La croissance démographique africaine est une opportunité pour l’Europe

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La croissance démographique africaine est une opportunité pour l’Europe

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 31 octobre 2018
- A +

Par Laurence Daziano.
Un article de Trop Libre

La croissance démographique du continent africain, souvent perçue comme une menace à travers les flux migratoires en Méditerranée, peut aussi être une opportunité économique pour l’Europe si le dividende démographique africain est exploité pour créer les conditions d’une croissance durable.

Le continent africain compte aujourd’hui environ 1 milliard d’habitants contre 670 millions en 2000. D’après les prévisions de la Banque africaine de développement, la population devrait atteindre 1,3 milliard de personnes en 2030 et 2,5 milliards de personnes, soit pratiquement 25 % de la population mondiale, en 2060. À cette date, le Nigeria comptera plus de 400 millions d’habitants, la RDC et l’Éthiopie près de 200 millions, la Tanzanie 150 millions, alors que le Kenya ou l’Angola avoisineront les 100 millions.

Cette croissance démographique résulte d’une baisse des taux de mortalité combinée à une baisse proportionnellement plus lente de la fécondité. Certes, la démographie africaine se caractérise par de nombreux contrastes régionaux. L’Afrique australe a déjà réalisé sa transition démographique avec des taux de fécondité inférieurs à trois enfants par femme. Inversement, plusieurs pays connaissent des taux supérieurs à six enfants par femme, à l’instar de la RDC, de la Somalie, du Niger et du Nigeria.

Un pays en cours de transition démographique bénéficie, provisoirement, d’une population active très productive et d’une grande capacité d’épargne

L’Afrique est également en voie d’urbanisation accélérée. La démographie constitue une immense opportunité de croissance, pour peu que le dividende démographique, qui a été à l’origine de la croissance chinoise des quinze dernières années, soit exploité à bon escient.

Le dividende démographique est un concept économique qui décrit l’avantage, par nature transitoire, dont dispose un pays en cours de transition démographique : durant une période suivant la baisse de la natalité, le pays présente une pyramide des âges très spécifique avec un nombre maximum de jeunes adultes en âge de travailler, et un nombre faible d’enfants et de personnes âgées. Cette situation démographique se traduit par une population active très productive et une grande capacité d’épargne, puisque les besoins pour les enfants et les parents sont relativement faibles.

Cela suppose que la population active soit formée afin de disposer des compétences nécessaires aux emplois offerts, et que les investissements étrangers soient présents pour apporter les capitaux indispensables au développement du secteur privé. Des investissements chinois, moyen-orientaux ou turcs sont actuellement réalisés en Afrique, à l’image de la présence massive de Pékin en Ethiopie qui investit dans l’industrialisation du pays, mais a également réalisé la ligne de chemin de fer entre Djibouti et Addis-Abeba.

Par ailleurs, la scolarisation dans l’enseignement supérieur s’est développée plus rapidement en Afrique subsaharienne que dans les autres régions du monde durant ces dernières années, alors que les innovations numériques, à l’instar du paiement par téléphone portable, sont un des grands vecteurs d’innovation au Kenya ou au Nigeria. De tout ceci, une conclusion émerge : si le développement africain n’est pas assuré, les conditions sont réunies pour que l’Afrique réalise enfin son décollage économique.

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • tout le monde espère que l’Afrique s’en sortira , mais qu’ils s’en sortent chez eux , dans leur pays ;

  • N’importe quoi !
    Le problème de l’Afrique peut se résumer au fait que la croissance démographique y est deux fois plus forte que la croissance économique. Ainsi misère et sous développements prospère, alors que c’est le continent potentiellement le plus riche de la planète. (Ressources naturelles et terres arables).
    Le Problème de la planète et de notre espèce est la surpopulation déjà dramatique. L’Europe, pas plus que l’antarctique n’a besoin d’un centre d’élevage intensif délocalisé !

    • Pas complètement d’accord.
      Les problèmes de l’Afrique sont nombreux, gouvernance incompétente, liberticide et abyssalement corrompue, conflits ethniques et religieux, cultures locales pas toujours compatibles avec la modernité, etc.
      La démographie exacerbe les dynamiques vicieuses mais pourrait bien jouer en la faveur des Africains s’ils surmontaient leurs problèmes de base (vaste réservoir de main-d’œuvre plus ressources). Le pourront-ils? Meh.
      Et puis dans une économie de survie, on ne peut pas attendre qu’ils réduisent leur fécondité quand une famille nombreuse est la seule forme d’épargne retraite disponible.

  • claude henry de chasne
    31 octobre 2018 at 8 h 24 min

    Le probleme de l’Afrique tiens en deux mots , fatalisme et corruption.
    Je ne vois pas aujourd’hui qu’est ce qui pourra faire changer çà, compte tenu du fait que cette situation crée un « marché » pour les religions qui prospèrent sur la misère t n’ont pas pour objectif d’émanciper les populations..
     » la providence y pourvoira »

    • « Le probleme de l’Afrique tiens en deux mots , fatalisme et corruption ».

      Vous avez oublié: tribalisme

  • La croissance démographique incontrôlée de l’Afrique est un grave problème d’abord pour les pays concernés, ensuite pour les pays d’emigration naturelle de ces Africains, c’est à dire les pays européens.

    • Le problème de l’Afrique c’est que les africains veulent coloniser l’Europe en général et la France en particulier!
      Un juste retournement de l’histoire diront les esprits généreux zélateurs du « vivre ensemble… »

    • Contrôler la croissance démographique d’un autre continent, c’est pas très libéral comme doctrine ! Commençons par y faire notre part pour y éradiquer la corruption, et y favoriser les facteurs de business libéral. Faisons-y du business et non de la politique et de la connivence. En Europe, débarrassons-nous des états-providence. Ensuite, il sera temps de juger si la démographie africaine est un bien ou un mal, je suis convaincu qu’elle n’est pas le problème. Si on la trouve trop élevée, ce sont en fait l’éducation et la croissance, qui lui sont inversement corrélées et causales, qu’on trouve trop faibles sans vouloir se l’avouer.

  • L’article prend l’exemple chinois, mais c’est justement le pays qui a imposé par la force la limitation des naissance. Et le pays s’en sort mieux que l’Inde qui ne l’a pas limité.
    Avec la batterie technologique que l’on a, on a plus besoin d’avoir des milliards d’individus pour faire tourner l’économie, et les ressources planétaires sont déjà suffisamment sous pression.

  • Je pensais encore il n’y a guère que les libéraux (pur jus 100% ==> sans attache, sans histoire) étaient des Bisnounours.

    J’ai depuis réalisé que ce sont juste des traîtres.

  •  » L’Afrique est également en voie d’urbanisation accélérée.  »

    Il semble que l’auteur comme d’autres imaginent que urbanisation = développement. Il est vrai que Grande métropole a toujours signifié Puissance.

    Mais, quand on regarde les rues de la banlieue du Nigéria par Google Maps, qui vient de cartographier Lagos, on peut avoir quelques doutes sur cette certitude.

    google maps – Lagos – quartiers de Iwaya, Idi Oro ou qu’importe.

  • Le problème de l’Afrique c’est le libéralisme:
    Les chinois construisent des infra-structures, pour importer des minerais, mais surtout pour exporter leurs marchandises chinoises.
    L’Afrique a les ressources naturels, et elle doit les transformer sur place.
    Un pays a besoin d’industries, d’usines pour vivre, un pays qui as que des paysans rapporte rien a l’état, et donc l’état ne peut construire aucunes routes, écoles … La France deviendra l’Afrique si on continue de taxer a mort les industriels, qui n’ont pas d’autres choix que de partir dans un autre pays.

    • en quoi l’interventionnisme de l’État chinois serait-il du libéralisme ? https://www.contrepoints.org/2018/10/29/328983-presence-chinoise-en-afrique-vers-une-chinafrique

      • Ce n’est pas de l’état chinois que je parle, mais des états africains.
        Avoir des routes est essentiels pour échanger, par exemple en Europe quand on voit la Grèce, il n’existe aucune autoroute ou ligne de train direct entre la capital et la 3 eme ville du pays, comment échanger des marchandises.
        Mais après les routes il faut fabriquer des marchandises a échanger, si tout les produits manufacturiers viennent de chine ou d’occident, aucuns gouvernement africain gagnera de l’argent pour maintenir un état régalien.

  • Il est étonnant de voir autant de commentaires sur ce sujet!
    Mais déjà parler de « l’Afrique » est déjà audacieux comme si tous les pays y étaient identiques, ce qui est clairement faux! Le reste, bof!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Simone Wapler.

Bruno Le Maire prévoit pour 2022 un budget adossé à 4 % de « croissance durable ». Voici un nouveau concept du ministre qui prétend sans vergogne « réinventer le capitalisme ». En examinant cette loi de finance, n’importe qui peut toutefois comprendre que seuls la dette et le déficit seront durables et que la croissance sera quant à elle entamée par un dirigisme et un interventionnisme qui gaspillent des ressources précieuses.

La « croissance durable » est une vieille lune pour Bruno Le Maire. Dès janvier 202... Poursuivre la lecture

Par Eben McDonald. Un article de Mises.org

Les sociaux-démocrates font souvent l'éloge des pays nordiques en tant qu'exemples du succès de l'impôt progressif, des États-providence généreux et des syndicats puissants.

Les partisans du libre échange ont répondu que non seulement ces pays se sont enrichis bien avant que ces politiques soient mises en place, mais qu'ils ont également autant d’agilité réglementaire que les États-Unis, selon les données de la Banque mondiale.

Cependant, nous devrions également tourner nos regar... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

L’idéologie écologiste a beaucoup contribué à la morosité ambiante. En remettant en cause les bienfaits du progrès technique, elle parvient à promouvoir une conception quasi-religieuse du devenir historique. Les extrémistes de la décroissance et de la collapsologie (effondrement brutal de notre civilisation) nous prédisent même un retour prochain à la barbarie.

La peur de l’avenir est un des leviers les plus puissants des idéologies et des religions. « Si vous ne croyez pas et n’agissez pas selon mes précepte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles