La rougeole, une maladie mortelle contre laquelle la vaccination est indispensable

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La rougeole, une maladie mortelle contre laquelle la vaccination est indispensable

Publié le 28 février 2019
- A +

Par Paul Duprex.
Un article de The Conversation

21 décembre 2018, jour du solstice d’hiver, le plus sombre de l’année. Au Center for Vaccine Research de l’Université de Pittsburgh, nous envoyons un tweet plein de désespoir : un article du célèbre quotidien britannique The Guardian rapporte en effet que le nombre de cas de rougeole en Europe a atteint son niveau le plus élevé en 20 ans.

Pourquoi étions-nous à ce point préoccupés ? L’Europe est bien loin des États-Unis et à en croire certains, la rougeole ne serait rien de plus qu’une bénigne maladie infantile, qui provoque simplement une légère éruption cutanée, un nez qui coule et quelques boutons. Alors à quoi bon tout ce tapage ?

Pour reprendre les mots de George Santayana :

Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter.

Une amnésie collective s’est emparée de nous à propos de la virulence de cette maladie. Nous avons oublié que le virus de la rougeole a tué des dizaines de millions de nourrissons au cours de l’histoire. Désormais, alors que plusieurs flambées sont en cours dans notre propre pays, cette menace fort dispensable est de retour.

La rougeole est une maladie très contagieuse et parfois mortelle, qui se propage comme un feu de forêt au sein des populations n’ayant jamais été exposées au virus. Ce dernier a été impliqué dans la décimation des populations amérindiennes, à l’époque des grandes découvertes. Ces groupes humains n’avaient en effet aucune immunité naturelle contre les maladies introduites par les Européens dans le Nouveau Monde. Certaines estimations suggèrent que la variole, la rougeole et d’autres maladies infectieuses ont tué jusqu’à 95 % de la population amérindienne.

Aux États-Unis, dans les années 1960, le virus de la rougeole infectait 3 à 4 millions de personnes chaque année. Plus de 48 000 malades ont été hospitalisés et environ 4 000 ont développé une encéphalite aiguë, une inflammation des tissus cérébraux potentiellement mortelle.

On estime que le nombre de décès a pu atteindre les 500, principalement des victimes de complications telles que pneumonie et encéphalite. Cette situation a motivé les pionniers de la vaccination anti-rougeole, John Enders et Thomas Peebles, à isoler le virus, l’affaiblir et l’utiliser pour mettre au point un vaccin capable de véritablement transformer la santé humaine.

Les parents qui connaissaient la réalité de la maladie ont rapidement fait vacciner leurs enfants. Le nombre de personnes vaccinées a explosé, entraînant une chute des cas de rougeole et des décès associés dans les pays industrialisés.

Dans le monde, en 1985, année de la mort de John Enders, plus d’un million d’enfants mouraient néanmoins toujours des suites de cette infection. Mais la rougeole était désormais devenue une maladie évitable grâce à la vaccination, et l’Organisation mondiale de la santé impulsa fortement l’élan visant à en finir avec cette tragédie.

Lorsque j’ai moi-même commencé à travailler sur le virus en 1996, plus de 500 000 enfants mouraient encore de la rougeole chaque année dans le monde. Il est difficile de se représenter de tels chiffres. Mettons les choses en perspective : si vous avez déjà voyagé à bord d’un avion de ligne gros porteur (du type Boeing 747), ou si vous en avez ne serait-ce qu’aperçu un, vous conviendrez sans peine qu’il s’agit d’un appareil plutôt gros.

Imaginez maintenant que, chaque jour de l’année, plus de trois de ces avions remplis d’enfants en bas âge s’écrasent, tuant tous leurs occupants. Janvier, février, mars… le solstice d’été en juin, l’équinoxe d’automne en septembre… octobre, novembre, retour au solstice d’hiver, en décembre… une année complète. Vous avez désormais une idée de la réalité de la rougeole. Durant les années 1990, plus d’un demi-million de vies ont été annuellement perdues dans le monde à cause d’elle.

Grâce à la vaccination, cependant, entre 2000 et 2016, la mortalité due à la rougeole a diminué de 84 %. Plus de 20 millions de décès ont ainsi été évités. Quelle réussite, n’est-ce pas !

Suite à l’adoption quasi totale du vaccin dans les pays en développement, les infections dues à la rougeole et les décès concomitants sont devenus très rares. En 2000, la rougeole a été éliminée des États-Unis. La dernière personne qui y est morte de la maladie est décédée en 2015.

Efficacité et ironie de la vaccination

Ces succès ne signifient pas que la rougeole a disparu ou que le virus s’est affaibli. Loin de là. Pour l’avoir observé de près pendant toutes ces années, et savoir ce qui se passe quand il sévit chez un hôte infecté, je ne peux qu’être empli de respect envers ce minuscule « sac de destruction », dont le matériel génétique est 190 000 fois plus petit que le nôtre. Il est ironique de constater à quel point le fait d’avoir perdu de vue la rougeole, en raison du succès de la vaccination, a fait émerger de nouveaux défis sociétaux.

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que les millions d’enfants qui sont morts de la rougeole durant les années de la dernière décennie du XXe siècle vivaient, pour la plupart, ailleurs que dans les pays développés. À l’époque, que ce soit ici aux États-Unis ou en Europe, on appréciait que les vaccins fonctionnent (#VaccinesWork) et que le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) soit administré à la grande majorité des gens, les protégeant de façon efficace et réelle. Deux doses dudit vaccin permettent en effet de stopper l’infection dans 97 % des cas.

Ce que le virus de la rougeole, l’un des agents pathogènes les plus infectieux de la planète, peut faire à une personne non vaccinée est, biologiquement parlant, incroyable. Même en 2019. Répétons-le : ce que le virus peut faire à un être humain non vacciné. Mais pourquoi quiconque déciderait de ne pas se faire vacciner, ou de s’abstenir de protéger ses enfants ?

Parce que notre psychisme post-rougeoleux est frappé d’amnésie sélective. Nous avons oublié le passé. Tragiquement, l’ignorance des faits scientifiques nous a mené jusqu’ici, en un lieu où des individus ne prennent plus la mesure de la valeur et de l’utilité des armes les plus formidables que nous ayons été capables de forger au cours de la guerre immémoriale qui nous oppose aux maladies infectieuses.

Les programmes de vaccination ont subi les ravages des déclarations de célébrités mal informées ainsi que d’allégations non fondées, selon lesquelles des vaccins comme le ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) seraient associés à l’autisme, à la sclérose en plaques, à la maladie de Crohn, etc.

Des parents véritablement attentionnés, inconscients de la réalité de maladies qu’ils n’avaient jamais vues de leurs propres yeux, ont décrété que, puisque les virus avaient disparu de leur partie du monde, les injections faisaient désormais « tellement dernier millénaire ». Bref, certains ont purement et simplement renoncé aux vaccins.

Les conditions d’une véritable tempête sont réunies. Les vols long-courriers ont raccourci les distances entre l’Europe, l’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Asie du Sud-Est, et le virus de la rougeole est si infectieux… Un cas qui se déclare quelque part peut déclencher une infection en n’importe quel endroit du globe. S’avérer incapable de vacciner de larges pans de population favorise la réémergence du virus. De la Californie à New York, de l’État de Washington au Minnesota et à la Géorgie, la rougeole fait un retour en force. Désormais, nous ne pouvons qu’espérer que le dernier décès causé par cette maladie mortelle sur le sol des États-Unis demeurera celui de 2015. Mais rien n’est moins sûr.

Paul Duprex, Professor of Microbiology and Molecular Genetics, University of Pittsburgh

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • Ce que j’aime dans Contrepoints, outre ses articles (et les commentaires) c’est son choix des photos…

    • @Hélébore … qui diffère de l’article original, s’il s’agit d’une reprise.

      La photo en tête de l’article n’étant – semble-t-il – pas le choix de l’auteur, je crois que le seul intérêt est d’ordre esthétique, bien avant la précision du rapport avec le fond.

  • Article de propagande qui méconnaît certaines réalités. L’auteur n’a pas dû consulter le rapport de GSK sur l’Infanrix hexa et les 36 décès survenus en Belgique sur une période de 2 ans.
    Juste un lien parmi tant d’autres
    https://www.youtube.com/watch?v=lRsF-UOR-T0
    Le rapport bénéfice/risque ne plaide pas pour une vaccination généralisée, et encore moins pour la rubéole et les oreillons, dont la vaccination peut être administrée à l’adolescence si besoin.
    Il faut ajouter que l’immunité acquise par la maladie est définitive contrairement à celle par vaccination. Comme les rappels sont rarement faits, c’est à l’âge de procréer que les adultes ne seront plus immunisés.

    • Serge Rader… Ha ! Ha ! Ha !

      Il y a un résumé des points forts sous la vidéo. Notamment Rader venant en défense de l’escroc Wakefield… pouah !

      • Qu’est-ce qui vous incite à penser que Wakefield est un « escroc »?

        Ah oui, une cour kangourou (les libéraux en peau de lapin adorent prétendre mépriser les cours kangourou) l’a déclaré.

        Dans un jugement qui a été partiellement invalidé en appel.

        Bref, vous n’avez RIEN

    • Ne trouvez-vous pas étrange qu’on n’ait jamais entendu parler de décès par rougeole avant qu’un vaccin ait été inventé? D’ailleurs, ce sont les complications de la rougeole qui sont en cause et qui touchent, d’après ce que je sais, des sujets immunodéprimés, donc non vaccinables.
      Mais tout est question de rapport bénéfice/risque.
      Je doute que les parents de petits enfants les soumettraient volontiers à la vaccination sils avaient connaissance des décès et cas d’autisme survenus, même s’ils sont rares. Il faudrait leur prouver qu’il y a davantage de risque de contracter les maladies en question…

      • J’aurais pu ajouter que j’ai eu la coqueluche tout en ayant un carnet vaccinal à jour (mauvais souvenir, inverse du vôtre…) et que beaucoup de pays européens ont mis fin, non pas à la vaccination, mais à l’obligation vaccinale.
        Mais le problème essentiel n’est pas là, à mon avis. On ne peut nier que des conflits d’intérêts existent qui viennent « polluer » le problème de santé publique. Quand Mme Buzyn ose affirmer que les vaccins sont efficaces et sûrs à 100%, elle ment.
        Quand on cherche à s’informer, on se rend compte que c’est un problème complexe a contrario de ce que la propagande veut nous faire croire, en caricaturant bien sûr les « dissidents ».
        J’aurais tendance à dire que chaque médecin traitant est le plus à même d’apprécier ce qu’il convient de faire pour ses patients. Toute avancée scientifique n’est un progrès que si elle est utilisée avec discernement.

      • J’ai 60 ans. Je n’ai jamais entendu parlé de décès de rougeole dans mon entourage. Par contre j’ai connu un cas de mort subite du nourrisson quelques semaines après la vaccination du bébé en 1987. Un cas de tuberculose après vaccination du BCG à l’âge de 10 ans, de multiples abcès à l’épaule après vaccinations, et au moins une dizaine de maladies nosocomiales chopées dans nos hopitaux depuis 1970. De même pour le tétanos, je n’ai jamais entendu parlé de cas de tétanos en 60 ans d’existence.

        • Pour ma part, j’ai perdu une dent après un rappel de vaccination vers l’âge de 6 ans (d’après mes parents, car pour ma part je n’ai aucun souvenir). La primo-vaccination m’avait donné la gastro-entérite, maladie mortelle chez les nourrissons. Je ne compte pas les hématomes et autres réactions inflammatoires (comme les « abcès », le nez qui coule, un poil de fièvre, etc.)…
          J’ai survécu à tous ces symptômes mineurs que vous contractez plusieurs fois par an sans même être vacciné.
          Vous vous payez le luxe d’échapper aux éventuels légers effets secondaires (pauvre chochotte) car d’autres se vaccinent pour vous. Vous « croyez mourir » lorsque vous avez une douleur et une rougeur dans le bras (voire un peu de fièvre) ? Attendez d’avoir la grippe, la vraie (pas un rhume), et maudissez-moi de vous l’avoir refilée à vous qui souffrez d’une malheureuse injection alors que vous fumez…

        • Je n’ai jamais entendu parlé de décès dû à un cancer dans mon entourage, donc ceux-ci n’existent pas…
          Pour le cas de mort subite du nourrisson, évènement tragique dans une famille, vous auriez très bien pu dire : j’ai connu un cas de mort subite du nourrisson quelques semaines après la pleine lune… corrélation n’est pas causalités ! ou alors, apportez nous des éléments plus concrets.

          Votre raisonnement me fait penser aux cygnes noirs ou au panda, ce n’est pas parce que, vous, vous n’en voyez pas que ces derniers n’existent pas.

          Concernant les décès dus, directement ou indirectement, à la rougeole ou au tétanos, nous avons assez de données au travers du globe pour savoir que ces derniers sont réels.
          Pour vous donnez une idée des conséquences de ces maladies, je vous conseille le visionnage de cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=1CifyVPCZ10
          (Elle est réalisée par un étudiant en médecine avec, chose importante, toutes les sources nécessaires pour comprendre les tenants et aboutissants.)

          La seule objection que j’émettrais pour les vaccins est sur ceux protégeant de maladie (ou de leurs effets) non contagieuse, comme le tétanos.

          • @Éric et pour la polio pratiquement éradiquée et au mode de contamination si particulier, comment justifieriez-vous d’en imposer la vaccination à toute la population?

            • Tout est dans le « pratiquement éradiquée ». Donc elle ne l’est pas. Et comme vous êtes bien-sûr au dessus de tout le monde, vous ne risquez rien. Maintenant imaginez que grâce à votre propagande la moitié des Français refusent de se vacciner (je dis la moitié, mais il en faut beaucoup moins pour relancer une épidémie).
              Alors ? Toujours confiant ? Et votre petit dernier qui est prématuré et ne peut être vacciné normalement… Vous y pensez ?
              Quant au mode de transmission, comment expliquez-vous les épidémies de gastro-entérite dans un pays à l’hygiène parfaite comme la France ? Ah ! Oui, mais vous dites dans un autre commentaire qu’en fait c’est le contraire : les gens trop propres ou qui prennent trop de médicaments courent plus de risques. Je vous rejoins là-dessus (tout dépend des médicaments : certaines personnes en ont vraiment besoin, malgré le risque), mais justement les vaccins ne sont pas des médicaments mais des agents pathogènes atténués ou morts. Allez… Oubliez la piqûre et imaginez toutes les bactéries avec lesquelles vous avez été en contact depuis votre naissance, que vous avez touchées, puis mis les mains à la bouche, etc. C’est ça l’immunité. Alors que les bactéries qui survivent à nos antiseptiques/antibiotiques sont « résistantes » à ces produits et finissent par prendre la place des défuntes.
              Vraiment, la peur peut se comprendre, encore que. J’ai la phobie des insectes et araignées, je ne passe pas mon temps à essayer de me convaincre que ces bêtes sont dangereuses (c’est dangereux une coccinelle ? Oui, pour les pucerons.) ! Regardez la vidéo ci-dessus, c’est un bon début.

              • Quel est le risque d’être exposé à la polio en France?

                Aucun. On ne trouve pas de polio dans l’eau, grace à la technologie NON médicale.

                • Bah oui, mettre du chlore dans l’eau, ce n’est pas médical. On en avait en stock et ça donne bon goût. Et sinon, en sortant des toilettes, vous vous lavez bien les mains pendant une minute, entre les doigts et sous les ongles avant de toucher la poignée de porte ?
                  Que ça vous plaise ou non, c’est grâce à la vaccination qu’il n’y a plus la polio en France. Parce que niveau hygiène, croyez-moi les Français sont crades et s’en portent plutôt bien !

          • Argument classique des vaxxers, toujours d’une très rare débilité : on n’en meure pas en France, mais on en meure QUELQUE PART, donc il FAUT vacciner les Français.

            Il n’y a pas d’équivalent à la débilité vaxxer, pas même dans le chauffagisme.

            • Et toujours la même débilité des antivax : confondre la mortalité avec l’incidence. Votre intelligence supérieure comprendra… ou pas.
              Un indice tout de même : en France (et ailleurs) ou ne meurt presque plus d’une carie ; est-ce à dire que les caries sont éradiquées ? Et non, je ne fais pas de fixette sur les dents !

      •  » MOI, J’AI VU MOURIR DES COPAINS ET COPINES DE CES MALADIES! »

        Quelques centaines de morts en France comparés au centaines de milliers de victime du SEUL vaccin hep B

        • Des centaines de milliers de victimes ? Pouvons-nous avoir connaissance de cette épidémie s’il vous plaît ? Quels sont les symptômes ? Vos sources ? Des centaines de milliers… Comme les victimes de Tchernobyl, quoi ! Bizarrement je n’en connais aucune, alors que statistiquement on devrait tous en connaître au moins une.
          Des centaines de milliers… de neurones qui fonctionnent mal chez vous.

          • Ok, pas de réponse. Merci, tout le monde a pris note. Vous auriez au moins pu dire « des millions de victimes d’un trou d’aiguille dans la peau », mais non : rien. CQFD.

    • Il faut arrêter avec cette propagande très bien orchestrée par le capitalisme de connivence que maîtrise parfaitement l’industrie pharmaceutique française à la pointe du lobbying vaccinal, Sanofi-Pasteur en tête.
      Comment expliquer que nombre de pays Européens ont renoncé à leur politique de vaccination obligatoire alors que la France l’augmente ?
      Alors que les campagnes de vaccinations massives entrainent systématiquement des scandales sanitaires dans les pays pauvres qui s’y prêtent ?
      C’est un vrai déni de liberté fondamentale.

  • La rougeole qui n’est pas une maladie bénigne mais potentiellement mortelle, cf la mort de Louis de France (père de Louis XV) et son épouse ainsi que leur fils en une semaine d’intervalle, à l’âge de 30 ans et 27 ans en 1712.

    • La médecine n’était pas à l’époque ce qu’elle est aujourd’hui.
      Il y a eu aussi de nombreux morts dans les populations du « Nouveau Monde » qui n’avaient pas développé d’anticorps face à cette maladie et à d’autres.
      Il n’est pas sûr que vacciner des populations entières contre des maladies rares voire disparues (comme la diphtérie), au risque d’affaiblir tout le système immunitaire soit pertinent à long terme.

    • On nage en plein révisionnisme historique !
      La famille royale et la cour de Louis XIV ont été décimées par une épidémie de variole, pas de rougeole. Visiblement, on révise l’histoire de France pour supporter la propagande de vaccination contre la rougeole
      J’ai 60 ans, je n’ai jamais entendu parlé d’aucune mortalité d’enfant de cas de rougeole en France.
      Qui peut citer sous serment des cas de rougeole mortels en France ?
      Par contre j’ai un frèere qui a attrapé la tuberculose en 1964 suite à un test d’immunité défectueux qui a enclenché une seconde vaccination qui l’a contaminé.
      Tous les cas de rougeoles qui font ces statistiques de l’OMS alarmistes sont relatives à des populations malnutries de pays pauvres.

      • Justement, comment la variole a-t-elle été éliminée ? Cette maladie fut l’une des plus mortelles jusqu’à la découverte d’un vaccin.

        • La régression de la variole a résulté surtout de l’amélioration du niveau d’hygiène en général, puis de mesures de détection et isolement des cas (endiguement). Ce que rapporte honnêtement le rapport final sur l’éradication (cf. Dr HENDERSON, OMS)

  • Etre vacciné n’a jamais empêché de choper la maladie, ni d’être porteur de la maladie. La preuve aux USA, on a reproché à des personnes non vacciné d’avoir contaminé des gens l’étant, clownesque. Et puis il parait que nous sommes trop sur terre, dixit l’eugéniste Bill Gates, il n’y a qu’à laisser faire. Dommage car la vaccination est un business juteux pour big pharma.

  • Ben heureusement que nous les retraités du Papy Boom avons été vaccinés !
    Chez qui il chercherait le pognon, le micron ?

  • Notre époque est formidable faute d’inventer un nouveau monde elle renie les bienfaits apportés par leurs ancêtres et même leurs contemporains et bloque tout progrès a cause d’un principe de précaution totalement pipé par des escrocs

    • Il ne s’agit pas de renier les bienfaits de la science, ce que l’on dénonce c’est quand l’industrie pharmaceutique publie des articles scientifiques pour s’arroger les mérites de la disparition de maladie du fait de la vaccination alors qu’elles ont disparu du fait de l’amélioration de l’hygiène.
      C’est ce genre de mascarade que l’on dénonce.
      Le plus bel exemple de capitalisme de connivence dans le monde vaccinal est l’histoire du BCG.
      Please make your due diligence.

      • Bravo.Une grande partie des réponses que j’ai lu sont une pure improvisation digne du café du commerce

    • Les bienfaits de quelles procédures médicales?

      http://www.rolandsimion.org/spip.php?article303

  • Je ne comprends pas pourquoi certains commentaires prenant le contre-pied de l’article sont affublés d’un -1. Ces commentaires sont argumentés, ils contredisent un discours officiel, ils sont donc très instructifs. Pourquoi les pénaliser ? Au lecteur de faire la part des choses, de se faire une opinion, mais pour se faire une opinion il faut des points de vue contradictoires.

    • Un point de vue biaisé ou faux peut être argumenté. La plupart du temps avec des arguments biaisés ou faux. Je pense que c’est ça qui est pénalisé dans les votes.

      Juste un exemple, que « La petite bête » ose dire que personne n’était au courant que la rougeole entrainait des décès avant la création du vaccin, me parait mériter un vote négatif.

      « Ne trouvez-vous pas étrange qu’on n’ait jamais entendu parler de décès par rougeole avant qu’un vaccin ait été inventé ? »

    • Pour se faire une opinion, il faut que le problème soit correctement posé et disposer effectivement des arguments pour et contre. Malheureusement, et on le voit dans les commentaires, la plupart des arguments contre la vaccination reposent sur des affirmations on ne peut plus douteuses. On en vient, lorsqu’on prend les choses avec recul, à se demander si la discussion n’est pas une polémique parfaitement artificielle, en vertu de ce principe médiatique moderne qu’il faudrait diviser le monde en « pour » et « contre », même pour des affirmations comme « 2+2=5 » ou « 1+1=2 ».
      En l’occurrence, je note qu’aucun des opposants à la vaccination ne présente sa position comme une analyse comparée des risques et des avantages dans chacune des configurations, mais simplement par des remises en cause gratuites du risque pour ceux qui ne seraient pas vaccinés et des avantages pour ceux qui le seraient.

      • Sortez des medias mainstream et vous trouverez de nombreuses publications scientifiques réellement indépendantes qui contredisent ces études elles non-independantes qui servent la soupe avec le saint-chrême médiatico-scientifique à nos mandataires politiques et technocratiques.
        Louis Pasteur lui-même a été le premier lobbyiste français de l’industrie pharmaceutique. Ses résultats ont été depuis démontrés comme s’appuyant sur des chiffres bidonnés, démonstrations faites par des chercheurs indépendants de l’Ecole de Médecine d’Harvard.
        Il est temps de revenir de Lalaland…

        • Quels résultats de Louis Pasteur ont-ils été bidonnés, s’il vous plaît ? J’attends votre réponse.
          L’industrie pharma au temps de Pasteur… Bien sûr !
          Personne n’avait la variole, maladie imaginaire créée par les labos de l’époque. Pffff !!!!

        • Oui Pasteur escroc, tricheur, faussaire, plagiaire est un Héro de la France de Descartes et de la Médecine de Molière et de Sarko.

    • Parce que la vaccination est une idole « scientifique » et qu’attaquer une idole engendre des comportements typiques de l’hystérie.

  • Les articles Contrepoints sur les vaccins me fascinent: si habituellement, votre religion s’y oppose, lorsque vous traitez des vaccins, tout y est: la planification, l’obligation, « l’inconscience des parents », le collectivisme (ah, la joie non feinte de l’évocation d’un bon vieux plan quinquennal).
    La dernière fois, des commentateurs pourtant structurellement ennemis des aides d’état, si j’en crois l’argumentaire habituel du site, (et donc les refusant très certainement à leur niveau) appelaient de leurs vœux à ce qu’on supprime les dites aides aux parents qui refuseraient qu’on vaccine leur progéniture.
    Finalement, le libéralisme chez vous a une limite, le vaccin pour tous. Décevant.

    • Pas vraiment.
      Tout d’abord bcp de commentaires sont bien représentatifs de la labilité de la mémoire humaine qui tend à rapidement (sur 2-3 générations) effacer les choses désagréables et en particulier les milliers de victimes (mortes ou handicapées) anciennement causées par les diverses infections actuellement jugulées par la vaccination. Seule restent en mémoire les désagréments de la vaccination car, actuellement, ce sont les seuls éléments visibles.
      Cela dit, bien que très en faveur de la vaccination, j’estime que cela est du ressort de la libre décision de chacun.
      Cependant, en France, la population a majoritairement fait le choix il y a 70 ans, d’un système de santé collectiviste et a remis tout pouvoir à l’Etat pour le gérer. La population a, de fait, abandonné à l’Etat la responsabilité de gérer sa propre santé. A partir de ce moment, l’Etat se retrouve en droit d’imposer aux français ses choix (souvent dictés par un but politique ou une volonté de faire des économies) en matière de politique de santé.
      A contrario, si chacun était en droit de gérer sa propre santé en choisissant librement un système assuranciel plutôt qu’un autre, il ne faut pas imaginer qu’une assurance santé privée couvrirait de manière identique une personne se vaccinant et une autre refusant de se faire vacciner. Cette dernière se verrait imposer une surprime ou serait moins (voire pas du tout) couverte pour la prise en charge de la maladie pour laquelle elle a refusé de se faire vacciner.
      Il n’y a pas de liberté sans responsabilité et l’abandon de sa responsabilité entraîne une perte de liberté.

      • Sur le plan assurantiel, il n’est pas invraisemblable d’envisager que la surprime ne se trouve pas du côté que vous envisagez: l’expérience conduirait déjà à différencier selon le vaccin concerné et pourrait conclure que les gens les plus vaccinés présenteraient davantage de risques du fait de nombre et de la variété des vaccinations reçues, mais aussi que cela reflèteraient de leur part une tendance à une surconsommation médicale, et à un état de stress préjudiciable…

      • C’est justement SUR l’effacement de la mémoire médicale que comptent les promoteurs de LA vaccination miracle de la médecine, ceux de la génération vaccination au collège contre l’hep B ont vu la super méga catastrophe sanitaire causée par juste pas ce vaccin.

        Bref vous inversez TOUT comme les gochistes le font TOUJOURS.

        Personne ne peut imposer un traitement médical à un individu. Vous justifiez le fascisme par des arguments économiques (mensongers).

        Bref, vous représentez parfaitement les libéraux en peau de lapin qui cautionne la pire chose que puisse pratiquer un état qui n’a pas légalisé la TORTURE.

    • Et surtout la CONFIANCE dans le Système de santé pour évaluer les effets secondaires des vaccins.

      Déjà que le Sinistre de l’intérieur n’arrive pas à évaluer avec une précision 50%-200% le nombre d’éborgnés par ses propres forces, les libéraux en peau de lapin croient que d’autres arrivent à reconnaitre les centaines de milliers de maladies neurologiques déclarées des mois ou des années après un vaccin.

  • Article américain plutôt excessif.
    Sans vouloir entraîner à des lectures militantes, je recommande les livres et articles du Pr Didier RAOULT, éminent infectiologue pasteurien et favorable à la vaccination, mais rationnellement, notamment son livre « La vérité sur les vaccins » ou, concernant la rougeole, son article d’octobre dernier, présentant l’étude menée avec Cléa Melenotte, Christine Zandotti, Philippe Gautret, Philippe Parola,
    « Comment lutter contre la rougeole en France »
    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/raoult-comment-lutter-contre-la-rougeole-en-france-01-10-2018-2259200_445.php?boc=177188&m_i=Ji6eyir%2B_1LgTnnzsMo1BYLZMotysoWVq_OgFAzozUv4RkaBW%2BESBoOBmepLC7u7qCVUdISgSKpcn9oOb00hrySyM%2Bi4JL&M_BT=14796558613#xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Matinale%5D-20181002
    RAOULT conclut à recommander de vacciner le corps médical plutôt que tous les enfants. Et il s’inquiète de la place prise par un nouveau virus de rougeole.
    Les 3 décès français de 2018 concernaient une femme de 32 ans souffrant « d’une obésité sévère et de comorbidités sévères et complexes », une fille de 16 ans, greffée du cœur à l’âge de 2 ans, et poussée dans des compétitions sportives mondiales, le troisième un homme de 27 ans, immunodéprimé: la vaccination de tous les enfants de moins de 18 mois ne leur aurait été d’aucun secours.

    • Raoult soutient la vaccination anti grippe et hep B, alors pour la rationalité on repassera

  • Encore un articulet de propagande gouvernementale sur Contrepoints, le site alternatif des « En Marche »!

    Pour se ré-informer :

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article419

  • Eh ! Les antivax ! c’est bien de mettre des « -1 » partout (je fais de même), mais ce serait bien d’argumenter aussi.
    Allez-y ! On écoute votre « science ». Puisque vous êtes experts en immunologie…
    Je vous écoute.

    • Des Français ont apporté la rougeole au Costa Rica. Pouvez-vous l’expliquer ?
      Allez-y : je veux tout savoir sur cette maladie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le dix-neuvième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique présente une courte description des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Notre héros du jour est Louis Pasteur, scientifique français du XIXe siècle que l’on a surnommé « le père de la microbiologie ». Il est célèbre pour avoir développé la théorie de l’origine microbienne des maladies, créé le procédé de pasteurisation (qui évite l... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Jamais aucun lancement de médicament n'aura été aussi suivi que celui des vaccins anti-Covid-19. Malgré une immunité semblant plus courte qu'espérée, ils ont permis d'éviter des millions de décès qui auraient été causés par le covid.

La relative nouveauté de la technologie à ARN messager utilisée (étudiée en fait depuis les années 1980) a créé pour certains une méfiance initiale ; le sujet le plus polémique, nourrissant inquiétudes et fantasmes, reste celui des effets indésirables des vaccins covid, mineurs o... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Depuis le début de cette pandémie, les enfants et les adolescents ont été victimes de la gestion étatique disjonctée et autoritaire de la crise sanitaire, alors qu’ils n’auraient jamais dû être concernés par une pandémie qui frappe essentiellement les personnes âgées.

Plus généralement, que dire de gouvernements qui exigent des sacrifices considérables de toute la société pour sauver - tant bien que mal, d’ailleurs - des personnes âgées et inactives aux dépens de personnes jeunes et actives, que ce soit des éco... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles