Les ados fument moins grâce à la cigarette électronique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les ados fument moins grâce à la cigarette électronique

Publié le 30 juin 2019
- A +

Par Jacob Sullum, depuis les États-Unis.

Les déclarations publiques du Centre pour la prévention et le contrôle des maladies (CDC) ont une vue alarmiste sur l’e-cigarette, les décrivant comme une menace pour la jeunesse américaine, qui, prétendument, se mettrait à fumer de nouveau en masse après avoir essayé le vapotage et être devenu accro à la nicotine. Mais les données de la CDC nous racontent une histoire différente.

Chute du tabagisme chez les ados

Ce mois-ci, la CDC a publié les derniers résultats de son Étude nationale sur les comportements à risque des jeunes (NYRBS), conduite tous les deux ans. Les chiffres de 2015 montrent que le tabagisme continue à chuter parmi les adolescents, même si ils sont de plus en plus nombreux à essayer le vapotage. Mais comme d’habitude, la CDC choisit d’accentuer l’aspect négatif.

« Le tabagisme actuel est à un niveau historiquement bas, ce qui est une excellente nouvelle », a concédé le directeur de la CDC, Tom Frieden. « Néanmoins, il est troublant de voir que des étudiants participent à de nouveaux comportements risqués, tel l’utilisation d’e-cigarettes. Nous devons continuer d’investir dans des programmes qui aident à réduire toutes les formes d’utilisation du tabac, dont l’e-cigarette, parmi la jeunesse. »

Vous voyez ce qu’il vient de faire ? Frieden, à son habitude, a appelé le vapotage « usage du tabac », bien que les e-cigarettes n’en contiennent pas. En réalité, les données de l’étude Surveiller le futur indiquent que les liquides des e-cigarettes utilisés par les adolescents ne contiennent typiquement même pas de nicotine.

Même lorsque les adolescents utilisent des cigarettes électroniques pour inhaler de la nicotine, ils font face à des risques pour la santé bien moins importants que les fumeurs, un point crucial que la CDC obscurcit témérairement et régulièrement, en laissant entendre que la popularité grandissante du vapotage efface tous les bénéfices pour la santé publique de la baisse continue du tabagisme.

Baisse spectaculaire

Cette baisse a été spectaculaire. Selon l’étude NYRBS, la part des élèves du secondaire qui ont déclaré avoir fumé des cigarettes pendant le mois précédent a chuté de plus de 36 % en 1997 à moins de 11 % en 2015, soit une baisse de 70 %. D’autres enquêtes, dont Surveiller le futur et l’Enquête nationale sur le tabagisme de la jeunesse de la CDC, montrent une tendance à la baisse similaire, de même qu’un intérêt pour les cigarettes électroniques à la hausse de manière spectaculaire.

La CDC a sonné l’alarme à propos de cette hausse de l’expérimentation des e-cigarettes par les adolescents depuis 2012, sur la base de réponses à des questions ajoutées à l’enquête en 2011. Pourtant, l’enquête NYRBS montre que l’utilisation de cigarettes sur le mois précédent a chuté de 18,1 % en 2011 à 10,8 % en 2015. Les propres chiffres de la CDC démentent l’idée que le vapotage renouvelle l’intérêt pour le tabagisme.

Une étude publiée la semaine dernière dans le journal Pediatrics prétend prouver que le vapotage renouvelle néanmoins l’intérêt pour le tabagisme. Mais en fait ce n’est pas ce que montre l’étude.

Jessica Barrington-Trimis, une associée de recherche postdoctorale à l’Université de Californie du Sud, et ses huit collaborateurs ont commencé avec l’Étude sur la santé des enfants, qui a suivi plus de 5000 enfants en Californie du Sud depuis 2002. Les chercheurs se sont concentrés sur 213 sujets qui en 2014, lorsqu’ils étaient en première et terminale au lycée, ont déclaré qu’ils n’avaient jamais fumé.

Jessica Barrington-Trimis et ses collègues ont fait compléter à ces adolescents des nouveaux questionnaires en moyenne 16 mois plus tard. Ils ont constaté que les adolescents qui avaient déclaré essayer les  cigarettes électroniques en 2014 étaient six fois plus susceptibles que les autres de déclarer avoir essayé les cigarettes traditionnelles dans l’enquête de suivi.

Les chercheurs en concluent que « l’utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes n’ayant jamais fumé peut augmenter le risque d’initiation ultérieure à la cigarette et autres produits combustibles durant la transition à l’âge adulte lorsque l’achat de produits contenant du tabac devient légal ».

Pas forcément de lien entre vapotage et tabagisme

Là encore, il est possible que non. Bien que Jessica Barrington-Trimis et ses collègues ont trouvé une forte association entre le vapotage et le tabagisme, il n’est pas forcément avéré que le premier entraîne le second. Il se peut simplement que les adolescents enclins à essayer le vapotage soient également enclins à essayer le tabac, et qu’ils essayent le vapotage d’abord car il a meilleure odeur et meilleur goût et provoque moins d’inconfort. Même si les e-cigarettes n’existaient pas, ces mêmes adolescents auraient au final essayé de fumer de toute façon.

De plus, comme Michael Siegel, chercheur en santé publique à l’Université de Boston, l’indique, les chercheurs ne disent pas combien de sujets utilisaient les e-cigarettes régulièrement au départ, ni combien sont devenus des fumeurs réguliers lors du suivi :

« La base pour l’utilisation de la cigarette électronique a été définie comme une personne ayant pris une bouffée de cigarette électronique. Et l’initiation au tabac a de même façon été définie comme le fait d’avoir inhalé une bouffée de cigarette. Dès lors, l’étude n’a pas documenté si un seul sujet a été un vapoteur régulier.

Il est tout à fait possible (et même probable) que la majorité de ces enfants aient essayé la cigarette électronique, sans devenir vapoteurs, et se soient ensuite tournés vers les cigarettes normales. En fait, il est tout à fait possible que si ces enfants avaient été en mesure de s’en tenir au vapotage, ils ne soient jamais devenus fumeurs. »

En outre, l’étude a compté tous ceux qui avaient simplement pris une bouffée de cigarette comme étant des fumeurs. Donc théoriquement, un sujet aurait pu prendre une seule bouffée de cigarette électronique et détester ça, puis prendre une seule bouffée de cigarette et détester ça, et il aurait été considéré comme ayant commencé le tabac parce qu’il était d’abord devenu accro au vapotage.

L’addiction à la nicotine

Cette étude est loin de confirmer l’hypothèse selon laquelle les adolescents qui n’auraient autrement jamais fumé deviennent dépendants à la nicotine par le vapotage et progressent finalement vers la cigarette traditionnelle. Elle ne montre pas que les adolescents vapotaient suffisamment pour devenir accro à la nicotine (ou même que les e-liquides qu’ils utilisaient contenaient de la nicotine).

Elle ne montre pas que les adolescents ayant essayé le vapotage et ensuite essayé de fumer ont aimé l’un ou l’autre, et encore moins qu’ils ont développé une addiction au tabac tenace et létale. Mais surtout elle ne montre pas que la disponibilité des e-cigarettes a eu un impact sur les décisions ultérieures des adolescents concernant le vrai tabac.

« Il est possible en principe que l’utilisation de la cigarette électronique parmi les adolescents n’ayant jamais fumé constitue un marqueur pour ceux qui auraient commencé à fumer dans le cas où les e-cigarettes n’étaient pas disponibles », concèdent Jessica Barrington-Termis et ses collègues. « Parmi ces adolescents, la disponibilité des e-cigarettes peut avoir retardé le commencement du tabac pour ceux qui auraient continué à fumer de toute façon. » Mais ils suggèrent que l’explication alternative est peu plausible, étant donné que « le risque de tabagisme associé à l’utilisation de cigarette électronique était encore plus élevé chez les participants ayant déclaré n’avoir aucune intention de fumer à l’évaluation initiale, par rapport au groupe d’adolescents ayant indiqué être susceptible de commencer à fumer. »

Là encore, le vapotage peut simplement être un marqueur très faible de l’utilisation future du tabac pour ceux qui admettent déjà qu’ils seront intéressés par le tabac. Chez les adolescents qui disent n’y avoir aucun intérêt, le vapotage permet de différencier ceux qui auraient néanmoins expérimenté les cigarettes de ceux qui ne l’auraient pas fait. Mais parmi les adolescents ayant exprimé qu’ils fumeraient probablement un jour, le fait qu’ils aient déjà essayé le vapotage n’apporte pas autant d’informations.

En mettant de côté les limites de cette étude, le fait demeure que les tendances à vapoter et à fumer chez les adolescents ont évolué dans des directions opposées pendant des années. Si les e-cigarettes étaient un précurseur au tabac chez les adolescents, on s’attendrait à voir davantage fumer, ou au moins, voir une diminution dans la tendance baissière qui a commencé à la fin des années 1990.

Au contraire, la tendance à la baisse s’accélère durant la même période où l’intérêt pour les e-cigarettes a décollé. Peut-être que les angoissés professionnels de la CDC devraient envisager la possibilité que les cigarettes électroniques supplantent les cigarettes classiques, un développement qu’ils devraient célébrer au lieu de se lamenter.

Article initialement publié en juin 2016.

Traduction par Contrepoints de Teenagers Smoke Less As They Vape More.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • « Ils ont constaté que les adolescents qui avaient déclaré essayer les e-cigarettes en 2014 étaient six fois plus susceptibles que les autres de déclarer avoir essayé les cigarettes traditionnelles dans l’enquête de suivi. »

    Oui, c’est fou quand même comme certains arrivent à présenter des études pour qu’au final elles deviennent conformes à leurs préjugés.

    Alors que si on disait que ceux qui ont essayé de faire du judo en activité périscolaire étaient 6 fois plus susceptibles de s’essayer ensuite au basket on en déduirait pas que le judo mène au basket… ni que les basketteurs sont d’anciens judokas.
    Je crois que c’est avec de tels exemples didactiques qu’il faut déconstruire les constructivistes.

  • Il me semble que le vapotage est une vraie bonne substitution au tabagisme. Je suis toujours très surpris que certains le diabolise. A qui profite ce crime ?

    • y’a pas des études qui commencent à sortir comme quoi tous les additifs foutus dedans sont aussi nocifs quel le tabac?? ça fait un peu comme l’écologie on remplace un truc foireux par un autre en fait.

      • il parait effectivement que la cigarette électronique n’est pas très saine ; reste à le prouver….mais comme c’est un marché qui rapporte , nocif ou pas , tant qu’il y a de la demande……

      • Dans l’e-cigarette, il y a du propylene glycol (qu’on trouve dans bon nombre de cosmétiques ou dans certains produits alimentaires) du parfum et accessoirement de la nicotine.
        Dans le tabac, il y a plus de 4000 substances, dont des dizaines sont extrêmement dangereuses voire cancérigènes.
        Les études qui tentent de faire croire que tabac = e-clope sont probablement financées ou écrites par les mêmes lobbyistes anti-cigarettes électroniques que ceux dont parle l’article. Ces gens là sont nuisibles.

        • Exactement. Entre 2 ou 3 substances dont on ne sait pas si elles sont nocives (avec le recul désormais, on a de bonnes raisons de penser qu’elles ne sont pas) et 4000 qui le sont certainement, le choix est vite fait.

          Ecoutons les médecins spécialistes (ORL, pneumo, cardio…) qui savent de quoi ils parlent. La e-clop est le substitut le plus efficace à la cigarette jamais inventé, celui qui permet d’obtenir le taux de récidive le plus faible à long terme en soulageant la dépendance à la cigarette.

          Mais c’est un péché grave, parce que c’est une solution entièrement privée, sans remboursement par la SS, sans campagne publique d’information l’ayant conseillée, qui a mis hors-jeu la santé publique fonctionnarisée en soulignant ses insuffisances criantes, une solution venue de nulle part, du marché libre et qui a surpris tout le monde. La e-clop met soudainement au chômage les milliers de fonctionnaires qui vivaient grassement de la prévention de la cigarette, sans parler des recettes fiscales perdues. Mais de quoi vont-ils vivre désormais ?

          • c’est clair que l’Etat est hypocrite sur le sujet …n’empêche que même si on est libre de faire ce qu’on veut ne pas commencer c’est une très bonne solution.

          • Mais de quoi vont-ils vivre désormais ?

            Mais, de nouvelles taxes, de nouvelles interdictions parce que c’est trophorrible qu’ils n’ayent rien à glander…

  • Les ados ne fument pas moins, ils fument autant sinon plus. Ils ne « tirent » plus sur le bâton de nicotine, mais sur un « machin » (une technologie) qui contient des produits chimiques dont on dira plus tard qu’ils ont détruit ceci et cela en termes de santé. Cela dit, l’ado, comme l’adulte qui tire sur une cigarette ou un « machin » est une personne qui n’est pas bien dans sa peau, qui a faim ou soif d’affection et de besoin d’être rassurée et qui, à cette fin et uniquement à cette fin, tire subconsciemment sur le téton du sein de sa mère (ou sur la sucette de substitution). Les lobbies de la cigarette en perte de recettes à la suite de l’augmentation du prix de la cigarette, ont mis en place ce sein de substitution (je vois mal un ado ou un adulte fumeur invétéré se remettre à la « bonne et vieille » sucette substitutive du sein maternel !). Qui tirent profit de tout cela ?

  • Toutes les études statistiques sérieuses montrent les unes après les autres que globalement l’usage de la cigarette électronique réduit celui du tabac.
    Les pays qui diabolisent voire interdisent la cigarette électronique, tout en se montrant, paradoxalement, laxiste sur le tabac, sont des irresponsables.
    Que fait l’OMS ?

  • Je préfère être un chien plutôt qu’un idiot utile.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick de Casanove.

Le Conseil constitutionnel a donc validé le pass sanitaire ce jeudi 5 août 2021.

Nous ne pouvons que constater que le Conseil constitutionnel n’est pas un défenseur des principes fondamentaux de l’humanité, des droits naturels individuels universels comme dirait Bastiat, consubstantiels de tout être humain.

Le Conseil se comporte comme l’État attend de lui, c’est-à-dire en contrôleur, sur la forme, de la constitutionnalité des règlements et lois qui lui sont soumis. Il ne se prononce pas sur le fo... Poursuivre la lecture

Par Pierre Farge et Bilal Bentahar.

Alors que le variant Delta menace de plonger la France dans une quatrième vague, Emmanuel Macron a annoncé lundi la mise en place de nouvelles restrictions sanitaires constituant une énième atteinte à nos libertés publiques. L’avis de Pierre Farge, avocat, sur l’hypocrisie de ces mesures. 

 

Un peuple prêt à sacrifier sa liberté pour sa sécurité n’est digne ni de l’un ni de l’autre, et finit par perdre les deux.

Le mot de Benjamin Franklin retrouve son actualité dans les réc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Richard Guédon.

Tout le monde le sait dorénavant, le tabac est un produit toxique, extrêmement addictif, dont la consommation provoque et aggrave un grand nombre de maladies, tuant 73 000 personnes par an en France, à comparer aux 3500 décès annuels par accidents de voiture ou aux 950 morts par… homicide. La cigarette tue par cancers,  par étouffement progressif, par maladies cardiaques, par accidents vasculaires cérébraux, par mort subite, etc.

L’État, incarné par les ministres de la Santé successifs, les responsables de la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles