Jirô Taniguchi : (18) les enquêtes du limier

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jirô Taniguchi : (18) les enquêtes du limier

Publié le 31 août 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

À la découverte d’un autre personnage taniguchien. Bien dans la lignée de ses créations précédentes.

Les enquêtes du limier, tome 1

Jirô Taniguchi a déjà une œuvre si importante que je craignais un peu la répétition. Et puis ces personnages qui se ressemblent toujours un peu…

Ici, nous partons à la découverte des péripéties d’un détective spécialisé dans la recherche de chiens de chasse disparus. Un personnage bien dans la veine d’autres alter ego créés par le célèbre mangaka : solitaire, assez secret, un peu bourru, mais profondément humain. Ce qu’on peut appeler un homme libre. Une sorte de héros qui va devoir se lancer bientôt sur la piste d’un chien guide d’aveugle qui a été enlevé.

Rien ne me prédispose, a priori, à m’intéresser au monde des animaux. Mais, une fois de plus, Taniguchi parvient à nous surprendre, nous captiver, nous faire éprouver de nombreuses émotions et sentiments d’attachement à l’égard y compris, pour ce qui me concerne, de ces animaux auxquels, dans le fond, je ne suis pas si insensible. À l’instar de ce que j’avais ressenti en découvrant Terre de rêves. Avec toujours cette sensibilité particulière qui est celle de l’auteur, qui parvient à vous captiver avec des choses relativement simples.

Jirô Taniguchi, Les enquêtes du limier (tome 1)Casterman, mars 2013, 228 pages.

Les enquêtes du limier, tome 2

Toujours aussi agréable à lire, ce tome 2 est dans la parfaite continuité du tome 1, avec les magnifiques illustrations de Jirô Taniguchi, se caractérisant par leur subtilité particulière et l’intensité des émotions révélées à travers les paysages, les expressions des visages, les non-dits, les silences.
Et une histoire toujours pleine d’humanité et de profondeur.

Où l’on retrouve notre détective, spécialisé dans la recherche de chiens de chasse disparus, sur la piste, cette fois, d’un homme qui a fui en compagnie de son chien et d’un cheval de haras qui aurait dû être abattu. Et notre personnage va devoir composer avec sa mission et ses convictions, de manière à remplir celle-ci sans trahir celles-la.

Un scénario taillé à la mesure du maître. Et, une fois de plus, tout le talent et la finesse du trait de Taniguchi, au service d’une histoire pleine de grandeur et de sensibilité.

Jirô Taniguchi, Les enquêtes du limier (tome 2)Casterman, juin 2013, 214 pages.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Je n'avais encore jamais lu Manu Larcenet, mais il s'agit incontestablement pour moi d'un auteur à découvrir. C'est grâce à une émission diffusée sur France Culture animée par Raphaël Bourgeois, prise en cours et écoutée par hasard, que mon attention a été interpellée et que j'ai été aussitôt attiré.

À l'image d'un Marc-Antoine Mathieu, qui m'avait ébloui dans un autre style par son originalité foisonnante et magnifiquement renouvelée, j'espère avoir déniché un auteur qui m'offrira d'autres belles pépites à ... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Suite de notre série, à travers deux autres œuvres de Jirô Taniguchi. Toujours l'évasion et la diversité des sujets et situations. Une première évocation, se déroulant lors de la période de la conquête de l'Amérique, la seconde nous plongeant dans l'enfer du Grand Nord.

Sky Hawk

L'idée m'a paru de prime abord étrange et, pour tout avouer ne m'a pas pleinement convaincu. Mais Jirô Taniguchi s'en explique à la fin de l'ouvrage. Une quarantaine de Japonais du clan Aizu ayant perdu la guerre de Boshin ont authen... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Trois œuvres bien dans le style de Jirô Taniguchi. Un hommage aux femmes japonaises, une narration en forme d’autobiographie, et un éveil au monde des animaux de compagnie.

Elle s’appelait Tomoji

Très belle parution, tout à fait dans l'esprit du grand maître japonais. Un dessin, comme à son habitude, très minutieux et extrêmement travaillé, des visages expressifs, une réelle sensibilité. Mais surtout une histoire qui constitue un très bel hommage au personnage de Tomoji Uhida, qui a réellement existé (une in... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles