes ailleurs qu’en France.
          Ramenées par habitant, le nombre d’heures travaillées par an est de l’ordre de 600 en France, 700 en Allemagne, 800 aux USA, 900 en Suisse, 1000 en Corée du Sud. Revenons à mettons 750, même temporairement, et nous aurons la marge de manoeuvre pour réformer le système. Et le meilleur moyen de revenir à 750, ça n’est pas de retarder l’âge de la retraite, mais de favoriser le travail des « jeunes » en leur permettant d’en retirer plus de fric et de moins dépenser (logement, transports, etc.) pour s’y rendre.

    • Arrêtez de vous plaindre , vous n’allez pas aux restos du coeur à ce que je sache . Votre génération ne sait que geindre . Vous êtes tous partisans du moindre effort.

  • Il est faux de dire que la génération du baby boum est une génération de privilégiés. Le travail n’était pas à leur porte, il fallait aller là où il se trouvait (« il quitte un à un le pays pour s’en aller gagner leur vie, loin de la terre où ils sont nés » .J. Ferrat). Vous en connaissez beaucoup de chômeurs actuels vouloir partir pour gagner leur vie ?Non ils préfèrent reluquer dans le porte-monnaie des seniors… Et combien de retraités actuels ont terminé leur vie active au chômage ? Et combien, lors des plans sociaux, ont accepté de prendre une retraite anticipée pour « laisser leur place » aux jeunes ? Et combien de jeunes actifs actuels – « faux actifs »- accepteraient de travailler 45h par semaine avec seulement 3 semaines de congés payés ? Et tous ces retraités qui actuellement s’occupent de leurs petits-enfants en raison des divorces, des gardes alternées, ces couples en rupture incapables de prendre en charge leurs enfants… Bref il y aurait beaucoup à dire sur la génération des « faux actifs » actuels qui, s’ils ont un reproche à faire à leurs aînés, c’est celui de les avoir mal éduqués. Enfants gâtés, égoïstes, n’aimant pas le travail mais aimant beaucoup l’argent, préférant les années en FAC aux difficultés de la vie active.
    Selon moi, la Retraite a été un énorme progrès social et devrait être sacrée. La remettre en cause est une considérable régression sociale.
    PS. J’aimerais que l’auteur de cet article se renseigne sur les cotisations versées aux caisses de retraite pendant 50 ans. Il y a eu des surplus énormes. Où est passé cet argent ?

    • Commentaire très vrai : quand j’entends 35h de travail, je me dis que je n’ai jamais fait moins de 45h, et en moyenne 50h ! c’est clair que la jeunesse actuelle compte sur ce temps de travail minoré pour consacrer une plus large part aux loisirs : chose que je n’ai jamais eue en tête et donc, ma retraite ne sera pas du vol mais du mérite ! la restreindre signifierait « vol » . . .

    • « Selon moi, la Retraite a été un énorme progrès social et devrait être sacrée. La remettre en cause est une considérable régression sociale. »

      Blablabla…
      On ne peut pas chérir un modèle social sans en supporter les coûts.

      • « blablabla…  » C’est très puissant comme argument.
        Où êtes-vous en ce moment pour avoir le temps d’écrire sur ce site. A votre bureau ? A moins que vous ne soyez à la retraite ?
        Bon quand je dis « une retraite devrait être sacrée » je veux dire pour toutes les générations (même la vôtre, celle des nantis, obèses, drogués, etc;). Je ne discrimine pas. OK ? Je vous souhaite une bonne retraite à vous aussi.

        • qui paie (la retraite et autres avancées sociales) ?

          laissons les gens travailler et profiter du fruit de leur travail : les choses rentrerons dans l’ordre tout seul.

        • J’ai déjà expliqué à 3 reprises dans ce fil de commentaires. Mais puisqu’il faut réexpliquer :

          On ne peut pas chérir le modèle-social-français-que-le-monde-entier-nous-envie sans s’intéresser à son financement. Le système de retraite par répartition n’est pas viable. Baisser les pensions ET repousser l’âge de la retraite sont deux décisions inévitables. Inévitables. Ce n’est pas le souhait d’un Macron ou d’un autre. Il n’y aura pas d’autres solutions, tant que l’on voudra défendre bec et ongle ce système par répartition.

          • claude henry de chasne
            10 octobre 2018 at 12 h 55 min

            qui vous dit que ceux qui payent le maximum pour les autres ne dénoncent pas ce systeme social « que tout le monde nous envie »

            • Vous faites un mauvais procès à Raphaël, il n’a jamais dit ça ni le contraire.

              • claude henry de chasne
                10 octobre 2018 at 17 h 15 min

                personnellement je pense que le systeme social a la française , c’est de la daube, il est mauvais.
                la preuve malgrès son coût exorbitant il ne sors pas les gens de la pauvreté
                Le coût est très élevé , le service indigent,

                • On n’apporte pas du poisson tous les jours à un indigent. On lui apprend à pêcher et on lui rend sa liberté et sa dignité au passage, pas comme ces assistés qui chialent parce qu’on a rogné leur dû.

                  Fallait pas voter pour ça.

                • @claude henry de chasne

                  « la preuve malgrès son coût exorbitant il ne sors pas les gens de la pauvreté
                  Le coût est très élevé , le service indigent, »
                  DONC c est d’en la daube.

            • Très peu de Français dénoncent le système social. Les retraités râlent de voir leur pension baisser, les actifs râlent de payer toujours plus de cotisations sociales. Mais quasiment tout le monde reste attaché à ce modèle social, pourtant non viable sur la durée…

              • claude henry de chasne
                10 octobre 2018 at 18 h 27 min

                Parce que les uns croient que tout est gratuit..les autres espèrent que cela sera payé par les autres
                et la structure ne absorbe une grande partie

      • Pourtant Raphael on ne vous voit pas manifester ni militer pour revenir aux 40 h , comme c curieux…

  • pénibilité du travail : retraite à 60 ans ; pour les fonctionnaires , retraite à 65 ans ; je pense que physiquement , ils ne sont pas les plus touchés par le travail …..

    • « pénibilité du travail : retraite à 60 ans »

      C’est ça. Faites l’autruche et continuez de croire au Père Noël.

    • Définition de pénibilité du travail pour rigoler ?

    • Chacun doit pouvoir choisir l’âge de sa retraite, et cotiser « hors système » pour cela s’il veut partir plus tôt. Ceux qui ont accepté un travail pénible ont sans doute une rétribution qui leur permet cette cotisation, sinon pourquoi l’avoir choisi ?

  • encore faudrait-il laisser la liberté de travailler, créer, entreprendre, choisir (ses assurances), jouir du fruit de son travail…
    Le général de Gaulle, tout comme Macron n’ont pas touché aux monopoles sociaux, ni faciliter la vie des travailleurs, en laissant notamment une administration s’occuper de tout et embêter tout le monde sans aucun contrôle.

  • Sauf qu’il ne faut PAS compter sur Macron pour faire quoi que ce soit pour améliorer la situation. C’est la première année qu’il fallait provoquer le choc en baissant drastiquement les dépenses et les prélèvements! Il a fait l’inverse en bon socialiste qu’il est et restera, comme je le prévoyais.

  • il ne vous aura pas échappé que nous sommes entrés en « social-démagogie » avec l’arrivée de Giscard, qui après les 30 glorieuses a commencé à laisser filer les finances publiques en nous faisant pleurer sur la crise au lieu de faire face aux problèmes et de parler vrai ; ce fut une grande forfaiture que Mitterand a bien aggravée, et après lui nos chers politiciens professionnels des deux bords ne se sont pas gênés pour continuer de miner le même filon, avec le succès que l’on sait. Comme disait Camus, « mal nommer les choses est ajouter aux malheurs du monde ». Oui, les retraités actuels ont pour la plupart des français bénéficié des conditions économiques et sociales les plus favorables comme jamais auparavant, mais cela fait 40 ans que le politique est devenu un professionnel communiquant qui gère d’abord sa carrière en achetant des suffrages à coup de création de niches fiscales, en caressant le peuple dans le sens du poil plutôt qu’en abordant ouvertement les vrais problèmes, en se payant de mots. Ce ne sont pas seulement les retraités de maintenant qui sont responsables des élections successives de ces sociaux-démagogues, c’est l’ensemble des électeurs de ces 50 dernières années qui ont acheté ces rêves hors sols.
    Macron s’est fait élire sur l’idée qu’il fallait réformer tout cela, mais ses réformes sont bien timides face à l’ampleur du problèmes et il continue lui aussi de vendre du rêve aux français sans vraiment se focaliser sur l’allègement du cadre et sur le recentrage sur les priorités régaliennes de l’Etat. A vouloir ménager la chèvre et le chou, il va « réussir » lui aussi à décevoir les 25% de français qui l’ont porté au pouvoir. C’est sûr que cela va bien se finir…

    • claude henry de chasne
      10 octobre 2018 at 12 h 34 min

      giscard est le dernier president a avoir laissé un budget a l’équilibre
      (très facile a vérifier) la gabegie a commencé avec le socialisme..
      il doit jubiler

      • le dernier budget en équilibre : 1974.

        • claude henry de chasne
          10 octobre 2018 at 17 h 18 min

          En cinq ans la gauche a donc fait passer la dette, qui était stable jusqu’alors, de 20 % à 30 % environ, pour un gain de croissance de 1,5 point environ.

      • A claude henry de chasne.
        Très juste ! Après deux années de gouvernance mittérandienne, la gabegie socialo-communiste a dilapidé les deniers de la gestion Giscard-Barre et vidé les caisses de l’Etat. Depuis, elles ne cessent de se « vider » (se creuser) le fond devenant invisible. Ce n’est pas « jupiter », avec son numéro d’illusionniste, qui renversera la vapeur et les remplira. Il est pire que les précédents, car il se prend pour le « grand réformateur », le « sauveur » de la nation (peut-être du monde) alors qu’il est prétentieux et nul, qualificatifs qui vont de paire.

        • Encore une fois, tout cela n’a pas grand chose à voir. Vous confondez le budget de l’Etat et les comptes sociaux.
          Même si l’Etat avait équilibré le budget de la nation tous les ans, cela n’aurait pas empêché les comptes sociaux d’être dans le rouge et notre « trou de la sécu »…

          Le problème vient de la façon dont le modèle social français a été conçu et mis en place en 1945 : le système de répartition.

          Et, au passage, c’est Giscard qui a généralisé le modèle à l’ensemble de la population française. Il a donc bien une bonne part de responsabilité du désastre que l’on connait aujourd’hui.

      • Giscard ne devrait pas jubiler, mais rager, s’il avait la moindre considération pour d’autres que sa personne.

  • Le cynisme est surtout dans cet article qui est un tissu de mauvais arguments. « Les retraités n’ont pas le droit de se plaindre » (comme si tous les retraités étaient sur un pied d’égalité, de l’OS du privé aux députés, sénateurs, fonctionnaires, etc.)
    « Il faut privilégier les actifs » Cette proposition discriminatoire ignore que les retraités sont d’anciens actifs qui ont cotisé pendant toute une vie de travail et qui aspirent à continuer de vivre dignement. C’est un peu trop facile de vouloir leur faire payer les erreurs de gestion des politiciens (qui, eux, se sont largement octroyés toutes sortes de privilèges) pour se donner bonne conscience.
    Enfin je rappelle à l’auteur qu’il n’est pas question de « quémander médiocrement des avantages supplémentaires » mais de réclamer une légitime indexation compensatoire.
    Et le comble c’est de recevoir une leçon de morale, d’éthique et de maîtrise se la dépense publique de la part d’un ancien fonctionnaire professeur agrégé de l’Education Nationale.

    • « réclamer une légitime indexation compensatoire. »

      La retraite fondée sur un vol n’est pas un droit

      « Les retraités n’ont pas le droit de se plaindre »

      « I firmly believe that if you vote, you have no right to complain.  »

      Georges Carlin

    • Le problème est qu’il n’y a plus assez d’argent pour payer vos retraites. Augmenter les cotisations risque de n’être plus possible à cause de la courbe de Laffer. L’endettement est proche du maximum. Oui c’est injuste et ce n’est pas légitime. Mais il va être le temps de payer la note des politiques des 50 dernières années. Et ce n’est pas que les retraités qui vont payer c’est tout le monde. Vous vous plaignez, moi aussi je me plains. Les responsables sont morts et non solvables. Je suis vraiment désolé.

      • Les retraites c’est 30 milliards, les niches fiscales c’est 100 milliards !
        Si Titi est d’accord pour se sacrifier pour le gros mine,, pas moi.

  • Je dois avoir à peu près le même âge que ce retraité mais il est sûr que nous n’avons pas eu le même cursus ni les mêmes conditions de vie …….et que sa retraite doit être confortable . Peu importe . Ce qui me chagrine fortement ce sont les références à De Gaulle , homme d’Etat par excellence . Quand on ne retient que ce qui arrange son propos et qu’on occulte le reste c’est de la malhonnêteté intellectuelle . Lisez donc les écrits et mémoire de De Gaulle avant d’y faire référence .

  • Je signale a notre auteur qu’il existe deux types de retraité :
    Le retraite qui reçoit plus qu’il n’a cotisé et tous les autres.le premier type se reconnaîtra facilement….et c’est sans doute celui là qui a le plus ralé dans sa vie d’actif

  • Vous aurez Macron qui fera ce qu’il voudra jusqu’en 2022. On a jamais vu sous la Vème République un Président ne pas obtenir ce qu’il a décidé, à l’exception d’une dissolution de l’Assemblé où les Politiques reprennent leurs droits. Et les Retraités Macron s’en soucie comme d’une guigne. Son principe : Tirer sur tout ce qui ne bouge pas

  • Je partage pleinement ce qui est écrit à une exception près. En effet, moi-même baby boomer j’ai travaillé 42.5 ans pour avoir ma retraite. Il est vrai avoir eu un emploi sans interruption n’est pas un mince avantage mais j’ai aussi cotisé pendant 42.5 ans pour bénéficier (c’est le deal de la retraite par répartition) de ma retraite. Quand on lit ici ou là et le propos du présent article sur le sujet va dans ce sens, il faudrait presque s’excuser d’avoir eu « de la chance ». Non mille fois non je ne suis pas d’accord d’autant que la mentalité de ceux de notre génération était plutôt tourner travail mais pas loisir comme aujourd’hui c’est le cas des jeunes générations. Il est vrai que nos politiques et en particulier les socialos depuis 1981 ont semé cette graine perverse. Les 35 heures, cerise sur le gâteau, ont bien ancré cette mentalité de droits quasi inaliénables. Sauf que… sauf que là on est pas loin d’être « cabane sur le chien ».

    Je n’ai donc pas envie de m’excuser de quoi que soit, j’ai joué le jeu avec les règles établies. Je ne suis marri de nous voir clouer au piloris. Ceux qui nous font un procès (souvent les jeunes et je l’entends très souvent) oublient que leurs parents très souvent les ont poussé dans la vie pour qu’ils arrivent. Alors merci de cette belle compréhension !

    Ceci étant je partage le fait que il y en a marre d’entendre les gens se plaindre de tout. C’est l’apanage des privilégiés.

  • Les actifs et les retraités ne sont pas deux catégories différentes, ce sont deux états successifs des mêmes personnes. On aide autant un actif en lui permettant de consommer immédiatement qu’en lui permettant de préparer une retraite confortable.
    Changer brutalement les règles du jeu est non seulement injuste pour ceux qui n’ont plus de marge de manœuvre mais est en plus excessivement dangereux car cela accrédite l’idée qu’un contrat peut être dénoncé unilatéralement. Si les retraités et ceux qui commencent à se préoccuper de leur retraite future (donc une majorité des adultes votants) pensent que les promesses ne seront pas tenues, cela aura forcément des conséquences. On peut d’abord s’attendre à une baisse brutale de consommation car il faudra bien mettre quelques réserves de coté. Et ce n’est pas forcément l’investissement en France qui en profitera. On peut également craindre que les déçus tombent (électoralement) dans les bras de démagogues qui mettent ensuite en œuvre des politiques accroissant les problèmes économiques (et les tensions mondiales !).
    Sur cette question des retraites il faut arrêter de tourner autour du pot. Aucune société ne peut fonctionner avec un rapport excessif entre les inactifs et les actifs. Le recul de l’âge de la retraite est une nécessité.
    De doux utopistes peuvent penser que la généralisation des robots pourrait permettre une société avec un grand nombre d’oisifs. Ils se trompent complètement car quand une partie de la société ne sert plus à rien, cela se termine mal : ceux qui tiennent la société à bout de bras cherchent forcément à se débarrasser des boulets et ceux-ci résistent par leur nombre, ce qui veut dire guerre civile et fin de la démocratie.

    • Les retraites par répartition ne sont pas des contrats mais des promesses politiques qui n’engagent que ceux qui les écoutent. Pour avoir des contrats, il faut passer aux retraites par capitalisation.

      • Pas des contrats au sens juridique mais un contrat moral compte aussi. Quand à la capitalisation, elle a un sens quand les capitaux sont très recherchés mais est bien le cas aujourd’hui alors que les entreprises (même celles qu’il vaudrait mieux laisser mourir) trouvent tous les capitaux qu’elles veulent avec des faibles taux ?

        • Si vous passez un contrat (même moral) avec un voyou, ne venez pas vous plaindre ensuite.

        • La capitalisation a un sens dès que celui qui accepte votre capital le fait fructifier, tout en vous en laissant la propriété. Acheter une action, ça n’est pas prêter de l’argent, c’est acquérir un droit de propriété.

    • JCB
      Que vous le vouliez ou non, le systeme de retraite tel qu on le concoit est condamne. Il a ete concu en 45 pour des gens qui partaient a 65 ans et qui avaient le bon gout de mourir en general avant 70 ans tout en touchant une pension faible.

      Maintenant on a des baby boomers qui sont parti avant 60 ans, qui vont vivre jusqu a 80 ans au moins avec des pensions elevees. Donc il faut payer plus de 20 ans, des montants plus eleves et ce par des actifs qui sont moins nombreux (plus de baby boom) et globalement moins bien payé (mondialisation) ou carrement chomeurs.

      Comment voulez vous que le Systeme n implose pas ?

      La question est juste de savoir quand. Mais il est clair qu une Generation se fera avoir : elle aura paye toute sa vie et ne touchera rien ou presque

      • claude henry de chasne
        10 octobre 2018 at 17 h 20 min

        Sauf si on fait cotiser , indirectement d’autres structures..

      • Il a ete concu en 45

        Non. Il a été mis en place par René Belin en mars 1941 avec la complicité d’un certain Pierre Laroque.

        • Il a été validé et conforté à la Libération. Mais les occasions de s’en dégager pour tenir compte des changements de la société n’ont pas tant manqué que cela, et à chaque fois, au contraire, il a été de nouveau validé et conforté malgré l’ampleur de ces changements.

  • Bravo à l’auteur pour l’expression de la vérité. Enfin, presque toute la vérité.

    Car si Macron demande des efforts aux anciens, ce n’est certainement pas pour favoriser les actifs mais pour pouvoir continuer à augmenter les dépenses publiques sans fin. Au passage, les propos de Narcisse entretiennent les oppositions entre les Français, ce qui n’est pas pour lui déplaire. Pendant ce temps, la souris Macron danse et l’Etat obèse grossi, au calme, comme si de rien n’était, satisfait de pouvoir traire sans effort le troupeau consentant.

    Plus que jamais en France, l’Etat obèse est « la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ». L’Etat obèse veut être « le maître de toutes les destinées : il prendra beaucoup, donc il lui restera beaucoup à lui-même ; il multipliera le nombre de ses agents, il élargira le cercle de ses attributions ; il finira par acquérir des proportions écrasantes ».

    « Que devons-nous penser d’un peuple où l’on ne paraît pas se douter que le pillage réciproque n’en est pas moins pillage parce qu’il est réciproque ; qu’il n’en est pas moins criminel parce qu’il s’exécute légalement et avec ordre ; qu’il n’ajoute rien au bien-être public ; qu’il le diminue au contraire de tout ce que coûte cet intermédiaire dispendieux que nous nommons l’État ? »

  • Autant je ne partageais pas du tout l’article de M Aulnas d’hier, au tant je partage celui-ci.
    Il est bon de constater ses points de désaccord et de convergence avec un autre.

  • Attention de ne pas rendre TOUS les retraités responsables de notre situation. N’oubliez pas que les présidents de la République ont été, au mieux, élus qu’avec 53% des voix!

  • C’est marrant, l’autre jour je causais avec un ami socialiste (très sympa, sauf le politique).

    Il défendait la sécurité sociale et m’assurais que c’était un système pérenne. Quand je lui ai dis qu’alors, si c’était pérenne, il devait n’avoir rien à reprocher au fait que je quitte la sécu pour un système par capitalisation. Il a alors sorti le classique pamphlet : que je voulais la fin du système et qu’on devait être solidaire.

    Mais si c’est pérenne, je ne vois pas le problème. Même discours sur les retraites, l’intermittence. Tristesse…

    • Les retraités ne sont ni bons ni mauvais. Le système actuel a été mis en place par nos parents et pérennisé (c’est à dire aussi aggravé) par notre génération. Nos parents, et c’est légitime car ils ont reconstruit le pays après la guerre, en ont bénéficié. Quant à nous, ayant participé aux dérives du système, nous serons victimes, forcées ou consentantes, de ses dérives. Personne n’aime souffrir, aussi, on peut comprendre que les retraités que nous sommes se dressent contre son changement. Pourquoi ? 1) parce que nous avons soutenu nos parents et savons au fond de nous-même que nous ne pourrons pas l’être avec un système rigide et à bout de souffle, donc que nous allons souffrir. 2) Parce que nous continuons à faire des efforts en soutenant nos enfants financièrement -quand on le peut – logistiquement en tant que papies et mamies. En participant activement à la vie sociale (si nous cessions de pratiquer les activités sociales vers les pauvres, les sans-abris, etc…que se passerait-il ?). 3) Parce que nous acceptons le rackett fiscal que nous comprenons.
      En revanche, nous refusons la gabegie étatique et celle de nos élus qui sont les premiers à se goberger de l’argent du contribuable. Le jeune Macron, comme les autres, ne fait aucun effort pour freiner un train de vie délirant, mais nous donne des leçons. Certains d’entre nous (doux rêveurs) s’imaginent se venger aux prochaines présidentielles. Ils oublient que notre présidenticule a été soutenu par des banquiers étrangers (Soros, Goldman Sachs, et autres, ce dont les média mainstream se gardent bien de parler), par de riches sponsors cyniques (serviteurs des précédents), pour mettre la France au pas du mondialisme en 5 ans. Il l’avait dit lors de la campagne « je ne ferai pas de la politique toute ma vie ». Il est évident qu’il n’a cure de la pleurniche franco-franchouillarde. Il vient d’un autre monde, où il retournera comme Barroso nous en a donné l’exemple. La France, il n’en a rien à f… comme le montrent ses fréquentes sorties contre notre pays qu’il accuse de crimes contre l’humanité, en jeune inculte vicieux qu’il est. Son but est de mettre en œuvre le programme qui lui a été fixé avec le minimum d’emm… et de dommages pour lui et sa petite bande et d’en être récompensé par ses maîtres par un bon job largement payé. D’un point de vue plus anecdotique, il est possible que les difficultés à reformer un ministère rapidement viennent de ce que les rats continuent de quitter le navire, car si leur bon maître peut fuir chez les banquiers, à l’étranger si nécessaire, après son forfait accompli, il n’est pas certain qu’eux puissent le faire quand ils quitteront le gouvernement.

  • Je suis abasourdi de lire cet article qui serait écrit par un professeur d’économie! ça ne flatte pas le site, quoiqu’il en soit, 2 remarques:
    – quand j ai pris ma retraite j’ai refais les calculs de reconstitution de carrière: par exemple en 1972 l’Etat m’a ponctionné de 2950 francs de cotisations obligatoires sans demander mon avis;en 1972 le lingot d’or d’un kilo valait environ 5000 francs aujourd hui environ 36000 euros soit environ 234 000 francs, 50 fois plus!
    et ainsi de suite pour chaque année pendant 40 ans; si j’avais eu la liberté de dépenser mon argent et de l’investir à ma guise en or,actions, immobilier etc …je serais aujourd’hui millionnaire!
    -si ma pension de retraite est conséquente c’est que mon salaire a été conséquent pendant 40 ans donc j’ai versé des cotisations conséquentes qui ont été dilapidées par l’Etat, mais j ai aussi payé beaucoup d’impots qui ont permis de financer des écoles, universités et bien d’autres équipements, peut etre meme que P Aulnas a pu faire des études grace à moi etc…
    Alors assez des invectives, des critiques de comptoir de café.
    la réalité est que le systeme par répartition est la plus grande escroquerie étatique de tous les temps: le pillage du trésor des Templiers était du travail d’amateur à coté de l’arnaque de la répartition!
    alors qu’on arrete de vilipender les retraités privilégiés de meme que les affreux propriétaires immobiliers comme je l’ai lu sur ce meme site!
    si les auteurs d’article (d’économie) n’ont que des arguments aussi pauvres et insipides et incapables de mener une analyse sérieuse et argumentée ne soyons pas étonnés de l’état dans lequel se trouve le pays.

  • mr aulnas votre article ou témoignage est une offense aux retraités qui a vous lire non pas connu la guerre (votre mémoire est sélective , combien sont revenu des camps de concentration, de la guerre d’Algérie ? )
    quand a l’exploitation de nos parents et les dettes pour nos enfants (c’est incroyable de démontrer une chose pareille)
    je suis tout simplement indigné.

    • un retraite qui a connu la seconde guerre mondiale est ne dans les annees 30. en 2018 ca lui fait au moins 79 ans -> pas la majorite de ceux qui se plaignent

      La « pacification » en algerie ne concernait que les hommes nés avant 1942 (donc si vous etes ne en 47 vous y avez coupé).En tout cas, tout retraite homme de moins de 76 ans n est pas alle en algerie. Et bien sur aucune femme

      Par contre nos retraités qui chouinent ont tous voté en 1981 (il fallait etre ne avant 1963) et ont donc une lourde responsabilite sur l election de Mitterrand (qui ironie de l histoire a envoye leur pere/grand frere en algerie car « l algerie c est la France »).

      Vous avez voté pour des nazes (Mitterrand/Chirac/Sarkozy/Hollande). Maintenant il faut payer (je m exclue pas du lot des coupable car j vais le droit de vote des la reelection de Mitterrand)

  • « Macron, en parlant cash, me respecte. Il ne me ment pas. Ses paroles correspondent à la vérité économique. » Ces phrases qui me laissent perplexe !
    La vérité économique ? C’est ‘augmentation constante du déficit public (frisant la faillite) ; c’est le taux de chômage record, jamais atteint depuis 40 ans ; c’est la paupérisation de la France qui sombre dans le chaos ! Si « jupiter » arrêtait son numéro d’illusionniste, il respecterait les Français en procédant à des réformes crédibles et non fictives, qui contribueraient au redressement économique du pays. Mais son gros souci actuel est de trouver 100 milliards supplémentaires pour le budget 2019 !
    Ce n’est pas l’augmentation de la CSG des retraités qui « dynamisera » l’économie comme on veut nous le faire croire, mais c’est remettre la France au travail, passant des 35 h aux 40 h, et retarder l’age de la retraite à 65 ou 67 ans, certains de nos voisins européens l’ont fait. Ainsi le « pensez printemps » ne serait plus obliger de discourir sur la longueur et le coût des retraites !
    Je peux me permettre ces critiques ayant travaillé jusqu’à 64 ans. J’aurais aimé prolonger mon activité en temps partiel mais ce fut impossible, ma demande ne correspondait à aucune catégorie prévue. Ne voulant pas attraper des aigreurs d’estomac par d’interminables querelles administratives, j’ai abdiqué…

  • Le problème de fond est que notre système de retraite change tous les 4 matins, cadré sur un travail/congés qui changent aussi tous les 4 matins, provoquant sur une (longue) vie de travailleur nombre de suées et d’angoisses. De 40 heures et 4 semaines de travail il y a 45 ans à 35 heures et 5 semaines, RTT et autres actuellement, modification de l’âge de la retraite, du nombre de trimestres, variation des taux et des cotisations, voire des guignolades de type âge pivot. Bref, un système qui a besoin de tant de rustines et si régulièrement ne peut qu’être poubellisé. Aucune chance de le rendre efficace.

    • claude henry de chasne
      10 octobre 2018 at 17 h 27 min

      vous avez raison , vous verrez l’excellent travail administratif
      bien de chez nous qui va changer une usine a gaz , en un complexe d’usines a gaz amalgamées pour ne faire qu’une façade…
      Par ailleurs quelque soit la methode le systeme injuste va perdurer
      puisqu’on ne sait pas aujourd’hui qui décidera dans le futur de la valeur du point.ceux que les syndicats feront chanter distribueront des points gratos a l’administration, et retour a la case départ
      On peut faire confiance a ceux qui vont venir pour modifier
      les regles a leur convenance

  • M Aulnas a globalement raison mais je reste en colère non pas de ne pas voir ma retraite augmenter mais de la voir baisser à cause d une CSG (que je dois même déclarer en revenus). Pour ma part je ne sens pas coupable d avoir mal voté et d ailleurs je n ai jamais voté pour la gauche des 35 heures et de la retraite à 60 ans….et je ne me suis jamais contenté de faire 35 heures ou 40 heures…. j’étais plutôt aux alentours de 50 heures semaine sur 6 jours . Quand je verrai le chômage diminuer enfin alors là oui je dirais bravo au Président qui aura pris les bonnes décisions et je ne crois pas que de diminuer la pension de retraite avec la CSG pour soit disant la donner aux actifs aura des résultats satisfaisants sur le chômage et la reprise économique du pays

  • Que le Président s attaque enfin aux mauvaises dépenses et que les profiteurs qui vivent toute leur vie sur le dos de nos impôts sans jamais rien entreprendre au sens de créer de l’économie et des emplois, sans rien faire d autre que de s enrichir personnellement fassent eux les efforts financiers qu ils imposent aux autres

  • Que le Président s attaque enfin aux mauvaises dépenses et que les profiteurs qui vivent toute leur vie sur le dos de nos impôts en ne faisant que de la politique sans jamais rien entreprendre au sens de créer de l’économie et des emplois, sans rien faire d autre que de s enrichir personnellement fassent eux les efforts financiers qu ils imposent aux autres

  • j’aimerai savoir a combien emmarge ce retraité « qui ne se plaint pas »?
    fonctionnaire sans doute avec une retraite calculée au mieux , et assez confortable si son indice (grade est assez élévé)
    demandez a un retraité qui a moins de 1000euros par mois dont la csg amputé sa retraite de plus de 80 euros/mois.
    alors arrêtez de taper sur les retraités ils ne sont pas tous au top !
    quand au jeune qu’il se mettent a accepter les boulots qu’ils peuvent décrocher . dans certains secteurs c’est une calamité pour trouver des personnels sérieux, on est toujours a la ramasse absence, maladie bidon, pauses durant des heures etc….

    • Modération Contrepoints >>
      Message supprimé pour insulte de l’auteur.
      Et commentateur banni pour récidive.

    • Peu importe ce qu il gagne… L important ce n est pas cela mais c est ce qu il dit. Je crains que vous développiez un réflexe qui vous a été transmis par des décennies de politiques qui pour se dédouaner de leurs propres responsabilités préfèrent vous désigner d autres coupables qui ne le sont pas forcément. Alors essayez de trouver de vrais arguments sans vous attaquer à sa personne et nous serons plus forts

    • Il me souvient que de notre temps les jeunes que nous étions nous critiquions aussi les vieux mais ils nous fichaient une baffe et nous n osions plus moufeter alors ???? c était pas mieux avant

  • Un vieux, nanti, qui a dû bosser 7 ou 8 h par semaine. Il ne se plaint pas, il plaint les jeunes actifs qui ne s’en sortent pas à cause de leurs parents retraités. C’est ce qu’il a mis dans la tête des jeunes, il ne faut pas s’étonner de leur mentalité, l’éducation nationale est passée par là.

  • claude henry de chasne
    10 octobre 2018 at 18 h 35 min

    pas mieux

  • Je serais presque d’accord sous quelques conditions. La France est en difficultés, on le sait et il est normal de faire des efforts mais pas toujours les mêmes. Nos dirigeants n’en font aucun (les dépenses somptuaires de l’Elysée, le 1er Ministre qui prend des avions en location à 250 000 € pour gagner 2 heures, les ministères, les conseils Généraux et régionaux qui débordent de personnel qui ne font même pas 35 heures et avec 25 % d’absentéisme, trop de ministres, trop de monde trop bien payé à l’Assemblée Nationale et au sénat, 600 personnes à Matignon, 800 à l’Elysée pour quoi faire? Alors, si nos incapables de Gouvernants faisaient les premiers efforts, je serais d’accord pour en faire moi même. Mais voila, dans la République Macron, c’est uniquement les retraités et les classes moyennes qui doivent payer et cela ne va pas, c’est injuste car nous avons travaillé non pas 32 ou 35 heures mais 40 ou 45. Tout est à revoir.

  • Purée, il n’y a quasiment que des étatistes parmis les commentaires.

    • C’est bon signe, ça veut dire que lectorat de CP est large, et que ce qu’on dit tombe aussi dans des oreilles où ça peut servir à quelque chose.

  • trouvez vous normal qu’ancien président Giscard depuis 40 ans nous coûtent 2 millions d’euros par an à sa mort plus de 80 millions d’euros et il n’est Pas le seul président ! ! ..comme les anciens 1er ministres à environ entre 80 à 100 000 euros par année, je vous laisse le soin de calculer sur 20 ans ! ! c’est tellement facile de critiquer les retraités .. maintenant les associations font la remarque que les dons diminues et bien qu’ils demandent à L’ÉTAT. et j’enfonce le clou , je ne fait plus de bénévolat terminé… et je souhaite que d’autres emboiterons le pas … par contre, de gérer un budget D’ÉTAT ils démontrent bien leurs nullités ! ! ces élites inutiles ! !

  • Libre à vous d’être satisfait.
    Mais par contre, à votre place j’aurais quand même honte de profiter du labeur acharné des jeunes. Au moins un peu.
    Auriez vous subit une hontectomie ❓
    Quand vous voyez les trous de ball.s plein de fric vous dicter leur loi, vous vous dites que l’esclavagisme n’est pas loin. Après, vous vous étonnez que des gens votent PC,FN,LFI…. Enclenchant une spirale infernale.

    Rassurez nous, dites nous que vous n’encaissez pas plus de 1000 Euros par mois. Sinon, je ne vous suis pas.

  • Oh punaise tous c’ est retraité, regardé sil vous plait messieurs dame une feuille de paye actuelle, je pense que vous seriez surpris et qu’ à votre époque vous auriez aussi refusé.
    En gros le salaire d un jeune en 2018 est deux fois supérieur à celui de 70 en taxe et autre impôts. Et je parle même pas du reste impôts tipp et autre taxe qui on flambée, donc au final à salaire équivalent il est largement moindre.
    Ou est la perspective d avenir.
    Écoeurant.
    Je comprend et partage le sentiment de tous ces jeunes qui aime la France mais qui ni travailleront jamais donc pas de financement…..

    • @M’enfin

      Comment pouvez vous juger notre époque et notre rapport au travail que vous ne pouvez qu’ignorer?
      Selon des projections de ratios jusqu’en 2060 , le nombre des actifs ne cesserait d’augmenter ; il serait de 30 millions en 2025,comme quoi les chiffres peuvent être à géométrie variable -selon les sources auxquelles l’on se réfère- évidemment !
      il faudrait cesser de considérer les retraités comme une simple catégorie de geignards ayant obtenu la permission incompréhensible de ne plus travailler!

      https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281165

  • je ne vois pas en quoi j’ai spolié la génération d’aujourd’hui avec mon boulot d’ouvrier d’usine proche du smic toute ma vie…je suis resté des classes populaires comme tous ceux de mon milieu . L’immobilier etc etc ce n’est pas ceux de mon milieu social . Et 40 par semaine et la retraite à 65 ans nous convenaient très bien ( 60 ans avec Mitterand , on ne lui a rien demandé ) . Donc , de quels retraités parlez-vous? Ceux des classes ouvrières ou ceux qui ont spéculé?

  • Patrick Aulnas, 64 ans, est agrégé d’économie et gestion, licencié en droit, diplômé d’études supérieures de droit public. Il a longtemps enseigné à des étudiants préparant l’expertise comptable. Quant on connait son CV on comprend de suite comment lui et tous ceux qui vivent dans leur bulle de retraités nantis sont incapables de comprendre pourquoi à partir du 15 du mois beaucoup se demande comment finir le mois. Vous n’avez pas honte de venir narguer des personnes qui ont commencé à 8 ans comme garçon de ferme pendant la guerre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

Par Jean Rochn.

La crise de la Covid-19 a montré le manque des moyens de production en Europe et en France. Consécutivement à ce constat, nos hommes politiques ont promis au peuple français que des entreprises allaient être relocalisées. Mais la promesse est loin de se réaliser.

Des freins historiques sont très présents dans l’esprit des industriels.

La spoliation des moyens de production par l’État

L’élection de François Mitterrand en 1980 a laissé dans les mémoires des entrepreneurs français des traces indélébiles. Comm... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

Comment la cote de popularité de Macron peut-elle être aussi élevée malgré la gestion calamiteuse et autoritaire de la crise sanitaire ?

En effet, le quotidien Le Figaro annonce que « Le chef de l'État progresse dans toutes les catégories de la population » et que près de la moitié des Français (46 %) a maintenant une bonne opinion de lui, ce qui est bien plus que ses récents prédécesseurs à la même date précédant l’élection.

Cependant, cote de popularité ne signifie pas intention de vote, laquelle se tr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles