Le Festival « France Misère » ouvre ses portes

La tempête de taxes continue de s'abattre. Il y avait pourtant d'autres solutions, mais sont-elles audibles ? On peut en douter.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Festival « France Misère » ouvre ses portes

Publié le 30 novembre 2018
- A +

Voilà, le mois de novembre s’achève et avec lui toute velléité de prétendre que l’année 2018 se terminera mieux que 2017. En effet, même si le mois de décembre peut, traditionnellement, être occupé à mettre un peu de baume au cœur des hommes et femmes de bonne volonté, il semble que cette année-ci, ce ne sera pas le cas.

En pratique, c’est avec une certaine consternation qu’on observe exactement le contraire : au lieu d’une trêve dans les mauvaises nouvelles, au lieu d’un apaisement dans la folie ordinaire qui secoue ce pays jadis Lumière du monde moderne, on assiste à un véritable festival de stupidités étatistes, une sorte de Grand Raout maximaliste du N’importe Quoi fiscal où la folie taxatoire devient véritablement rabique.

Et alors qu’une solide jacquerie secoue tout le pays, partie d’une taxation délirante des carburants apte à faire sortir de leurs gonds de simples salariés, des pères et mères de familles sans histoire, rien ne semble pouvoir arrêter la marche triomphante de nos ministres, nos sénateurs et nos députés vers de nouveaux sommets fiscaux.

Ainsi, du côté des sénateurs, on se tâte actuellement le gras du ventre pour savoir comment on va bien pouvoir taxer les forfaits mobile et internet. Après tout, c’est bien la faute de ces maudits réseaux sociaux si les moutontribuables prennent à la fois conscience de la vigueur de la tonte, et de l’importance de leur nombre. Il est plus que temps de sévir, non ?

Ainsi, du côté de l’Assemblée nationale, nos députés envisagent sérieusement une taxe sur les bonbons « mojito », parce que le nom évoque d’un peu trop près un cocktail alcoolisé. Ici, on comprend que la raison invoquée, aussi rigolote que grotesque, importe peu puisqu’il s’agit de ramener des thunes dans les caisses de l’État, et rien d’autre.

Ainsi, du côté du gouvernement, on ne veut bien évidemment pas s’avouer en reste. Et même si les protestations des Gilets Jaunes ont été patiemment entendues, cela n’a pas empêché Macron et Philippe de reprendre deux fois des frites arrosées d’un petit Bordeaux en passant à autre chose.

Pour l’un comme pour l’autre, il n’est absolument pas question de diminuer les recettes de l’État : dès le premier janvier prochain, paf, les carburants subiront une nouvelle hausse de taxes, incitant officiellement les Français à se rabattre sur les vélos électriques, les trottinettes électriques et les voiturettes électriques. Il faut en finir avec le tout pétrole, tout le monde sait ça. Vive l’électrique.

Et une fois pris le pli, paf, le gouvernement enclenchera le second volet de son Festival « France Misère » en augmentant les tarifs de l’électricité. Malin, non ?

De toute façon, il faudra bien lutter contre la méchante pollution, c’est notre Président À Tous qui le dit : elle fait 48 000 morts en France par an. Sur 38 000 dans le monde, la France se classe donc encore une fois en tête et même au-delà, dans cet espace interdimensionnel où le n’importe quoi ridicule devient possible moyennant une communication parfaitement déconnectée de toute réalité palpable.

De fake news sur nos morts par pollution en fake news sur des frais de santé abracadabrantesques, notre élite est partie pour enrichir la France par une taxation débridée. Et si ça ne marche pas, c’est parce qu’on n’aura pas assez taxé.

Du reste, quand elle ne taxe pas, quand elle ne fomente pas l’idée d’une nouvelle ponction inique, cette « élite » en roue libre papote du sexe des anges ou de leurs fesses, trop souvent maltraitées par les hordes de parents indignes qui écument le pays…

Bref, la grogne devenue violente n’y change absolument rien : l’ordre du jour reste le même, la pression fiscale ne diminue pas, les évolutions qui lui sont prévues sont à l’augmentation et pas à la diminution. Quant aux réductions des dépenses farfelues de l’État, n’y comptez toujours pas : en plus de la pollution, il nous faut absolument continuer la lutte contre le sexisme ou les inégalités de tous ordres. Alors que le pays croule sous les taxes, le chômage, le déclassement, la désindustrialisation, l’appauvrissement de pans entiers de sa population, la lutte contre une pollution fantasmée, l’épidémie de fessées et l’inégalité salariale pourtant déjà condamnée par la loi semblent absolument indispensables.

Et puis, de nos jours, qui peut encore ergoter pour un demi-milliard d’euros ?

Français, Françaises, en gilets ou en tutus, en voiture ou en vélo, réveillez-vous : votre gouvernement et vos élus se payent votre tête, avec votre propre argent, littéralement. Ils sont complètement déconnectés des réalités, mais ne fuyez plus vos responsabilités : ils ne sont pas arrivés là par hasard. Ils ne sont pas apparus d’une autre dimension. Ils sont issus de nos écoles, de nos universités, ils sont aussi Français que vous et c’est bien vous qui les avez mis là.

Vos injonctions électorales qui, pendant plus de 40 ans, ont consisté à vouloir plus d’État, plus de services publics, plus d’assistanat et plus de solidarité arrivent maintenant à bout d’argent des autres. Vos élites, en retard, n’ont pas pris la mesure du carcan fiscal que, tous, nous nous sommes imposés.

Il y a pourtant des solutions.

Les radicales (que vous pourrez lire ici), qui auraient un effet immédiat, ne seront évidemment jamais appliquées : le collectivisme, le jacobinisme centralisateur et le socialisme spoliateur se sont trop bien implantés à coup de moraline et de solidarité gluante.

Quant aux solutions plus douces, il suffit d’en brosser quelques-unes pour comprendre les crispations immédiates qu’elles généreraient : depuis la suppression du ministère de la Culture (10 milliards d’euros d’économies) jusqu’à la suppression du CICE (21 milliards d’économies) en passant par celle des aides à la presse (0,4), aux entreprises (110), aux pays étrangers (10), la suppression de l’ENA, de la BPI, du Sénat et de Pôle Emploi — 11 milliards ! — (le Bon Coin fonctionne mieux et moins cher), chacune de ces propositions est l’occasion pour les administrations concernées de hurler et de bloquer le pays, même si ces suppressions permettent de retrouver immédiatement plus de 160 milliards d’euros qui ne seraient plus prélevés et resteraient donc dans les poches des Français et de leurs entreprises.

Mais voilà : à part quelques libéraux, qui propose ces idées ? Personne.

Dès lors, ce pays est foutu.

Voir les commentaires (63)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (63)
  • Tout le pays n’est pas foutu ,une partie s’en sort très bien , vraiment très bien !
    Vous croyez que tous les Grecs sont pauvres , pas du tout, et c’est pareil pour tous les pays dans une situation catastrophique…ok la France du bas et du milieu est foutue ..mais elles sont toujours vivantes ,tant qu’il y a de la vie….il y aura des taxes et ils inventeront la taxe sur la pauvreté pour la faire disparaitre..c’est bien a ça que sert la taxe sur l’énergie non ?

    • Oui, la Nomenklatura française (et européenne d’ailleurs) se porte très bien, qu’elle soit en Grèce ou à Bruxelles. Pendant ce temps les citoyens pressurés se paupérisent et se socialisent. Y a t-il un seul pays socialiste prospère? NON.
      Donc les français ont un sérieux problème intellectuel, tout vient de là.

  • moi, j’veux bien que vous supprimiez tout cela, mais j’insiste pour que soit maintenu le poste d’ambassadrice aux pôles.
    En effet, grace à un travail acharné, désintéressé, au mépris de tous les dangers, dans l’indifférence générale, cette ambassadrice a réussi à ce que la banquise se reforme à une vitesse record, sa surface étant quasi dans la fameuse »moyenne », de plus les ours copulent à tout va, les autochtones réclament le rétablissement du droit de chasse, et on a battu des records de froid en Sibérie( bien fait tiens)
    Pour l’antarctique,paraît qu’il se refroidit( on avait plus blanc que blanc, on a maintenant plus froid que froid) et la banquise est tellement étendue que les manchots crèvent du fait de l’allongement de la distance jusqu’à la mer libre.Cette année, avec un peu de chance on pourra ravitailler les stations,sauf si l’ambassadrice y fait une petite croisière.
    Vous aurez certainement remarqué, que les gilets jaunes ne remettent pas en cause la fameuse transition écologique, ni la nécessaire lutte contre la poele à frire.Ils réclament même l’interdiction du glyphosate, ils veulent simplement que ce soient les autres qui paient
    Bref ils ont tout compris, ce pays est vraiment foutu

    • Le seul regret est qu’on ne lui ait pas fourni le logement de fonction sur place, afin d’éviter qu’elle ne se croie ambassadrice aux studios des médias.

      • N’en parlez pas, à Paris elle apparaît maintenant sur des affiches pour la promo de son… de son… j’imagine qu’il faut bien appeler ça « livre »…?
        L’horreur ! Je suis nostalgique de ces pays où quand un politique se prend une baffe électorale il considère que ça signifie que le peuple ne veut pas de lui, et on ne le voit plus.

        • C’est vrai que son ex François en soutien aux gilets jaunes n’est pas mal non plus…

          • @ MichelO
            C’était quand même le couple présidentiel le plus kitch, le plus gag, le moins crédible et le plus improbable de l’énarchie! Je les ai trouvés désopilants! (Vu de l’extérieur, évidemment!)

    • Brûler des palettes sur la chaussée comme je l’ai vu hier, ce n’est pas très écolo. Mais il est bien possible que ces gens là demande l’interdiction du glyphosate, bernés par la propagande étatique.

    • @Jojoletaxi : Une sacrée famille, les Hollandouille, avec le mari toujours accompagné d’un nuage de pluie et la femme d’une chute de neige.
      Ils devraient être exonérés de toute taxe carbone!

  • claude henry de chasne
    30 novembre 2018 at 10 h 55 min

    que demandent au juste les gilets jaunes?

    Un travail stable,un salaire décent avec des augmentations automatiques,un temps de travail maîtrisé, les allocations familiales doublées, une retraite confortable, un temps de travail flexible , un accueil des banques chaleureux , une mutuelle sympa ,une retraite confortable..
    Bref
    UN POSTE DE FONCTIONNAIRE LEUR CONVIENDRAIT PARFAITEMENT!

    • Non, c’est le contraire, ils demandent à pouvoir vivre de leur travail.

      • claude henry de chasne
        30 novembre 2018 at 12 h 21 min

        je parlais des conditions

        • Et vous les avez vues/entendues où, ces « conditions » ?

          • claude henry de chasne
            30 novembre 2018 at 13 h 31 min

            vous ne connaissez pas les conditions des fonctionnaires?

            • Il était question, il me semble, de ce que vous savez des revendications des gilets jaunes.

              • claude henry de chasne
                1 décembre 2018 at 11 h 03 min

                oui les gilets jaunes veulent etre aussi bien traités que les fonctionnaires.. qu’est ce que vous ne comprenez pas la dedans

                • D’une, je ne comprends pas pourquoi, dans le pays de l’égalité, il devrait y avoir plusieurs catégories de citoyens. Pourquoi donc traiter les salariés du privé ou les professions libérales moins bien que les fonctionnaires?
                  De deux, j’ai cru comprendre que vous avez vu/entendu des revendications des gilets jaunes dans ce sens: augmentations de salaire, retraite confortable, allocations familiales doublées, etc. pour les salariés du privé et/ou les professions libérales. Est-ce que vous avez les sources, svp?

                  • claude henry de chasne
                    2 décembre 2018 at 8 h 28 min

                    allez sur un barrage de gilets jaunes, et demandez leur si ils refuseraient
                    « Un travail stable,un salaire décent avec des augmentations automatiques,un temps de travail maîtrisé, les allocations familiales doublées, une retraite confortable, un temps de travail flexible , un accueil des banques chaleureux , une mutuelle sympa ,une retraite confortable.. »

                    « Pourquoi donc traiter les salariés du privé ou les professions libérales moins bien que les fonctionnaires? »
                    c’est tout le sens de ma remarque, a votre avis pourquoi?

                    • Soyons clairs: on a tous rêvé, au moins une minute, de gagner le Loto et de ne plus rien foutre, de poursuivre nos hobbies sans souci ni contrainte.
                      Bien évidemment, ce n’est pas possible pour tout le monde.
                      Bien évidemment, le vouloir pour tous amènerait à la paupérisation express, pour ne pas mentionner la décadence morale généralisée.
                      Mais le fantasme est séduisant, littéralement diabolique. Refuser ce fantasme suppose une fibre morale et une éducation rare.
                      Oui, le Français est nul en économie et abruti par le collectivisme.
                      On peut quand même le comprendre quand il se soulève contre l’idole monstrueuse qu’il a tout doucement forgée. Qui sait? On est peut-être au début d’une prise de conscience.

                    • Votre argumentaire est particulièrement tordu. La question n’est pas ce que les gilets jaunes ne refuseraient pas (et je trouve la réponde de Pangzi très bien à ce sujet), mais de ce qu’ils demandent de manière explicite. Et vous ne vous mouillez pas du tout sur ce sujet.
                      Quant à la comparaison avec les fonctionnaires, j’ai bien peur que vous m’ayez mal compris. Car enlever des avantages aux ponx ferait également équilibrer la balance.

      • claude henry de chasne
        30 novembre 2018 at 13 h 32 min

        ce qui est terrible c’est que les gens ne savent pas lire..

      • certes mais expliquez moi en pratique que « demander à vivre de son travail « veut dire… en général c’est son travail qu’on adapte afin de vivre… par exemple moi mon travail est polisseur de carapace de tortue naine..j’exige de pouvoir vivre de ce travail.

        • Vivre de son travail, à mon avis, se réfère à percevoir son salaire/revenu complet, ne payer en dépenses obligatoires que ce qui assure ses besoins : santé, logement, retraite, sécurité, et non des montants extraordinaires qui ne laissent rien pour le moindre extra.

          • claude henry de chasne
            1 décembre 2018 at 17 h 30 min

            certes et que faire des 30 millions de personne qui vivent des impots?

            • Ca, c’est leur problème et pas le nôtre. Dans les autres pays, ces personnes trouvent toutes seules des jobs honnêtes et rémunérateurs, donc à mon avis c’est juste une question de leur fournir un environnement favorable pour vivre, elles aussi, de leur travail.

            • Le problème est de sortir de la trappe dans laquelle le pays s’est enferré.

          • ben voila ..si il faut reformuler c’est que la demande n’est pas si claire que ça…

  • @jojo, vous voulez dire que les ours copulent avec l’ambassadrice ? Les pauvres, ils vont pas tarder à se suicider. Ou pt’être bien qu’elle va leur installer un portique avec des radars, des flashs, etc…
    Sinon 2012, Cette belle époque où l’on croyait encore (un petit peu) que le monde allait forcément se réveiller et notre cauchemar se terminer. Hé bien non. C’est de pire en pire.
    Peut on avoir du encore plus pire ? Oh que oui, c’est que le début !
    Au fait 2012 c’est le pédaloman, l’alignement des astres, la naissance de macron. Le début de la fin.

    • plutôt un bon interview de gérondeau.. on peut juste critiquer ses jugements de valeur .par exemple air pur ne veut rien dire au sens usuel ou le sintentions ou connaissances de hidalgo

    • @ La petite bête
      Mais ce n’est pas très gentil de saboter comme ça les arguments des politiciens qui veulent fourguer leur came!

  • Merci H16

    Mais pas aucune réponse

    « Mais voilà : à part quelques libéraux, qui propose ces idées ?  »

    Le smic a 1700.

    De nouvelle aide de l’état…..

    Moi je commence a me dire que je vais aller dans le sens de la vague et même en rajouter.

    Parceque comme ça on ira plus vite dans le mur.

  • Bon je sais qu’h refuse la thèse complotiste et que l’on préfère dire ici qu’il s’agit d’incompétence. Mais bordel, depuis le temps même si ils étaient stupides ils essayeraient d’arranger les choses. Donc CQFD, la direction est celle qui est décidée. Où, pourquoi, qui ?
    Paris répond à Bruxelles…la Bce, les saoudiens ? Il y a un canevas que l’on ne comprend pas. Mais il existe. Mon avis est que c’est effrayant. Je préférais de loin charger les reptiliens qui veulent détruire la planète de l’intérieur pour y installer leur super-race d’extraterrestres !

    • Lisez « cet étrange monsieur Monnet » de Bruno Riondel, ce livre clair et dourcé répondra à l’essentiel de vos questions.

    • Pour en avoir une petite idée, il faut se poser la bonne question : Qui a fait élire Micron par une campagne de pub jamais vu après avoir mobilisé la justice et la presse pour éliminer ses concurrents?
      Quelques noms : Dassault, Bouygues, Perdriel, Arnault, Drahi, Ghosn, Lagardère, Pinault, Bolloré, Pigasse, Neil, parmi les plus influents. Ils ont tous le même objectif : transformer les nationaux en consommateurs apatrides et soumis à la pub. Et le travail est presque fini.

  • je crois que j’opte pour  » ce pays est foutu » en effet, j’ai beau rabâcher tout autour de moi, toujours les même arguments pour montrer que la voie libérale est la seule qui permette de sortir de l’ornière, rien a faire… les Français n’ont pas assez de connaissances en économie pour comprendre, et ce n’est pas avec l’ednat que ça va s’améliorer. Le niveau moyen de compréhension de l’économie du français lambda est affligeant

    • Cela va s’améliorer au fur et à mesure que les poches vont se vider, vous verrez.

      • je crois que ça n’a rien à voir avec les connaissances en économie mais tout à voir avec le refus de voir l’injustice quand on en bénéficie
        Tout le monde comprend assez bien les règles de l’économie de base…

        • et je suis assez étonné que les militants anticapitalistes de base me présentent leur fréquentation du marché local comme un acte de résistance au capitalisme..
          Il y a une opposition aux grosses boîtes qui d’ailleurs peut se comprendre et n’est pas sans fondement..ils confondent capitalisme et connivence.

          • @ jacques lemiere
            Si je comprends très bien la notion de connivence, je ne vois pas toujours en quoi elle est condamnable.
            La politique s’est toujours mêlée d’économie donc la connivence, ce n’est pas nouveau! Il est normal qu’entreprises et politiciens soient partenaires dans l’économie nationale et dans les capitaux investis (le problème restant évidemment les « faveurs » illégales: corruption banale).
            La population cherche à travailler et a donc besoin d’une entreprise qui, elle, a besoin de capitaux. Que l’état favorise le procédé se vérifie partout et me semble plutôt de bonne augure! Ai-je tort?

            • il y a différentes façons de se mêler d’économie. La plus insidieuses est la création de rente par la charge réglementaire et bureaucratique que seules des grosses entreprises peuvent supporter.
              et la connivence n’est pas la faute des entreprises mais des élus.

    • claude henry de chasne
      1 décembre 2018 at 17 h 31 min

      le travail au noir deja…;))

    • Aborder la société de redistribution et la fiscalité progressive sous l’angle pur de la morale est un exercice difficile mais qui en vaut la peine. Essayez! Dans cet animal farm qu’est devenue la France, personne, en réalité, n’est dupe. Les libéraux, moi compris, comprennent très bien que le constructivisme ne peut fonctionner car l’humanisme en est exclu. Pourquoi est il donc si difficile de comprendre qu’une population sous régime tyrannique qui tend de plus en plus vers l’arbitraire va se comporter en premier lieu en fonction de ses peurs, fantasmées ou pas, qu’importe. C’est la peur qui tue la France. A mon humble avis, cela dure depuis 1936

  • Vous remarquerez au passage que le Français moutonnesque passe de Charlie aux gilets jaunes. Que l’Etat ne bronche pas d’un poil. Serein ! Calme, on maîtrise les prochaines taxes, on lustre un peu avec de la vaseline et le petit peuple oubliera bien vite. Au pire on lui fera un petit bain de sang pendant les fêtes histoire de le recentrer sur la réalité. Et si ça marche pas, vaccinons de force avec un petit vaccin dont l’Etat à le secret. Le truc qui vous rend mou et débile à la fois. En dernier lieux on passe un aérosol ou on arrange le gout de l’eau. Vous voyez, l’Etat a encore beaucoup de marges. Nous par contre. 🙁

  • https://reunion.orange.fr/actu/reunion/maurice-vacances-royal-pour-segolene.html

    + les pertes en Poitou Charentes
    + les pertes des portiques ecotaxes
    + + +

  • « Sur l’année 2019, c’est 530 millions d’euro que l’Etat consacrera à l’égalité hommes/femmes. C’est un record historique »
    Ah au moins il y a encore des riches dans ce pays ! Très riches même puisque c’est un record. Et qu’ILS vont prendre en charge l’égalité H/F. (« ILS » sont ceux qui forment l’Etat évidemment) Il n’est point question des contribuables, ni des citoyens, dans l’assertion de Mme Schiappa mais de l’Etat. Celui-ci ne prend jamais de truelle ni de pelle pour construire un établissement scolaire ou refaire une route, mais là il peut mettre sa main dans sa poche sans se salir, ni trop se fatiguer.

    • Quant à l’égalité H/F, j’attends qu’elle s’occupe de faire porter la burqa aux pratiquants masculins. Avec 530 millions d’euro, cela doit être à portée.

    • 530 millions de campagne de communication , Mr Publicis est très content ,elle aura droit à une médaille dans son petit colis de Noël.

  • Je propose aussi la suppression du CESE.
    Et l’oubli définitif du projet de nouveau service militaire ( j’ai vu passer le chiffre de 3 milliards pour le financer , je ne sais pas si c’est exact, mais c’est absurde ! Personne n’en veut )

    • Personne n’en veut de notre éducation nationale et pourtant….le service national va surement corriger les errances de l’éducation nationale…3 milliards de plus ou de moins , c’est sans importance !

  • Le pire est qu’on a beau prévenir, et je n’ai pas manqué de dénoncer Macron dans mes commentaires durant la campagne, l’inéluctable est que ce pays est foutu comme le dit si bien h16.

  • Merci H16 encore un super article, mais le ton est un peu plus grave que d’habitude, faut dire que c’est de pire en pire…
    pour cette assertion:  »Ils sont issus de nos écoles, de nos universités »
    Ils sont surtout issus de l’ENA… le peuple n’est pour eux qu’une variable…
    Quant aux libéraux, combien sommes nous encore à connaitre cette pensée?…

  • Merci H16 pour cet article toujours apprécié. Celui-ci d’autant plus qu’il a le mérite, longuement attendu, d’évoquer, certes succinctement, des propositions.
    Contrepoints devrait initier un mouvement profond et substantiel permettant de faire émerger non seulement un corpus conceptuel (eh oui, il faudrait en passer par là) solide et opposable pour promouvoir le libéralisme, mais aussi des propositions concrètes et circonstanciées face face aux immenses problèmes auxquels nous sommes confrontés (y/c en matière environnementale. Eh oui, nous nous fourvoyons dans notre posture sur ce sujet ; c’est mon opinion) grâce à la voie (ou voix) singulière du libéralisme.

  • cher H16,
    il parait que vous etes un haut fonctionnaire…
    effectivement à moins d’un coup d’etat libéral, ou d’un présient élu honnête mais le système le dézingue avant cf fillon que peut il se passer,
    je rêve d’un destin à la singapour pour la france mais je ne le verrais pas de mon vivant je pense…
    les communistes ont pris le controle de l’éducation, des transports de l’énergie, etc aprés 45 et à part une révolution pacifique initiée par le haut rien n’arrivera de bien c’est sûr…

  • « même si ces suppressions permettent de retrouver immédiatement plus de 160 milliards d’euros qui ne seraient plus prélevés et resteraient donc dans les poches des Français et de leurs entreprises ».
    Ce serait bien la première fois. De mémoire humaine, et même pré-humaine, on n’a jamais vu un Etat truand rester impassible devant un tel tas de fric et ne pas finir par l’empocher, d’une façon ou d’une autre.

  • C’est un sacré bordel sur les Champs…

  • Par contre, il y a pleins de gens venus voir les illuminations de Noel aujourd’hui. Bizarre, non ?

    • claude henry de chasne
      2 décembre 2018 at 18 h 44 min

      samedi çà va saigner, et cramer partout!
      car je ne crois pas ce gvt capable de faire obstacle a ce que j’appellerai, une revolution . oui , car par définition , une revolution
      çà n’est pas structuré , il ne s’agit plus de structurer un mouvement qui va effacer 40 ans de frustrations
      car les utopies des uns , et les chimères des autres , ne sont pas solubles dans la promesse..

      (fillon va falloir l’abattre pour qu’il arrête de rigoler, )
      en plus la casse ils y prennent gout, alors sauf a tirer dans le tas
      je ne vois pas comment ils pourraient subjuguer la vague qui va submerger la ville de Paris

  • D’accord pour les solutions radicales et pas contre les solutions douces… Sauf la suppression du Sénat! Son action tempère les folies de l’Assemblée nationale. Et pour le moment les sénateurs montrent qu’en matière de contrôle de l’exécutif ils valent bien mieux que les jeunots débordés de l’AN-LREM qui n’osent pas poser la moindre question titillante au gouvernement de peur de se faire taper sur les doigts et se cachent en évitant soigneusement leurs permanences d’ici qu’un de leurs électeurs vienne leur demander des comptes. Donc OK sur tout mais pas touche au Sénat!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Chasseray.

Mais où est passé notre bon sens ? notre mémoire ?…

Le confinement aurait-il eu pour effet de déclencher une forme d’amnésie gouvernementale au point d’oublier la France de la colère ? Pour quelques centimes de plus d’une taxe carbone poussée médiatiquement par une frange de bobos-écolos nourris au caviar bio à la louche, la France s’embrasait. On touchait à la voiture, à la mobilité…

Nous ne sommes que quelques semaines plus tard si nous mettons entre parenthèses cette période de crise sanitaire, et... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Emmanuel Macron vient de donner dans la revue Zadig une très longue interview dans laquelle il nous livre son interprétation de la situation française actuelle.

Or, à la lecture de ces pensées, loin d’espérer un mea culpa de sa part, on ne distingue même pas l’ombre d’un regret, le début du commencement d’un constat d’échec, la plus infime trace d’un brin d’humilité face aux méchantes difficultés qu’affronte aujourd’hui notre pays.

Est-ce par calcul cyniquement électoraliste ou, plus grave encore, parce... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tel un Don Quichotte en costume-cravate, Emmanuel Macron s’est engagé dans un combat contre trois ennemis tout à fait hypothétiques : l’oppression dont souffriraient les minorités (religieuses, ethniques et sexuelles), l’amalgame qui existerait entre le terrorisme et l’Islam, et la fureur destructrice des Gilets jaunes.

Mais il n’a rien entrepris contre les Black-blocs, ni contre l’insécurité et ses causes évidentes, ni contre les syndicats de fonctionnaires qui ont bloqué le pays. Surtout, il a poursuivi le t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles