Union Européenne : Pierre Moscovici est mal placé pour critiquer le budget italien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pierre Moscovici By: EU2017EE Estonian Presidency - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Union Européenne : Pierre Moscovici est mal placé pour critiquer le budget italien

Publié le 1 novembre 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Pourquoi s’étonne-t-on encore du très fort sentiment anti-européen parmi les peuples de notre continent ? Quand on voit comment agissent ceux qui représentent Bruxelles, il y a de quoi s’interroger. La réaction des commissaires européens au Brexit par exemple est symptomatique. Les tractations s’éternisent, Michel Barnier étant – jusqu’à maintenant – inflexible, même sur une possibilité de « marché unique à la carte » qui, selon des économistes, aurait convenu aux deux parties. Bon ou mauvais, le Brexit a été voté par référendum, il faut l’accepter tant que les Anglais n’y renoncent pas eux-mêmes.

De même, la Commission, par la voix de Pierre Moscovici, a refusé le budget de l’Italie sous prétexte que le déficit dépasserait 0.8 % du PIB (alors que la dette italienne est à 130 % du PIB).

Les incohérences de Bruxelles

On remarque plusieurs incohérences de la part de Bruxelles. Le budget italien a été voté par une nouvelle coalition élue qui propose une série de dépenses supplémentaires mais aussi de réformes fiscales intéressantes qui ferait augmenter le déficit jusqu’à 2.4 % du PIB (le déficit français sera de 2.6 % en 2018). Parmi ces réformes, certaines mériteraient la plus grande attention de la part de la Commission : par exemple une flat tax à deux taux (15 et 20 %). Concernant l’IS (impôt sur les sociétés), il est prévu de le baisser de 24 à 15 % pour les petites entreprises et à 20 % pour les grandes.

Comme Bercy, Bruxelles ne semble pas comprendre que les bonnes réformes fiscales peuvent avoir des conséquences très positives sur les comptes de l’État, à moyen ou long terme. Le commissaire Pierre Moscovici, qui a refusé le budget italien, a été ministre de l’Économie de François Hollande entre 2012 et 2014.

La hausse des prélèvements obligatoires supportée par les ménages a été de 51,4 milliards entre 2012 et 2016 durant la présidence Hollande. Dont 46 Mds d’euros avec Pierre Moscovici en tant que ministre de l’Économie.

Hausse des prélèvements obligatoires (2012-2016)
• 19 milliards en 2012
• 16 milliards en 2013
• 11 milliards en 2014
• 3,5 milliards en 2015
• 1,9 milliard en 2016
Source : COE-REXECODE

M. Moscovici est très mal placé pour donner des leçons d’économie et de fiscalité aux Italiens et l’Europe pourrait bien réagir autrement aux « populismes ». Surtout quand il y a des éléments positifs.

Sur le web

(Visited 1 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • c’est bien pour ça que l’Europe ne tourne pas rond : parce qu’il suffit de quelques incompétents bouffeur de bonnes gamelles pour que tout aille de travers ; moscovici en est un parfait exemple ;

  • claude henry de chasne
    1 novembre 2018 at 7 h 10 min

    la pertinence de ce moscovici se traduit directement par les prouesses qu’il a exercé de son temps au ministere des finances, en état a l’origine du matraquage fiscal de hollande… devant la déconfiture annoncée il a fui en europe recommandé par hollande
    ou il sévit toujours

  • plus vous êtes nul , la connerie humaine n’a pas de limites . Il en est l’exemple même , le donneur de leçons , nous sommes pas prêt de sortir du tunnel… avec cet inutile dangereux . impertubable dans sa contradiction ..et incompétence !!!

    • il n’est pas « nul »..il a été ministre, il est à la commission, beau parcours de politicien. Au point de vue personnel, il s’en sort très bien. Et ce d’autant plus, que les politiques qu’il a défendues, il n’en avait en fait rien à faire..il peut d’ailleurs dire blanc puis noir, il s’en fout… n’importe qui ou presque aurait pu les incarner.
      Ce ne sont donc pas des nuls, ce sont même des champions de la manoeuvre politique, de terribles ambitieux prêts à tout sacrifier pour le pouvoir.
      C’est ce qu’en général la démocratie met au pouvoir.

      • Ce n’est pas la démocratie qui les met au pouvoir, ce sont les électeurs qui votent. Nuance! Comme la France est peuplée d’abrutis qui ne connaissent absolument rien à rien, ils élisent des incompétents et des incapables dont la débilité ruine le pays. Vous pouvez remarquer que les vrais démocraties s’en sortent très bien et prospèrent.

        • La démocratie est le système qui fait qu’à chaque vote, il n’y a le choix qu’entre des incompétents et des incapables. On en peut pas à la fois être compétent et capable, et faire ce qu’il faut pour obtenir les votes populaires. Ce sont des compétences antagonistes.

        • Oui bon avec des raccourcis comme ça « tous abrutis sauf moi » on ne fait pas avancer le schmillblick. Ce qui caractérise les vrais démocraties comme vous dites ce sont de vrais institutions qui garantissent l’Etat de droit. C’est là que le bât blesse dans notre pays parce que concernant le peuple, question QI par exemple les français n’ont rien à envier aux suisses ou n’importe quel autre peuple européen.
          Bref ce sont les règles du jeu qui pénalisent la France pas les joueurs !

          • nous avons à envier au suisse la démocratie directe.
            chaque projet de n’importe quel politicien peut être remis en question par une votation populaire ayant recueilli suffisamment de signature au cours d’une pétition à l’initiative de n’importe quel citoyen.
            en france, au cours de nos élections, nous signons tout un carnet de chèques en blanc avec une date de péremption (la durée du mandat), comment ne pas comprendre la différence

            • eh bien je ne dis pas autre chose..

              • non je suis d’accord…je dis juste certainement pas des incapables ou des incompétents…ils s’en sortent très bien pour eux… capables de s’enrichir, compétents pour faire carrière. vous avez l’exemple devant les yeux : moscovici…

                • Si je me comprends bien moi-même je parlais de la capacité du peuple et de la faiblesse des institutions ; en effet je ne m’inquiète pas pour la carrière des politiques.

          • question QI par exemple les français n’ont rien à envier aux suisses

            Allez dans la rue et demandez-donc aux gens qui paient les charges patronales en France.

            Même les Suisses arrivent à voter des lois débilissimes comme le loyer fictif.

            • Ceux qui accepté cela sont des idiots. Pour échapper au loyer fictif, c’est très simple. Vous amortissez votre hypothèque via une assurance pilier 3. Résultat, la dette reste, le loyer fictif est annihilé par des charges hypothécaires réelles, l’assurance croit chaque année. Au moment de la retraite, l’assurance est imposée à un taux privilégié, et vous aurez peut-être déménagé avant pour un logement plus petit, les enfants étant partis, mieux situé. Enfin, c’est surtout dans les cantons romands que les taxes sont les plus importantes.
              Donc plus vous êtes riches, et plus vous avez les moyens de vous évader de ces âneries (m^me les ânes en rient)…
              Même en Suisse, seuls les socialistes ont le QI QI…

        • Les ministres sont nommés, pas élus.

  • « Si on nomme aux affaires économiques et monétaires précisément le ministre des Finances français qui n’a rien fait pour respecter le pacte de stabilité, c’est comme si on voulait chasser le diable avec (le démon) Belzébuth », Norbert Barthle, responsable des questions budgétaires pour la fraction chrétienne-démocrate (CDU-CSU) au Bundestag à l’époque.

    Mais oui notre belzébuth ne sait pas ce que c’est que la rigueur budgétaire sauf quand il s’agit de lutter contre les populistes aux affaires. En fait si les italiens avaient un gouvernement qui luttait contre les « populismes » le robinet de la tolérance budgétaire serait grand ouvert. Donc la rigueur budgetaire est avant tout affaire de morale.

  • L’incompétence notoire est-elle le critère de recrutement des instances de l’UE ?

  • Je suis rarement d’accord avec Macron mais quand il compare la situation avec les années 30 avec la montée des populiste souverainistes c’est très inquiétant car je pense qu’il faut que l Europe existe même si elle n’est pas hélas ce que l’on peut espérer d’elle
    Il faut élire des européens convaincus à Bruxelles ce qui Je l accorde est difficile vu le nombre de guignols qui se présentent la plupart le faisant comme un pis allé
    Mais attention sans une Europe unie que pourra t on faire face aux autres grands blocs ?
    Si vous avez une autre solution que l Europe tant mieux mais sincèrement je n’y crois pas.
    Ce qui est sûr c’est que l’Europe doit changer mais si elle disparaît cela ne sera pas possible et l’on sait bien que c’est le but de Salvini et Marine Lepen et d’autres.

    • Arrêtez votre cirque! Il n’y a pas de montée nationaliste, c’est une invention de la gauche pour discréditer ceux qui s’opposent à l’immigration musulmane! Sa propagande fait l’amalgame avec les années post Grande guerre, qui étaient une période bien particulière provoquée par les conséquences du conflit. Rien à voir avec l’actuelle! Et les mentalités sont totalement différentes. Les gens se révoltent contre le manque de démocratie, pas pour la supprimer. L’establishment l’a supprimé à son profit et ne tient nul compte de ce que veut le peuple. Nos libertés de plus en plus restreintes par des artifices législatifs basées sur des prétextes fallacieux, défendre les minorités, en sont la preuve!
      Vous devriez apprendre à lire car ils ne veulent pas supprimer l’Union mais qu’elle se mêle de ses oignons et soit démocratique. Pas ce gouvernement autocratique et autoritaire qui menace ceux qui refusent d’accueillir des musulmans!

  • A quoi on les reconnaît? Ils osent tout et Moscovici en bon socialiste ose bien plus que les autres. Critiquer alors qu’il a fait pire lorsqu’il était ministre. C’est la spécialité de la gauche: faites ce que je dis pas ce que je fais.
    Bruxelles perd toute crédibilité en nomment des guignols aussi incompétents. Comme si l’Italie avait nommé un mafiosi ministre des finances!

  • Mais n’est il pas dangereux de jeter le bébé avec l’eau du bain ?

  • Moscovici est un Socialiste et tout le monde sait que même le Sahara serait à court de sable si il était géré par un gouvernement socialiste.

  • Ne pourrait-on pas arriver à une Europe fédérale à l exemple de la Suisse mais je ne crois pas que ce soit ce que veulent des Salvini ou Le Pen ensuite mettre tous les Musulmans dans le même sac est une erreur de jugement c’est pas pars qu’il y a des chrétiens intégristes que tout les chrétiens
    Tous les musulmans de mêmes ne sont pas intégristes même s’il est vrai que les salafistes sont trop nombreux dans nos banlieues et y font beaucoup de mal.
    Comme il est dit tout ce qui est excessif est insignifiant

    • @ clés
      Bien sûr que l’Union Européenne prend le chemin du fédéralisme essentiellement contré par le conseil des chefs d’état et de gouvernement (Ch.De Gaulle et successeurs, entre autres).

      L’U.E. fonctionne sur des accords contenus dans les traités. C’est donc contre ces accords que l’Italie son budget: elle est en tort!
      La situation économique et financière italienne n’est pas brillante et ce budget va aggraver les choses.
      P.Moscovici n’y est pour rien et n’a rien décidé tout seul!
      Et c’est bien la France qui l’a proposé, pas J.C.Juncker qui l’a embauché et il n’a pas été élu!
      Et puis d’abord, il a un collègue, vice-président (lui) de la commission européenne: Valdis Dombrovskis!

      Tant que les Français connaitront si mal la réalité de l’U.E., on pourra lire autant d’erreurs, de contre-vérités et de jugements aussi péremptoires que ratant leur cible.

      • Les traités limitent le déficit à 3% du PIB.
        Avec 2,4 %, l’Italie est dans les clous, même s’ils avaient promis (on sait ce que valent les promesses) moins.
        Il est clair que l’Italie devrait énormément baisser son déficit pour ramener la dette sous les 60% du PIB qui sont une autre limite fixée par les traités, et qu’ils ne sont pas sortis de l’auberge.
        Mais les 2,4% annoncés par Salvini ne sont pas contraires aux traités.

        • Salvini n’a pas été adoubé par les gauchiards, ce qui explique bien des choses.

        • @ Leipreachan
          Comme souvent, la BCE a bien aidé financièrement l’Italie: en conséquence, l’exécutif européen a plus qu’un droit de regard sur les budgets nationaux de chaque pays membre, en tout cas de l’€zone! Un débiteur est forcément tenu par son créancier!
          Et non, on n’est plus à 3% de déficit budgétaire prévu mais à un écart de +/- 1,5% (le bonus n’est pas interdit et déjà une réalité dans certains pays). Il est clair que l’usage de la monnaie unique exige un minimum de conformité des bilans! L’Italie comme la Grèce ne veulent quitter ni l’U.E. ni l’€: pour ça, il y a des efforts à faire! L’U.E. n’est pas faite pour payer les dettes!

  • « une flat tax à deux taux »
    wai, pas une flat tax quoi…

  • Peut-être ne faut-il justement que jeter l’eau car l’idée première d’une Europe unie pour moi est la seule façon de pouvoir se défendre face aux autres grands blocs.
    Mais encore faudrait-il la réformer afin que les peuples puissent faire entendre leur voix comme en Suisse
    Je ne vois pas pourquoi une démocratie comme la Suisse ne serait pas applicable à l’Europe
    Peut-être faudrait-il commencer par un noyau dur.
    Peut-être faudrait-il d autres que des politicards qui se présentent aux élections européennes.
    Une liste de personnes en dehors des partis avec de véritables idées nouvelles pour l Europe.
    Il est possible de rêver.

    • Je ne vois pas pourquoi une démocratie comme la Suisse ne serait pas applicable à l’Europe

      Les politocards perdraient quasiment tous leurs pouvoirs et dans leur tête de grands malades, c’est inconcevable.

      • @ Théo31
        La comparaison entre la Suisse (8,630 millions d’habitants) et l’U.E. (450 millions, sans le U.K.) n’est pas réaliste. Par contre le système fédéral peut convenir aux deux!

  • @clé jusqu’a preuve du contraire la Suisse ne fait pas partie de l’Europe et s’en sort très bien (comme UK, Norvège et d’autres d’ailleurs)
    Ce qui est important c’est d’y trouver son intérêt. Si l’Europe ne sers qu’à payer grassement une strate supplémentaires de fonctionnaires et a rajouter une couche de lois liberticides a celle déjà existante, autant ne pas en faire partie. Si on peut en profiter pour faciliter les affaires et garantir les libertés alors OK

  • Nous devons espérer que la voix du fédéralisme sera la finalité de l UE mais hélas de nombreuses réticences dans de nombreux pays et des lecteurs très nombreux qui se tournent vers Les souverainistes
    De plus beaucoup de ceux qui se présentent pour les élections européennes ne sont pas forcément des européens convaincus mais n’ayant plus d’avenir politique dans leurs pays se tournent vers l Europe
    Et je crois que l enjeu de l Europe est encore beaucoup trop abstrait alors que pour moi nôtre avenir est là et que tout est encore à faire.

    • @ clés
      Comme je l’ai dit, la connaissance de l’U.E. n’est pas optimale dans la population française encore bien souverainiste aussi!
      Voir « Bruxelles » comme Paris est évidemment une erreur! Buxelles est limitée par les mandats qui lui ont été confiés, Paris possède tout le pouvoir en France, ou presque!

  • @virgile , ce n’est pas les électeurs qui l’on mis en place ..IL a été par hollande , nuance..
    vous éliser un president mais pas un ministre et encore moins un membre de la commission Européenne….

    • @ Lou 17
      Exact! Il a bien été nommé candidat par le gouvernement français, ce qu’il doit oublier pour ne plus défendre que ses propositions de solutions, face à J.Cl.Juncker.

  • Le garde-chasse Moscou-Vichy a déjà oublié le temps où il était braconnier.

  • * Moscovici, ce caméléon faux-cialiste , toujours aussi impopulaire, a su passer de député-ministre et obtenir par brigue 1 sinécure à la Commission UE.. Mais revenons sur sa loi 1994 de la banque universelle FR – fausse promesse d’Hollande de séparation des banques de dépôts des banques d’affaire – qui a fait rire dans l’Opposition : ça ne change pratiquement rien. C’est juste du Canada Dry : ça ressemble à une réforme mais c’est tout sauf une vraie réforme. Ce n’est pas à la hauteur ni de ce que le candidat Hollande avait promis dans sa proposition de campagne n° 7.. Si la filiale fait faillite, elle impactera fortement les fonds propres de la banque commerciale mère ou de la holding. Et on imagine mal que ceci n’entraîne pas un risque de bank-run. Les Politiques persistent avec une « rage » étonnante à refuser de protéger l’argent des Français et le financement de l’économie contre les dangers du casino. La seule solution, c’est de scinder vraiment les banques, une bonne fois pour toutes. Les banques ont mené un intense lobbying pour l’éviter et ont convaincu le pouvoir politique, en menant un chantage à l’emploi ou, pire, au financement de l’économie réelle. Il est d’ailleurs stupéfiant de voir des banques « Too big to fail » [trop grosses pour faire faillite – NDLR] se prévaloir du fait qu’elles n’ont pas fait faillite – grâce au concours de l’État – pour expliquer que leur modèle est robuste. C’est indécent… le gouvernement a cédé à une opération de lobbying… Certaines grandes banques UE sont devenues trop grosses pour pouvoir être renflouées par les Etats en cas de grand krak financier car ces dernires ne disposent plus suffisamment de répondants financiers !

    • Lehman & Brothers était une banque d’affaires.

    • @ alainet
      De fait, l’U.E. a bien montré qu’elle ne veut plus revivre le cas de la Grèce. Il y a donc encore moins d’arguments pour qu’elle aide une banque commerciale. Si vous savez que vos dépôts à la banque sont prêtés 8 X (chiffre sûr mais ce peut être plus!), vous avez une excellente raison de ne pas lui confier plus 100 000 € (les titres à votre nom resteront les vôtres, le cash, lui, fera partie du désastre! Autant le savoir! Et 100 000€ est le maximum que vous pourrez retrouver dans toutes les banques établies en France!).

  • alainet , simple , vous laisser le strict minimun d’argent sur votre compte ..ils adorent les banquiers !!!! faite l’essai , vous allez sourire !!!

  • Mosco doit cesser ses pantalonnades, se faire tout petit, drapé dans sa fausse dignité et jouant l’offusqué.

  • @ Mykilus , à titre d’info au temps de Chirac ,
    Moscovici était déjà commissaire Européen,
    il ne voulait pas quitter son poste , normal la soupe est bonne .Maintenant il fait le keke , il se croit indispensable , Alors que cetbindividu comme ministre des finances le resultat est flamboyant ..Pour être ministre , il n’y a pas besoin de faire l’E.N.A ..c’est une carte de visite !!! au gré du prince !!!

  • Mykilus , je laisse le strict minimum , la banque fait la gueule , je m’en fou..je payd un service qui devrait etre gratuit , vu qu’ils font travailler l’argent sur votre compte …et en plus depuis 20 ans ils veulent supprimer le numéraire… ce serait le rêve absolu pour eux ..faite l’expérience … c’est jubilatoire !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

Le président Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Ce dernier assure actuellement la présidence tournante du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) et a invité le président français à participer au sommet de ce groupe. On assiste à une opération de séduction mutuelle entre les deux dirigeants.

Un rapprochement sur fond de souveraineté européenne

Si Macron a pointé les exigences européennes en matière d’État de droit et de respect des valeurs ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Décidément, la crise sanitaire aura mis à mal le libéralisme. Ses opposants ont pu donner libre cours à leurs penchants liberticides. Plus grave : une partie des libéraux eux-mêmes ont pris des positions plus que critiquables. Que ceux pour qui la liberté n'est pas au centre de leur pensée la bafouent est une chose, mais que ceux qui prétendent la soutenir soient les vecteurs du tournant autoritaire actuel en est une autre.

Au sein de l’Union européenne, bon nombre de formations politiques issues de l'ALDE... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll. Un article de la Foundation for Economic Education

La deuxième plus haute juridiction de l'UE s'est prononcée contre Google la semaine dernière après que la société a fait appel d'une amende de 2,8 milliards de dollars infligée dans le cadre d'une affaire antitrust en 2017.

Selon CNBC :

« Cette décision intervient après que la Commission européenne [...] a déclaré en 2017 que Google avait favorisé ses propres services de comparaison de prix et a infligé à la société une amende de 2,42 milliards d'euro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles