2050 : un beau monde sans carbone …

Voici le scénario très sombre d’un monde futur sans combustibles fossiles.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2050 : un beau monde sans carbone …

Publié le 31 décembre 2019
- A +

Par Jacques Henry.

Afin de sauver le climat et par conséquent la planète, l’objectif fixé par les directives de l’IPCC, organisme onusien bien connu pour sa probité scientifique, est d’atteindre en 2050 un taux d’émissions de carbone égal à celui de l’année 1902. Au début du XXe siècle l’automobile en était à ses balbutiements et il n’y avait que quelques rares trains utilisant le plus souvent du charbon comme combustible mais aussi parfois encore du bois. C’était « le bon vieux temps »…

Pourtant l’utilisation intensive des combustibles fossiles dont en particulier le pétrole permit tout au long du XXe siècle une amélioration considérable et incontestable du bien-être général des pays occidentaux. Nous ne pourrions pas imaginer aujourd’hui un déplacement d’une ville à une autre en voiture à cheval, ni nous chauffer en hiver avec une cheminée à foyer ouvert ou encore transpirer en été sans air conditionné ni même ne pas avoir de réfrigérateur à la maison et devoir aller glaner en voiture à cheval quelque bois mort en forêt pour cuisiner ni, enfin, aller puiser de l’eau dans un puits communal ou une rivière proche.

C’est pourtant ce qui attend les pays de l’OCDE si en 2050 les émissions de carbone doivent égaler celles de 1902 conformément aux directives de l’Accord sur le climat de 2015.

Les combustibles fossiles ont permis une immense contribution à la santé publique en réduisant la pauvreté grâce à des progrès techniques rendant la vie plus confortable et saine, en favorisant l’électrification de nombreuses productions industrielles et en induisant une disponibilité en nourriture jamais atteinte auparavant.

Remplacer les combustibles fossiles sans un développement massif de l’énergie nucléaire, ce dont les écologistes politiques ne veulent pas entendre parler, par des sources d’énergie alternatives infiniment plus coûteuses et intermittentes sans aucun moyen de stockage techniquement et économiquement abordable avant longtemps signifiera donc un retour de l’humanité au début du XXe siècle, en faisant preuve d’optimisme.

Avant l’introduction de l’énergie nucléaire civile au tournant des années 1960 les combustibles fossiles avaient déjà créé l’ère moderne, ils avaient favorisé l’augmentation du niveau de vie, considérablement amélioré la santé et allongé l’espérance de vie tout en sortant des centaines de millions de personnes de la pauvreté.

Ce que nous appelons aujourd’hui la modernité ce sont des villes avec des systèmes de transport rapides et sûrs, avec la télévision, les téléphones mobiles et internet, l’eau courante, un retraitement des eaux usées et des rues asphaltées éclairées la nuit. Toute cette modernité a été rendue possible grâce aux combustibles fossiles puisque aujourd’hui encore plus de 92 % de l’énergie primaire utilisée dans le monde provient des combustibles fossiles. Selon Vaclav Smil (voir les liens en fin de billet) :

« L’attribut le plus fondamental de la société moderne est simplement celui-ci : c’est une civilisation à haute densité énergétique basée principalement sur les combustibles fossiles ».

Selon D. Deming, sans source d’énergie fiable et disponible à tout moment le monde s’écroulerait. Cet auteur a écrit un scénario fictif assez effrayant mais réaliste de ce qui arriverait à la civilisation nord-américaine si toutes les compagnies extrayant des combustibles fossiles se mettaient en grève illimitée et voici les conséquences d’une telle situation.

C’est ce qui attend pourtant le monde dans l’hypothèse d’un monde sans carbone en 2050 qui ne pourra plus être ce qu’il est aujourd’hui sans sources d’énergie économiquement abordables et disponibles à tout moment. Le scénario de Deming est une fiction, un film en accéléré de ce que va devenir l’humanité dans les années à venir.

1. Sans carburant diesel, l’industrie du transport routier va être paralysée. Toutes les denrées sont distribuées aux USA par la route. Les linéaires des supermarchés se retrouveront rapidement vides. La production de denrées alimentaires d’une manière générale s’arrêtera progressivement. Sans diesel aucun engin agricole ne pourra plus fonctionner et les grandes cultures sans pesticides et engrais (tous produits à partir d’énergie fossile et par la chimie du pétrole) se transformeront en friches. L’industrie agricole américaine ne peut pas nourrir 315 millions de personnes avec une agriculture basée sur du fumier comme engrais et la traction animale pour les labours et les récoltes. Après seulement quelques semaines une famine massive commencera à s’installer.

2. Les locomotives (aux USA) utilisent toutes du carburant diesel et sans trains ni camions il ne sera plus possible d’acheminer des matières premières ni des produits finis. Toute les industries lourdes et manufacturières s’arrêteront. Il s’ensuivra des mises à pied massives. Toute activité quotidienne deviendra critique. Seuls les privilégiés disposant d’un cheval pourront se déplacer ou encore marcher pour aller sur leur lieu de travail si tant est qu’il existera encore un travail.

3. Aux USA l’électricité est produite à hauteur de 42 % avec du charbon et de 25 % avec du gaz. En perdant les deux tiers de la production d’électricité le réseau de transport et de distribution de l’énergie électrique sera devenu globalement hors d’usage. Quelques privilégiés habitant près de barrages hydroélectriques ou de centrales nucléaires pourront encore bénéficier d’électricité. En l’absence d’électricité cela signifie aussi qu’il n’y aura plus d’eau dans les maisons ni de pompes pour évacuer les eaux usées et les retraiter. Quand les eaux minérales en bouteille auront disparu, les habitants n’auront plus d’autre choix que de boire l’eau des rivières et des lacs ; et alors des épidémies massives de choléra apparaîtront. Sans médicaments la situation deviendra totalement catastrophique.

4. Les hôpitaux pourront continuer à fonctionner avec leurs groupes électrogènes mais sans diesel disponible cette production électrique de secours s’arrêtera aussi. Seule la chirurgie d’urgence pourra être encore pratiquée mais seulement dans des locaux éclairés par la lumière du jour. Et comme le kérosène est aussi un distillat de pétrole les lampes à kérosène ne seront pas non plus une solution pour l’éclairage. Même les bougies sont fabriquées avec de la paraffine provenant du pétrole. Il n’y a aucun doute qu’il sera impossible d’éclairer 135 millions de foyers américains avec des bougies faites avec de la cire d’abeille…

5. En quelques semaines la civilisation américaine reviendra à ce qu’elle était à la fin du XVIIIe siècle ! Toute l’évolution favorisée par le charbon puis le pétrole dès la deuxième moitié du XIXe siècle aura disparu, le produit intérieur brut américain aura chuté de plus de 95 % et la majeure partie de la population aura disparu en raison d’épidémies hors de tout contrôle en l’absence de médicaments.

Ce scénario très sombre de Deming d’un monde futur sans combustibles fossiles peut être sujet à critiques mais il est beaucoup plus vraisemblable que les prédictions de l’Armageddon climatique prédit par l’organisme onusien IPCC et tous les autres organismes non gouvernementaux qui soutiennent ses prédictions. Cette fiction de Deming a le mérite de s’appuyer sur des faits parfaitement prédictibles en cas d’abandon brutal des combustibles fossiles alors que les prévisions de l’IPCC ne s’appuient que sur des hypothèses et des modèles mathématiques. Au contraire de ce qu’affirment l’IPCC et tous les organismes qui soutiennent cette institution onusienne, Deming n’a jamais prétendu peindre une fiction inévitable mais celle-ci paraît beaucoup plus crédible que toutes les conséquences supposées d’une catastrophe climatique elle-même hypothétique.

Article initialement publié le

Sur le web

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • Et le coq, crête haute, pourra, en France, retourner fièrement sur son tas de fumier…
    Quand on voit la queue de voiture devant la station Intermarché, on peut s’attendre à de nombreuses émeutes.

  • Il y a donc une urgence a construire des camps d’internement immenses, ou des écolos, peint en vert pour améliorer le rendement, pédaleront sur de Vélos-Dynamos, pour éclairer le reste de la populace populiste : les racistes, les sexistes, les homophobes, les Islamophobes, Les réfractaires aux totalitarismes de toutes sortes, et j’en oublie …

  • claude henry de chasne
    30 décembre 2018 at 11 h 07 min

    la vision écologique de la société , donnera une société d’esclaves

    • Il faudra bien alimenter les véhicules de monsieur Nicolas la Chouette… Cela se fera au rythme du tambour sous la menace de fouet.
      Les gens auront choisi leur galère…

      • Il faudra s’armer????(moi qui ne veut pas d’arme a la maison ! Zut alors)
        Habitant en campagne avec un grand jardin, il va falloir protéger l’alimentation(légumes du jardin) de sa famille contre ses « méchants parent » prêt a tout pour nourrir leurs enfants (comme tout le monde!) sortie de villes pour trouver a manger dans les campagnes!!
        Comme il y a quelques « lointaines années », le marché noir, par contre sera une opportunité pour les ruraux .
        Par contre je vais garder un diesel car avec des huiles végétales (de colza,…) cela marche pas si mal.

  • IL n’y aura surtout plus assez de bras pour creuser à la main les milliards de tombes des morts de faim de cette vision de fous furieux!
    Le nucléaire est LA bonne solution pour le futur et, en attendant, profitons des dernières années pour rouler en Mustang V8 5L de 450 cv sur autoroutes allemandes!

    • Gerald555: Vous n’êtes pas pragmatique: les fosses communes cela sert a quoi?

      • @yann et Gearald555
        Bonjour et bonne année,
        Un scientifisque a émis l’idée qu’il faudrait manger les morts pour lutter contre le réchauffement climatique. Quand des milliards d’êtres humains mourront de faim, continueront-ils de lutter contre le réchauffement climatique ?
        « https://nypost.com/2019/09/09/scientist-suggests-eating-human-flesh-to-fight-climate-change/ »

  • « 2050 : un beau monde sans carbone »
    ====>
    2030 : un beau monde sans écologie politique

  • Le pire est que cette situation se produira obligatoirement ,un jour.
    Sauf si une énergie nouvelle permet de suppléer au manque de pétrole…..vu la quantité de gaz disponible , cette vue du monde en 2050 est impossible même si l’écologie domine le monde..quand il n’y avait plus d’essence. Les gazogenes fleurissaient partout et ce n’est pas le bois qui manque pour les alimenter !

  • Dès lors quon d’oppose au prosélytisme écologique et climato-catastrophique, on est classé « sceptique » et assimilé aux « platistes ».

    A-t’on encore le droit de s’étonner de la légèreté avec laquelle les écolos, les politiciens et les jounalistes engagent l’humanité dans une voie apparemment sans issue et refusent tout débat à ce sujet ?

    • Ce qui est assez effrayant, c’est d’entendre la plupart des gens répéter les éléments de langage écolos, comme des perroquets. En plus, ils sont imperméables à toute argumentation rationnelle. Comme les Soviétiques étaient persuadés autrefois qu’ils vivaient dans le meilleur système au monde….

      • claude henry de chasne
        30 décembre 2018 at 14 h 10 min

        les français sint surs d’avoir le meilleur systeme au monde… c’est dire

      • C’est-ce qu’on ressent oui, mais la classe jacassante représeente-t’elle la « plupart des gens » ?

        Par ailleurs beaucoup répètent ce qu’ils on entendu parce qu’ils n’ont pas compris, ou parce qu’ils s’en fichent et ne veulent pas être dans le « camp du mal ».

        Et c’est pervers car cela conforte à postériori les prosèlytes dans leur démarche, leur laissant croire d’une part qu’ils changent le monde puisqu’ils semblent convaincre, et d’autre part qu’ils ont raison puisque les autres disent comme eux.

        Alors que cela ne prouve en fait qu’ils sont de grans sots.

      • tout à fait répéter les éléments de langage, c’est leur succès..
        et quasiment rien de ce qui’ils racontent ne fait sens..

        quand ils sortent de l’ambiguïté ils ont des problèmes..

    • @ alan : oui on en a le droit, c’est même un devoir !

      (ça peut paraître paradoxal de dire ça sur un site libéral, mais si on veut conserver un minimum de liberté justement, il faut s’en servir et dénoncer le mensonge officiel, car le mensonge et la liberté sont antinomiques)

  • et avec une dictature verte genre pol pot

  • « la majeure partie de la population aura disparu en raison d’épidémies hors de tout contrôle en l’absence de médicaments. »
    Il se trouve que, justement, la diminution drastique de la population au niveau planétaire est un objectif majeur de l’idéologie mondialiste.
    Quand ces idéologues, doublés de mafieux criminels, trouvent toutes sortes d’idiots utiles sur leur chemin, l’humanité est en effet, en danger.

  • Ces cons d’écologistes sont incapables de comprendre que leur programme de décroissance va directement mener tout le monde au chômage, sans indemnisation puisqu’il n’y aura pratiquement plus personne pour payer des cotisations. Eux y compris, même s’ils sont fonctionnaires, puisque idem pour les impôts et taxes! Un monde sans pollution, mais sans argent non plus!

    • Ils s’en foutent, puisqu’ils seront aux commandes du pays, et qu’en tant que tels ils ne manqueront eux-mêmes de rien, comme les apparatchiks communistes de tout poil n’ont jamais manqué de rien (un des derniers exemples en date est Hugo Chavez, dont la fille unique est une des personnes les plus riches du Vénézuéla, comment, on se le demande bien… ou pas)

  • Le scénario de Deming, c’est quasiment le même que celui de « Soleil Vert »: Sans énergie, les champs peuvent être couverts de maïs, blé, etc… il sera impossible de les récolter, stocker, diffuser, préparer pour la majorité de la population. Donc famine.

    Je lisais un commentaire disant que
    « à cause du RCA….il se joue la vie de milliards d’humains »,
    sauf que l’inverse du Réchauffement, c’est leurs fins assurées.

    Mais je pense que tous les bobos écolos le savent un peu…

  • C’est simple l’écolo n’a pas le Q I suffisant pour comprendre que pour faire bouffer et vivre 10 milliards d’humains a la mode occidentale il faut une quantité d’Energie phénoménale que seule peut produire le nucléaire. bien que je sois pour l’utilisation de l’Energie nucléaire, je suis convaincu, qu’il faudra aussi freiner drastiquement l’accroissement de population.
    L’électricité même éolienne ne se bouffe pas ! Mais la, même le QI de Macron bloque !

    • L’augmentation de la population ralentira puis s’inversera quand nous serons environ 15 milliards sur Terre. D’ici là, pas besoin de freiner quoi que ce soit et, ce faisant, de commettre des crimes de masse.

      • Tout à fait d’accord : le taux de fécondité moyen sur terre ne cesse de baisser depuis plusieurs décennies, il est d’ailleurs passé de près de 5 enfants/femme en 1950 à 2.4 enfants/femme en 2018, et tout indique qu’il va continuer à baisser (rappel, pour ceux qui l’ignoreraient : à moins de 2.1 enfants par femme, la population commence à baisser).
        – source cet article du Lancet de 2018 : https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(18)32278-5/fulltext
        Il est donc inutile de verser dans le catastrophisme, à la manière des climato-alarmistes et autres malthusiens, qui à la fois se trompent à peu près toujours dans leurs prévisions (car ils ne prennent pas en compte l’inventivité et l’adaptabilité humaines) et sautent sur toute occasion pour imposer aux gens plus d’État, donc de coercition. Ce qui n’est pas précisément libéral !

  • 2050 ou 2100 voire quelques années de plus et l’homme aura disparu de la terre et celle ci continuera à tourner, quelques animaux, insectes, auront survécu, les plantes aussi et un nouveau cycle apparaîtra et alors c’est la vie, d’autres espèces ont disparu pourquoi pas nous ?

    • Parce que nous sommes trop nombreux et il restera toujours dans des coins isolés quelques spécimens pour repartir. Mais de toute façon ce n’est ni en 2050 ni en 2100, car il n’y AUCUNE raison.

    • Parce que nous ne sommes pas qu’une espèce animale. L’humanité est beaucoup plus que cela. On garde précieusement votre message pour le ressortir en 2200 et se payer une bonne tranche de rire.

  • Cet article oublie les guerres comme conséquences de cette folie écologique.

    • L’équilibre va se faire comme d’habitude. Epidémies, guerres.
      Guerres pour les ressources restantes comme d’habitude, guerres pour les surfaces arables à haut rendement, guerre pour l’eau etc…
      Je ne le souhaite pas mais c’est inéluctable.
      Triste mais je pense, hélas, réaliste.

      • Les terres arables à haut rendement, ça n’existe pratiquement nulle part à l’état naturel. C’est toujours par le travail humain que le rendement des terres augmente. Pas besoin de faire la guerre pour obtenir des terres arables quand il suffit de travailler dur pour les obtenir.

        • Exactement.
          Comme au Brésil ou la forêt vierge n’est qu’un mythe, les sols ayant été largement amandés par l’homme précolombien.
          C’est bien grâce à l’activité de l’être humaine que la forêt amazonienne est si riche.

    • Toutes les guerres le sont pour un motif économiques. Même les guerres de religion qu’on essaie de nous faire croire. Le conflit Israélo-Palestienien est avant tout un contrôle des terres arabes (cultivables) et des points d’eau. La religion c’est bon pour les merdias occidentaux.

      • Auquel cas, les terres sont plus arables qu’arabes.
        Le souci est apparu quand les sionistes ont acheté à prix d’or des champs de cailloux en Palestine (ils étaient très bien vus à ce moment là), les ont travaillé (alors que les arables et arabes étaient laissées à une production vivrière de base). Quand 20-30 ans après, sortirent de magnifiques orangeraies, le sentiment ne fut plus le même.

      • Vous me pardonnerez ,mais c’est une idée reçue:la plupart des guerres récentes ont eu lieu pour motifs idéologiques, pour des motifs politiques, religieux ; Pour le passé il y eu de nombreuses guerres de prédation ,nulles d’un point de vue de l’enrichissement; des guerres religieuses, des guerres pour la puissance impériale et quelque fois comme maintenant des guerres pour protéger sont territoire . Le conflit israélo-palestinien- est une opération montée par l’urss et le panislamisme des année 50 en intrusmentalisant et exacerbant la haine anti juive .Aprés le départ de Gaza les installations ont été au mieux laissées à l’abandon ou détruites .
        les guerres économiques à la marge comme la présence française au Mali ,Niger, sont avant de réduire les islamistes; Ceux ci si fichent de faire du commerce avec nous, il veulent nous convertir pour le mieux . Occasionnellement ils « vendent » pour alimenter le djihad . Sur le long terme avec un califat pourront s’entretuer pour le pouvoir, donc des richesses, mais cela peut se faire dans une économie minable…

  • Excellent article merci

  • Ok c’est un bon argument contre les « prédictions » alarmistes des écologistes. Mais ce scénario n’arrivera jamais, car avant une absence totale d’énergie fossile, on passera par une phase de rareté où certains fossil fuel auront presque disparus mais pas tous. Si cette phase est suffisamment longue, ça incitera certaines populations à pousser pour la construction de centrale électrique basée sur les ressources encore disponibles : uranium, gaz naturel, sable bitumeux, hydraulique, solaire…
    Oui si les autres pays occidentaux ne passent pas au nucléaire comme la France, ça veut dire récession mondiales. Mais il est très peu probable qu’il ait une apocalypse.

  • En fait ces écolos sont les enfants des hippies de mes jeunes années. La différence essentielle avec leurs ancêtres est qu’ils mettent un slibard et vont même jusqu’à se déguiser en bourgeois.

  • C’est tout simplement bien moins réjouissant que le monde d’aujourd’hui! Vive le nucléaire et les transports modernes!

  • En fait, ce scénario ne se produira jamais.
    En effet, avant d’en arriver à ce qui est décrit ici, on passera forcément par la phase consistant à annoncer qu’une taxe supplémentaire va être appliquée aux carburants fossiles.
    A ce moment là, il est possible qu’on assiste à une révolte de certaines citoyens, qui, pour se reconnaître entre eux et pour passer plus facilement sur BFMTV revêtiront peut-être un accessoire vestimentaire très voyant, par exemple un gilet jaune.
    Et à ce moment-là, le pouvoir, conscient du danger que cela représente pour lui, supprimera les fameuses taxes, ce qui nous ramènera au stade précédent, et supprimera toute possibilité d’évolution vers ce fameux « retour à 1900 ».

    • Je crois que vous sous-estimez la bêtise humaine. Il suffit de voir les foules de jeunes qui défilent derrière Greta, ou la chute d’un pays naguère plutôt riche comme le Vénézuéla en quelques années de socialisme, ou encore, chez nous, les Première et Deuxième Guerres Mondiales et leurs conséquences, pour comprendre qu’on n’est jamais totalement à l’abri.

  • Je ne m’inquiète pas trop. Le dentifrice est sortie du tube et bonne chance à celui qui voudra le remettre dedans. À moins d’une catastrophe à la « The Road (2009) », nous ne retournerons pas en arrière. Le clivage Est-Ouest est toujours bien présent et si l’Ouest dérape, l’Est continuera de se développer.

    • Les gens lucides ont déjà compris que l’Asie va prendre inéluctablement la place de leader du monde que l’Occident abandonne!

  • Ce serait pire que les scenarii proposés. Les savoir-faire du XVIIIe ont disparu depuis longtemps! Qui va cultiver à la main un grand jardin? qui sait filer la laine? qui pourrait tisser, avec quel métier à tisser? où sont les sabotiers, les cordonniers?

  • Trump a fait sortir les USA des accords de Paris !
    Qui est intelligent ???

  • il y avait Ravages de Barjavel.

  • Le retour a l’avant pétrole ne pourra pas s’arrêter là ,on doit aller jusqu’à l’avant découverte du feu..marre de la cheminée fumante de mon voisin ,un bon coup de silex taillé derrière les oreilles….
    Heureusement la tribu des têtes félés ne pourra rien faire contre la tribu des gens branchés pétrole et têtus comme des ânes et armée avec des restes de la civilisation

  • Un article de catastrophisme contre le catastrophisme d’après les écolos. Heureusement qu’il reste encore pas mal de gens confiants en l’avenir.

  • ajoutons que la fabrication des éoliennes consomme énormément d’énergie et que leur fabrication deviendra impossible avec des énergies uniquement renouvelables. Quant aux panneaux solaires c’est pire il leur faut plus d’énergie et beaucoup d’eau ….

  • C’est dire à quel point ces gens sont des débiles profonds. On comprend comment l’empire romain s’est effondré. Lorsque une civilisation se suicide, et c’est ce que fait l’Occident à cause d’une dégénérescence intellectuelle. Ce n’est pas le CO2 qui est un danger pour la planète mais la connerie humaine!

  • Point 3 : il est écrit 42% de charbon et 23% de gaz.

    Selon wikipédia : Le secteur de l’électricité aux États-Unis se caractérise par une large prédominance des combustibles fossiles dont la part dans la production d’électricité atteint 63 % en 2018, dont 27,2 % pour le charbon et 35,2 % pour le gaz naturel ; la part du nucléaire est de 19,2 % et celle des énergies renouvelables de 17,5 % (hydroélectricité : 6,9 %, éolien : 6,3 %, solaire : 2,3 %, etc.).
    Ce qui fait 15% de différence sur le charbon par rapport à ce que dit l’auteur. Ce qui fait beaucoup.

    • Tient, il pine ailleurs 😉

    • Plus précisément ce sont les chiffres de https://www.eia.gov/tools/faqs/faq.php?id=427&t=3

      En tout cela représente 62,4% d’énergies fossiles ; quand l’auteur parle de deux tiers : « En perdant les deux tiers de la production d’électricité le réseau de transport et de distribution de l’énergie électrique sera devenu globalement hors d’usage. »

      La différence est énorme, en effet, et la raisonnement de l’auteur en perd toute sa valeur, c’est clair 🙂 🙂

    • L’article a été écrit vers la fin 2018. Les chiffres de l’eia n’étaient pas disponibles. Ce sont sans doute des chiffres de 2010, ou le gaz n’était qu’au début de la montée en puissance.

      • Bravo MichelC, en effet, après recherches les chiffres cités dans cet article de décembre 2018 sont des chiffres de 2010. La situation a fort changé.
        @Gilib : le scénario (dont le point 3) ne sont pas de Smil V, mais de David Deming dont j’ai retrouvé trace et qui était en 2003 « the University of Oklahoma’s School of Geology and Geophysics is an Adjunct Scholar with the NCPA. » et « professor of arts and sciences at the University of Oklahoma, and the author of « Black & White: Politically Incorrect Essays on Politics, Culture, Science, Religion, Energy, and Environment » (CreateSpace, 2011) » selon le site lewrockwell.
        @Jacques B, coucou 🙂

    • L’étude date de 2005.
      NIPCC, liens. Smil, V. 2005, Energy at the Crossroads : Global Perspectives and Uncertainties, MIT Press.

  • En France, l’énergie fossile représente 69% de l’énergie totale consommée (selon Wikipédia) et le reste provient du nucléaire, de la biomasse-déchets pour 9.7%, de l’hydraulique pour 2.4% et un tout petit peu de l’éolien et du solaire.

    Si on éliminait l’énergie fossile du paysage, sans construire de nouvelles centrales nucléaires, on ne reviendrait peut-être pas à la situation de 1902, mais sans doute à la situation des années 30 ; ce qui n’est pas forcément souhaitable non plus, n’est-ce pas…

  • Sauvons les états unis ! Convertissons nos locomotives au diesel
    et ne la laissons pas retomber dans son état du XVIII°.
    Du gazole! Du gazole! Du gazole!
    In gazole oui treust

    Enfin la vérité est intelligemment dite

  • Ayons une pensée émue et pas du tout ironique (aujourd’hui il vaut mieux préciser le second degré…) pour toutes ces personnes atteintes de troubles d’éco-anxiété qui aujourd’hui pensent vivre leur dernier jour, car les prophéties annoncent la fin du monde en 2020. Angoissés par l’effondrement de la civilisation et de leur mode de vie les jeunes urbains écolos convaincus par la prophétie suédoise craignent en effet de ne plus pouvoir se faire livrer dans l’heure les commandes sur Amazon et vont mourir de faim sans Huber eats. Désespoir et désolation tout cela va disparaitre. Bien que, reconnaissons le, il s’agisse de deux magnifiques et disruptives innovations économiques que nos déprimés devraient pourtant détester par idéologie. En revanche il est consternant de constater de nos jours le collapse intégral de la culture scientifique et l’esprit critique dans notre société et de voir à nouveau sourdre les méfaits du pire obscurantisme. Pourvu seulement que les esprits éclairés ne sombrent pas à leur tour dans le blues du collapse scientifique…

  • Il faut savoir que les industriels allemands ont mis au point sur ordre d’Hitler des procédés qui permettent de fabriquer des équivallents au gasoil et à l’essence à partir du charbon et du gaz…
    Nous ne sommes pas près de manquer de combustibles fossile.
    La suite, c’est la fusion nucléaire bien sûr, à partir de 2050.
    Propre, très sûre, sans sous produits dangereux.
    Le réacteur ITER, à Cadarache, en France prépare l’avenir d’une énergie propre et inépuisable, basée sur les réactions existantes au cœur du soleil.

    Bonne année à tous.

  • Le problème, ce sont les « spécialistes » pessimistes… Ils sont à la fois crédibles et « bankable » pour ces braves média qui pensent que si ont nous fout la frousse, l’audimat augment !!!
    Vous lisez ou voyez beaucoup de bonnes nouvelles, vous dans ce bas monde ??
    Bas monde qui n’a jamais été si bon à vivre, historiquement… Demandez à nos ancêtres !!
    Mais non, le bon est mauvais… Le bon doit être oublié, il vaut mieux tout peindre en noir, dirait-on.
    Après, certains s’étonnent que la consommation stagne, que les gens n’ont pas le moral… je rigole.

    Bonne année à tous

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay.

La France est classée quatrième pays le plus vert du monde dans une étrange étude publié le 25 janvier 2021 par la revue de l’université « Massachusetts Institute of Technology » (MIT) aux États-Unis.

Mais ce classement vert la place-t-elle encore parmi les pays compétitifs ?

Quatrième pays le plus vert du monde, un classement bien étrange…

Cette étude est étrange car elle prend en compte quatre critères pondérés dont le résultat final se fonde pour une large part, soit 40 %, sur les « intentions » des gou... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Charlez.

Alors que la bataille de l’Atlantique faisait rage et que les sous-marins allemands coulaient un navire allié sur deux en provenance des États-Unis, le ministre britannique de la Guerre réunit ses différents experts.

Il leur expliqua qu’après avoir longuement réfléchi, il avait trouvé la méthode pour arrêter le carnage : « L’océan étant plus froid en profondeur qu’en surface, il suffit de le geler pour figer les sous-marins allemands dans la glace ».

L’un des experts se leva et demanda timidement : «... Poursuivre la lecture

Par Philippe Charlez.

Apparues dans Paris mi-2018, les trottinettes électriques font aujourd’hui partie intégrante du paysage urbain. Les Lime sont les premières à être arrivées sur le marché parisien. Pouvant atteindre une vitesse de 24 km/h[1. Elles sont toutefois bridées à 20 km/h.] elles ont une autonomie de 50 km et sont accessibles dès l’âge de 18 ans.

Dans la foulée de Lime, de nombreuses marques ont depuis élu domicile dans la capitale. Ainsi en moins d’un an, les Bird, Wind, Tead, Jump et autres Ufo ont fait leur appari... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles