Temps de parole des députés : psychodrame à l’Assemblée nationale

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Temps de parole des députés : psychodrame à l’Assemblée nationale

Publié le 31 mai 2019
- A +

Par Ludovic Delory.

Les lendemains d’élection font trembler les travées de l’Assemblée nationale. En souhaitant réformer le temps de parole des parlementaires, Richard Ferrand a senti gronder une fronde venue de l’opposition.

L’enjeu ? La réforme du règlement de l’Assemblée. Elle vise à rendre « les débats plus fluides et efficaces ». À vrai dire, l’inflation législative que connaît la France depuis plusieurs décennies donne régulièrement lieu à des palabres interminables, à des séances nocturnes dans un Palais Bourbon quasiment vide. Depuis six mois, le président de l’Assemblée travaille de concert avec les présidents de groupe pour obtenir une réforme qui satisferait tout le monde. En limitant le temps de parole à cinq minutes pour chaque groupe parlementaire sur les discussions générales de texte.

Mercredi, l’opposition a décidé de boycotter les débats.

Vous avez 5 minutes ?

« On nous empêche de porter la voix du peuple« , a ainsi clamé le communiste André Chassaigne, relayé par ses homologues socialistes affirmant que « la majorité a gagné dans les urnes le droit de gouverner, pas le droit de nous faire taire« .

« Nous faire taire » ?

Vu le nombre de tweets et de commentaires repris par les réseaux sociaux, par la chaîne parlementaire et par les militants, l’écho de ce débat a dépassé l’enceinte de l’Assemblée nationale. Dans une posture mitterrandienne, Jean-Luc Mélenchon s’est même permis de réitérer la rhétorique du « coup d’État permanent » :

Dans un souci d’apaisement, Richard Ferrand a finalement reporté la disposition sur les temps de parole, soumettant à mi-mots, pour expliquer la fronde, l’idée d’une vengeance des « grands perdants des élections européennes ».

Le débat politique à sens unique

Limiter le temps de parole des groupes parlementaires à 5 ou 10 minutes en fonction des textes en discussion, cela doit-il représenter un effort hors du commun pour des élus de la République ?

La question ne se pose pas uniquement en ces termes.

À force, il est vrai, de débattre du code vestimentaire en vigueur à l’Assemblée nationale, d’accumuler les heures de débats qualifiés de « stériles » sur les bancs mêmes de la majorité, les députés en viennent à défendre l’essentiel : leur propre liberté d’expression. Dans l’hémicycle, les mots durs ont fusé : « Déni de démocratie », « Atteinte aux libertés »,…

Question : pourquoi les parlementaires en viennent-ils à se battre pour défendre un droit fondamental qu’ils refusent pourtant à une frange de la population ? Pourquoi des lois sur mesure sont-elles prises à l’encontre de ceux qui n’ont pas l’heur de plaire au pouvoir en place ? Pourquoi des journalistes ayant enquêté sur des affaires touchant l’Élysée sont-ils sommés de dévoiler leurs sources ?

Pourquoi le président de la République s’octroie-t-il le droit de débattre, des heures et des heures durant, en direct sur les chaînes de télévision, lors d’un Grand débat qu’il a lui-même initié, tandis que son groupe parlementaire impose des restrictions aux groupes d’opposition sous prétexte « d’efficacité » ?

Le « psychodrame » qui se joue à l’Assemblée nationale peut faire sourire sur la forme. Il n’en soulève pas moins le débat de fond que tout démocrate doit aujourd’hui se poser : le combat pour la liberté d’expression vaut autant pour les élus que pour ceux que ces derniers tentent de museler à coups de lois liberticides.

Et cela vaut plus que cinq minutes de temps de parole.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • claude henry de chasne
    31 mai 2019 at 5 h 38 min

    L’assemblée nationale c’est ringard ! inefficace et cher!

    • Respectueusement, ce qui est ringard, dangereux et liberticide, c’est la monarchie républicaine, assortie d’une assemblée élue en synchronicité: le pouvoir d’un, sans contre-pouvoir fonctionnel.

      • Actuellement, c’est un contre-foutoir que l’on a :mrgreen:

      • claude henry de chasne
        1 juin 2019 at 4 h 22 min

        monarchie républicaine jamais remise en question par cette assemblée , ce qui la rend ipso facto , ringarde

        • Si c’est l’ensemble du fonctionnement de la 5ème qui est en cause, ce n’est pas en affaiblissant davantage l’assemblée que l’on arrangera les choses.

  • Reduire le temps de parole n’est pas suffisant ,il faut les rendre muet de toute facon il n’ont pas leur mot a dire ,seulement appuyer sur un bouton..et certains n’en sont meme pas capables ,ils se trompent.

  • Dire que cette débilité nous coûte plusieurs milliards par an …

    Cela coûterait moins cher de faire des plébiscites annuels (au suffrage universel direct) sur les mesures gouvernementales/présidentielles. Ca permettrait de refuser en bloc leurs conneries.

  • Serait-ce techniquement possible de remplacer le Parlement par le vote par les citoyens?
    Cela aurait l’avantage d’une vraie démocratie. Mais est ce que les gens veulent vraiment voter les lois?

    • Je précise ma pensée: le vote électronique par blockchain?

    • Mais est ce que les gens veulent vraiment voter les lois?

      Mais est ce que le pouvoir royal veut vraiment laisser les gens voter les lois?

  • le peuple n’a que le droit de se taire et payer ses impôts !

    Au lieu de limiter le temps de paroles, ils devraient limiter le nombre de lois !

  • C’est réduire le nombre de députés à 200 au maximum, l’urgence, et octroyer à ceux qui restent le temps de parole ainsi gagné.

  • C’est parfaitement juste et bien dangereux. Il semblerait que M. Macron et ses suivants souhaitent plonger la France et les Français dans une profonde léthargie! Y a-t-il un prince charmant quelque part pour venir réveiller la belle au bois dormant?

  • A quoi bon parler dans une chambre d’enregistrement ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Damien Theillier.

Damien Theillier est professeur de philosophie, fondateur de l'Institut Coppet et président de l'École de la Liberté. Il rappelle que le rôle du Droit est de sanctionner les actes qui violent le principe universel de non-agression, et non les paroles qui en aucun cas ne sauraient être assimilées à une agression physique, car c’est de la seule libre confrontation des idées et des opinions, même lorsqu’elles sont méchantes et haineuses, que peut résulter le progrès de la connaissance du vrai. Partant de là, Damien T... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

Pour une raison inconnue, le droit de se taire n’a jamais suscité le même engouement que la liberté d’expression. On abuse pas du droit de se taire, loin s’en faut. Alors que la liberté d’expression fait salle comble et c’est tant mieux. Mais pourquoi donc se tait-on si peu ? Après tout, personne ne nous oblige à donner notre avis sur tout. Il s’agit d’un droit, pas d’un devoir.

Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis, ravis de donner leur avis sur la vie - Alain Souchon.

On peut comprendre que c... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Tour d’Ivoire n’est pas ce que j’imaginais, à savoir la critique de ceux (intellectuels, politiques, journalistes, stars du show business) qui regarderaient les autres avec mépris du haut de leur tour d’ivoire ; mais plutôt, au contraire, une sorte de refuge littéraire profond contre la médiocrité de l’air du temps. Celle du conformisme de la pensée, de l’obsession du politiquement correct, plus particulièrement de la culture woke et de la mise au ban de ceux qui, tenant le moindre propos spécieux à cet égard, sont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles