USA : ce sont les fameux 99 % qui profitent le plus des réformes depuis 3 ans

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

USA : ce sont les fameux 99 % qui profitent le plus des réformes depuis 3 ans

Publié le 30 août 2019
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Thomas Piketty devrait s’intéresser aux dernières données concernant les salaires en Amérique. Menace de récession ou pas, l’économie américaine prouve que les réformes faites en 2016 profitent bien aux travailleurs. Le 30 juillet, le Bureau d’analyse économique (BEA) a publié ses données annuelles sur les revenus. On constate une hausse importante du revenu disponible et de la rémunération des employés. Le premier a augmenté de 4,5 % en 2017 et de 5 % en 2018 ; la tendance s’est poursuivie jusqu’en 2019, avec de 3,4 % de plus au cours du seul premier semestre. Les salaires et autres traitements sont passés, eux, de 3,6 % à 5,3 %.

Le BEA a également rafraîchi ses chiffres concernant le revenu personnel global, en hausse de 1,7 % pour 2017 et 2018, ainsi que ceux des recettes de transferts, en baisse de 0,7 %. En résumé, les Américains gagnent plus. Les estimations de l’épargne personnelle ont elles aussi dû être grossies de 217 milliards de dollars au cours des deux dernières années, s’élevant maintenant à 1300 milliards de dollars, ce qui signifie que les Américains conservent une plus grande part de leurs revenus.

Le taux d’épargne des particuliers a suivi le mouvement ascendant, passant de 6,1 % en mai 2018 à 8,1 % cette année, soit une hausse bien supérieure aux 5 % environ enregistrés avant les deux dernières récessions. D’ailleurs, les revenus des employés ont augmenté de 150 milliards de dollars au cours des six premiers mois de 2019 par rapport à l’ensemble de l’année 2016. Au cours des deux premières années de la présidence Trump, la rémunération des salariés a gagné 42 % par rapport à celle de 2015/2016.


De plus, les offres d’emplois battent toujours des records : 7,3 millions début août. Il y a 1,3 offre pour chaque Américain au chômage et dans certains États la pénurie de main-d’œuvre est même très importante.


Ce sont donc les fameux 99 % auxquels fait allusion régulièrement Piketty qui ont profité des réformes économiques et fiscales mises en pratique à partir de janvier 2017. Plus que sous la présidence d’Obama.

Sur le web

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • Oui, mais les socialistes et les ignorants (c’est souvent les mêmes personnes) ne reconnaîtront jamais que Trump a eu de très bons résultats économiques pour son pays.

    • Ce serait difficile, 93% de la presse aux US (et a peu pres 100% en Europe) est occupee a leur repeter que tout va mal avec Trump et ne partage JAMAIS une bonne nouvelle. Pour le moment ils sont en train d’avoir des reves humides de recession en esperant qu’ils puissent influencer un climat negatif qui fasse peur aux investisseurs et precipite la recession.

      • Vous voulez parler de Fox ? les 93 % viennent d’où ? Ne serait-ce pas plutôt 92 % ? Ou 94 % ? « Pour le moment ils sont en train d’avoir des reves humides de recession en esperant qu’ils puissent influencer un climat negatif qui fasse peur aux investisseurs et precipite la recession (sic) » Des rêves humides ? Voilà de l’anal-alyse politique ! Quant au « socialistes et les ignorants (c’est souvent les mêmes personnes) », rassurez-vous. Des racistes et des imbéciles, on en trouve de toutes les couleurs, et même de mon bord politique !

        • I est vrai que ce bord politique a une très longue tradition de racisme, d’eugénisme et de totalitarisme plus ou moins mou et plus ou moins violent et criminel.

  • Piketty comme tout marxiste est aveugle borné et indécrottable,il essayera toujours d’adapter la réalité à ses idées en la travestissant avec l’aide de la gente pseudo journalistique qui veut faire la pluie et le beau temps. jamais il ne reconnaîtra que ses idées sont fumeuses.

    • « aveugle borné et indécrottable…gente pseudo journalistique ». Le libéralisme est historiquement indissociable de la liberté de savoir et donc d’informer. Personne n’a le monopole du coeur et François 85 démontre que personne n’a non plus le monopole de la bêtise. François 85 se trompe de blog: Marine ne serait-elle pas plus adaptée ?

      • @Etienne Maillet
        Bonsoir
        « Marine ne serait-elle pas plus adaptée ? »
        Marine étant une étatiste collectiviste, elle est plus proche de votre bord que d’un autre.

        Pour informer il faut comprendre. Les journalistes ne font que régurgiter la soupe servie par la seule source d’ « informations » française : l’Agence France Presse. Ils ne réfléchissent pas. Les exemples sont légion, h16 en fait mention régulièrement dans ses colonnnes.

        « Le libéralisme est historiquement indissociable de la liberté de savoir et donc d’informer. »
        Ceci est exact ! Cependant nous ne sommes pas dans une Société libérale où informer se fait librement. Emmanuelle Ducros, pour avoir critiqué et répondu à un reportage en avançant, exposant, des faits contradictoires, a été attaquée (verbalement) sur les réseaux sociaux, et par la presse qui lui a fermé quelques portes. Un bashing en bonne et dûe forme.
        Evidemment comme « contre-argument » on parle de soi-disant sommes d’argent perçues par ceux qu’elle défend.
        Quant à la « liberté de savoir », vu qu’il y a des sites dont les visites sont réservées à certains « professionnels », donc interdites pour les autres, on se demande où elle est.

    • C’est l’essence même du socialisme: l’inversion des valeurs et des vérités, la calomnie, le mensonge, la casse de la famille, de l’autorité, de la morale, la valorisation de la perversion, le socialisme c’est le mal absolu…

  • aie c’est terrible, je ne suis pas pro trump…MAIS franchement ça fait rire de voir ces gens qui ont moqué ce type devoir trouver des « raisons » à la situation de l’emploi aux usa…
    il y a un coté doublement humiliant.. à se faire casser la figure par un type que vous avez traité de lopette ou de danseuse..

    certes trump n’est pas terrible MAIS quand il fait mieux que soi c’est une terrible leçon!!!!

    ça me fait toujours penser que les ardents pourfendeurs du brexit sont morts de trouille…ils doivent prier pour que l’angleterre se casse la gueule..
    c’est sans doute la caractéristique du moment le malaise du groupe de gens persuadés d’etre les légitimes détenteurs du pouvoir en raison de leur intelligence..

    • ou par exemple quoiqu’on pense de l’ue…on ne pouvait que sourire lors du non au référendum européen.. on pouvait espérer que devant le constat d’un tel gouffre entre l’opinion et le monde mediatico culturel quelques certitudes de ce dernier groupe seraient ébranlées… il n’en est rien, ils cherchent désormais à court-circuiter le peuple ou la » masse », celle du tourisme de masse… surtout sur les sujet ou son avis est légitime!!!

      • Effectivement pour ma part je n’ai jamais digéré la traîtrise de N. SARKOZY son initiative du traité de Lisbonne qui a renié le référendum anti constitution européenne de 2005 avec son « ami » J. Chirac, ce sont bien ces oiseaux de malheur là qui détruisent nos sociétés, mais ils ont toujours des fidèles/nostalgiques. Chirac 600 Mrds de dettes, Sarkozy 590 Mrds, qui dit mieux ?

        • « référendum anti constitution »

          Vous confondez référendum, son résultat et vos désirs.
          2005 n’a pas grand chose à voir avec le référendum anglais, qui était une vraie alternative, càd, 2 votes bien distincts (On reste ou On part).
          Le référendum français ne proposait qu’une seule offre à valider. Les opposants n’étaient pas pour un plan B unique. Certains n’en voulaient pas, d’autres, en voulaient plus (les écolos, les communistes, …)

          Lors des présidentielles qui ont suivi, les « nonnistes » n’ont eu que des miettes. A comparer avec l’incroyable succès de Farage et de son parti à usage unique, pour le brexit.

          NS n’est pas plus responsable que Nicolas Dupont-Aignan, qui n’a guère su matérialiser cette soit-disant majorité trompée.

  • Résultat : Les « démocrates » prient l’arrivée d’une récession afin d’avoir une chance de battre Trump aux prochaines élections.

    • Les démocrates ont surtout de la chance que l’affaire Epstein s’éteigne avec la mort troublante de ce dernier, sinon ce cher Bill (l’ex Président fan de cigares…) aurait été impliqué jusqu’au cou et avec lui bon nombre de démocrates très enclins à participer aux orgies répugnantes de l’ex milliardaire désormais trépassé…

  • Faites en donc la publicité à OXFAM car cette association bruyante risque bien de s’en approprier le bénéfice comme souvent sur son site. Association qui n’est pas pour la transparence ni le dialogue ni recevoir des questions. Il n’est prévu aucun espace pour cela et quand vous téléphonez on vous donne une adresse mail info@oxfam.org, qui ne vous répond pas!

  • tant mieux pour les américains.

    Toutefois, les taux trop bas et l’endettement public qui progressent ne risquent-ils pas de mettre à mal ces beaux résultats à terme ?

    • Ben, c’est toujours mieux qu’un endettement qui progresse, des taux bas, des prélèvements obligatoires à un niveau record et aucun résultat économique… Bref, c’est toujours mieux que Macron…

  • Piketty et sa vision marxiste refuse comme toujours la réalité des faits. Et aux USA, TRUMP est en bonne route pour sa future réélection. Ce n’est pas l »Opposition tordue des Démocrates qui peut lui tenir tête.

    • En quoi l’élection serait-elle une garantie de démocratie, une garantie d’égalité des opportunités, d’égalité de reconnaissance du mérite ou du talent ? Telle est pourtant l’essence du libéralisme, avant sa perversion historique dont nous voyons les dégâts planétaires sous nos yeux ?

      • @Etienne Maillet
        Bonsoir,
        « En quoi l’élection serait-elle une garantie de démocratie, »
        Les U.S.A ne sont pas une démocratie : ils sont une république comme marquée dans leur Constitution.
        N’empêche que contrairement à la République Démocratique Sociale de France, les citoyens américains peuvent se faire s’adresser directement à leurs représentants, lors de sessions publiques, concernant certains sujet sensibles dont un deux sur des amendements du Bill of Rights? Vous avez déjà vu des citoyens français faire face à des députés ou des sénateurs et leur dire qu’ils feraient mieux de faire ceux pourquoi ils sont élus et payés, ou même leur dire de respecter la Constitution et nos Droits ? Moi non.

        L’essence du libéralisme est dans les Droits fondamentaux et imprescriptibles nommés dans la DDHC de 1789.
        Le libéralisme n’a pas été « perverti » il a été mis sous clef.

        • « les citoyens américains peuvent s’adresser… »

          « de faire ce pourquoi ils sont… »

        • « L’essence du libéralisme est dans les Droits fondamentaux et imprescriptibles nommés dans la DDHC de 1789 »
          et de facto irrémédiablement balayés par la pseudo-constitution de 1958.

      • jacques lemiere
        31 août 2019 at 9 h 45 min

        la liste des égalités que vous donnez pose question…

  • est pas le calme avant la tempete ?
    Trump n a pas resolu les problemes de fond des USA (bon il peut pas faire de miracle non plus):
    – deficit budgetaire : les USA vivent au dessus de leur smoyens. le tat devrait soit augmenter les impots soit baisser les depenses
    – deficit commercial. il essaie certes avec les chinois mais le Probleme est profond: les USA ne fabirquent plus grand chose (comme nous). et meme sur le technologie ils sont en train se se faire depasser (cf Alibaba ou Huawei)

    Les USA sont en croissance depuis Obama, soit 10 ans. Elle est dope par les taux d interets tres bas. est ce que cette croissance artificielle va pas se payer un jour ?

    • Et en plus, on ne peut vraiment pas qualifier Trump de libéral…

    • A noter: le déficit public des USA est de 140 %, 40 % au dessus de la France. Mais avec le MONOPOLE de la création du dollar, devise internationale, les USA se financent sur le dos de la planète. En quoi le monopole est-il libéral ?

      En quoi les USA sont-ils libéraux, quand ils sont essentiellement oligopolistiques ?

      • Un monopole, ça s’impose par la force. Le dollar s’impose faute de réussite de la concurrence, pourtant nombreuse, des autres monnaies.

  • Qui peut avoir le droit de dire ça en France à part les excellents Lecaussin et Delsol, et surtout qui peut partager ces bonnes et saines informations puisque pour la majorité des Français Trump est l’abomination personnifiée.

    • l’information est surtout assez bizarrement filtrée..
      ains on a pu lire dans la presse plusieurs fois « trump accusé de propos racistes »…

      sauf que quand on va voir ça…on peut dire que l’accusation est assez loufoque..

      l »information est vraie.. mais fallacieuse.. ça laisse à penser que trump a tenu de spropos racistes…mais ce n’est pas le cas..

      il y a une langue parallèle qui se développe une langue qui suggère plus qu’elle ne dit…… dans le registre on a telle enseigne de magasin s’engage à ne plus utiliser certaines substances controversées… sans se soucier si la controverse fait le moindre ..
      sens.

      accusons sans preuves créons des controverses..ça fait de la com…

  • Tout cela est bel et bon mais le fait est que cette croissance est à 80% portée par de la monnaie de singe et des taux anormalement bas. Cette croissance n’est pas solide et tout se bel édifice ira au tapis au moindre retournement de tendance.

  • Trump ne fait peut-être pas de miracles mais au moins ses réformes ont un effet rapide et surtout très concret pour les gens au quotidien,alors que chez nous les soi- disant milliards lachés post gilets jaunes et grand débat on les cherche!
    C’est vrai que nos zélites et sachants Enarques sont tellement au-dessus des ignares cow- boys qu’ils nous ont plombé depuis plus de 40 ans alors qu’ils n’ont cessé de moquer l’acteur Reagan et le business man Trump.
    On récupère un exemple parfait de cette élite sachante avec Moscovici grand donneur de leçon tombé dans la marmite Trotskyste dans sa jeunesse et qui revient nous apprendre la vie alors qu’il se traîne de cabinets ministériels en mandats électifs à nos frais depuis toujours et qu’il n’y a pas de polémique selon lui puisqu’il retrouve son corps d’origine sans y avoir jamais été beaucoup présent par contre sa retraite dans ce corps et sa progression à l’ancienneté ont du suivre!!!!!!!!!!!!!!!

    • par contre sa retraite dans ce corps et sa progression à l’ancienneté ont du suivre!!!!!!!!!!!!!!!

      Nuire aux autres en France, est la seule activité qui rapporte gros. 🙁

  • Surprenant: on passe d’agrégats globaux à une conclusion sur l’ensemble des acteurs économiques, sans que jamais apparaisse des notions statistiques médianes. On nous dit aussi que l’Amérique profite. L’Amérique est un continent, pas un pays. Une telle approximation, en soi, est de nature à jeter le discrédit sur l’ensemble du raisonnement. Mais le plus extraordinaire est à venir: Trump serait un libéral, alors qu’il est un populiste, au même titre qu’Hitler, élu en 1933. Quelle dérive ! Le libéralisme serait désormais l’antithèse de la démocratie, l’allié de tous les populismes. Rien, dans le propos, n’est ici libéral !

    • @Etienne Maillet
      Bonsoir,
      C’est une erreur, même pas une approximation. Hitler n’a pas été élu : il a été nommé. Il n’était pas populiste, il était Socialiste national comme le suggère clairement N.S.D.A.P.

      Ce que l’article ne mentionne pas, c’est que les plus grands gagnants des mesures de Trump sont les pauvres, en particulier les afro-américains. S’il était raciste comme vous le présentez, en le comparant au moustachu furieux, seuls les W.A.S.Ps auraient vu leur revenus augmenter. Ce n’est pas le cas.

      « L’Amérique est un continent, pas un pays. Une telle approximation, en soi, est de nature à jeter le discrédit sur l’ensemble du raisonnement. »
      Pour différencier les deux il y a un truc tout simple : le contexte.
      Si je vous dis : « Etats-Unis » vous allez me dire « Mexique » ? Vous pourriez, le Mexique est en fait « Les Etats-Unis du Mexique ».

      « Trump serait un libéral, alors qu’il est un populiste, »
      Définition du terme « populiste » par Wikipédia :
      « Dans son acception générale actuelle le mot populisme désigne une approche politique qui a tendance à opposer le peuple aux élites politiques, économiques ou médiatiques. »
      Quel mal y a-t-il à être populiste ? Le Peuple n’est-il pas ce qu’il y a de plus important dans une Démocratie, une République ? Tous les politiciens ont besoin du Peuple pour arriver à tremper dans la soupe populaire -je veux dire l’argent public. N’est-ce pas pour servir le Peuple qu’ils veulent une place d’élu ?
      Trump serait pour l’élite vous le « descendriez en flamme » (image métaphorique, pour être clair.)

    • en fait l’article illustre un truc à mon avis, les antitrump se présentent comme le parti des 99% en avançant que pour favoriser ‘ pourquoi d’ailleurs) les 99% on doit le faire CONTRE le 1%, trump se dit aussi pour les 99% sauf qu’il ne montre pas du doigt le 1% des plus riches mais d’autre ennemis…par exemple les médias..
      et c’est un « progrès » car l’erreur fondamentale des gauchistes est de penser que les riches sont nuisibles aux pauvres!!!

      mais pourquoi « souhaiter » que la croissance economique artificielle ou non DOIT profiter davantage au plus grand nombre???

      la croissance repose sur l’individu..on a ce qu’on récolte, et pas ce qu’on mérite…

      trump est un populiste mil flatte aussi un 99% comme les AOC et autres …
      à noter cependant que l’on avait vu les partis de gauches abandonner progressivement les 99% pour les communautés, et l’environnement…

      trump fait sourire…parce qu’il lève le voile sur ce que sont les problèmes des gauchistes americains actuels… qui en arrivent à défendre des idées assez outrancières comme l’abolition des frontière , les politiques à base d’intersectionnalité ou autre…

      des sites aux usa classent à droite une personne si elle défend la liberté d’expression…

      on a eu ça en france aussi… quand les gens avançait qu’il fallait faire taire le pen…à ce moment vous saviez que vous aviez affaire à de faux amis de la liberté …

      bon vous voyez le tableau..

      quand il a fallu défendre le pen..je me suis dit il y a un problème d’autoritarisme en général qu’il faut combattre au moins autant que le racisme..qui tendait à disparaître tout seul d’ailleurs..

      trump est un révélateur..

      • je ne me définis pas comme un libéral mais comme je suis attaché à certaines libertés je me retrouve sur un site libéral…je ne suis pas pro trump mais anti orange man bad…

  • 30 août – Wall Street Journal: «L’expansion économique a submergé les États-Unis d’une richesse inouïe tirée par un marché boursier en plein essor et une hausse des prix de l’immobilier. Mais cette manne n’a pas été déversée sur tous les Américains. La richesse de la moitié inférieure de tous les ménages américains, telle que mesurée par le revenu, n’a retrouvé que récemment le niveau perdu lors de la récession de 2007-2009 et elle est toujours 32% inférieure , corrigée de l’inflation, à ce qu’elle était en 2003… Les 1% de ménages les plus riches le sont deux fois plus qu’en 2003. Cela laisse entrevoir un aspect inquiétant de cette expansion, qui est maintenant la plus longue de tous les temps. Si une autre récession se produit, cela pourrait être dévastateur pour les personnes qui viennent tout juste de récupérer de la dernière ».

    • D’où l’intérêt de la solution française : en évitant que quiconque retrouve le niveau perdu, on est sûr que la prochaine récession ne sera pas dévastatrice pour les personnes qui viendraient de récupérer de la dernière…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fredrik Segerfeldt.

Chers Français,

L’écrivain suédois Vilhelm Moberg a écrit une tétralogie sur l’émigration suédoise vers l’Amérique. Environ un quart de la population a abandonné le petit pays arriéré du nord entre 1870 et 1920. Vous ne feriez jamais une épopée nationale d’une série de romans sur le départ de la France. Votre attachement à sa grandeur est trop importante. Mais nous sommes comme ça. Comme on le verra dans cette lettre, notre arrogance se situe à un autre niveau.

Le quatrième livre de la série de Mob... Poursuivre la lecture

Par Ahmad Salah.

Le retrait précipité des troupes américaines d’Afghanistan a laissé une entaille importante à la réputation de la Maison-Blanche auprès du public américain, au Proche-Orient et dans le monde en général. Washington a été fortement critiqué pour la trahison du gouvernement afghan, qui a ouvert la voie aux talibans pour prendre le pouvoir.

Il est tout à fait naturel que de tels événements aient créé un terrain fertile pour l’incertitude parmi les alliés des États-Unis dans la région. Certains d’entre eux ont commen... Poursuivre la lecture

Par Mitch Menet.

La récente fusillade à l'université de Perm au sud de l’Oural déplace le débat habituel sur le contrôle des armes feu. On passe des gun free zones des tristement célèbres fusillades aux États-Unis à une université russe où les armes sont également parfaitement interdites. Cet événement n’est d’ailleurs pas le premier du genre. Moscou déplore au moins trois fusillades en deux ans qui ont fait les gros titres.

La situation russe 

Dans la fédération russe, le taux d’homicide est en baisse constante depuis 2002 (Pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles