L’ « écomerdier » imposé à l’Afrique par les écolo-impérialistes

Pourquoi l’Afrique sub-saharienne n’aurait-elle pas de l’électricité bon marché au lieu de se voir proposer l'usage du charbon de bois ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’ « écomerdier » imposé à l’Afrique par les écolo-impérialistes

Publié le 5 novembre 2019
- A +

Par Duggan Flanakin[1. Duggan Flanakin dirige la recherche stratégique au Commitee for a Constructive Tomorrow. Il a étudié les régulations environnementales pendant des décennies.].
Un article de Watts Up With That

Alors que l’Inde, la Chine et le Vietnam ainsi que d’autres pays utilisent de plus en plus de gaz naturel, de charbon et de pétrole pour électrifier et moderniser leurs équipements, créer des emplois et améliorer la santé, relever le niveau de vie et augmenter l’espérance de vie, pourquoi la Banque Mondiale et d’autres institutions internationales exigent des pays de l’Afrique sub-saharienne qu’ils utilisent de plus en plus de charbon de bois pour le chauffage et la cuisine ? Pourquoi les pays africains eux-mêmes, les Nations Unies et les organismes de défense des droits de l’Homme tolèrent cette politique mortifère ?

La promotion… du charbon de bois

Durant la récente « semaine du climat » l’organisme onusien IPCC a fait la promotion de la biomasse qui – selon ses affirmations – entrent déjà pour 60 % des énergies renouvelables en Europe afin de combattre le changement climatique (on ne dit plus réchauffement, au cas où…) et stabiliser le climat qui n’a jamais été vraiment stable par le passé, mais bon…

Les énergies dites renouvelables comprennent par exemple la centrale électrique de Drax en Grande-Bretagne qui brûle des « boulets » de bois provenant de millions d’arbres poussant sur des dizaines de milliers d’hectares de forêts canadiennes et américaines, détruites à jamais. Les arbres sont transformés en petites boules qui sont chargées sur des camions et transportées dans les ports côtiers pour être ensuite acheminées au nord du Yorkshire en Grande-Bretagne par cargos brûlant du pétrole. Du port, ces granulés sont acheminés alors par train jusqu’à la centrale électrique et brûlés à la place du charbon pour générer de l’électricité.

Ainsi la Grande-Bretagne peut s’enorgueillir d’atteindre l’objectif d’énergie renouvelable que les accords de Paris ont fixé. Pourtant l’ensemble de cette opération produit beaucoup plus de gaz carbonique que n’importe quelle usine similaire de production d’électricité utilisant du gaz naturel ou du charbon ! Quant aux arbres il faudra attendre 50 ans pour pouvoir à nouveau exploiter les forêts nouvellement rasées. Et on dit que c’est de l’énergie renouvelable !

Certaines organisations de protection de l’environnement ont crié au scandale quand l’IPCC a convenu que l’utilisation du charbon de bois devait être promue en Afrique sub-saharienne car cette pratique contribuait à réduire les surfaces boisées. Non seulement la production de charbon de bois, considéré comme une source d’énergie renouvelable par l’IPCC, détruit l’environnement et menace de nombreuses espèces d’animaux et de plantes mais son utilisation menace aussi la santé humaine.

Le programme pour l’environnement des Nations Unies prévoit que la demande africaine de charbon de bois, dont la production est actuellement d’environ 23 millions de tonnes par an, doublera voire triplera vers 2050. Cette production a doublé ces dernières 20 années et représente maintenant 60 % de la production mondiale de charbon de bois selon la FAO. L’urbanisation galopante a accru la demande car le charbon de bois est le combustible préféré en raison de son bas coût pour la cuisine en Afrique sub-saharienne.

Certes, le charbon de bois est plus propre et plus facile à utiliser que le bois lui-même et meilleur marché que le gaz de pétrole liquéfié ou l’électricité, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle plus de 80 % des familles en milieu urbain utilisent le charbon de bois pour la cuisine et en milieu rural c’est 100 %.

Paradoxe

Et pourtant l’OMS (un autre organisme onusien) considère que, mondialement, plus de 4,3 millions de personnes meurent prématurément de maladies liées au caractère malsain de l’air des maisons où le charbon de bois est utilisé pour la cuisine sur des feux ouverts ou des cuisinières qui fuient et enfument les logements. C’est davantage de morts que la malaria, la tuberculose et le SIDA réunis… L’OMS a aussi noté que le manque d’accès à l’électricité pour 1,2 milliard de personnes dans le monde a pour résultat d’exposer les familles à des particules fines et aux autres produits toxiques présents dans la fumée, la cuisson mal assurée provoquant en outre toutes sortes d’intoxications alimentaires.

L’absence d’électricité disponible en abondance restreint la possibilité de lire confortablement, pour étudier, lire, avoir accès à un ordinateur et à internet, développer une industrie, petite ou de plus grande taille, alimenter des hôpitaux, des écoles et des infrastructures et permettre d’améliorer la vie des personnes, la santé et la nourriture.

Pourquoi 100 ans après que l’électricité a révolutionné les sociétés occidentales  encore plus de la moitié de l’Afrique sub-saharienne n’est connectée à aucun réseau électrique ? Est-ce qu’un Américain, un Canadien, un Européen, un Australien, un Japonais et même un Chinois pourraient vivre aujourd’hui sans une électricité abondante, relativement bon marché ?

En 2016, la Banque Mondiale a estimé qu’à peine 42 % des logements en Afrique sub-saharienne avaient accès à l’électricité, le Rwanda atteignant 80 % mais la Guinée-Bissau à peine 30 %, laissant des centaines de millions de personnes sans électricité du tout ou seulement sur des périodes très limitées et totalement imprévisibles, alors qu’il s’agit d’une source d’énergie que nous considérons, nous Occidentaux, comme vitale.

Trois raisons de la demande restreinte en électricité

Le site ZimbabweSituation.com indique que trois facteurs restreignent la demande en électricité dans la majorité des pays africains.

— D’abord la plupart des ménages et des entreprises connectées à un réseau électrique fait face à des black-out à répétition en raison de la faiblesse de la production par rapport à la demande et à cause d’un réseau défectueux. Les habitants ont donc toujours recours au charbon de bois pour cuisiner, et ils paient pour disposer d’électricité, quand elle est disponible, et aussi pour se fournir en charbon de bois. (Paradoxalement c’est aussi le cas en Californie depuis la faillite de PG&E qui, si elle était un État indépendant, serait le plus riche du monde alors que de nombreux ménages sont revenus au bon réchaud à pétrole pour cuisiner à cause des black out imprévisibles).

— Ensuite, alors que l’électricité constitue une large part du revenu des ménages, ces derniers ont un accès limité à cette source d’énergie. Les pays disposant d’un réseau peu développé augmentent les prix pour financer les infrastructures afin d’améliorer les réseaux. Mais des tarifs élevés se traduisent par encore plus de charges financières, décourageant les consommateurs et inhibant la création d’emplois puisque la consommation n’augmente pas, et même découragent certains ménages à faire une demande de raccordement au réseau existant.

— En dernier lieu, le coût et la complexisté de l’extension des réseaux sont aussi des facteurs limitant l’électrification. Là où la production est insuffisante, les compagnies d’électricité retardent les connexions au réseau jusqu’à ce que les infrastructures de production correspondent à la demande prévue. Le pire ce sont aussi les contraintes administratives et parfois coutumières, par exemple pour l’installation de pilônes sur des terres communautaires, qui augmentent les coûts et donc réduisent la demande, avec pour effet dans certaines régions de repousser à jamais une quelconque électrification.

C’est ainsi que dans de nombreux cas le bois et le charbon de bois sont compétitifs par rapport au gaz de pétrole (quand il y en a) alors que la production de charbon de bois est gourmande en main-d’œuvre, polluante et destructrice de l’environnement. Une cuisinère moderne brûlant du bois permettrait de réduire les risques pour la santé mais la plupart des ménages ne peuvent pas s’en offrir une.

Le coût maîtrisé et la sécurité d’approvisionnement de l’électricité en Afrique sub-saharienne ne pourront être atteints qu’avec une modernisation et une expansion du réseau électrique, viendront ensuite les usines de production d’électricité. Le regretté Steven Lyazi, qui travailla pour le Congrès de l’égalité raciale en Ouganda, a reconnu que la disponibilité en énergie solaire est une bonne nouvelle pour des millions d’Africains ne disposant que du bois de chauffage, des bouses du bétail et du charbon de bois pour cuisiner.

Cependant, ajoutait-il, les énergies solaires et éoliennes ne sont au mieux que des solutions de remplacement vers la sécurité de l’approvisionnement en électricité, alors que, pourtant, les Nations Unies, la Banque Mondiale et d’autres organismes politiques le préconisent ; ce n’est qu’une vue de l’esprit. Il ajoutait : « Beaucoup de personnalités méconnaissent que les Africains ont de grands rêves ». Dont l’un est la liaison ferroviaire électrifiée de 750 km baptisée Trans East Africa qui nécessiterait beaucoup plus d’énergie que ce que peuvent produire le solaire et l’éolien, sources d’énergie intermittentes.

La grande majorité des pays d’Afrique est avide d’énergie électrique qu’elle soit d’origine nucléaire, de charbon, de pétrole ou de gaz naturel, mais les environnementalistes occidentaux, largement européens, y compris la Banque Mondiale, sont opposés au financement de tels projets.

L’Afrique a le droit d’accéder au confort

Lyaza, décédé dans un accident d’autobus en 2017, pressait les pays africains pour qu’ils utilisent leurs abondantes ressources naturelles. Il encourageait les Africains à défier les écologistes européens qui ont diabolisé les combustibles fossiles carbonés et n’ont jamais encouragé les projets hydro-électriques et l’énergie nucléaire en Afrique. Il clamait que l’Ouganda et d’autres pays d’Afrique sub-saharienne devraient construire des gazoducs pour alimenter des centrales électriques afin de fournir de l’électricité à un maximum d’habitants. Aujourd’hui, les champs pétroliers et gaziers africains brûlent pour rien du gaz qui n’est pas récupéré ; et le pétrole est exporté pour le plus grand bénéfice d’une élite laissant sans énergie des millions de personnes appauvries et désespérées.

Pourquoi ne pas construire des centrales au charbon, des centrales nucléaires et envisager des projets hydro-électriques ? Pourquoi pas ? Pourquoi les Africains devraient-ils être condamnés à survivre dans la pauvreté en étant dominés par les écolo-impérialistes, les néo-colonialistes et les organisations de protection de l’environnement destructrices ignorant totalement les droit les plus basiques des êtres humains : le droit à l’énergie, à la santé moderne, à un niveau de vie satisfaisant et à des vies décentes ?

En tant qu’ingénieur dans l’énergie nucléaire, le sud-Africain Kelvin Kemm, consultant en énergie, notait qu’il existe trop de situations diverses en Afrique et qu’une seule source d’énergie électrique pourrait être envisagée à l’échelle du continent de manière économique et sûre : les réacteurs modulaires pebble bed (PBMR) de faible puissance – 200 MWe – refroidis avec un gaz associé à une turbine Brayton en cycle fermé ou un circuit secondaire de vapeur.

Ces réacteurs acceptant un combustible configuré sous formes de billes de la taille d’une balle de golf bénéficient de par leur conception d’une sécurité dite passive. Ils peuvent être construits en grande série pour un coût d’investissement modique et leur puissance est adaptée aux réseaux existants pouvant être naturellement étendus par la suite. Cette technologie est adaptable à tous les pays de l’Afrique sub-saharienne.

Ce sont les pays africains eux-mêmes qui doivent faire ce choix et non pas des pays étrangers qui leur fassent subir chantages et pressions politiques. Les pays africains ne doivent pas rester dans l’ignorance et être obligés de ne se contenter que de charbon de bois, ce que les écolo-impérialistes occidentaux leur imposent pour l’instant…

Sur le web– Traduction par Jacques Henry de « Eco-imperialists impose a biomess on Africa »

Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • J’en ai personnellement plutôt assez de ces rengaines qui sont toujours les mêmes : c’est la faute au monde entier si l’Afrique ne se développe pas car tout lui est volé et on l’empêche de faire ce qu’elle veut.
    Que les pays Africains prennent leur destin en main et arrêtent de rejeter sur les autres (qui, certes, ne sont pas des enfants de chœur) les causes de l’incurie qui règne un peu partout dans ce continent.

    • Moi c’est pareil, j’en ai personnellement assez que cela soit la faute des africains si la France part en sucettes. Que les francais prennent leur destin en mains et arrêtent de rejeter sur les autres les causes de leur malheurs, alors que tout le monde sait que c’est de la faute de leurs dirigeants et des notes.

  • « les environnementalistes occidentaux, largement européens, y compris la Banque Mondiale, sont opposés au financement de tels projets. »
    L’environnement a bon dos…

  • Faute d’électricité dans nos pays developpes , la bouse ne se refusera , le’feu de bois est a l’honneur dans nos campagnes,et le barbecue festif..ne changez rien , africains, vous n’avez vraiment rien à nous envier ,notre fee electricite est en train de s’éteindre.

    • Elle ne s’éteint pas toute seule

      • Les écolos s’en occupent. Déjà l’hiver dernier on fut au bord du black out, encore plus d’éoliennes et moins de nucléaire et on y aura droit.

        • N’oubliez pas de mentionner les vraies causes premières de ce presque black-out qui n’ont strictement rien à voir avec les éoliennes.

          • « Avec la montée en puissance des interconnexions électriques en Europe et des énergies renouvelables intermittentes comme les éoliennes, ce genre d’événement risque de se reproduire plus fréquemment. »

            https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/comment-la-france-a-evite-un-black-out-lundi-dernier-1139144

            Bref, on aurait mis l’argent (beaucoup moins d’ailleurs) dans le nucléaire au lieu des éoliennes tant en France qu’en Allemagne, le problème ne se poserait pas.

          • Et si, puisque c’était un jour sans vent et donc les éoliennes étaient en panne. Mentir ne sert à rien car nous sommes bien informés, et vous perdez votre temps et votre réputation !

          • A 21 heures il n’y a plus de soleil et si le vent tombe les éoliennes sont en panne! C’est trop dur à comprendre?

            • Faut pas trop lui en demander, il est dans son trip 🙁

              • « rien à voir avec les éoliennes… » mais un peu avec la politique énergétique..

              • Je vous invite à lire ceci : https://www.batiactu.com/edito/france-n-a-pas-risque-black-out-debut-octobre-2019-57697.php
                Et cela : https://www.franceinter.fr/economie/comment-l-europe-a-echappe-de-peu-au-black-out-electrique
                Si mon trip, c’est l’info vraie, vérifiée, sourcée, hors du bocal (désolé mais j’aime beaucoup cette expression), objective, factuelle, ne se limitant pas à un fil rouge doctrinaire, alors oui, je suis en plein trip.
                Vous en voulez un peu, c’est de la bonne 🙂

                • Non, mais vous rigolez !!
                  Votre premier lien rapporte la bonne parole de RTE, agence d’Etat en charge du transport d’électricité dont on peut douter de l’impartialité. Mais soit. Que dit donc RTE ? RTE ne dit pas qu’il n’y a pas eu de problème mais qu’il a, d’après eux, été bien géré sans avoir fait courir de risque au réseau.
                  Il y a donc eu un problème.
                  Ce problème a nécessité l’interruption de l’activité de gros consommateurs sous contrat (et qui seront donc indemnisés !!) ce qui représente la dernière mesure avant break down. Ensuite RTE nous joue un air de pipeau sur les réserves d’urgence en électricité mobilisables en qq minutes pour palier à une difficulté du réseau. Curieux, pourquoi donc ne les ont-ils pas mobilisés préférant couper le courant à certains gros consommateurs (avec indemnisations couteuses) d’autant plus que le problème a été, selon eux, de courte durée ? Ou alors ils les ont mobilisés mais cela n’a pas été suffisant ? Ou ces «réserves » ont été prises en défaut ? Pas d’info sur le sujet… 🙂

                  Votre 2è lien confirme qu’il a eu un problème mais essaie soigneusement de noyer le poisson (article de France Inter, rien d’étonnant). Tout d’abord c’est la faute du Kosovo qui a baissé sa production d’électricité que la Serbie n’a pas voulu compenser !! Méchant Kosovo et méchante Serbie.
                  Pour info, La production globale d’électricité de l’Europe en 2016 était de 3255 TWh (TerraWattHeure), celle du Kosovo de 6 TWh !! Soit 0.18% du total !! Cela voudrait-il dire que le réseau serait devenu tellement tendu qu’une baisse de quelques centièmes de % au mauvais moment peut le faire vaciller ?? Voilà qui est rassurant.
                  Ensuite, France inter est quand même obligé de reconnaitre un « bug technique » dans la production des EnR (comme cela est bien dit !), bug d’origine indéterminée. Lol. C’est donc exactement ce que les autres commentateurs rapportent.

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectricit%C3%A9_en_Europe

  • Article intéressant qui explique plusieurs difficultés pour ces pays à se développer.
    En conclusion : merci les écolos !…

  • C’est en développant les sources d’énergie en Afrique pour assurer l’électrification que l’Europe s’en sortira, pas en important de façon honteuse les Africains ou en les incitant à venir sous de faux prétextes. Cela suppose, non pas les moulins à vent ni les fermes solaires qui bousillent tout, mais le nucléaire, le pétrole et le gaz, n’en déplaise aux fanatiques écolos parcourant le monde en train, avion, bateau et autres moyens, quoique pas encore à trottinette pour diffuser urbi et orbi la « bonne » parole!

  • Si les américains veulent financer des centrales électriques en Afrique, ils seront les bienvenus. Surtout des centrales nucléaires, pour le Zimbabwe, le Congo ou la Mauritanie ca me semble une idée brillantissime…

  • Encore une jolie démonstration de l’imbécillité de notre establishment. Pour faire du charbon de bois il faut des arbres et donc déforester. Je croyait qu’il fallait l’éviter et même en planter ! Faudrait savoir. Ils sont tellement bêtes qu’ils ne se rendent même pas compte de leur incohérence!
    C’est déjà eux qui ont contré le développement de l’Afrique en lui conseillant lors de l’indépendance le socialisme, qui les a ruiné comme le Ghana de Nkruma ou la Guinée! Difficile de comprendre cette volonté de maintenir l’Afrique dans la misère et le sous développement.

    • Oui et non. On sait mesurer la production de bois mort et de bois vif d’une forêt. Tant que les prélèvements respectent le cycle de croissance des essences locales, il n’y a pas de risque de déforestation. Le bois est une ressource intéressante, y compris pour produire de l’électricité, à condition de maîtriser le coût du transport et d’éloigner raisonnablement les sites de production des lieux d’habitation, tout en filtrant les fumées.

      Mais c’est sûr que cuisiner tout le temps au feu de bois dans des pièces mal ventilées est à la longue nocif pour la santé (on ne parle évidemment pas du malheureux barbeuc du WE ou de la cheminée fumante plus ou moins décorative du grand-père). Quand c’est possible, il vaut mieux déporter la production d’énergie grâce à l’électricité.

      L’idée d’exploiter la ressource est bonne en soi. En revanche, l’imposer d’en haut pas idéologie escrologiste est une catastrophe. Comme les socialistes, les escrologistes pourrissent tout ce qu’ils touchent. On comprend que les Africains se révoltent contre cette idéologie débile, comme s’ils n’avaient pas déjà à subir leur lot de difficultés par ailleurs.

      • Les 2 premiers paragraphes sont sensés. Le dernier est un ramassis de débilités populistes. Je ne vous félicite pas.

        • On se fiche de vos félicitations et de vos critiques malveillantes! Débilités populistes, poncifs de Mélenchon.

        • Il laisser luther le censeur :mrgreen:
          Et paf 🙂

        • si vous voulez mais en quoi décider d’installer des éoliennes est bon pour l’environnement? TOUT pris en compte..

          en fait vous allez causer.. puis arrivé au bout de considérations subjectives, vous conclurez que ce qui est important est de réduire note consommation d’électricité.. et on se demande alors pourquoi des éoliennes ?

          vous pouvez faire ça avec tout..
          le glyphosate? bla bla bla…et en conclusion ce qui est important est de se passer de désherber..sinon de cultiver…

    • J’ajoute qu’on peut replanter des forêts en bénéficiant de l’intensification agricole, agriculture intensive qui offre en outre l’avantage d’une meilleure absorption du CO² à l’hectare. Mais cela implique un minimum de développement économique, notamment de respect de la propriété privée.

  • On pourrait ajouter également les entraves permanentes d’ONG et Etats européens envers les pays agricains (et pas que) pour limiter l’accès aux biotechnologies végétales (i.e. OGM)
    Illustrations avec le coton Bt, le manioc, maïs…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Negynas.

Depuis quelque temps, on commence à entendre quelques couacs dans les médias  sur le thème de l’énergie.

Il faut dire que la conjoncture y met du sien : hausse vertigineuse du prix des combustibles fossiles (les réserves stockées sont inférieures à la normale, la reprise économique est brutale, on manque de bateaux, les Russes jouent à nous faire peur.

Et l’électricité ? Elle suit. Pas trop en France, nous avons notre nucléaire et notre hydraulique qui ont suffi tout l’été à nous alimenter et à exporte... Poursuivre la lecture

Par Mariem Brahim[1. Mariem Brahim est enseignante-chercheuse à Brest Business School.].

Les pays de la région d’Afrique du Nord sont confrontés au triple défi d’une faible croissance à long terme du PIB par habitant, d’une situation macroéconomique fragile et de marchés du travail faméliques. Les quarantaines, les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement, l’effondrement des prix du pétrole, les restrictions de voyage et les fermetures d’entreprises annoncent clairement une récession dans la région, la première depuis trois d... Poursuivre la lecture

Par Jean-Luc Salanave et Michel Gay.

Une information peu connue qui mérite attention : depuis juin 2021, une jeune entreprise, Isotope Energy, propose enfin clairement et ouvertement aux consommateurs une électricité garantie d'origine nucléaire.

Une électricité honteuse ?

Une pétition regroupant un collectif de plus de 3000 signataires demande la commercialisation d’une offre garantie 100 % nucléaire.

EDF, qui détient pourtant le monopole de la production des « électrons nucléaires », a refusé de commercialiser cette off... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles