Plafonner les prix des médicaments entraîne la pénurie

L’un des enseignements élémentaires de la science économique est que le plafonnement des prix provoque des pénuries, y compris dans le domaine de la santé.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plafonner les prix des médicaments entraîne la pénurie

Publié le 30 septembre 2019
- A +

Par Mathieu Bédard.

Les malades pourraient payer cher la réforme d’Ottawa – qui veut réduire jusqu’à 70 % le prix maximum auquel les nouveaux médicaments peuvent être vendus – en voyant leur accès aux nouveaux médicaments ralenti ou même compromis, montre une publication lancée aujourd’hui par l’IEDM.

Alors que les Canadiens ont toujours été parmi les premiers à avoir accès aux innovations pharmaceutiques, une forte baisse des prix maximum pourrait hausser les délais et les catapulter à la fin de la séquence de lancement.

« Les fabricants seront portés à lancer les médicaments en premier là où les prix sont plus élevés, afin de financer les importants coûts de recherche et de recouper leurs investissements. En revanche, ils retarderont les lancements là où les prix sont faibles. Ce phénomène a été documenté entre autres en Belgique, où les médicaments sont souvent lancés tardivement, puisque les prix y sont moins élevés », explique Mathieu Bédard, auteur de la publication.

Au Canada, le prix auquel les médicaments peuvent être vendus est fixé par le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB), un organisme fédéral qui tient compte des prix en vigueur dans une liste de pays choisis.

Le gouvernement fédéral a proposé en 2016 une réforme du CEPMB qui vise à changer la liste de pays pour la faire passer de sept à douze. On enlèvera de la liste actuelle les États-Unis et la Suisse, où les prix des médicaments sont élevés (et où plus de médicaments sont accessibles), pour les remplacer par l’Australie, la Belgique, la Corée du Sud, l’Espagne, le Japon, la Norvège, et les Pays-Bas, où les prix sont généralement plus bas et où, en moyenne, moins de nouveaux médicaments sont lancés.

« De plus, la réforme qu’espère adopter Santé Canada ouvrirait la porte à des effets « boule de neige », par lesquels l’adoption d’un prix faible dans l’un des pays servant de référence pourrait entraîner une baisse de prix ici, ce qui ferait baisser les prix dans un autre pays où le Canada sert de référence, et ainsi de suite. Or, une chute soudaine des prix compromettrait l’accès aux médicaments. Cela a été le cas en Bulgarie, où le mécanisme de prix de référence a provoqué le retrait du marché de 200 produits en 2012 », souligne Mathieu Bédard.

« L’un des enseignements élémentaires de la science économique est que le plafonnement des prix provoque des pénuries. Les nouveaux médicaments contribuent de façon importante à l’allongement de longévité et à notre qualité de vie et le CEPMB ne devrait pas pouvoir retarder l’accès des Canadiens aux innovations pharmaceutiques, encore moins les en priver », conclut M. Bédard.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Au Canada, le prix auquel les médicaments peuvent être vendus est fixé par le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB), un organisme fédéral qui tient compte des prix en vigueur dans une liste de pays choisis. »
    ça me rappelle les bidouilles pour « encadrer les loyers on regarde les prix du marché..

    et on casse ainsi les mécanismes même du marché… il n’y plus de vrai marché..alors qu’on prétend se reposer sur lui pour fixer les trucs…
    toujours pareil..le juste prix des choses..sans pouvoir dénoncer autre chose que « les grosses marges »..

  • A la pharmacie ça se traduit déjà de plus en plus par nous attendons une livraison de ce médicament depuis des mois (qui ne viendra bien évidemment plus…)…

  • Tant qu’a controler les prix autant produire soit même les medicaments…mais estce que la sante de citoyens interesse vraiment les gvt plus que l’argent ne pouvant pas etre distribuer entre soi a cause de ces maudits malades improductifs et coutant une fortune aux assurances ?

    • produire un médicament qui a été conçu à grand frais par une entreprise privée avec des capitaux privés.. …

  • Les nouveaux médicaments contribuent de façon importante à l’allongement de longévité et à notre qualité de vie

    Notre qualité de vie, il s’en moquent comme de l’an 40. La leur est bien assurée à coup de taxes.
    Quand à l’allongement de longévité, ils le craignent plus que tout, car ils ne seront pas capable de le gérer, vu qu’ils veulent s’occuper de tout.

    • Sinon, la vaseline, vu que ce n’est pas remboursé, on en trouve…

      • La vaseline peut-être, mais j’e n’ai même plus le droit d’acheter du sulfate de codeine ou du simple acide borique à la pharmacie depuis une récente floppée de lois stupides.

        • je n’ai accessoirement pas trouvé de solution simple pour remplacer l’acide borique …..
          ( à ce compte la ils devraient interdire l’acide acétique aussi, c’est dangereux ce machin quand c’est concentré…)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick de Casanove.

Les causes de la pénurie de médicaments en France ont été développées dans la première partie de cet article, ainsi que les spécificités françaises de cette pénurie, et enfin les fausses bonnes solutions qui ont été envisagées.

La seule bonne solution réside dans la liberté économique.

Rétablir un libre échange et un marché libre

On constate que lorsque le marché est libre les produits ne manquent pas. Même les dernières innovations technologiques sont disponibles en abondance. Smartphones, ordin... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

Retrouvez la première partie de cet article expliquant la cause de la pénurie de médicaments, et la seconde partie détaillant les spécificités françaises.

Comme toujours en France les fausses bonnes solutions font appel à davantage d’État.

Baisser encore le prix des médicaments

Alain Michel Ceretti, président de France Assos Santé explique :

Nous demandons aux pouvoirs publics et aux autorités de régulation de faire leur travail, et qu’enfin les politiques publiques soient harmonisées à l’é... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

La première partie de cet article détaille les causes identifiées de la pénurie de médicaments en France.

Spécificités françaises induisant une pénurie de médicaments

La pénurie ne touche pas que la France.

Pour rester dans des pays économiquement comparables, d'autres pays d'Europe  sont touchés, les États-Unis le sont aussi. Dans ce pays " la raison principale de cette pénurie reste des problèmes de matières premières ou des soucis liés à la qualité ". C'est tout.

En France les raisons s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles