« Démocratie, le Dieu qui a échoué » : une traduction française

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hans-Hermann Hoppe

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Démocratie, le Dieu qui a échoué » : une traduction française

Publié le 1 août 2019
- A +

Par Marius-Joseph Marchetti.

Lancé dans la lecture de ce monument de la philosophie libertarienne qu’est Démocratie, le dieu qui a échoué (du premier chapitre plus précisément), écrit par l’économiste Autrichien[1. Autrichien, de l’école autrichienne d’économie] Hans-Hermann Hoppe, et traduit par les soins de Stéphane Geyres et Daivy Merlijs, votre humble serviteur relève le défi de vous en faire la retranscription, courte, mais la plus fidèle possible. La traduction ne concerne pour le moment que le premier et le onzième chapitre, mais ne doutons point que les autres arriveront prochainement. Je ne prendrai guère le risque de vous annoncer de manière claironnante que le chapitre que nous traitons aujourd’hui est le plus important de tous, même si les points soulevés dans celui-ci laissent à penser que c’est le cas. 

Ce premier chapitre de Démocratie, le Dieu qui a échoué, traite de la notion de préférence temporelle. Pour les habitués de l’économie autrichienne, celle-ci fait sens, et l’on pense immédiatement aux économistes Friedrich Von Hayek et Murray N. Rothbard. La notion de préférence temporelle est habituellement mentionnée dans la théorie autrichienne des cycles économiques. Pour rappel, c’est bien souvent le taux d’intérêt qui est grandement utilisé, et qui est qualifié de « prix du temps » (ou préférence temporelle, dans le cas qui nous intéresse). Même si Hans-Hermann Hoppe ne parle pas à proprement parler de taux d’intérêt, il reste pleinement et irrévocablement dans les pas de ses prédécesseurs.

Une leçon d’économie

Ici, la notion de préférence temporelle est utilisée dans une approche plus globale : en vue d’expliquer l’émergence progressive d’un processus de civilisation. Ce processus de civilisation s’explique par l’abaissement du coût au renoncement au présent dans le but d’acquérir des biens futurs (d’où l’importance des taux d’intérêt dans la théorie autrichienne des cycles). Plus clairement, tous les individus ont une indubitable préférence pour le présent, et cette préférence sera d’autant plus stimulée si le fruit de leur labeur se voit être confisqué[2. On peut d’ailleurs faire un parallèle, comme le fait l’auteur, sur les niveaux très hauts de préférence temporelle [pour le présent] des criminels, qui sont des parasites. Nous sommes donc en plein dans la théorie du capital de Bohm-Bawerk avec la notion de « détour de production » (c’est-à-dire l’utilisation de quantités produites mais non consommées en vue de les allouer à la formation d’un capital plus productif, et permettant ainsi de produire des quantités plus importantes à terme). L’histoire du capital et l’histoire de la civilisation sont une seule et même histoire. Le propos de l’auteur réside dans cette terrible affirmation que les violations constantes et institutionnalisées[3. Si un individu lambda peut se protéger contre des voleurs ordinaires, il ne peut cependant rien faire contre la rapine des hommes de l’État.] de la propriété privée sont un frein, voire peuvent entièrement contrebalancer le processus de formation du capital, et donc de civilisation[4. On peut en effet faire un parallèle entre les effets d’une hausse de la préférence temporelle pour le présent liée aux attaques contre la propriété privée et la réduction de l’incitation à innover condamnée par les propos de Henri Lepage dans son livre Demain le capitalisme : « La matrice des droits de propriété détermine ainsi l’amplitude de la divergence entre la “rentabilité privée” et la “rentabilité sociale” de chaque acte d’innovation. Plus la divergence est grande — c’est-à-dire plus le “gain personnel” est faible par rapport à son apport social — moins l’individu est motivé pour courir les risques associés à l’effort d’innovation. La société se prive ainsi de “gains” dont elle aurait pu bénéficier si elle s’était montrée plus généreuse dans le partage de la plus-value. À l’inverse, plus l’écart se réduit, plus le nombre d’individus motivés croît, ce qui accroît d’autant la capacité de “gains” de la société. Jusqu’au jour où, en raison précisément du rapprochement  entre “coût/profit privé” et “coût/profit social”, la capacité d’innovation devient telle que la société entière est en mesure de générer des gains de productivité suffisants pour faire face aux besoins d’accroissement de la production créés par l’accroissement de la population. À ce moment-là, on sort du fameux “cycle malthusien”. »] avec une préférence pour le présent qui se trouve dès lors accentuée. 

Hans-Hermann Hoppe se lance par la suite dans une distinction entre la démocratie et la monarchie qui, même s’ils sont tous deux des ordres étatiques néfastes, influent sur le taux de préférence temporelle de manière radicalement différente. La monarchie, en tant que « régalien de propriété privée », préserve un niveau de préférence temporelle tel que le processus de civilisation ne s’en trouve pas trop entravé, car le royaume étant la propriété personnelle du roi et de sa famille, celui-ci est fortement incité à ne pas mener de politiques risquant d’en déprécier la valeur. Il est incité à protéger les institutions de la propriété privée, étant donné qu’il est lui-même, en quelque sorte, un détenteur privé. La monarchie crée donc deux classes distinctes de citoyens, d’un côté le roi et ses agents, et de l’autre les citoyens-contribuables qui le financent. La démocratie, en tant que « régalien de propriété publique », affecte bien plus sévèrement la préférence temporelle, et cela car la démocratie entraîne un système de gouvernance où gouvernants et gouvernés ne sont plus clairement distinguables. De plus, le régalien en démocratie souffre en quelque sorte d’une « tragédie des biens communs », car tout gouvernant est incité à consommer à outrance les ressources du pays le plus rapidement possible étant donné qu’il ne sera pas définitivement sur place. Il maximise son revenu courant au détriment de la valeur des actifs du pays.

Dettes et guerres : les fruits de l’État

Hans-Hermann Hoppe se lance ensuite à d’autres comparaisons du même ordre. Sous les monarchies, les dépenses publiques dépassaient rarement les 5 % du produit intérieur brut, où le taux d’emploi public avoisinait les 2 %, et où le roi ne pouvait que difficilement s’endetter (à des taux prohibitifs, car il n’engageait que sa fortune et non celle de ses sujets) ou recourir à la création monétaire. L’ère du républicanisme démocratique est tout autre : celle-ci se caractérise par l’explosion des dettes publiques et des impôts, ainsi que des dépenses publiques (en moyenne entre 45 % et 50 %), un taux d’emploi public entre 15 % et 20 %, lorsque ce n’est pas plus, et la fin de l’étalon-or (et donc la création monétaire sans limite). 

La dernière distinction abordée par l’auteur, est celle qui concerne la portée et l’importance des guerres. Là où les guerres dynastiques n’impliquaient pas les populations civiles et où la conscription était coûteuse et donc limitée, l’ère des guerres démocratiques renversa de nouveau cette situation. La conscription devint obligatoire et bon marché, et avec la confusion entre gouvernants et gouvernés, les guerres ne sont plus simplement réalisées en vue d’étendre le territoire, mais en vue d’imposer des vues idéologiques qui entraînent toute la nation et le crédit du pays. Les guerres devinrent totales, et les nations commencèrent à s’emplir d’animosité envers leurs pairs, puisque le slogan officiel est que, désormais, « Nous sommes l’État ».

Nous en avons fini avec ce bref résumé des idées abordées par Hans-Hermann Hoppe dans ce premier chapitre de Démocratie : le Dieu qui a échoué. Nous espérons avoir retranscrit avec justesse les propos de l’auteur, et avoir suscité chez vous l’envie d’explorer en amont les travaux du philosophe et économiste autrichien.

(Visited 5 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • claude henry de chasne
    1 août 2019 at 5 h 12 min

    excellent article merci

  • La dépense publique de l’Arabie Saoudite, une vraie monarchie, est supérieur à 30%, à titre d’exemple.
    Hoppe compare 2 périodes différentes.
    Et que dire de la monarchie française actuelle, bien plus dépensière que la plupart des démocraties.

  • Je doute du bien fondé de la conception de la monarchie exposé dans cet article.
    Un roi de France du XIIeme siècle pouvait il se considérer comme le « propriétaire » du royaume alors qu’il était que le primus inter pares des grands princes ?
    Le reine d’Angleterre est-elle considérée aujourd’hui comme la propriétaire des Royaumes-Unis ? N’est ce pas plutôt l’inverse 🙂 ?
    Cette idée d’une meilleure gestion du pays par les royautés résiste t’elle à l’observation de la gestion de la France par les Bourbon ? Gestion qui a quelque peu mené à la Révolution.
    La Grande Bretagne n’avait-elle pas un roi quand sa dette a explosée pour financer sa Navy et la guerre contre Napoléon ? Ce fut d’ailleurs une de ses grandes forces.
    Et puis lier l’abandon de l’étalon or à la démocratie… je dirais qu’elle y a mis le temps et s’y est accroché longtemps puis que dans les années 20 on y était encore.

    En résumé
    1/ Cette thèse royauté/démocratie me parait bien foutraque, du cherry picking historique…
    2/ Pour chaque démocratie qui aurait échoué je devrais trouver assez facilement une monarchie dans le même bain.

    • @Montaudran
      Le Royaume Uni est une monarchie parlementaire, donc pseudo démocratie représentative (voir ci-dessous) depuis le 17e siècle.
      Rappelons que Hans Hermann Hoppe condamne autant la monarchie que la pseudo démocratie, comme il condamne toute forme de pouvoir politique (exercé par la force), ce qui est rapporté au début du 4e paragraphe. Il se contente de montrer que loin d’être un progrès, la pseudo démocratie, qu’elle soit représentative ou semi-directe, est une régression, et il explique pourquoi.

  • « écrit par l’économiste Autrichien1 Hans-Hermann Hoppe »
    FAIL !
    Déjà HHH n’est pas économiste (bien qu’il en fréquente de très bons), mais philosophe.

    Sur ce sujet HHH est une tâche, non seulement il ne donne pas de définition de ce qu’il appel démocratie (le règne du grand nombre), le comble pour un philosophie politique, FAIL, mais en plus il est clair qu’il ne parle que d’oligarchie (le règne du petit nombre), ce qui est tout à fait autre chose.

    Des démocratie il y en à au moins 2 à coté de chez nous, la Suisse et le Liechtenstein, qu’on aime ou pas, les deux correspondent presque parfaitement à la définition suivante :
    (1) Forme politique dont la constitution n’est modifiable QUE par référendum,
    (2) lequel doit pouvoir être initié par une pétition de citoyens,
    (3) aisément
    (4) et en toutes matières.

    La France, l’Autriche et l’état fédéral US n’en sont pas, ni de prés, ni de loin.

    • @Patrick
      D’accord avec vous sur le fait que la Suisse ou le Liechtenstein sont bien plus démocratiques que la France, l’Autriche, l’État fédéral US et bien d’autres, pas démocratiques du tout. Cependant, la seule vraie démocratie, pouvoir du peuple par le peuple, c’est le marché libre ou libre interaction entre les individus. Chacun y obtient ce qu’il veut, à hauteur des services qu’il rend lui-même aux autres. Ceux qui « réussissent » y sont par définition ceux qui rendent les plus grands services aux autres, ce que prouve leur « réussite ». Et même ceux dont les demandes sont minoritaires peuvent aussi obtenir ce qu’ils veulent, à condition d’en payer le prix.
      Même si bien mieux que les pseudo-démocraties représentatives, les démocraties politiques semi-directes type Suisse permettent toujours à une « majorité », relative, d’exproprier une « minorité ». On l’a vu récemment avec le rejet de l’initiative populaire visant à abolir la redevance audiovisuelle fédérale obligatoire, rejet voté par seulement 44% des électeurs, mais 70% des votants, et acté. La démocratie politique aboutit tôt ou tard à la social démocratie et donc à l’oligarchie que vous dénoncez à juste titre. De plus, les moyens considérables alloués à l’État fédéral (le vrai niveau de prélèvement obligatoire est de l’ordre de 50% en Suisse – 75% en France), offrent autant de moyens à ceux qui le contrôlent pour l’endoctrinement et la propagande, ce qui fausse complètement les résultats des élections. La démocratie politique suppose la libre entreprise totale, notamment en matière d’éducation et d’information. Elle suppose que chacun dispose des moyens qu’il a légitimement acquis pour se lancer dans ce type d’entreprise et partant, dans n’importe quel type d’entreprise. Elle est donc incompatible avec elle-même et la démonstration de Hans Herman Hoppe reste valable pour les « vraies » démocraties politiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jasmin Guénette. Un article de l'Institut économique de Montréal

Nous célébrons aujourd'hui les 140 ans de Ludwig von Mises, l'un des leaders intellectuels de l'école autrichienne. L'influence de Mises sur la promotion des idées libérales classiques au cours du XXe siècle est impressionnante.

Né dans une famille aisée dans une province de l'empire austro-hongrois qui fait maintenant partie de l'Ukraine, Mises a démontré son intelligence très jeune : il maîtrisait le français, l'allemand et le polonais et lisait le latin dès ... Poursuivre la lecture

Par Cécile Philippe. Un article de l'Institut économique Molinari

Isaiah Berlin (1909-1997) est connu pour être un philosophe de la liberté. Sa conception de la liberté négative est souvent mentionnée quand il est question de philosophie libérale. Définie comme l’absence de contraintes imposées par les autres, elle est, selon lui, nécessaire à l’être humain. En effet, celui-ci affronte au quotidien des dilemmes moraux qui l’obligent à faire des choix radicaux entre des valeurs souvent incomparables et incommensurables. Ces choix vont f... Poursuivre la lecture

Par Jeunes Libéraux.

https://www.youtube.com/watch?v=3KUPoGF7QRc&feature=emb_logo

Nous avons écrit et monté cette vidéo dans le but de présenter les idées du premier chapitre de Démocratie, le Dieu qui a échoué de Hans Hermann Hoppe. Elle n’a pas pour objectif de recenser l’ensemble des imperfections de la démocratie, mais simplement de montrer qu’il est dangereux de la sacraliser.

Comme l’avaient prédit un certain nombre de penseurs et économistes (Hayek, Kant, Tocqueville ou La Boétie pour ne citer qu’eux) la démocr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles